AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   09.01.17 21:41

Mon souffle est irrégulier, je tremble alors que je suis censé mettre en terre cette plante. C'est la dernière de sa série. Tout ça parce qu'une folie me faisait pensé qu'un parterre de fleur serait agréable. Pour les enfants, pour les amoureux, ou simplement les abeilles. Ces dernières devaient dormir à l'heure actuelle. Elles en avait de la chance. Je me sens si fatigué. J'ai travaillé comme un fou. Il suffisait de voir mes mains couverte de terre. Tout ça pour tenter de rendre ce parc plus joli. On ne pouvait pas dire que je faisais les choses à moitié. Mais à quel prix... Je faisais deux deux pas avant de sentir le sol se dérober sous mes pieds. J'étais bien beau comme ça, étendu sur le sol. Je sortais péniblement mon téléphone portable de ma poche. Il n'était pas très commun d'avoir le numéro de sa maison dans ce dernier, si normalement, on vivait seul. Sauf que j'avais un squatteur. Une personne que j'autorisais à aller et venir à la maison sans souci. Je n'avais pas peur. C'était Joris, un gentil garçon. Un peu trop triste, mais pas méchant. J'attends, une sonnerie, deux sonnerie, puis trois, enfin le répondeur... Peut-être il n'as pas eu le temps de décrocher... Je devais laisser un message. Entendre ma voix était trop bizarre....

« Joris... Tu es là ? Viens me chercher s'il te plaît, je suis épuiser. Tu peux commander une pizza, je ne t'en voudrai pas.... »

Surtout qu'il pouvait être à un truc de mannequin. Je prenais le risque en laissant ce message. J'ai mis mes mains sur le sol. Et j'ai tenté de me lever. Ma tête tournais. J'avais pourtant mien mangé à midi. Il était quelle heure ? Je regardais l'heure sur le téléphone dix-neuf heure, presque vingt heure. Ce n'était pas la mort. J'avais mangé moins que ça à une époque. Mes muscles me faisaient mal. Ce n'était pas que de la fatigue. C'était le signe qu'il devrait prendre congé. Travailler chaque jour, même les dimanches, ce n'était pas sain. Mon corps disait clairement qu'il avait besoin d'un repos mérité. Mais j'avais peur pour les plantes. Ridicule quand on savait que l'hiver suivait, me forçant à longue, très longue pause. Celle que tous les métiers s'occupant de la nature devait connaître. J'ai secoué la tête. Assis sur la pelouse, je devais sûrement pas passé inaperçu, pour une fois.


Dernière édition par Paul S. Balora le 25.01.17 7:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   10.01.17 19:40


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Depuis que Vinzer était mort et que Cydaée avait pris sa place, la BGU était devenu encore plus bruyante. A mon plus grand damne. Déjà qu'à la base je trouvais les humains nuisant, là c'était le bouquet depuis plusieurs semaines. Heureusement, je pouvais compter sur Paul pour m'aider à échapper à tout cela. Bien qu'il ne m'avait jamais demandé pourquoi j'étais souvent chez lui plutôt que chez moi. Son manque d'intérêt avait son avantage : je n'avais pas à trouver de fausses justifications. La majorité de mes nuits je les passaient à l'appartement du paysagiste, dans son lit et obligatoirement dans ses bras puisque j'étais devenu son oreiller officiel. Il m'arrivait de devoir partir tôt le matin pour tout de même aller m'entraîner un peu. Je n'oubliai pas Nathan ni la magie. Ni que j'étais un Seed avant d'être un squatteur. Ma couverture de mannequin était amplement suffisante pour excuser mes disparitions soudaines et temporaires. Heureusement, je n'avais pas donné mon numéro de portable à Paul. De ce fait je restai injoignable et je préférais cela. Je ne voulais pas le mêler plus que cela à ma vie de mercenaire.

J'étais donc, encore une fois, chez Paul. Je l'attendais tranquillement allongé sur son lit en train de jouer à chocobo-crush sur mon portable. Je commençais à avoir faim, il était presque vingt heures. A "cohabiter" avec Paul j'avais bien été obligé de m'habituer à manger. Au début je l'avais laissé tout seul avec son assiette et puis finalement j'avais fini par l'accompagner dans ses repas. Une sonnerie retenti dans le salon. Je fronçais les sourcils, me demandant si je devais répondre à cet appel sur le fixe. Après tout, je n'étais pas censé être là. A la base, ce n'était pas une colocation. Même si d'un point de vue extérieur cela pouvait y ressembler. Je finissais par me lever, allant dans le salon. Une lumière clignotait sur le téléphone, signe qu'on avait laissé un message. C'était peut être important ? Bien que Paul n'avait plus de familles. Haussant les épaules, je prenais l'objet de communication pour écouter le message. C'était le paysagiste. Et il avait pas l'air très bien en effet. A travailler trop, voilà ce qu'on récoltait. Je ne pouvais pas le laisser au parc. Qui savait ce qui pouvait trainer là bas le soir.

Je soupirai et mettait mon manteau, mon bonnet avant de quitter l'appartement. J'arrivai rapidement au parc, éclairé par les lampadaires. J'apercevais Paul qui était assis par terre. Des personnes passaient devant lui et le regardait d'un air méprisant. Dans son état, ils devaient sans doute penser qu'il s'agissait d'un SDF. Quels imbéciles. Je rejoignais le paysagiste.

- Ya ! Combien de fois je t'ai dis que tu travaillais trop ? Tu mériterai que je te laisse là

Le sermonnais je. En tant que partisan du moindre effort, c'était bon pour les autres. J'avais pas pu résister à faire savoir à Paul de ce que je pensais de ces heures de travail trop importantes. Il travaillait même le Dimanche !

- Mais j'avais pas envie de commander pizza ce soir, et de manger tout seul

Je m'accroupissais à ses côtés et l'aidait à se relever, en supportant son poids. Et ouais j'étais pas qu'un mannequin maigrichon et palot. Le plus simple aurait été de lui lancer un soin mais je ne pouvais pas. Paul ignorait ma réelle identité. Il s'en ficherait surement sans doute. Mais c'était surtout pour le protéger que je me taisais là dessus. On n'avait pas que des amis dans ce monde.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   11.01.17 19:58

Je vois sa silhouette. J'ai souri immédiatement. Il s’approchait rapidement, mon sourire s'est agrandi, avant de faner aussi sec. Sa remarque me touchait en plein cœur. Je sais, j'en fais trop. Je m'use la santé. Il ne laissera pas là. Je le sais très bien. J'ai tendu péniblement les bras. Comme un enfant demandant un câlin à sa maman. Il disait qu'il n'avait pas envie de pizza et de manger tout seul. Je m'accrochais avec les forces qui me restais à son haut. J'aurai très mal demain, voir dans les jours qui suivraient. J'étais content qu'il m’ait sauvé. J'aurai pu dormir là. Je l'avais sûrement fait une fois ou deux. Je n'en ai aucun souvenir.

« Promis, je vais me reposer, au moins une semaine, je trop tiré sur la corde. Je vais pas être capable de faire le dîner. C'est pour ça que je proposait la pizza. Mais si tu n'en veux pas. On peut commander autre chose. Puis comme l'hiver va s'installer, j'aurai moins de boulot. Du coup, je pourrais être plus souvent. Il est temps que je pense un peu à autre chose que mon travail. Tu m'aidera à trouver ? »

J'offrais un de mes plus beau sourire à Joris. Alors que je tenais peu sur mes jambes, ce n'était pas dans cet état que je pourrais conduire ma camionnette. Je ne savais pas que faire. La laisser là avec tout mon matériel était très dangereux. Et surtout que chaque outil avait son petit prix. Les perdre serait un gros trou dans mon budget. Il ne voulait pas ce genre de chose, alors que j'avais une personne avec vivre certaines choses. Le voir certains matins, sentant sa douce chaleur sur moi. Quel bonheur.

« Je ne peux laisser ma camionnette. Tu la conduira. Laisser mon matériel serait bien trop dangereux. S'il te plaît, Joris... »

Je faisais ma version du regard de chien battu. Pas facile quand on sait que c'était lui qui me portait majoritairement. Qui j'étais pour juger des capacités physique du beau mannequin. J'avais vraiment de la chance de l'avoir. Je ne pouvais pas aller au lit si sale. Mais aurais-je la force de me laver ? Non. Pas dans mon état. Je suis sale et faible, je me sens très stupide. J'espérais que mon tour passe auprès de cet homme. J'avais bien entendu mes clés dans mes poches. Je les sortais, manquant de très peu de les faire tomber.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   12.01.17 21:35


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Les rôles semblaient inversés ce soir. Maintenant c'était Paul qui me réclamait un câlin. D'habitude il ne demandait même pas, il agissait simplement selon ses envies. Une preuve de plus de son état lamentable. Ce n'était pas parce qu'il me faisait pitié que j'acceptais de l'aider. Si je le laissais là, il m'en voudrais surement et adieu mon petit paradis loin des cris de la BGU. Au moins, cette fois le paysagiste avait compris qu'il travaillait trop. Mais le connaissant, dès demain il retournerait au parc s'occuper de ses plantes. Est ce que j'allai devoir l'attacher à son lit ? Devrais je en arrivé à de telles extrémités ? J'espérais que non, ce n'était pas du tout mon style de faire ce genre de chose.

