AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   06.02.17 21:18


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Si il tenait à avoir un appartement propre, il valait mieux pour Paul ne pas me laisser faire tout seul le ménage. Mais présentement, il devait mettre son côté maniaque de côté et penser à sa fatigue. Se reposer était primordial pour mieux repartir. Le mieux était de ne pas se fatiguer déjà à la base mais bon, je n'allai pas jouer le rôle de la mère. Ce n'était pas du tout le mien et j'étais surtout mal placé pour faire la morale à qui que se soit en ce qui concernait ce genre de chose. Ma chambre à la BGU était la mienne, mais si une inspection était mise en place, surement passerais je encore une fois un mauvais quart d'heure. Paul me donnait un dernier conseil culinaire et je surveillais méticuleusement la cuissons des pancakes pour ne pas qu'ils finissent brûlés. Cela serait vraiment dommage de devoir jeter de la nourriture. Jugeant que c'était bon, je sortais le petit déjeuner de la poêle pour le poser sur une assiette que j'avais penser à prendre au passage en mettant la table.
Je surveillais aussi le paysagiste qui était partie s'asseoir à table. Ses jambes semblaient vraiment le faire souffrir et je m'en voulais un peu de ne pas pouvoir l'aider mieux qu'avec une potion. Je pourrai aussi aller chercher une autre fiole mais si jamais il m'arrivait quelque chose, j'en aurais aussi besoin. Paul n'aurait donc pas d'autres choix que de passer la journée allonger sur son lit. Je pourrai aussi passer à la pharmacie chercher des anti-douleurs ou de quoi soulager ses muscles de la jambe.

Il m'avoua alors des choses, subitement, comme ça. Ma tristesse déchirait son cœur ? Je n'avais rien demandé moi. Encore moins qu'il s'attache à moi. Cette révélation me faisait me brûler les doigts alors que je retournai un pancake. Je me mordais les lèvres avant d'aller passer rapidement ma main sous l'eau froide. S'attacher à moi, quelle drôle d'idée alors qu'il ne savait rien de moi. Ce n'était pas comme Nathan, qui connaissait mon vrai travail, mes défauts et mes qualités. Paul ne m'avait jamais posé de questions. Peut être parce que ça ne l'intéressait pas ? Il se satisfaisait simplement en sentant ma tristesse. Mais je n'étais pas que cela.

- Tu ne t'es pas attaché à moi, tu t'es attaché à mes émotions

Rétorquais je tout en revenant sur la gazinière. Mes doigts me brûlaient légèrement mais je n'allai pas en mourir. Quand je serai seul, je m'en occuperai avec un petit sort de soin. D'ici là, je devrais supporter la douleur. Décidant, que il y avait assez de pancake - et surtout parce que cela devenait ennuyant. Je ramenais l'assiette pleine sur la table avant de prendre place en face de Paul.

- Je viens et je pars de chez toi comme bon me semble, je profite de ta cuisine et de ta personne. Tu sais simplement que je suis mannequin. Qui te dis que je ne suis pas un meurtrier qui se cache ? Tu ne m'a jamais rien demandé Paul. Tu ne peux pas t'attacher à un sujet "vide". Je ne suis pas un animal trouvé dans la rue ni un nouveau né qui vient de voir le jour. Je suis un adulte, avec un passé. Triste comme tu as pu le sentir. Mais...tu ne t'es jamais intéressé à moi...est ce que je t'indiffère à ce point ?


Demandais je en faisant une petite moue. Pas que je tenais à ce que Paul me pose des questions mais il avait jamais tenté de le faire. Surement parce qu'il avait compris que je n'aimais pas les interrogatoires mais tout de même. N'était il pas un minimum curieux sur cet homme qui était entré par effraction chez lui et qui maintenant squattais presque tous les soirs ?
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   07.02.17 20:42

Je ne pouvais pas tellement bouger, ce n'était pas si grave que ça. Il y avait pire. Je partais toujours du principe qu'il y avait mieux et pire que ce je pouvais faire. Bon, je me sens pas très beau, mais ça c'est une autre histoire. Il me disait que non, je n'étais pas attaché à lui, mais à ses émotions. Sur le coup. J'ai eu le souffle coupé. Mais, que pouvais-je dire ? Je n'en savais rien. J'ai retenu mon souffle. La suite n'était pas mieux. Je reculais un peu sur mon siège. Je me mordais les lèvres. Il devait avoir ses réponses étais-je capable de lui donner sans pleurer. Je respirais à nouveau. Car j'avais cessé de le faire.

« Je... Je n'ai jamais posé de question car je ne voulais pas remuer ce passé. Ni que tu te mette à déprimer par ma faute... Je ne m'attache pas à un sujet vide, je sais qu'on tous les deux perdus des gens qui nous manquent. Qu'importe si tue des gens, je ne te vois pas comme une personne cruelle. Un peu spéciale, certes, que sais-tu de moi, Joris ? J'ai aussi un passé. Je préfère le laisser à sa place... Tu ne m’indiffère pas. »

Je mangeais un des pancakes avant de fuir, à nouveau, pas loin cependant. Ma chambre semblait un bon endroit pour s'échouer. Je me laissais tomber sur le lit. Bien vite que ces fichues douleurs s'en aillent. Ma tête tournerai moins. Je me sentirai moins infect, finalement, j'avais gardé des choses de ma période ou j'étais éloigné de tous. Je n'ai pas poser les questions. J'avais accepté mollement son invasion chez moi. Je soupirai. Que devais-je faire ? Je tendais la main vers le cousin. Celui qui était sous ma tête en temps normal. Je l'ai serré, non par besoin, juste pour sentir quelque chose, une chose qui ne reprocherait mon manque d'implication. Je n'avais plus très faim. Cette histoire m'as coupé l'appétit. Je suis un monstre au fond. Pas ceux qui pourrait sauver ce monde, un de ceux qui le détruit en essayant de bien faire. Le spire de tous à mes yeux. Je ne savais comment faire pour changer. Le devais-je ? J'en sais rien. J'ai mis le coussin sur mon visage brièvement. Je n'avais pas encore pleuré, car je luttais contre cette émotion. Je ne voulais l'imposer à personne. Surtout à lui.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   08.02.17 21:39


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Est ce que j'avais été trop brutal ? Je voulais simplement être honnête. Après tout c'était je n'avais fait que dire la vérité. Les humains étaient vraiment trop susceptibles dès lors que l'on approchait le vrai. Mon but n'avait pas été de le blesser, mais de lui faire savoir qu'il devait se poser des questions sur son fonctionnement. Si moi j'étais bizarre, il l'était tout autant. J'avais l'habitude d'être vu comme un extra-terrestre au sein de la BGU. Simplement parce que je n'étais pas un Seed commun. Des mercenaires pacifiques, cela ne courraient pas dans les rues. Paul avait donc bien raison de ne pas me voir comme une personne cruelle mais, l'apparence ne voulait pas tout dire. Si je voulais, je pourrai le tuer dans la seconde dans son appartement et personne n'en saurait rien.