- Je m'occuperai du dîner alors...tu as intérêt à te reposer sinon je t'attache

Et puis l'idée de passer plus de temps en sa compagnie me plaisait pas mal. Après tout ce n'était pas une mauvaise fréquentation. Il n'était pas non plus idiot. Simplement naïf et beaucoup trop généreux. Pour mon plus grand bonheur, je n'allai pas le nier. Mais ce n'était pas non plus bon pour lui. D'autres personnes que moi pourrait l'utiliser et cela ne me plaisait pas beaucoup. Mais comment lui faire comprendre qu'il devait être plus dur envers les inconnus ?

- Je ne te connais pas vraiment...mais je vais t'aider à trouver une occupation

Il me suppliait de conduire la camionnette. Il tenait à peine sur ses jambes et à vrai dire, l'idée de devoir le supporter jusqu'à chez lui me donnait juste la flemme. Alors utiliser un véhicule était excellent.

- J'ai bien compris qu'elle était importante pour toi


Soupirais je en m'emparant des clés de ma main libre. Je l'aidais ensuite à marcher jusqu'à la camionnette, ouvrant la portière côté passager pour qu'il puisse s'asseoir. Je me penchais au dessus de lui pour attacher sa ceinture et refermait ensuite la porte pour aller me mettre au volant. Cela faisait longtemps que je n'avais pas conduis, mais ça devait être comme le vélo : ça ne s'oubliait pas. Bien que à Trabia il était assez difficile de circuler en bicyclette avec la neige qui tombait presque toute l'année.

- Pourquoi tu t'épuise autant pour ton travail ? Je sais que tu l'adore mais ce n'est pas une raison pour se tuer à la tâche...qu'est ce que je vais faire moi, si tu meurs ? Où est ce que je vais aller ?

Demandais je après un moment de silence. Je n'étais pas certains de pouvoir récupérer l'appartement si il arrivait quelque chose à Paul. Rien n'était légal entre nous deux. Je trainais simplement chez un pervers. Je le payais en quelque sorte en l'autorisant à me prendre dans ses bras. Penser ainsi, il fallait avouer que c'était bizarre. Heureusement que personne n'était au courant de cette histoire...
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   13.01.17 20:49

Je rigolais, il voulait m'attacher pour pas que j'aille au travail. Vu mon état ce soir, je ne pense pas faire grand chose demain. Je rouillé, hors service. Alors que la perspective d'un dîner faisait grogner mon estomac comme un dragon affamé. J'ai rougis en l'entendant réclamer son dû. Les mots de Joris me rassurait, j'aurai pu dormir là, en tenant simplement son corps proche du mien. Cette proximité me faisait plaisir. D'habitude, c'est moi qui la provoque.

« Je l'aime beaucoup, en effet, c'est mon bébé polluant. »

Alors que je peinais à m'installer à la place du passager. J'étais tellement habitué à être le conducteur, ce changement me perturbait un peu. Mais Joris n'était pas méchant. Alors je l'ai laissé conduire ma camionnette. Alors qu'il démarrait, il me faisait des reproches sur ma manière de faire. J'étais un peu triste, je ne savais pas que je le blessais ainsi à trop en faire. Je n'avais jamais voulu enfoncer le couteau dans sa plaie déjà béante de ses blessures passées.

« Je ne voulais pas te faire mal, j'ai toujours fait comme ça, jusqu'à mon corps ou le temps me mette au repose de force. Je promets de moins travailler. J'aimerai que tu m'aides, du moins au début. Car je crois que c'est devenu comme une addiction pour moi de trop en faire, de m’épuiser à la tache. Pardon Joris... Je ne veux pas mourir, ni maintenant, ni demain, ni dans un avenir proche. Je vais me reposer... »

J'étais fatigué, sale, même ma camionnette subissait la saleté sur mon corps. Sur ma salopette. Je m'étais plongé dans ce monde sans regarder en arrière. Je me suis rendu compte que je m'enfermais dedans. C'est qui le rendait plaisant pour moi. Je ne voulais pas perdre une personne qui acceptait mes câlins, et ce dès le matin, le soir pour dormir. Ce qui me mettait de bonne humeur. Mais je pourrais pas dormir, j'étais sale.

« Je ne sais pas comment je vais faire, mais hors de question que j'aille au lit si recouvert de saleté. Je pourrait squatter le canapé. Ta présence finira par me manquer... Je ne peux pas tout salir... J'aurai envie de tout ranger... »

Il suffisait de voir mon appartement, rien ne traînait. Même les affaires de Joris finissaient ramassées. J'allais devoir compter sur lui ce soir. Demain je ferai certaines choses. Pas trop. Mon corps voulait ce repos, il aurait.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   14.01.17 21:17


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Je ne comprenais pas comment on pouvait être fou d'un tas de ferrailles, mais soit. Il y avait beaucoup de choses qui m'échappaient dans le cerveau des humains. De toute façon Paul était déjà étrange à la base, alors le fait qu'il aime une voiture ne devrait même pas m'étonner. C'était surement pour cette raison qu'il faisait aussi des câlins à tout le monde. Son "bébé polluant" aurait du mal à lui rendre son étreinte...L'image du paysagiste câlinant sa camionnette s'affichait dans mon esprit et je secouai la tête pour la chasser. Parfois, j'avais une imagination trop débordante. Mais la fatigue de Paul était loin d'être imaginaire. Il ne faisait que travailler à longueur de journée. Je ne me privais pas de le réprimander là dessus. J'étais loin de penser qu'il se sentirait coupable. Encore moins qu'il ait songé que son attitude m'avait blessé. Même si ce n'était pas vraiment le cas, au moins il me promettais de faire plus attention.

- Tu as de drôles d'addictions tout de même...les câlins, le travail...


Heureusement il ne touchait pas à la drogue. Ou du moins je n'en avais pas vu à l'appartement. Au moins resté clouer chez lui, l'éloignerait pendant un temps de son job. Peut être était ce une façon pour lui de s'éloigner de ce monde, mais maintenant que j'étais là, il n'était plus seul.

- Il me semble que tu as l'eau courante et l'électricité...je t'aiderai à prendre un bain

Il était hors de question de laisser Paul dormir sur le canapé. En plus, comme il l'avait dit lui même, ma présence lui manquerait. Et puis en y pensant, je dormais beaucoup mieux dans ses bras que tout seul. C'était embarrassant à avouer, mais je m'étais accroché à lui depuis mon cauchemar.
On arrivait enfin à son immeuble et je garais la camionnette. Pas d'accident, comme je l'avais pensé, je n'avais rien oublié. J'esquissais un sourire fier à moi même avant de descendre du véhicule et allait aider Paul à faire de même. Heureusement, il n'habitait qu'au premier étage. Je le supportait jusque là, ouvrant la porte tant bien que mal.

- Va dans la salle de bain et déshabille toi, j'arrive

Ordonnais je avant de le laisser dans le salon. Je partais ensuite dans la chambre pour chercher des vêtements propres. Sans aucune gêne, je fouillais dans son armoire, y mettant le bazar en passant comme j'en avais l'habitude. Paul avait bien du remarquer que je n'étais pas du tout fan du rangement contrairement à lui.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   15.01.17 13:09

J'étais honteux, il est vrai que j'avais des addictions un peu étranges. Ça faisait de moi un homme spécial, je m'en doute. Mais je m'étais fait à cette vie. Il y avait un nouveau paramètre dans la mienne. Je devais faire avec, j'étais content de l'avoir. C'était ça avoir une personne qui s'inquiétait pour soi. Je me sentais important d'une certaine façon. Ma façon d'agir lui faisait mal. Moi qui ne voulais que son bien, j'étais un bien piètre réconfort.

Joris parlait un peu, mais il conduisait relativement bien. J'étais un peu tracassé que ma camionnette finisse dans le décor. Mais cela n'était pas arrivé. Je pouvais qu'en être heureux. Même si la phrase qu'il avait dite sur le bain me gênait. Je n'ai pas été devant quelqu'un depuis si longtemps. Le dernier en date était un médecin. Il homme affreusement sérieux. Trop pour que je lui propose un câlin sans qu'il se demande si j'étais sérieux. Je me faisais aider par l'homme qui venait chez moi souvent. Il me laissait dans le salon, j'avais du mal à rester debout seul. Je me suis accroché au canapé. Mes dents se serrant à cause de la douleur qui traversait mon, je devais aller à la salle de bains. En m'appuyant, j'y arrivais. J'avais fait ça en quelques minutes, c'était pas mal pour mon état. Restais l'étape du déshabillage. M'asseyant, je retirais ma salopette, levant mes fesses brièvement pour la retirer. Puis je devais retirer mes habits dessous. Mon haut se laissait faire sans difficulté. Un frisson me parcourait, j'avais un peu froid sur le moment. Il ne restait que le pantalon et le sous-vêtement qui cachait mes parties intimes. Je sentais mes joues se chauffer plus fort. Je me concentrais pour finir de me dévêtir. Cachant du mieux que je le pouvais ce corps ingrat. Oui, j'avais quelques muscles, mais rien de très joli, sans compter que des traces de terre ornaient mon corps. Je devais me lever, mais comment, me lever était devenu un défi. Je ne pouvais laisser Joris me voir comme ça. Je ne suis pas très joli. À peine, je faisais un pas que me sentais défaillir. Que faire. J'avais envie de m'enfermer.

« Je ne peux pas, je ne peux pas... »

Je me répétais ces mots comme une litanie. Pour me donner du courage afin d’arriver devant la baignoire. Mais l'espace sans appui était trop grand pour mon état. J'étais tombé, me faisant mal. Je devais me relever. Je pourrais me laver. Un peu de courage...
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   16.01.17 21:15


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Je retournais dans la salle de bains après avoir trouvé des vêtements pour Paul. Je restais quelques secondes devant l'entrée, en le voyant par terre, tout nu. Mes joues se coloraient de rouge en le voyant ainsi. Je lui avais dit de se dévêtir et de m'attendre. Pourquoi est ce qu'il avait essayé d'aller dans la baignoire tout seul ? Je finissais par avancer, posant les vêtements sur un tabouret.

- Ya ! Je t'avais dit de m'attendre !

Je ne criais pas, mais la gêne occasionné ne me rendait pas aimable. Essayant de ne pas le regarder, j'allumai l'eau chaude du robinet pour remplir la baignoire, y ajoutant du savon pour la mousse. En attendant, j'attrapais une serviette et la tendais à Paul pour qu'il cache, ce qu'il y avait à cacher. Je ne tenais pas plus que cela à voir encore plus ce spectacle. Je n'aimais pas les pornos à la base, alors voir quelqu'un à poil dans la vraie vie ne m'enchantait guère. Pas parce que Paul était affreux, non au contraire, de ce que j'avais pu apercevoir en une seconde il était plutôt bien bâti. La preuve, qu'il aurait pu faire un bon mannequin. Mais il avait choisi les plantes. Une fois la baignoire remplie j'aidais le paysagiste à se relever, me mettant derrière lui une fois debout. Je reprenais la serviette et vérifiais qu'il n'allai pas glisser en s'asseyant dans la baignoire.

- Hum...je vais juste te laver les mains, tu fera le reste tout seul...

Déclarais je en prenant un gant avant de le mouiller. J'attrapais ensuite sa main droite, passant doucement le gant dessus pour enlever la terre sur ses doigts et ses ongles. Le plus important pour un mannequin c'était de prendre soin de son corps. Aussi étais je un peu maniaque en ce qui le concernait. Je ne pouvais décemment pas dormir dans les bras d'un homme sale et pleins de terre.

- Comment tu te sens ? Ca va mieux ?

Demandais je tout en passant au nettoiement de son autre main. Le fait était que j'étais tout de même un minimum inquiet. Quand je l'avais vu par terre en arrivant. Sa tête aurait pu heurter le bord de la baignoire. J'aurai été obligé d'appeler les urgences - ou de lancer un soin. Cela dit, si Paul n'allait pas mieux, j'allai devoir user de ma paramagie discrètement.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   18.01.17 18:15

La douleur que je pouvais sentir n'était rien face à gêne que j'ai ressentie quand il m'a trouvé. Je voulais me cacher. Au moins, les sentiments que je pouvais sentir étaient identiques aux miens mélangé avec autre chose. De la colère sûrement, car il me criait dessus. J'avais été trop têtu. Je ne pouvais que m'en prendre à moi-même.

Après un moment, il m'aidait à me relever. Ce n'était évident de tenir debout, mais c'était un effort pour devenir plus propre. Les parties de mon intimité cachée par une serviette avant de me diriger avec difficulté vers la baignoire. M'installant dans l'eau chaude et la mousse. Ce qui me faisait un bien fou au regard du soupir qui venait de sortir de ma bouche.

Alors que je me détendais un peu sa voix me sortais de ma rêverie. Il me disait qu'il laverait seulement mes mains. Ça m'arrangeait bien. Je ne voulais pas le gêner en l'encourageant à me toucher plus. Je détournais la tête, sentant mes joues se chauffer un peu. Il m'avait vu nu, c'était gênant. J'étais tellement embarrassé que sa question me faisait plus rougir. Pourtant, elle n'était pas si entreprenante que ça. Il me demandait si j'allais mieux...

« Oui, ça va mieux, je ne pouvais pas me coucher sans me laver. Je suis épuisé, j'ai l'impression d'avoir trente ans de plus tellement mes muscles sont douloureux. Amis l'eau chaude aide pas à régler ce souci. Je crains que je puisse faire quelque chose après. Je ne sais même pas si je réussirai à marcher. Sans parler de la faim que j'ai... »

Pour témoigner, mon estomac grondait. Je détournais la tête alors que lentement, je commençais à me laver. Effaçant progressivement les traces que la terre avait laissées sur mon corps. J'allais prendre un temps fou à le faire correctement. Mais j'étais le genre d'homme un peu maniaque. Du coup, je ne pouvais que m'en prendre à moi seul. Je me frottais mollement mon manque de force était flagrant. Je soupirais ayant fini de me laver.

« Joris, tu m'aider à sortir, s'il te plaît ? Je ferai vite pour cacher mon corps... »

J'avais failli me rabaisser devant lui. Je ne voulais pas trop le faire. Mais il m'arrivait de le faire. Je me sentais tellement laid à côté de lui, du reste du monde. J'étais propre et je sentais bon, je me demandais même comment j'avais fait pour pas m'endormir dans la baignoire. Sûrement, le regard de ce garçon sur moi qui devait y être pour quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   20.01.17 23:12


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Si l'eau chaude guérissait, cela se saurait. Mais au moins cela aidait pour se détendre, notamment les muscles qui avaient travaillé trop durement. C'était le cas chez Paul qui n'avait même pas vu ses propres limites. Comment est ce qu'il aurait fait si je n'avais pas été là ? Serait il resté comme un idiot par terre dans le parc ? Quelqu'un aurait sans doute fini par s'arrêter face à sa détresse et conduit à l'hôpital. Quoique le paysagiste ne se serait pas gêné pour dire son adresse afin d'être raccompagné. Comment lui faire comprendre qu'il devait faire plus attention à lui et à sa façon de faire. Même si c'était dans son caractère d'être généreux et naïf, ces deux traits se travaillaient. Il n'avait peut être pas encore assez vécu de déception là dessus pour se forger une petite coquille de protection envers ce monde tordu.

- Je te ferai à manger, je me débrouillerai et te l'amènerai au lit


Je pourrai lui refaire des œufs comme la dernière fois pour le petit déjeuner. De toute façon c'était mauvais de trop manger avant de dormir, la digestion empêchait de trouver un bon sommeil. Je le laissai se laver tout seul, allant m'asseoir sur la chaise en attendant. J'hésitai entre lui donner un petit coup de soin ou bien le laisser purger sa peine pour lui apprendre à être plus responsable avec son corps. Tant pis si ça allait être galère de le faire marcher jusqu'à sa chambre. Je ne devais de toute façon prendre aucun risque sur ma couverture. Paul avait fini de se nettoyer et me demandait de l'aider à sortir de la baignoire. Pourquoi est ce qu'il dormirait pas là hein ? Parce qu'il risquerait d'attraper froid avec l'eau qui ne serait plus très chaude. Je soupirai, ne cachant pas le fait que cela me gênait de le voir encore une fois tout nu. J'attrapais la serviette et m'avançait vers lui, l'attrapant par le bras pour l'aider à se relever. J'essayais de garder le regard ailleurs et lui tendit la serviette simplement pour que de sa main valide il puisse cacher son intimité.
De l'eau avait dégouliné de son corps sur le carrelage et en reculant pour lui laisser la place de descendre, l'un de mes pieds glissa me faisant tomber en arrière et emportant Paul avec moi, le faisant tomber de la baignoire, et directement sur moi. Je poussai un gémissement de douleur, à la fois à cause de la dure chute et la deuxième fois pour le poids que je venais de recevoir.

- Putain ça fait mal

Je jurais sans aucune honte. Après tout c'était la vérité. Je n'étais pas connu pour ma résistance ni pour ma force. Mais je n'avais pas réussi à éviter Paul. En même temps, je n'aurai pas eu non plus très envie de le voir étalé contre le carrelage. Surtout qu'il était tout nu. J'écarquillais les yeux en me rappelant cet état de fait. J'avais un homme à poil sur moi. Le rouge me montait aux joues et mon corps se figea. Il était tout nu. TOUT NU. La panique naissait peu à peu jusqu'à m'envahir complètement. Je poussai un cri, repoussant violement Paul avec toute la force que j'avais.

- Espèce de pervers !