- On est pas obligé de parler de nos passés...

Même si je n'étais pas une personne très bavarde de base, il y avait des moments où j'avais envie de discuter. Surtout si il y avait quelqu'un d'adéquat pour cela. Raison pour laquelle la plupart du temps je restais muet, pourquoi se fatiguer à parler avec des idiots ? A mes yeux, Paul n'était pas stupide il était juste étrange, fou et pervers. Mais je suppose, que toutes ces choses faisaient qu'il était différent des autres. Et il avait aussi une fâcheuse tendance à fuir quand il était froissé. A peine avait il terminé de manger son pancake, que le paysagiste m'avait laissé seul. Je soupirai devant tant d'immaturité et finissais tranquillement mon assiette. Je m'étais donné tant de peine pour cuisiner, ce n'était pas pour jeter à la poubelle. Une fois fini, je me levais pour me diriger vers la chambre. Je restai sur le pallier de la porte observant Paul allongé sur son lit. Est ce que j'étais censé m'excuser ? Mais de quoi ? Je n'avais commis aucune faute. Même si je n'avais pas son don, je voyais bien qu'il était triste.

- Ecoute je ne voulais pas te faire du mal...seulement...tu es trop gentil Paul, et je ne voudrais pas qu'une personne mal attentionné profite de ça. Tu as de la chance d'être tombé sur moi, qui suis loin d'être cruel, comme tu l'a deviné...


Je m'avançais vers lit et ayant oublié que j'avais laissé mon sac en vrac sur le sol, trébuchait dessus. Je poussai un cri de surprise hautement viril tandis que mon corps partait en avant, s'écrasant comme une crêpe sur le sol. Décidément, je devenais maladroit dans cet appartement. Il y avait cependant eu plus de peur que de mal. Je m'asseyais sur le plancher, me massant le front qui n'avait cependant pas eu la chance d'être épargné et avait embrassé le sol.

- Voilà, tu vois, on m'a puni

Soufflais je en songeant que je risquais d'avoir une bosse dans pas longtemps. Je maudissais mes affaires de ne pas être rangé. Pourquoi est ce que mon sac trainait là d'abord ?
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise



Dernière édition par Joris Wilder le 09.02.17 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   09.02.17 19:19

Je n'étais pas normal, je le sais, mais ces remarques avaient fini par me blesser. C'était intentionnel de sa part. Pourtant, je sentais mon cœur se serrer dans ma poitrine. Ce n'était pas que le passé qui faisait mal, mais aussi le présent. Il disait qu'on n'était pas obligé d'en parler. Je l'ai trop fait. Pour exorciser mes démons. Ceux qui m'avait rendu aussi distant que la glace de ma région natale. Il disait qu'il ne me voulait pas du mal, en argumentant que j'étais trop gentil. Une personne pourrait abuser de moi. Sans que je m'en rende compte. Des gestes que je faisais en toute bonne foi. Sans me préoccuper du reste. Il n'était pas cruel dans ces gestes, en effet, mais dans sa façon de faire par moment. J'avais mal. Avant qu'il tombe, ce qui me faisait tourner vers lui. Il était bel et bien tombé. Je le regardais alors qu'il disait qu'il avait été puni.

« Je n'aime pas quand tu dis que je suis insensible, c'est faux. Heureusement que je suis gentil, sinon je ne pourrait pas te pardonner pour tes maladresses. Tu me dis de moins l'être, je ne sais pas comment je dois faire. Je ne serai pas tel que tu pourrai le vouloir. Comme tu disais avant, nous avons un passé. Je te demande pas de changer absolument. J'aimerai savoir des choses sur toi, comme tu voudrai savoir peut-être ce qui fait de moi ce que je suis. Je resterai quelqu'un de gentil. C'est dans ma nature. »

En sauvant ceux qui m'avait laissé à mon sort. Je ne pouvais laisser ces émotions brisé une autre personne. Joris pouvait être un bon exemple. Je soupirai doucement avant de me mettre près de lui.

« Excuse-moi de penser à toi, je ne pense pas beaucoup à moi-même, je sais, ce n'est pas bien. Je n'aime pas te voir blessé... »

Pour confirmer mes dire, je m'approchais de lui, laissant tomber le cousin et regardant la bosse qui n'allait pas tarder à faire son apparition. Il fallait de la glace. Son visage fait partie de ses outils de travail. Je le regardais tendrement.

« Allons mettre de la glace là-dessus. Je ne veux pas que ton patron te crie dessus... »

J'avais pas très mal pour le moment, je pouvais rester un moment debout. Quelques minutes tout au plus. Je me dirigeais vers la cuisine, lentement, je ne fuyais pas. J'allais m'occuper de lui, un peu.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   11.02.17 19:36


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Insensible était bien la dernière chose que je penserai au sujet de Paul. Si c'était le cas, il n'aurait pas perdu son temps à essayer de me consoler en me serrant dans ses bras. Je lui reprochais juste de ne pas s'être intéressé à ce que j'étais et d'être trop gentil. Je ne lui demandais pas non plus de changer totalement, simplement d'être prudent dans sa vie. Il suffisait de voir dans quel état il était pour deviner qu'il ne pensait jamais à lui ni à sa santé. Sans moi, il serait certainement en train de travailler alors qu'il tenait à peine debout.

- Je ne te dis pas de devenir méchant. Ta gentillesse fait partie de toi, c'est une qualité mais à trop grande échelle cela peut être un défaut, un danger pour toi.


Beaucoup de qualités pousser à l'extrême devenaient l'opposé. Par exemple, mon côté pacifique mettait en danger mes coéquipiers mais aussi moi même. Je le savais pertinemment, j'essayais de travailler dessus mais il y avait toujours ce blocage. La chose la plus étrange, c'était que contre les monstres je n'avais aucun souci. Surement parce que je savais qu'il n'y avait aucun moyen de négociation avec les bêtes. Et surtout parce que l'une d'entre elles avait tué mon frère.
Paul s'était approché de moi, s'excusant de toujours penser à moi plutôt qu'à sa propre personne. Au moins, il se rendait compte que cette façon de faire n'était pas bonne. Est ce que je le blâmais réellement pour cela ? Pas vraiment. A vrai dire, j'adorais savoir qu'il y avait quelqu'un qui s'inquiétais pour moi, autre que Nathan.