Je me remettais debout, prenant les vêtements que j'avais pris pour lui avant de lui jeter à la figure et de sortir de la salle de bain. Mon corps tremblait d'effroi et je me sentais nauséeux. Je filais dans la chambre, essayant de calmer mes tremblements pour me déshabiller. Jetant mes fringues au loin pour en enfiler d'autres. Ne plus avoir son odeur et le contact de sa peau sur moi. Brrrr.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   21.01.17 7:52

J'étais content qu'il veuille s'occuper de moi. Au moins, je ne dormirai pas sans avoir mangé. Je prenais faiblement la serviette, alors que je faisais de mon mieux pour la rouler autour de mes hanches, il me tirait pour sortir. J'avais du mal à conjuguer les deux. Me couvrir et sortir. J'ai choisi le deuxième. Je n'avais pas la force de lui résister. Je sortais une jambe. Enfin. Sauf qu'il glissait, me sortant précipitamment. Et me collant à lui, sans faire exprès. Je n'étais jamais contre un câlin, mais là, ce n'était pas le but de la manœuvre. Il avait mal. Je prenais la serviette restée dans ma main, me couvrant progressivement. Alors que j'étais en train de me cacher. Je me retrouvais projeter sur le sol. Je couinais de douleur. Et me faisais traiter de pervers par l'autre homme. Je voulais lui signaler que ce n'était pas ma faute. Mais mes habits m'avaient été lancés par Joris. Il était parti comme une fusée. Me laissant seul. Je m'essuyais comme je le pouvais, avec une lenteur hallucinante. J'avais mal partout, prenant mes vêtements. Je m'habillais sans trop de souci. Restait à sortir de ces lieux. Je n'avais pas la force de me lever sans aide. Alors j'ai saisi le porte-serviette et me suis levé. J'ai vu clairement mes jambes qui tremblaient. Un pas, puis deux avant de retomber sur le sol. C'était sûr, je n'allais pas retravailler demain et les quelques jours qui suivront. Je devais faire de mon mieux.

« Comment je peux m'excuser si monsieur fuit. Bien que ce ne soit pas totalement ma faute, je m'en veux. »

Je prenais un nouvel appui. J'avais mal. Je n'étais même pas debout. Alors j'ai tiré. Tout ce qui j'avais réussi, c'était de me traîner un plus en dehors de la salle d'eau. Ce n'était pas comme ça que je finirai par sortir. Pourtant, j'insistais. C'est après de très longues minutes que j'étais dehors. Je retrouvais mes plantes. Leurs feuilles si vertes me faisaient sourire. Je devais prendre mon courage à deux mains. Avec beaucoup de volonté. Je me suis installé dans le canapé. Fermant mes yeux. Je n'avais plus la force de me traîner jusqu'à la chambre. Même de manger. J'ai fermé les yeux, écoutant mon estomac réclamer son dû avec force. J'avais honte. C'est comme ça que je piquais un petit somme. Le fauteuil serait très bien. J'avais épuisé mes dernières forces à me traîner ainsi. Automatiquement, j'ai serré un oreiller. Mon nez cherchant inconsciemment son odeur. Celle de mon partenaire de sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   21.01.17 20:46


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Seul dans la chambre, je m'en voulais d'avoir laissé ainsi Paul tout dans sa salle de bain. Il ne tenait pas sur ses jambes, comment était il censé se débrouiller ? Mais je me sentais tellement mal à l'aise à cause de l'accident que je ne pouvais plus le regarder sans rougir ou y repenser encore une fois. Qu'est ce que je devais faire ? Le rôle d'un Seed était d'aider les gens. Quel Seed serais je si je n'étais même pas capable d'aller soutenir un simple paysagiste fatigué ?
Je m'asseyais sur le lit, réfléchissant. Essayant de prendre sur moi pour occulter ce qui s'était passé entre moi et Paul. Il n'avait pas fait exprès. J'avais glissé, tout simplement. Je n'entendais rien dans l'appartement. Est ce qu'il était mort ? Inquiet, je me redressai pour quitter la chambre. Plus personne dans la salle de bain. J'allai voir dans le salon et trouvai Paul en train de dormir sur canapé, serrant un coussin contre lui. Il devait vraiment être épuisé pour s'être endormi aussi rapidement. J'esquissais un petit sourire face à cette vision, m'approchant doucement pour dégager une mèche de cheveux de son front.

- On en serait pas là si je t'avais dit la vérité...

Murmurais je à voix basse. Si je ne lui avais pas caché mon statut de Seed, je l'aurai soigné. Et il serait dans son lit et non sur ce canapé. Aussi exténué et affamé. Au final, Paul n'avait rien avalé à cause de moi. Je ne voulais pas le réveiller en faisant du bruit dans la cuisine et je n'avais pas assez de force pour le porter dans mes bras jusqu'à la chambre. Je jetais un œil sur l'heure. Il était tard. Trop pour qu'un supermarché soit encore ouvert à cette heure ci. Tant pis. Je soupirai, allant dans la chambre pour récupérer la couverture. Je retournais ensuite auprès de Paul pour le recouvrir avec. Il ne faudrait pas qu'en plus de cela il tombe malade. Même si il venait aussi du continent froid, ce n'était pas une excuse.

- Bonne nuit Paul...

Soufflais je avant de retourner dans la chambre. Le lit me paraissait peu accueillant ainsi défait et surtout sans la présence du paysagiste, mais c'était toujours mieux que les nuits à la BGU. Je me laissais donc tomber sur le matelas, enfouissant mon visage dans l'oreiller. J'espérais que cette habitude que j'avais prise avec Paul ne m'empêcherait pas de trouver le sommeil.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   21.01.17 21:54

Je ne sais pas combien de temps j'ai dormi... Quand j'ai ouvert les yeux, la pièce était sombre et une couverture était posée sur moi. C'était sûrement Joris qui l'avait apportée. Je fourrai mon nez dedans. Je voulais me rendormir, sauf que mon estomac réclamait quelque chose. J'avais mal. Encore les traces de mes efforts trop important. Je me suis levé. Chaque pas me coûtait, j'arrivais au frigo. Je ne voulais pas me casser la tête. Alors j'ai pris des fruits. Ça ne nourrirait pas mon estomac terriblement affamé. Mais ça calmerait le grondement infernal qui m'empêchait de dormir. Content du silence absolu qui régnait dans la pièce, j'allais me réinstaller dans le canapé.

Je voulais bien retourner dans mon lit, pas sûr que je soit le bienvenu. Je jetais mes déchets au passage. Mon côté maniaque toujours là, malgré la fatigue. Celle que je pouvais sentir sur mes épaules. Je grognais. Être si fatigué n'était pas humain. À peine, je m'allongeais que je dormais comme un loir. C'était la fatigue. Le pire dans tout ça s'est que je ne me souvenais pas des songes qui avaient pu traverser mon esprit. Sûrement, des songes sans grande importance. Ceux qui suivaient cette deuxième phase de sommeil étaient ne seraient eux non plus, pas retenu. Trop éphémère, trop subtil pour je puisse saisir les nuances qui traversaient ces mondes oniriques. Ceux que mon imagination façonnait. Un monde dans lequel j'étais différent, qui changeait avec mes humeurs, mon état, et d'autres choses. Comme les sentiments que je pouvais sentir. Ceux des voisins, ceux de Joris et ceux qui pouvaient me toucher plus moins. M'effleurer. De la peine, de la joie, de la haine, de l'amour. C'était un des sentiments que j'appréciais le plus. Un jour, je ressentirais cette chose. Pour le moment, c'était flou, car chaque personne aime différemment. Je n’échapperais pas à cette règle. Un sourire venait s'étaler sur mon visage. Sa chaleur me manquait un peu. Cette présence que j'avais eue pour habitude de serrer. J'ai dû pleurer une ou deux fois sur lui. C'était toujours dans ses périodes que ma douleur revenait. Celle que j'avais en partie refermée, la perte de mes proches. En ce point, nous étions semblables lui et moi. La fatigue m'emportait encore de longues heures. J'étais bien parti pour réveiller tard, très tard. Au moins un sera ravi de constater ma présence sur le canapé. Et pas au travail. Est-ce que je ronflais, je ne pense pas.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   24.01.17 22:39


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Dans ce grand lit froid je me sentais seul. Je ressentais parfaitement ce grand moment de solitude. D'ordinaire bienfaitrice, ici c'était le contraire. Comme si il me manquait quelque chose. Mon esprit n'arrêtait pas de songer à Paul, juste de l'autre côté dans le salon, en train de dormir sur son canapé. L'envie d'aller le rejoindre, de me caler dans ses bras réconfortants. Mais l'image du paysagiste nu me rappelait la raison pour laquelle je me retrouvais tout seul. L'avais je mérité ? L'avais je cherché ? Idiot. Je n'étais vraiment qu'un idiot. Ce n'était pas de sa faute, pourquoi est ce que je l'avais repoussé. Il devait même être aussi gêné que moi. Je soupirai, me retournant encore et encore sur le matelas, attrapant l'autre oreiller pour me couvrir le visage avec.

- Aigo...c'est agaçant

Je pestais tout seul. Sans doute étais je en train de devenir fou. Il fallait être cinglé de toute façon pour avoir suivi un pervers chez lui. Je me redressai subitement, fouillant dans mon sac pour en sortir mon portable et des écouteurs. La musique m'aiderait à arrêter de penser. Peut être qu'elle pourrait aussi m'emmener jusqu'au sommeil. Je me rallongeais ensuite, calant ma tête dans l'oreiller. Mon doigt glissant sur l'écran de mon téléphone jusqu'à une playlist que je faisais démarrer. Les premières notes de All Alone commençait et je fermais les yeux.

Je vis dans le souvenir d’être tombé amoureux,
Même la douleur précieuse reste dans mon souvenir
Je m’accroche à toi quand je tombe

J'avais l'impression que cette chanson avait été écrite pour moi. Ses paroles, sa musique, me touchaient énormément. Je l'avais entendu la première fois à la radio après la mort de Cain. Seul dans ma chambre à la maison les larmes avaient alors coulés sur mes joues.

Tu ne viens pas, même si je t’appelle
Même si je t’appelle, si je m’accroche à toi,
Tu ne viens pas, tu ne me laisse pas te voir.

J'avais beau m'accrocher pour ne pas tomber, ce n'était que des souvenirs. Pas une chair, pas palpable. J'aurai beau l'appeler des milliers de fois, il ne viendrait jamais. Les anges ne descendaient pas sur ce monde. Ils risqueraient de mourir face à tant d'impureté.

Je me sens tellement seul,
Je veux courir vers toi, mon amour
Je garde
Tout mon amour pour toi

Je voudrais tellement te rejoindre mon frère. Peu importe la distance, la vie ou la mort je continuerai de t'aimer. Peu importe où que tu sois. Nous deux c'était un tout, je pensais que si l'un mourrait l'autre suivrait mais je suis trop faible, trop lâche pour monter te voir.

Même si j’essaie de tendre la main vers notre amour
qui est devenu un secret dans mon coeur,
Trop de regrets
M’empêchent de te chercher.

Je n'avais jamais cherché plus loin que le lien qui nous unissait. Tu étais mon jumeau adoré. La seule personne qui existait dans mon cœur. Est ce que j'avais été aveugle ? Loupé quelque chose dans notre relation d'important. Une chose qui aurait pu te sauver. Comme ce premier jour entre cette chanson et moi, les larmes coulaient sur mon visage. Je laissais les regrets et la tristesse me dévorer, m'emmener avec eux très loin d'ici. Le plus près possible de toi Cain. C'était ma seule volonté, le seul devoir que j'avais. Je voulais retrouver ton sourire et tes câlins. Ne jamais les quitter.

Mon corps se faisait plus léger et je lâchais mon portable qui continuait de diffuser de la musique. Je pouvais sentir ta présence dans cette sombre pièce. Tu n'étais jamais loin. Tu veillais sur moi, tu me regardais évoluer parmi les humains. Je t'en voulais pour cela. Tu m'avais laissé tout seul entre leurs mains sales. Ce n'était pas juste Cain. Tu ne m'avait pas préparé à tout ça.

- Cain...

Son nom traversait mon sommeil, résonnant dans cette chambre froide. Froide, comme ton lit à la maison. Cette pièce qui n'avait pas été ouverte depuis ton départ. Ni papa ni moi n'avions le courage d'en ouvrir la porte. Je ne pouvais que rester pendant des heures devant, à la fixer comme si d'un moment à l'autre tu pouvais en surgir. Ridicule n'est ce pas ? Tu n'étais même pas devenu un fantôme. Tu ne pouvais même pas simplement venir me hanter. Tout ce que j'avais c'était ces pensées, ces souvenirs et cette peine incessantes à ton sujet. Des coups de couteaux que tu m'envoyais, je mourrais tous les jours. Parce que tu étais moi et que j'étais toi. Mort tu étais, mort j'étais.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   25.01.17 7:42

J'aurai pu vraiment dormir seul, tenant ce fichu coussin, mais les sentiments que je pouvais sentir dans mon sommeil me préoccupait, car ils étaient peu habituels. J'avais mal partout, alors avec difficulté, j'ai ouvert doucement mes paupières. D'où venaient ces sentiments. La solitude, de la peine et du regret. Cette peine, ça ne pouvait qu'être Joris. Avais-je le droit de venir le serrer. Je n'en savais rien. Trop fatigué pour réfléchir plus, je me suis levé. Cela faisait mal. Mais plus j'allais vite, plus ma douleur se calmerait. Beaucoup de mélancolie venait s'ajouter à ces sentiments que je sentais. C'est après deux minutes que j'arrivais à la chambre. Il dormait, ses écouteurs sur les oreilles. Je mordais mes lèvres. Avais-je le droit de venir le déranger. Je soupirais, je ne pouvais pas rester comme ça des heures. Alors, je me suis assis sur le lit. En évitant d'écraser le portable de Joris. Un nom filtrait entre ses lèvres, sûrement cet homme qu'il avait aimé tellement fort que sa disparation continuait à le hanter.

Il m'as fallu beaucoup de courage pour m'allonger si près de lui. La douleur m'as encouragé à le faire. Ça allait un peu mieux dans un lit. Bien plus confortable qu'un canapé. J'ai commencé à toucher légèrement son bras. Avant de le serrer tendrement entre mes bras. C'est cette chaleur qui me manquait tout ce temps. Cette présence. Cette odeur. Je me sentais à ma place. Je fermais les yeux, mais je me collais pas autant que d'habitude. La fatigue m'avait stoppé. Je m'endormais plus facilement en sentant ta présence. Comment lui dire sans créer le même accident que tout à l'heure. Je garderai ça pour moi. Même si Joris me pousserai sur le sol. J'étais à présent à ses côtés, pour apaiser cette peine immense que je sentais. Je me suis habitué à elle, mais je voulais la faire s'en aller loin. Je ne remplacerait jamais cet amour.

Je ne sais pas combien de temps je suis resté à simplement profiter de sa présence avant de rêver. Un songe étrange, j'avais du mal à comprendre le sens de ses images. Ça ne ressemblait à rien qui puisse exister. Mais c'était pas désagréable. J'ai tendu la main vers cette chose étrange, j'ai parlé mais aucun son n'était sorti de ma bouche. J'étais encore muet devant cette chose. Elle avait un sourire qui illuminait les environs, gonflant mon cœur de chaleur. J'ai du me coller plus à Joris à ce moment. Je devrais expliquer ma présence et m'excuser sûrement, mais j'étais loin de ses pensées pour le moment. Je me reposais. Enfin, après des mois à trimer. Le jour était à présent levé. Moi je dormais comme un loir.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   25.01.17 22:32


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Une douce chaleur venait soudainement m'étreindre. Mes pensées douloureuses s'apaisaient. Je souriais de bien être dans mon sommeil. L'étreinte était familière mais en même temps différente. Ce n'était pas les bras de Cain. Ce n'était pas son odeur. Pourtant, inconsciemment mon corps allait rechercher la proximité de celui de l'étranger. Me collant à lui, comme une huitre à son rocher. Ma tête quittait l'oreiller pour aller se poser sur le torse de Paul. Je retrouvais ma position habituelle lorsqu'on dormait ensemble tous les deux. Je ne m'étais pas rendu de tout ses mouvements.

Ce n'était que plus tard, lorsqu'entrouvrait les yeux en sentant une respiration et un cœur battre calmement que je captais que Paul m'avait rejoint. Finalement, je n'avais même pas eu besoin de céder à mes envies, le paysagiste ne savait pas résister aux siens. Les écouteurs avaient glissés de mes oreilles et j'attrapais mon portable tout en restant allongé sur Paul. J'éteignais la musique. Il n'était que neuf heures du matin. Je me redressai légèrement sur les coudes, observant le visage paisible de Paul. Je me demandais bien à quoi ressemblait ses rêves. Ils devaient sans doute être plus joyeux que les miens...

M'appuyant sur un coude, je levais la main vers son visage. Mon doigt dessinant la courbe de son nez et de ses lèvres en les effleurant légèrement. J'avais l'impression de peindre une toile. Un joli portrait de mon hôte. Je souriais, ramenant ma main vers ma bouche pour camoufler mon léger rire. J'ignorais combien de temps il comptais dormir mais je commençais à avoir faim. Je n'avais pas mangé depuis hier midi. Quittant à regret les bras de Paul, je me levais, m'étirant légèrement en ébouriffant mes cheveux. Aurait il encore mal ce matin ? Surement. Des douleurs musculaires ça ne partait pas rapidement. J'allai fouiller dans mon sac, renversant un peu près tout son contenu sur le sol afin de pouvoir sortir une potion cachée dans la doublure. Il me suffirait de la verser dans une tasse et de la donner à Paul à son réveil. Tout fier de mon idée, je me rendais dans la cuisine pour l'appliquer, vidant la fiole. Avec ça il irait mieux et je n'aurai plus à l'aider à marcher. Même si le paysagiste ne se plaignait pas, je pouvais lire le mal sur son visage.

En attendant qu'il se réveille, je m'asseyais sur le canapé. Les minutes passaient et l'ennuie montait. Je soufflais, regardait l'heure. Neuf heures et demi. Je soupirai et retournai dans la chambre avec la tasse. Doucement je montais sur le lit à genoux et me penchais au dessus de Paul, chuchotant près de son oreille.

- C'est l'heure de se réveiller...