- Heureusement que je suis là pour penser à ton bien être à ta place alors

Je le laissais regarder mon front, croisant son regard qui était rempli d'un sentiment que je n'avais pas vu depuis longtemps. Je me mettais à rougir sans pouvoir me contrôler, gêné par ce nouveau fait. Je repensais au baiser que Paul m'avait donné la dernière fois sur la joue. Les questionnements que j'avais oubliés après cela revenait dans ma tête. Comment est ce que l'on faisait pour vérifier une hypothèse pareille ? Je ne pouvais pas faire comme avec Nathan et poser directement la question. Même si Paul n'était pas du genre à rire au nez, je ne désirai pas le mettre mal à l'aise si c'était faux, ou vrai d'ailleurs. Je me mettais debout, suivant le paysagiste jusqu'à la cuisine pour la glace. L'esprit préoccupé je ne faisais pas attention au tabouret laissé et rentrait dedans. Heureusement Paul était juste à côté et je m'agrippais à lui pour ne pas tomber. Décidemment, j'aurais mieux fait de rester coucher aujourd'hui. Me rendant compte que je tenais toujours Paul, je le lâchais avant de reculer d'un bon mètre.

- Hum...qu'est ce que tu veux faire après ? A part t'occuper des plantes, tu aimes quoi d'autres ?

Demandais je après un silence, essayant de cacher ma gêne après avoir éviter une nouvelle chute.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   12.02.17 10:28

Quand bien je le voudrais, je ne serais jamais méchant. C'était un fait. Bon, j'avais mes mauvais côtés. Je laissais assez peu ces derniers en évidence. Il avait beau dire que ma gentillesse pouvait mal tourner, me mordre toute son affection sur mon visage, je ne vais pas changer d'un coup de baguette magique. Je laissais ça aux seeds qui avait mon respect. Je lui souriait doucement alors qu'il râlait qu'au moins lui pensait un peu à moi. Une chaleur traversais mon corps, je ne l'expliquais pas. C'était vraiment étrange. Très étrange. Ces choses qui m'arrivent me perturbent un peu. Je devais laisser ça dans un coin, et y réfléchir plus tard. Il manquait de tomber, avec la force que je pouvais avoir, je le tenais. Il me demandait ce que je pouvais faire après. Et me demandait ce que j'aimais à part les plantes.

« Je ne sais pas trop en fait, j'aime jouer à des vieux jeux, j'ai du mal avec la 3d, du coup, si je devais prendre des jeux récent, je chercherait cet aspect. J'aime te faire des câlins, j'avoue que je ne suis jamais trop posé la question avant. Tu va trouver quelque chose qui pourrait me plaire, sans trop m'épuiser physiquement. Et que tu tombe pas non, plus. Il faut trouver notre compte à tous les deux. »

Je savais que je n'avais pas donné trop de pistes, ce n'était pas de la mauvaise foi, juste qu'à part ces choses, je n'aimais que moyennement le reste des choses que j'avais pu tester hors de ma léthargie sociale. Sur ce coup, je pense que j'avais été pire que lui. Heureusement, j'ai un peu ouvert mes bras et mon cœur. Goûter à nouveau à ce qui m'avait manqué durant ces années sans que je le veuille. Je pouvais bouder, être blessé par ces mots, il était là pour moi. Jusqu'où mon attachement était allé bon sang ? Comment savoir ? Je vais laisser tomber, je n'ai aucune envie d'avoir mal à la tête à cause de ces trucs. J'allais m'installer sur le canapé, les coussins moelleux me faisait soupirer de plaisir, je me suis enfoncé dedans avec bonheur.

« Je serai pour rester un peu dans ce canapé. Et toi ? Qu'est que tu aimes ? Je dois être un plus curieux non ? »

Je penchais la tête, je ne savais pas trop comment m'y prendre avec lui. Le blesser serait le faire partir, j'en avais aucune envie.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   13.02.17 19:14


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Jouer aux jeux vidéos ? Ce n'était pas trop mon truc. Je n'étais pas comme cette nouvelle génération qui passait leur temps libre devant un écran de télévision ou d'ordinateur. Cela risque d'être compliqué de trouver quelque chose à faire qui plairait à Paul. Et il était hors de question qu'il passe la journée à me câliner. D'autant plus, qu'il aimait le faire à tout le monde, seulement pas à moi. J'étais simplement l'être humain le plus proche à sa portée. J'étais tout de même gêné, qu'il puisse sortir ce genre de chose aussi simplement que d'annoncer le temps qu'il faisait. Il aurait pu cependant se dispenser de me rappeler mes nombreuses chutes. C'était déjà assez compliqués comme cela, surtout qu'en plus je m'étais fais mal au passage. Paul avait l'air d'avoir oublié totalement de me soigner...Est ce que je devais me sentir vexé d'être ainsi délaissé ? Je ne savais pas trop mais en même temps ce n'était pas si grave comme blessure. Dès que je serai seul, tout sera partie et je serai comme neuf.

- Vu que tu as mal aux jambes, cela réduit fortement les activités possibles

Après il y avait pleins de choses qui nécessitaient d'être assis et pas forcément debout. Je pensais notamment aux jeux de société et au dessin. Mais le paysagiste n'avait pas l'air d'avoir de quoi jouer dans le coin, à part sa vieille console de jeu qui datait. Paul était d'ailleurs déjà partie s'installer sur le canapé, signant sa terre d'accueil pour le moment. Je le rejoignais, m'asseyant à côté de lui mais pas trop près quand même, continuant de maintenir la distance habituelle que je mettais.

- J'aime l'art. J'aime chanter quand je suis tout seul et peindre. La musique m'aide à noyer mes pensées et la peinture à oublier pendant un instant.


J'avais répondu avec un petit sourire, songeant à tout ce temps que j'avais passé là dedans. Mais personne ne s'intéressait à ce genre de choses à la BGU alors comme d'habitude, je les faisais dans mon coin. Il n'y avait que Aileen qui m'avait déjà entendu chanter, vu que c'était son métier à la base. Je me relevais, partant à la recherche de stylos et de papier avant de revenir auprès de Paul.