Quand j'étais plus jeune, c'était ainsi que je venais réveiller Cain dans son lit. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, j'étais le moins dormeur de nous deux.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   26.01.17 20:48

Des bruits légers se faisaient entendre, à leur suite, un sentiment, celui de la voisine du dessus qui s'en allait sûrement en retard. Je m'en inquiétait pas plus que ça. C'était quelque chose d'assez commun que je pouvais sentir au parc le matin. Je me suis rendormi, simplement, laissant ma fatigue m'emporter dans un sommeil bien plus long qu'à l'accoutumée. Profitant de la chaleur de ce lit. De ces couvertures duveteuses et de la présence de Joris... Sauf qu'il avait quitté les draps, ça je l'ignorai. C'est quand j'ai senti un souffle sur mon oreille que mon sommeil commençait à s'effriter. Une voix douce me disait que c'était l'heure de se réveiller. Je grognais.

« Encore cinq minutes... »


C'était un comble, moi qui d'habitude ne traînait jamais au lit réclamait quelques instant de plus dans la volupté de mon sommier. Mais je finissais par ouvrir doucement les yeux. La lumière du soleil venant me rappeler qu'il faisait jour depuis un moment. Mes douleurs musculaire me rappelant pourquoi j'étais dans ce lit encore à cette heure. Je frottais mes yeux. Je baillais avant de me placer afin que je sente moins la douleur m’oppresser tel un citron bien mûr.

« Bonjour... Excuse-moi d'être venu... »

Honteux, je baissais la tête. Je partais encore du principe que je n'étais pas le bienvenu à ses côtés. Pourtant j'avais senti sa détresse. Je n'avais pu résister à cet appel. Parfois ma nature d'empathe posait des problèmes. Celui d'aujourd'hui n'avait rien d’anodin. Prolongeant celui d'hier que j'avais provoqué par habitude. Celle de trop en faire. Je me prenais des vacances. Avec Joris comme centre de cette excuse. Une façon pour moi de le connaître mieux afin de soigner sa douleur. De le voir heureux, même sans moi. Les gens finissaient toujours par s'éloigner de moi. Il en serait de même pour ce garçon presque trop beau pour être réel. En le tenant dans mes bras, j'ai pu sentir à quel point il était vrai.

« Premier jour de congé... C'est étrange de le dire tout haut. Je me demande comment je vais occupé ma journée. »

J'aurais bien sauté du lit, il tenait une tasse dans ses mains...

« C'est pour moi ? »

La question était juste, car il était venu avec. C'était sûrement pour une raison. J'ignorais laquelle. Il suffisait d'écouter sa réponse et d'aviser après. Oui, j'allais faire ça en premier, profiter de la présence qu'était Joris. La chérissant.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   27.01.17 23:51


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Je levais les yeux au ciel en l'entendant quémander du temps. Quel gros fainéant. Est ce que moi j'étais toujours en train de dormir ? Me rappelant l'état dans lequel se trouvait Paul à cause de son acharnement au travail, je décidai de ne rien dire. Cinq minutes ce n'était pas très long après tout. La preuve, le paysagiste avait déjà ouvert les yeux. Je le laissais émerger de son sommeil, sachant que ce genre de chose demandait du temps. Surtout quand on venait de sortir d'une énorme fatigue.
Je ne m'attendais pas à ce qu'il s'excuse d'être là. Il n'avait rien fait de mal, même si en songeant à nouveau aux évènements de la veille je me mettais à rougir.

- Tu...tu n'a pas à t'excuser...c'est ton lit de toute façon...


Heureusement que j'avais dormi habillé, sinon je me serai senti encore plus gêné de cette proximité. Ce qui était assez comique, étant donné que jusqu'à cette nuit j'avais toujours simplement porter un caleçon et que ça ne m'avait jamais dérangé d'être ainsi dans les bras de Paul. Ce dernier devait surement se sentir coupable de ce qui s'était passé dans la salle de bain. En y repensant, c'était moi qui avait glissé et l'avait entrainé dans ma chute. En plus je l'avais lâchement abandonné avec son mal. Il avait dû extrêmement souffrir pour venir jusque dans la chambre simplement pour me tenir dans ses bras. Il fallait dire que j'avais passé une nuit atroce à penser à Cain.

- Je...je suis désolé pour hier...j'ai paniqué...

Je baissais la tête pour cacher mes rougeurs. Il était beau le Seed qui se mettait dans tous ses états simplement parce qu'un homme lui était tombé dessus. La honte si mes camarades l'apprenait. Si Nathan le savait il allait se moquer de moi c'était certains. Enfin, il n'y avait pas de raison que qui que se soi, soit au courant de l'affaire. Vu qu'on était que tous les deux. Paul allait rester enfermer chez lui à se reposer et moi...j'allai lui tenir compagnie. Je n'avais rien d'autre à faire de toute façon.

- Tu a intérêt à t'y faire, je ne compte pas te laisser sortir...

Je trouverais bien une occupation. Entre sa vieille console de jeux et la télévision, il y aurait bien de quoi être au calme pendant quelques heures. Paul me demanda si c'était pour lui, et je haussai un sourcil avant de comprendre qu'il parlait de la tasse. Je l'avais complètement oublié. Avec un petit sourire je lui tendais l'objet, continuant de mentir comme j'en avais pris l'habitude avec lui.

- C'est un remède de grand mère, tu te sentira un peu mieux après avoir bu ce qu'il y a dedans

En soi ce n'était pas totalement faux. A part que la grand mère, était loin d'en être une. Et il n'y avait aucun mal à utiliser une potion sur un civil. Ce n'était pas comme si j'avais pratiqué de la paramagie sur lui. Une fois Paul en forme, on pourra aller déjeuner parce que j'avais faim. Du coup je n'avais rien cuisiné tout à l'heure. Mon estomac ne tardait pas à me le rappeler en se manifestant. Je posais ma main sur mon ventre, me mordant la lèvre d'un air coupable. Depuis que je "vivais" chez Paul, ce dernier veillait à ce que je mange bien. Pourquoi ? Je ne savais pas trop. Sans doute me trouvait il trop maigrichon malgré mon corps légèrement musclé.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   28.01.17 16:12

Je riais doucement, oui, c'était mon lit. Mais c'était un peu le sien par procuration. Je ne pouvais pas m'imposer à lui, avec cette seule volonté de sentir sa présence à mes côtés. Comme un enfant réclamant son doudou. Sauf que ce dernier était vivant et je devais tenir compte de son avis. Il s'excusait pour avoir réagi excessivement. Je souriait, posant doucement ma main sur son bras. Sans le brusquer. Ce besoin de contact me surprenait souvent. Comme si je rattrapais mon éloignement des hommes et des femmes durant mes études. Il déclarait ne pas vouloir me laisser sortir. Ce qui enclenchait un fou-rire chez moi. Comme si je faisais le poids dans mon état, puis je lui avait promis des jours de congé à Joris. Je n'allais pas revenir sur mes promesses. Ça ne se faisait pas trop dans ma famille. Un grand sens de l’honneur, tel était leur credo.

« Merci. »

Je prenais la tasse doucement, il disait que c'était remède de grand-mère. Je ne sentais pas l'odeur, sachant que les remèdes les plus efficace était les plus dégoûtant. J'avalais sans discuter plus que ça la boisson. C'était pas le truc bon par excellence, mais pas si mauvais. Moyen. Mais effectivement ça allait mieux.

« C'est efficace, je vais faire un repas, j'ai faim, très faim. T'inquiète, j'ai un tabouret dans la cuisine. Je m’installerait dessus autant que possible. J'ai encore un peu mal. Je ne serai pas contre un pettit coup de main pour récupérer les ingrédients...On va nourrir ce grand garçon. »

Je riais avant de me lever. J'avais mal, mais c'était supportable. Je pourrais cuisiner pour mon appétit et le sien, je n'avais rien mangé depuis hier midi, donc, oui, mon estomac grondait fort. Je suis sorti avec la tasse en main. Mon pas plus lent que d'habitude. Je m’installais sur le tabouret. Je faisais une pause et réfléchissait à ce qui pourrait caler l'appétit monstre qui sommeillait en moi. Des œufs déjà. Peut-être un repas digne d'un roi. Avec multiples victuailles. Donc, aidé de cette idée, je me suis levé sans trop de difficulté. Ça allait occupé ma journée de congé. Je p^renais les oueufs, puis le bacon. Et si je faisait des gaufres, ou des pancakes. Hum.

« Pancake ou gaufre ? »

Je demandais à Joris, sa réponse ferait pencher la balance. Je n'avais qu'à mettre les ingrédients sur le plan de travail avant de me réinstaller sur le tabouret. Définitivement, je resterai à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   30.01.17 21:00


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Pourquoi est ce que mes interlocuteurs se mettaient à rire quand je leur parlais ? Cela devenait vexant à la longue, surtout que je n'avais fait aucune blague ou quoi pour mériter des rires. C'était donc tout naturel de penser que l'on se moquait de moi. Bien que en côtoyant Nathan, j'avais fini par comprendre que parfois le cerveau des humains pouvaient passer par des chemins tortueux qui amenaient à rire. Allez savoir donc ce qui était passé dans la tête de Paul il y avait quelques secondes...Je fronçais légèrement les sourcils tout en appuyant sur mes propos concernant son interdiction de sortir. Peut être prenait il ma menace à la légère.

- Je suis très sérieux Paul. J'en ai pas l'air mais je peux me montrer très persuasif...