- La connaissance de l'autre, commence par l'observation, et il n'y a rien de tel que de dessiner quelqu'un pour ce genre de chose. On va faire chacun le portrait de l'autre. Et ne me dis pas que tu ne sais pas dessiner, ce n'est pas compliqué de tracer des traits. Je ne te demande pas quelque chose de parfait, car jamais une peinture n'égalise l'originale


Proposais je en lui tendant le nécessaire pour faire l'activité. Comme cela, Paul pourrait rester confortablement assis sur le canapé. Et comme, en tant que mannequin j'avais l'habitude qu'on m'observe cela ne me dérangerait pas. Ce n'était pas pareil à la BGU, parce que ce n'était pas des regards professionnels. C'était autre chose, de beaucoup plus mal. Et je savais que le paysagiste n'aurait jamais ce genre de pensée envers moi. Après tout, il avait eu de multiples occasions pour se manifester si c'était le cas. Vu le nombre de nuits que l'on avait passé ensemble, avec moi en caleçon blotti dans ses bras.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   14.02.17 14:31

Je ne me suis pas toujours comporté avec ça avec lui, il y avait des mamans où c’est moi qui jouait le rôle de l’adulte et lui de l’enfant. Je ne suis pas connu pour ma maturité, pour le peu que je suis, ce n’était pas grave que ça. Il disait qu’il aimait l’art. Je n’ai que dessiner des fleurs. C’était dans le cursus de mon métier. Je n’étais pas le plus doué, mais mes dessins n’étaient pas si laids. Il devrait se faire à voir des fleurs s’il voulait vraiment que je le fasse. Il venait de me tendre le nécessaire pour dessiner. Un assez bon matériel. Je me demandais où il avait pu le trouver. Sûrement à cause de sa passion pour l’art graphique.

« D'accord, mais je n’ai pas dessiné autre chose que des fleurs. Je vais faire de mon mieux pour te dessiner. »

Puis ça me faisait plaisir de tenter des choses avec lui. Je dessinais pour mon travail, des plantes, des arbres, là tout était différent. Alors je ne savais pas trop comment commencer. Comme si je dessinais une fleur inconnue, j’ai commencé par esquisser les formes basiques avec un crayon. Des courbes, de belles courbes qui serait sublimée par son sujet. Je penchais la tête, hum, ce n’était pas si différent que certaines plantes en fin de compte. Rassuré par ça. Je continuais avec un certain sérieux. Je n’avais jamais remarqué certaines choses. Son visage était bien équilibré, des yeux bridés, des yeux qui exprimaient d’autres choses que sa tristesse. Sa curiosité sûrement. Dessiner, un passe-temps qui pouvait lui apprendre un peu plus sur Joris. Je prenais un stylo, le faisant tourner entre mes doigts. Je devais poser les lignes définitives. Je me concentrai.

« Merci d’être avec moi, tu as un visage harmonieux, tu sais, des courbes à tomber, tu dois en faire des jaloux, normal pour un mannequin tu vas me dire. Je chante que quand je suis seul. Moi aussi. »

Je devais lui dire certaine choses sur moi, histoire de voir ce qu’il pouvait faire avec un visage comme ça. Pour capturer dans sa mémoire ce moment, essayer de le dessiner. De mettre aussi un fond assez fleuri, sans le rendre trop féminin, c’était un garçon, joli, certes, mais pas si efféminé que ça… Bon avec une robe, il ferait illusion. Mais lui aussi dans une certaine mesure. Mais s’occupait à dessiner. Reposant ses jambes douloureuses. Puis sans non plus expliquer ce que j’avais pu sentir. quelles étaient ces émotions ?
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   16.02.17 22:13


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
A ma plus grande joie, Paul acceptait mon idée. Bien évidemment, d'un point de vue extérieure cela ne se voyait pas vu que je continuai d'arborer mon air habituel. Je n'étais pas très démonstrative comme garçon à la base. Il n'y avait que chez moi que je me libérais. Parce que c'était le seul endroit où je me sentais en sécurité et où je sentais comme si Cain y étais présent. Je n'étais pas du genre à croire au fantôme mais pour lui, rien que pour lui, j'étais capable d'y songer quelques secondes.
Cela ne m'étonnait pas que le paysagiste sache dessiner des fleurs. Après tout il les voyaient sous toutes les coutures depuis mal de temps. Combien exactement, je l'ignorais mais vu comment il était passionné par la nature. Il suffisait d'observer son appartement rempli de plantes, aussi magnifiques les unes que les autres.

- Quelle fleur je serai alors ? Si tu devais me dessiner ainsi

Demandais je en levant les yeux vers lui. C'était une bonne question. J'aurai dis une rose, parce que malgré mon apparence mignonne je pouvais être piquant pour me protéger. Je me demandais donc comment Paul me percevait de son côté. On avait eu une "dispute" l'autre jour où je n'avais pas vraiment été très gentil avec lui et même tout à l'heure, je l'avais blessé sans le vouloir. Quand je disais que je n'étais pas doué pour les relations ce n'était pas une blague. Il y avait des choses que l'on ne disait pas, j'avais bien noté ça depuis mon altercation avec Serenity.
Je le regardais dessiner quelques secondes, le trouvant mignon concentré ainsi. Je retournai ensuite sur ma feuille de mon côté, nullement gêné par les regards de Paul. Après tout je faisais de même de mon côté pour ne louper aucun détails. Ses yeux bridés comme les miens, remplis de souvenirs que je n'osais même pas imaginer. Ses cheveux étaient décoiffés, vu qu'on était pas passé par la salle de bain depuis notre réveil. Mais cela lui allait bien, ça dégageait son front. En le regardant, je ne comprenais pas comment il ne pouvait pas se trouver beau. Il avait cette aura masculine qui devait attirer beaucoup de jeunes filles. C'était un super plus pour lui qui aimait les câlins.
Je cessai de dessiner lorsqu'il me remerciait d'être là. J'avais l'habitude des compliments, mais venant de lui, cela me faisait plaisir. Etrangement.

- Tu ne devrais pas dire ce genre de chose, je pourrai penser que tu es en train de me draguer

Le taquinais je. Même si je n'avais aucune expérience dans le domaine de l'amour et autre chose qui allait avec, je savais reconnaître des flatteries innocentes des non innocentes. Bien évidemment, Paul m'avait dit cela sans aucune arrière pensée ou alors il cachait bien son jeu.

- Mais tu n'es pas mal non plus. Tu as un visage doux, agréable à regarder. Finalement, il est normal que la personne que tu va étreindre ne te rejette pas...


Soufflais je avec un faux sourire sur le visage. Depuis que je venais souvent chez lui, j'avais du mal à me dire que pendant que j'étais à la BGU, lui il était au parc, et entre deux plantations serraient dans ses bras des inconnus. Est ce que c'était parce que j'avais peur de le perdre si il se lassait de moi ? Après tout, je n'étais pas la personne la plus ouverte pour des câlins. Le même sentiment que j'avais ressenti lorsque j'avais rencontré Serenity et qu'elle avait voulu briser mon amitié avec Nathan. Même si elle avait certifié le contraire, j'étais sur qu'elle n'était pas cent pour cent d'accord avec notre relation. Sans m'en rendre compte, je froissai la feuille que je tenais. Je n'avais pas envie de laisser Paul et Nathan partir de ma vie. Parce que malgré tout, ils faisaient partie de la mienne. Même si je n'étais l'ami le plus démonstratif du monde, même si je considérais le paysagiste comme un hôte, je m'étais attaché à sa gentillesse et à sa compassion. A ses étreintes qui me calmait lorsque j'étais trop triste en pensant à combien Cain me manquait. Je ne savais pas quoi faire pour garder leur amitié. Tout ce que je faisais, mes actions j'avais l'impression qu'elles n'étaient pas bonnes du tout.
Je lâchais mon dessin et mon stylo, me rapprochant de Paul, les faisant tomber sur le sol. A genoux sur le canapé, je surplombais le paysagiste. Je ne savais pas du tout ce que j'étais en train de faire, ni ce que je désirais. Je voulais quelque chose mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Avec Cain, je ne m'étais jamais posé la question. Il avait toujours compris de quoi j'avais besoin simplement en me regardant. Naturellement, il me serrait dans ses bras ou m'embêtait pour me faire réagir. Il savait quand j'allai mal ou non. C'était notre connexion qui nous rendait ainsi. Inversement, j'étais au courant aussi pour lui. Quand il venait de se disputer avec Charlotte ou que quelque chose d'autres de plus "joyeux" s'était passé entre eux deux. Mon frère n'était pas comme moi, il avait trouvé un attrait dans le sexe et ne m'avait absolument pas caché le fait qu'il avait fait l'amour avec sa petite amie. J'avais même été le premier au courant et ensuite Daisuke. J'avais d'ailleurs mal dormi pendant quelques nuits après l'annonce, même si j'avais été heureux pour lui, je n'avais pas pu empêcher mon cœur de se sentir trahir quelque part. Cela avait été toujours " nous deux" jusqu'à l'apparition de cette fille. Heureusement qu'elle n'avait pas opté pour la voie de Seed celle là. Elle n'était même pas venue à l'enterrement, soit disant parce que c'était insupportable. Et pour moi alors ? J'étais son frère, son sang, sa moitié. Sans lui je n'existai plus.
Des larmes coulaient sur mes joues, que j'essuyais, et je m'éloignais de Paul, me remettant bien sur le canapé en position assise.

- Excuse moi....je n'arrive pas à arrêter de penser à lui...Tu dois en avoir marre de me voir pleurer...
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   17.02.17 20:46

Je le regardais, attentivement, alors qu'il me demandait quelle fleur il serait. Ce qui me faisait beaucoup rire, l'air de rien. Mais je n'éclatait pas de rire. J'ai juste plus souri. Laissant Joris me dessiner. C'était plus simple comme ça.

« Tu verra bien. J'en laisserai quelques unes sur ton portrait. »

Car quoique je fasse, il y aurait des plantes. Je dessinais avec tant d'application, c'était sûrement parce que mon but n'était mon travail. Mais lui faire plaisir. Je ne pouvait laisser mon dessin incomplet. Alors quand il disait que je le draguais, j'ai lâché mon stylo. Je l'ai regardé comme s'il était sérieux. Je le draguais, c'était donc comme ça qu'on faisait ce genre de choses. Je l'ignorais. Ensuite, il enchaînait par des compliments, en retour des miens. Avant de flatter son égo. Ce qui me faisait pouffer légèrement.

« Je ne drague pas, je ne savais même pas qu'on pouvait s'y prendre comme ça. J'ai dragué comme ça, sans m'en rendre compte, quel homme horrible je fais. Je comprends pourquoi certains ont des sentiments étrange à mon encontre à présent... »

Je ramassais le stylo, j'encrais mon dessin, il serait composé de noir et de blanc avec des nuances de gris. J'avais presque fini, il manquait plus que des détails ça et là. Alors que je pouvais sentir sa peine me happer comme un semi-remorque. J'ai tendu ma main et caressé sa joue avec tendresse.

« J'en en aurai jamais marre, car j'ai pleuré des années durant ma famille. Nous sommes pareils dans certains points. Pleure autant que tu le souhaite, si ça soulage ta peine. Comme ça on aura eu tous les deux notre lot de larmes. Regarde un peu plutôt mon dessin. »

J'avais fais un portait semi-réaliste, bon, mon trait était un peu maladroit, mais les fleurs qui avait un peu partout, sans le rendre féminin embellissait le tout. Je souriais. Je ne pouvais pas nier que j'avais assez bien fait ça. Même que j'y ai pris un certain plaisir. Je n'aurai pas à ma justifier de l'absence de couleurs. De ma façon de dessiner son visage souriant, car il avait un sourire qui faisait rêver. Voilà que je repasse comme dragueur. Je rougissais, je pouvais le sentir. J'ai baissé ma tête. Je suis vraiment comme ça si souvent ? Je n'aurai pas la réponse si je n'ose pas.

« Alors je drague souvent ? Parce que je m'en rends pas compte. Est-ce que ça te dérange ? »
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   19.02.17 21:28


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Paul était définitivement accro aux plantes, il allait jusqu'à en dessiner sur mon portrait. Alors que franchement, il n'y avait aucune raison de rajouter des fleurs, n'étais je pas déjà une belle plante ? Peut être pas à ces yeux. Il me trouvait beau, comme la majorité des gens, finalement cela n'avait rien d'exceptionnel. Il avait le même regard que ses camarades sur ma personne. Je jugeais surement trop vite, je n'avais pas vu son dessin encore. J'étais intrigué du coup de savoir ce qu'il comptait faire à mon sujet.
Et voilà que le paysagiste recommençait avec ses compliments. On disait que je parlais souvent sans réfléchir mais est ce que Paul se rendait compte de ses propos ? Nulle doute que si il sortait ce genre de chose à des inconnus comme il les étreignaient, ce coup ci des baffes avaient du se perdre sur ses petites joues hâlées. Simplement pour le taquiner, je l'informais qu'il était en train de me draguer, en suivant ce que j'avais aperçu dans ma vie. Faire la cour comme dans l'ancien temps à quelqu'un qui nous plaisait. Bien qu'à l'époque, un simple dîner était déjà énorme, à notre époque on passait directement à l'étape du lit. Paul avait mordu à l'hameçon, et je pouffais légèrement en me cachant derrière ma feuille. Tant d'honnêteté, était ce vraiment sain pour une seule et même personne ? Il me semblait que mon hôte était encore plus perdu que moi dans ce monde.