Même si dans son état, le paysagiste ne risquait pas de courir bien loin. C'était simplement lui épargner une peine inutile vu que j'arriverai à le rattraper sans problème en cas de fugue. En attendant, il n'avait qu'à boire la potion que j'avais soigneusement versé dans une tasse. L'effet était immédiat et j'étais ravi de savoir qu'il l'avait ressenti. Bon, il ne pourrait pas encore faire le fou mais au moins, il tiendrait tout seul sur ses jambes. Il avait déjà tout prévu dans sa tête avec un tabouret et mon aide. Il riait avant de se lever.

- Ya ! Qui est ce que tu traites de grand garçon !

M'exclamais je en prenant mon portable avant de le suivre. Je ne pouvais pas prendre le risque de louper un appel de la BGU parce que j'étais occupé à faire le petit déjeuner avec quelqu'un. Cela serait vraiment mal vu comme excuse.
J'ignorais quel âge avait Paul en y pensant. Je ne lui avais jamais posé la question. Il n'avait pas l'air bien vieux. Je dirais qu'il était tout de même plus âgé que moi. Pas de beaucoup. Je le laissais réfléchir au repas, prêt à exécuter ses ordres. Vu comment mes talents culinaires étaient élevés, je laissais cette tâche le plus souvent possible au paysagiste. J'ouvrais le frigo afin de me servir un verre de lait froid. On ne changeait pas ses habitudes peu importe l'endroit où l'on avait dormi.
Paul me demanda si je préférais manger des pancakes ou des gaufres. J'avais faim mais il ne fallait pas non plus pousser. J'allai finir énorme avec lui. Je posai ma main sur mon ventre, comme si ce dernier allait se mettre à grossir dans la seconde. Une petite moue s'affichait sur mon visage deux secondes avant de tourner à nouveau mon attention sur mon hôte.

- Euh...des pancakes ?

Enfin UN pancake, serait suffisant. Mais je n'avais pas envie de faire mon capricieux alors que je squattais chez Paul gratuitement.
Mon portable se mettait à sonner et je soupirai, maudissant ma vie et mon boulot avant de m'apercevoir que c'était mon père qui m'appelait. Cela dit, je ne savais pas vraiment si je devais en être heureux. Généralement, il ne me téléphonait que lorsqu'il allait passer à Balamb dans pas longtemps. Il ne m'avait même pas appelé pour mon anniversaire. Il ne le faisait d'ailleurs plus depuis la mort de Cain. Je restais tout de même dans le salon tout en décrochant, au cas où Paul aurait besoin de mon aide. Vu son état, il serait capable de se couper.

- Qu'est ce que tu veux papa ?[...] Non je ne suis pas à la...maison, je suis chez quelqu'un[...] Non tu ne le connais pas[....] Depuis une semaine[...]Aish, pourquoi est ce que tu dit que j'ai couché avec lui ? J'ai aucune envie de faire ce genre de choses avec lui ! Mon propre père est un obsédé, comme si j'avais pas déjà suffisamment de mecs en manque autour de moi[...] Ya ! C'est toi qui a commencé à parler de ma vie sexuelle[...] Tu commences à m'agacer papa ![...] Je vais manger pleins de pancakes et je deviendrais énorme ! Tu entends ? E-NOR-ME !

Je criais le dernier mot en mettant le portable devant moi avant de raccrocher et de le jeter sur la table de la cuisine. Mon père devenait vraiment de plus en plus insupportable en vieillissant. Je ne savais pas si c'était parce qu'il se sentait seul de l'autre côté de l'océan mais je n'avais aucune envie de devoir supporter ses humeurs et ses sous entendus. Il savait pertinemment que je ne m'intéressait pas du tout à l'amour et tout ce qui allait avec. Alors, il allait devoir s'y faire et accepter le fait qu'il aura pas de petits enfants. Il a qu'à adopter un chien à la place.
J'avais envie de me défouler mais je ne pouvais pas le faire ici. Utiliser ma paramagie devant un civil et dans un appartement. Alors à la place, je m'approchais de Paul pour le serrer fort dans mes bras. Lui au moins, il ne me jugeait pas.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   31.01.17 21:07

Je savais qu'il était sérieux, il m'avait porté, c'était qu'il n'était pas dénué de force. Alors, je n'allais pas le fâcher plus que nécessaire. Je frottais mes mains pour les réchauffer. Un geste sûrement bien inutile étant donné ce que je préparais. Mais une habitude, c'était difficile à retirer. Pas impossible néanmoins. Il suffisait de voir à quel point mon quotidien avait changé depuis qu'il était là. Il faisait une moue adorable. Celle qui me donnait de lui faire d'autres câlins. Il se décidait pour les pancakes. Je les faisais donc sans traîner. Alors qu'il était en train de faire son repas. Le téléphone du mannequin sonnait. Ce qui le surprenait. Il recevait pas tant de coup de fil que ça. Ils devaient être plus messages courts. En écoutant les mots de son squatteur c'était son père. Il ne semblait pas être content de l'avoir derrière le combiné. Pas vraiment de colère, mais je pouvais la sentir monter doucement. De l'agacement aussi. Il finissait son coup de fil, il me laissait perplexe. Je faisais cuire les premiers pancakes, alors que le téléphone glissait un peu sur la table. Je l’aurai bien serré, mais j'étais occupé. Mais aussi surprenant, c'était lui qui venait à moi. Je le serrait aussi bien que je le pouvais. Laissant ma préparation en pause. Je ne savait pas quoi lui dire, j'avais toujours aimé mon père. Mais c'était sa vie à lui, et ses soucis. Il le serrait fort, caressant son dos en silence.

« Je serai là tant que tu le veux, Joris. Et quand même je te nourris bien, je ne pense pas que tu sera énorme. Tu sera toujours beau à mes yeux. Je ne vais pas me priver de cuisiner pour deux. »

Car c'était un plaisir, la cuisine est un art qui est centré sur le partage. Des fois, je me demandais si je m'étais pas tromper de voie. Mais définitivement, je n'aimais pas être enfermé trop souvent à l'intérieur et diriger. J'avais des employés de temps en temps. Mais pour moi, il avait les mêmes droit que j'avais. Bien que je donne des conseils pour les plantes. Je préférait les ordres à ceux qui pouvait le faire.

« Puis tu dois me surveiller. Je ne dois pas travailler. Si tu m'excuse, je dois m'asseoir quelques temps. »

J'avais du mal à avouer mes douleurs. Elles semblaient si habituelles. C'était pas en un jour que je guérirait, mais avec son remède de grand-mère.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   02.02.17 21:50


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Me plaindre de mon père alors que Paul n'avait plus le sien serait franchement égoïste de ma part. Malgré nos engueulades de plus en plus fréquentes, j'aimais mon paternel. Il avait élevé mon frère et moi tout seul, après la mort de notre mère quand nous étions jeunes. Il m'avait épaulé suite à la disparition de Cain. Il ne s'était pas laissé tomber dans la dépression comme moi. Il avait tout pris sur ses épaules, essayé de rester droit pour deux personnes en deuils. Mais là, en ce moment, j'avais vraiment pas envie de le voir ni de l'entendre. Je n'avais que vingt quatre ans, même si je ne croquais pas ma vie à pleine dents, j'avais encore une longue route devant moi. Pas vraiment des plus lumineuses, surtout rempli de noirceur et de solitude mais le chemin était bien présent. A moins de me faire tuer durant une mission, je ne risquais pas de venir sur le bord de la route.
Et puis de l'autre côté j'avais Paul. Mon père ne comprendrait jamais notre relation. Comment j'avais pu atterrir chez un inconnu, un homme qui m'avait pris dans ses bras plusieurs fois dans le parc simplement parce qu'il arrivait à ressentir ma tristesse. En y pensant, je ne savais vraiment pas grand chose du paysagiste. Sa gentillesse m'était amplement suffisante. Je n'avais pas peur de lui et je savais qu'il ne me ferait jamais de mal.
Ses propos me mettait légèrement mal à l'aise. Même si j'étais confiant sur mon physique, ce n'était pas souvent que l'on me disait ce genre de chose. Une phrase sortie tout droit d'un film et qui irait mieux dans la bouche d'un petit ami que d'une personne chez qui je squattais.

- Réserve ce genre de phrase à ton futur amour plutôt

Le réprimandais je avec un petit sourire. J'ignorais si Paul avait l'intention de se trouver quelqu'un. Je me demandais même si c'était possible avec son empathie. Au moins cette personne ne manquerait pas de câlins et n'aurait même pas besoin de faire savoir au paysagiste qu'elle allait mal.

- Par contre, je ne risque pas de me priver de ta cuisine


Malgré ce que je pouvais penser, les plats de Paul étaient délicieux. C'était aussi la raison pour laquelle je venais ici. Profiter de son lit et aussi de ses talents culinaires. Pourquoi m'embêter à aller acheter un sandwich alors que j'avais un cuisinier pour moi tout seul ? Cuisinier qui n'était pas au top de sa forme.

- Assis toi, je vais m'occuper de la cuisson !