- Je te taquinais. Tu ne m'a pas dragué, tu m'a simplement complimenter sans aucune idée derrière la tête. Les gens flattent souvent pour avoir quelque chose en retour, n'importe quoi, de l'argent ou des plaisirs charnels. Pour de nombreuses personnes oui, tu à dû être offensant mais je vois très bien derrière tes yeux que tu ne me convoite absolument pas

Contrairement à certaines personnes que j'avais croisé dans ma vie en tant que mannequin ou hériter. Une raison de plus pour ne pas apprécier les soirées mondaines. Une vraie piscine à requin. Et j'étais bien incapable de me défendre lorsqu'on venait me chercher dans mon coin. Rien que de penser à ses mains baladeuses sur moi, j'en avais des frissons. Personne n'était au courant à quel point c'était un calvaire d'avoir mon visage. Ce n'était pas simplement par timidité que je n'aimais pas que l'on me touche mais aussi par dégoût. Imaginer, une vie passé à essuyer des mains sales de ces cochons pourries. Mon existence en plus d'être rongé par la peine était aussi insupportable.

Et encore une fois je me retrouvai à pleurer à des choses qui s'étaient passés, à des actes surement manqués. A ce vide que Cain avait laissé. J'étais aussi frustré quelque part de ne pas pouvoir ne pas penser à lui au moins une fois dans la journée. C'était impossible, parce que je trouvais toujours quelque chose qui me rappelait à lui. Je m'excusai auprès de Paul d'être aussi misérable. Il avait dit que me voir triste lui brisait le cœur, du coup je culpabilisai à présent de l'être. Je sursautai en sentant sa main sur ma joue. Même si cela avait été fait doucement, il n'en restait pas moins que c'était un contact que je n'avais pas demandé. Je me reculai légèrement pour échapper à sa main, mes joues sans doute devenu rouges.

- Des années....

Répétais je dans un souffle. Combien de temps encore est ce que j'allai devoir supporter cette douleur horrible. Je voulais qu'elle cesse d'être là, et à part me poignarder en plein cœur je ne voyais pas d'autres issues. Je prenais le dessin que Paul m'avait demandé de regarder. Les fleurs étaient en effet bien présentes mais faites de telles manières qu'elles n'augmentaient en rien mes traits efféminés. Le plus étonnant était surtout qu'il avait réussi à me dessiner un sourire. Je n'avais pourtant pas l'impression de le faire souvent. Je passai le bout de mon doigt dessus, sentant mon cœur se serrer à nouveau. C'était comme les miroirs, j'avais toujours l'impression de voir Cain et non moi. Jumeaux jusqu'au bout des ongles. Je tentai de ravaler un nouveau flot de larmes, détournant la tête pour ne pas que Paul voit mes yeux embués. Je n'avais même pas remarqué qu'il avait rougie tout seul. Il revenait sur le sujet de la drague. Visiblement, cette histoire l'embêtait plus qu'elle ne le devait.

- Tu ne le fais jamais Paul. Et si c'était le cas, je suis habitué alors ça ne me dérange pas


Rétorquais je en soupirant. Je commençai à être fatigué alors que l'on était que le matin. En même temps j'avais peu dormi entre ma dispute avec Paul et mon cauchemar. J'avais besoin de prendre un bain pour me détendre.

- Je vais me laver...tu n'a qu'à tranquillement ranger en attendant...


L'informais je d'un petit sourire triste avant de me lever. Etant habitué à être tout seul, je n'arrivais pas à m'enlever cette manie de me déshabiller avant d'avoir atteint la salle de bain. C'était donc sans aucune pudeur que je retirai mon pull tout en quittant le salon, de laisser mon pantalon dans le couloir. Ce n'était qu'ensuite que j'accédais à la salle de bain, faisant couler l'eau chaude et le savon. En attendant je me jetais un rapide sort de soin.
Une fois la baignoire remplie, je fermai le robinet et quittais mon dernier vêtement pour ensuite m'y plonger. Dire que l'eau était chaude serait mentir, elle était brûlante. Mais je ne m'en formalisai pas, m'allongeant, fermant les yeux. C'était si bon. Ce silence et cette chaleur, j'avais l'impression d'être dans un cocon. Pas que la présence de Paul m'insupportait, sinon je ne viendrai pas chez lui si souvent. Mais parfois j'avais besoin d'être seul pour évacuer ma peine. Le paysagiste devait surement la sentir de l'autre côté. Il avait même peut être pas du comprendre pourquoi son dessin avait eu un tel effet négatif sur moi. Alors qu'il était bien. Non seulement Paul savait s'occuper des plantes comme si c'était ses enfants mais il avait aussi un sacré coup de crayon. Ce sourire m'avait semblé si réel. Je savais que le paysagiste avait dessiné le mien sur cette feuille mais ce n'était pas ainsi que je le voyais. C'était mon portrait mais en même temps celui de Cain. Je passai une main sur mes joues pour essuyer les larmes qui ruisselaient sur mes joues. La gorgé nouée à nouveau par le chagrin, je soupirai et fermai les yeux avant de disparaître sous l'eau.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise



Dernière édition par Joris Wilder le 20.02.17 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   20.02.17 10:38

Joris a ce côté taquin, je n’arrive pas toujours à saisir ce dernier. Il est un peu trop complexe pour moi. Je ne l’avais pas dragué donc, malgré mes maladresses et mes compliments qui pouvaient lui penser l’inverse. Il fallait dire que niveau interaction sociale, je en suis pas un modèle, loin de là. Je n’avais aucune besoin d’argent, et pour la partie charnelle, j’avoue n’avoir pas saisi ce que ça voulait dire. On pouvait avoir d’autre plaisir que les câlins. Sans doute c’était ça. Mon contact avec lui était souvent assez bref, comme l’exprime son recul face à mon geste qui se voulait rassurant. Il me rassurait en disant que je ne le draguais pas. Ou il y était habitué, dur à savoir en partant de ce postulat. J’étais même un peu gêné. Mais avant que je puisse répliquer, il déclarait vouloir se lever. Me laissant le loisir de ranger. Ce qui me faisait rire, vu qu’il trouvait ça naturel de se balader à moitié nu devant moi. Je n’oserai jamais. C’était moi qu’il traitait de pervers, ce monde est fou.

En effet, j’ai rangé, automatiquement, allant à mon rythme, c’est-à-dire très ralenti. J’ai senti sa peine, mon dessin n’était pas un baume, comme je l’avais espérer, mais un poignard que j’enfonçais dans son cœur déjà bien meurtri. Étais-je un monstre ? Je ne sais pas. Puis un silence me faisait face, c’était donc ça ne plus avoir aucune pensée. Je devrais peut-être aller voir ce qu’il devient. Je soupirai doucement avant de frapper à la porte.

« Joris ? »

Pas de réponse, je me suis dit que dormir dans un bain, ce n’était pas très bien, même assez dangereux. J’ai retoqué. Rien, le silence. Je commençais à m’inquiéter. Prenant mon courage à deux mains, je suis rentré. Il était sous l’eau, depuis combien de temps ? Je devais le sauver. Pris par l’adrénaline, je le sortais par je ne sais quel miracle. Ma force venant à m’abandonner après mon acte, je suis tombé, me faisant assez mal, mon esprit manquant de peu de se faire la malle. J’étais à moitié assommé. J’aurai une belle bosse sur mon crâne. Je le secouais doucement. Pourquoi diable n’avais-je pas écouté les secouristes ? Que devais-je faire.

« Joris, s’il te plaît… Ne va pas le rejoindre… »

Pourquoi je disais ça ? Pourquoi je n’avais pas envie de le voir disparaître de ma vie. Il était quoi pour moi ? Rha, j’en ai marre. Pourquoi rien n’était simple ? Je m’étais trop refermé à ce monde. En plus il était nu, bon, le couvrir, sinon, je sens la crise arriver.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   22.02.17 18:46


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
C'était donc cela être un poisson. Un environnement seulement occupé par un silence obscur. Je les enviaient d'avoir autant la paix, bien loin des soucis des humains. La seule pour eux était d'échapper aux filets de pêches et de nager. Toujours nager sans s'arrêter. C'était un peu comme moi finalement. Toujours avancer sans faire de pause. Mais dans quel but ? Pourquoi est ce que je m'efforçais d'éviter les hameçons alors que j'étais tout seul dans cet immense océan. J'étais à contre courant des autres spécimens, même si sur le chemin j'en avais rencontré des sacrés. Mais jamais je ne croiserai celui que je cherchais sans même m'en rendre compte. Ca serait si simple de finir sa vie dans une baignoire, dans le silence. Paul ne ressentirait plus ma peine, il serait lui aussi tranquille. L'obscurité était apaisante et très attractive. Qu'est ce qu'il y avait au delà, une fois qu'on suivait la lumière ? Est ce que mon frère et ma mère m'attendaient juste à la sortie ? Si j'avais juste à tendre la main pour les toucher, juste une seule seconde.
J'avais soudainement l'impression d'être éjecté en arrière, cette douce lumière s'éloignant de plus en plus de moi. J'avais envie de pleurer ma frustration. Des larmes s'échappaient de mes yeux dans un état à demi-conscient. Une supplication arrivait à mes oreilles, une voix que je reconnaissais. Elle me demandait de ne pas le rejoindre. Mais cela faisait si mal d'être loin de lui. La vie était cependant cruelle et me rattrapait. M'obligeant à ouvrir les yeux et de prendre une grande bouffée d'air avant de tousser. Ma gorge me faisait mal. J'étais trempé et sur le sol froid avec seulement une serviette pour cacher ma nudité. Je levais mon regard perdu vers Paul.

- Pourquoi tu m'a ramené...?

Je reniflais à cause de l'eau du bain qui était entré dans mon nez et de ma tristesse. Je n'étais pas suicidaire, c'était une envie qui était passé comme cela. Juste une seconde pour être au calme. Je ne m'étais même pas rendu compte du temps que j'avais passé réellement sous l'eau. Serrant la serviette contre moi, je tentais de me relever pour aller m'habiller. Ma tête se mettait soudainement à tourner et je me retrouvai assis sur les fesses. Je grimaçais pour mon pauvre postérieur. C'était à mon tour de ne plus être capable de tenir sur mes jambes manifestement. J'étais gêné face à cette situation et à mon simple habit face à Paul. Ce qui était drôle vu que je n'avais pas du tout été mal à l'aise en me déshabillant jusqu'à la salle de bain. Mais c'était différent. Là, je n'avais rien d'autre qu'une serviette pour me cacher. Rien à voir avec un sous vêtement.

- Je ne voulais pas...me tuer...Je voulais juste...être libre quelques secondes...Ne plus rien ressentir, toute cette douleur, cette peine...

Soufflais je après un silence, fixant le carrelage. Je ne voulais pas que Paul pense que j'étais ce genre de personne. Je l'avais entendu me demander de rester ici. C'était la première fois que quelqu'un désirait me retenir. D'habitude, on se moquait bien où je pouvais aller.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   22.02.17 19:54

Je n'en croyais pas mes oreilles, il me demandait réellement pourquoi je l'avais remmené. Quel hôte serais-je si mon invité mourrait déjà, puis je n'allais pas laisser se noyer. Même si ça faisait un répit à ces pensées tristes comme la pluie. Je n'étais pas ce genre d'homme, je ne le serai jamais. Je détournais le regard, il allait encore me traiter de pervers. Il me disait des choses, je sentais comme un étau sur mon cœur, pourquoi j'ai mal bon sang... être libre, il ne l'était donc pas en ma présence, j'aurai dû m'en douter, mais pourquoi c'était désagréable à entendre. Il était normal qu'il veuille se sortir de sa spirale infernale, celle qui l'aspirait doucement, laissant qu'une coquille vide dans ce monde. Je lâchais un soupir.

« Ah bon, bah ça y ressemblait vachement ? Tu sais combien de temps tu es dans l'eau, sûrement trop. J'ai eu le temps de ranger, malgré ma douleur. J'ai frappé avant d'entré, mais tu m'as pas répondu, je m'inquiète pour toi. Je sais que tu veux plus ressentir cette peine, je concède que ça aide d'oublier, de se laisser aller. Tu es la seule, la seule à se préoccuper un peu de ce que je suis. Alors pardon, si te sauver fais de moi un monstre. Alors avec plaisir, j'en suis un. »

Je me levais difficilement, ma tête tournais encore un peu. Je suis sorti de la pièce, pour le laisser seul.