Je l'aidais à s'asseoir sur le tabouret avant de me tourner vers les pancakes. Ca ne devait pas être si difficile de faire cuire de la pâte. Au pire, Paul avait juste à me dire quand c'était bon. Malgré la potion que je lui avais donné, il avait toujours mal. Il avait simplement pu retrouver un peu d'énergie, ce n'était pas comme un soin. Et si je le soignais discrètement, comment expliquer ce subit regain ? C'était trop risqué. Je soupirai. Paul devant surement ressentir que j'étais en train de trop réfléchir. C'était ainsi depuis que je m'étais retrouvé tout seul dans la fosse aux lions. Comprendre un univers dans lequel on avait jamais essayé de s'intégrer c'était ardu. Tournant la spatule entre mes mains, je finissais par me tourner vers le paysagiste.

- Tu as des amis Paul ?
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   03.02.17 20:09

Je le regardais comme s'il avait quelque chose de grave. Mon futur amour, je sais que beaucoup de gens court après, que ça pouvait faire mal comme beaucoup de bien. Mais j'ai jamais aimé comme ces gens. J'aime beaucoup les plantes, mais pas comme ça. Plutôt comme des choses que j'élèverai, des enfants que j'aiderai. Paradoxal, quand on savait que j'étais refermé sur moi-même à peu près à cette période que je me suis enfermé dans une bulle. C'est avec un petit sourire que je le regarde quand il dit ne pas vouloir se priver de cuisine. Encore heureux, je cuisinais un peu moins bien pour moi tout seul. Avant qu'il me dise de m'installer sur la tabouret et qu'il s'occuperait de la cuisson. Je ne devais que lui dire comment faire. Pas sorcier.

« Tu peux la tourner s'il te plaît. Je n'ai pas d'ami. J'ai été infect pendant mes études, distant comme pas possible. Comme toi, j'ai porté assez mal mon deuil. Du coup, je n'ai pas ce qui s'en rapproche de près ou de loin. J'ai juste toi qui me rappelle que j'existe pour autre chose que mon travail. Alors penser à l'amour, c'est un peu loin de mes idées. J'ai pu ressentir les choses du point vue des couples qui passaient, certains heureux, d'autres tristes, et pleins de subtilité dans leur sentiment. Pas mal de choses mélangées. Je ne suis pas triste d'être seul, j'ai toujours un moyen d'avoir des câlins. N'oublie pas de la retirer s'il te plaît. »

Je n'aimais pas commander, donc, je le faisais avec douceur, alors que mon corps profitait de cette pause. J'avais moins mal dans cette position. Je pouvais pas rester longtemps debout sans ressentir ma tête qui tourner et mes jambes avaient la forte envie de me laisser choir sur le sol. Me lever n'était pas une bonne idée en soi. Définitivement, je prenais mes premiers congé hors saison ou pluie. Travailler sous la pluie quand on travaille dehors, c'est l'enfer. Sans oublier le terrain après. Une horreur.

« Tu voudras bien mettre la table Joris, je m'en sens bien incapable en ce moment. »

Je me suis mis à ranger un par réflexe. Car il n'avait plus besoin de ces choses pour le moment. J'étais bien parti avant que mon corps me freine, bon, je vais imiter la carpette. Trois, deux, un, pas raté. Je m'installais sur la tabouret de justesse. En grognant un peu. Je détestais rester inactif alors que lui cuisinait.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 425
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : Moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance■■
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   04.02.17 22:33


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Vu la tête de Paul, l'amour ce n'était visiblement pas son truc. On aurait dit que je venais de lui annoncer qu'il allait mourir. Cela dit, je devais avoir la même expression quand on abordait ce sujet avec moi. Même si en y pensant, il n'y avait eu que Nathan d'assez fou pour s'aventurer là dessus et sur le sexe. Rien que de repenser à la conversation que l'on avait eu j'en avais des frissons d'horreurs. Et puis ce qui était aussi étrange, c'était le léger soulagement que j'avais ressenti. Surement parce que si il trouverait l'amour, je devrais partir d'ici. Est ce que c'était égoïste de vouloir rester dans un endroit qui ne nous appartenait pas ?
C'était sur cette pensée que je me retournai pour accéder à la demande de Paul. Je tournai doucement le pancake dans la poêle tout en écoutant le paysagiste. J'avais du mal à imaginer ce dernier infecte avec les autres. Moi qui n'avais connu que l'homme distributeur de câlins, c'était assez compliqué de voir autre chose en lui. A quel moment s'était il dit, qu'il devait changer ? Etre gentil ou méchant. Au final, il était toujours aussi seul. Si je ne m'étais pas imposé chez lui, le travail aurait été son seul compagnon. Je ne comprenais toujours pas ce délire, comme Aiden qui ne faisait que penser boulot. C'était tout de même très triste comme façon de vivre.

- J'ai du mal à t'imaginer méchant... Je sais que la mort peux changer les personnes, c'est une réaction normale...Après la disparition de Cain...j'étais encore plus distant que d'habitude et surtout perdu...


Me confiais je tout en retirant le pancake du feu pour en mettre un autre. J'avais toujours été mal à l'aise en société, je ne pouvais donc pas être infecte envers mes interlocuteurs. A vrai dire, j'avais pour habitude d'ignorer les autres parce qu'ils ne méritaient pas mon attention. Mais c'était assez difficile d'agir ainsi quand on en venait à être toucher. Compliqué d'ignorer quelqu'un qui vous prenait subitement dans ses bras. Un total inconnu qui se permettait une étreinte alors que vous n'aviez rien demandé.

- Serrer des millions de gens dans tes bras, je ne pense pas que ça soit un remède à la solitude...Te perdre dans ton travail non plus...


Soufflais je en quittant mon poste pour aller mettre la table comme Paul me l'avait gentiment demandé. Je le voyais tout de même commencer à ranger les choses dont on avait plus besoin. Je levais les yeux au ciel, me retenant de rire lorsqu'il manqua de peu de tomber par terre en ratant le tabouret pour s'asseoir.

- Je t'ai dis de rester assis...je rangerai plus tard

Je m'avançais vers lui, les mains sur les hanches - comme j'avais souvenu vu mon père faire quand Cain et moi on avait fait une bêtise. Je soupirai, retournant m'occuper des pancakes. On disait que sur certaines choses j'étais pire qu'une fille mais Paul me dépassait largement au niveau du ménage. Il ne valait mieux pas qu'il voit l'état de ma chambre à la BGU. C'était un vrai dépotoir.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 121
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   05.02.17 10:46

Je souriais, il m'imaginait pas méchant. Pourtant je l'ai été un bon moment. Bien qu'il était triste de parler de ce Cain. Ce garçon qui occupait les pensées de Joris, jusqu'à ce qu'il en souffre horriblement du fait qu'il ne serait jamais plus là. Sûrement pour l'aider, le guider et l'aimer. Il me reprocher de trop en faire, de donner trop aux gens et à mon travail. Je roulais un peu mes yeux. Je m'étais déjà excusé pour ça. Je ne voulais pas étendre ce sujet. Alors, je lui ai simplement tendu la main. Oui, il m'avait dit de rester assis. Mais j'étais un peu têtu, surtout maniaque, dire que je travaille avec des plantes. J'en avais ramassé des saletés, à ne plus savoir en compter. Pourtant mon appartement était propre. Il se fâchait comme mon père, c'était comique à voir. De le voir si contrarié par mes actions. C'était la preuve qu'il tenait à moi.

« Merci, même si je sais que je serai sûrement obligé de passer un coup derrière. Profite de ma fatigue autant que tu le peux. Je finirai par ranger... En attendant n'oublie pas de retourner tes derniers pancakes, n'attends pas de sentir le brûlé. C'est moins bon. Je te laisse gérer. »

J'allais l'installer sur la chaise derrière la table, très peu confortable, un coussin de plus ne serait pas du luxe. Je laissais mes jambes s'étaler sous cette dernière, soupirant de soulagement alors que ma main tentait de soulager le tout des massages. Mais contrairement aux dernière fois, je ne sentais pas le bien que pouvais procurer mes mains à mes muscles fatigués, pire, je commenças à avoir mal à cet endroit. Je n'allais pas empirer mon cas. Inutile de fâcher plus Joris.

« J'ai toujours été assez tactile... Puis, je dois t'avouer j'en ai serré moins dernièrement, des gens. Sauf les cas un peu comme le tien. Cette tristesse déchire mon cœur. Bien que tu es moins bavard que certains. D'un animal, en passant par le petit ami. Je pense qu'on s'attache tous, ce que je fais avec toi. »

J'étais honnête avec lui, si je pouvais ressentir quelques unes de ces émotions, je ne pouvais pas le laisser ignorant face aux miennes. C'était peu équitable. Je savais qu'il pourrait se lasser de moi, et surtout de ma cuisine. C'était un risque que je prenais chaque jour, remarquant à quel point sa présence m'était bénéfique. Comme un tournesol avait besoin de son soleil, Joris prenait une place dans ma vie. Reste à savoir si cette importance n'était pas trop grandiloquente.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse
» hmmm... C'est embêtant ... HELP ME EIRIIIIIIIIN !!
» Tant de fois s'appointer...Par Grendif
» BIG JIM Nous t'avons tant aimé !!!
» Pas de catégorie "musiques" ? Bon, bah tant pis ! ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Have A Break :: Notre Histoire :: Chapitre 4 : Esthar et la tentative d'assassinat-