« Je te laisse, je reviendrai si tu traînes de trop... »

J'ai fini par hausser le ton, c'était sûrement dû à cette douleur, celle que je ressentais. Pourquoi tout était différent. Je me prenais trop la tête ces temps-ci. Je savais que mes vacances serait plus que mérité, mais je ne resterai pas éternellement dans cet appartement, j'avais besoin de voir l'extérieur. Et m'empêcher de travailler. Dure affaire. Il m'installait dans le canapé, j'ai failli m'endormir. Je devais être encore fatigué. C'était sûrement aussi les émotions qui bouffait mon énergie, tel un aspirateur à feuilles mortes. Je me massais le crâne doucement, ouais, je vais avoir une bosse, je la sens se former. Avais-je la force d'aller au congélateur, pas pour le moment. Je devrais donc attendre un peu. Oublier n'étais jamais simple, j'en savais quelque chose. Il devait avoir des moments, où c'était moi qui me réveillait la panique au ventre. J'étais vraiment prêt à le rechercher s'il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   24.02.17 20:00


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Mon objectif n'avait jamais été d'inquiéter Paul. Il m'annonçait avoir eu le temps de ranger malgré son état et d'avoir frapper avant d'entrer. Je n'avais strictement rien entendu et pas fait attention au temps qui s'était écoulé sous l'eau. Comme si j'avais été plongé dans un monde parallèle. Mais jamais ce n'était dans le but de faire du mal au paysagiste. Je culpabilisai à présent de m'être laisser aller et regrettais de lui avoir demandé pourquoi il m'avait remonter à la surface. Il n'était pas un monstre, loin de là. Paul était l'être le plus gentil et compréhensif que j'ai pu rencontré depuis la mort de Cain. Et je continuais d'être étonné d'être la seule personne qu'il côtoyait longuement. Vu son caractère facile, il était le genre de personne à se faire des amis sans problème. Ou au moins de multiples connaissance, bien plus que des inconnus étreints. Je ne savais pas quoi dire pour me racheter. Encore une fois, je l'avais blessé sans le vouloir.
Paul décidai pour moi en se relevant, quittant la salle de bain. Le ton de sa dernière phrase me donnait envie de me taper la tête contre le mur en me traitant de crétin. Qu'est ce qui clochait chez moi ? Je soupirai, me mordant la lèvre inférieure à la recherche d'une solution. Est ce que cette fois ci des excuses suffiraient ? A force, Paul en aurait marre de moi. J'était doué pour gâcher les peu de relations que j'avais. Entre Nathan et sa copine hystérique, Paul et sa patience. L'avertissement de ce dernier me revenait en tête et je me lançai à nouveau un soin, au moins pour pouvoir tenir sur mes jambes. Me sentant mieux, je me relevai, entourant ma taille avec la serviette avant de sortir de la salle de bain. Il n'y avait aucun bruit qui venait du salon. Est ce qu'il s'était endormi ? Ou boudait ? Les humains le faisait souvent quand quelque chose n'allait pas...Je soupirai à nouveau, me rendant dans la chambre. Je squattais tellement chez Paul, qu'il y avait des vêtements qui m'appartenait dans son armoire. Ce qui était plus pratique que de devoir préparer un sac à chaque fois. Je vérifiais que le paysagiste n'allai pas surgir dans la seconde et laissait tomber ma serviette pour enfiler un sous vêtement propre. Je prenais un pull au hasard, gris clair que je mettais. J'avais la flemme de mettre un pantalon. De toute façon, Paul avait l'habitude de me voir me trimballer ainsi quand je restai chez lui. Je passai rapidement ma main dans mes cheveux mouillé pour les coiffer un minimum. Prenant une grande inspiration, je quittais la chambre pour aller dans le salon. Mon hôte était assis sur le canapé, se frottant parfois la tête. Est ce qu'il s'était fait mal en me sauvant ?

Je me dirigeais vers le frigo, sortant une poche de glaçon du congélateur. Je rejoignais ensuite Paul, m'asseyant auprès de lui pour poser la glace sur son crâne, là où il s'était blessé.

- Pardon...à cause de moi tu t'es fait mal...

J'esquissai un petit sourire désolé. Autant je me fichais si je me blessai, mais pour les personnes à qui je tenais c'était différent. Est ce que je venais vraiment de penser que je tenais à Paul ? J'écarquillai les yeux face à cette révélation, lâchant la poche de glace qui glissa sur les genoux du paysagiste. Je sentais mes joues me chauffer et me levai brusquement, lui tournant le dos.

- Tu n'es pas un monstre Paul...C'est moi le monstre, c'est moi qui ne suis pas capable de faire comme les autres, de vivre sans...sans lui...


Je serrai les poings, des larmes de colère et de frustration coulaient sur mes joues. Mon cœur se serrait et désirait s'exprimer. Ce que j'avais tut pendant toutes ces années d'absences. Personne n'aurai pu les comprendre, ces sentiments. On se serait moqué de moi, insulter ou autre chose. Mais personne n'aurait pu se mettre à ma place. Mais Paul, lui, je sentais qu'il le pouvait. Il avait perdu sa famille, une sœur. J'avais perdu mon frère.

- Il était tout pour moi...il était ma voix, mon chemin...depuis notre naissance il avait toujours été là...Et on me l'a prit...On me l'a arraché et je n'ai même pas pu lui dire aurevoir....Il aurai du revenir et brandir fièrement cette stupide plume qu'il m'avait promis...


Mais il n'était jamais rentré. Parce qu'il avait toujours eu cette confiance aveugle en ses capacités. Il s'était cru plus fort que des monstres. J'essuyais mes joues avant de me tourner vers Paul, les yeux rougies.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   25.02.17 7:22

Je pouvais entendre les bruits discrets de Joris, on se demandait comment il faisait ce genre de chose, on, je devrais dire je. Mais enfin. Je me suis cogné, ma tête a dû à lier les choses entre elles, alors un sujet et un verbe, ça s’avérait un petit obstacle. Il posait les glaçon sur ma bosse, du coup, j'avais moins mal. Mais c'était vachement froid. Je n'allais pas me plaindre, c'était bien que j'ai encore de la glace à cette période. Il s'excusait pour ce qui était arrivé, j'avais fini par hausser le ton, moi ? Comme quoi c'était possible. Je ne l'aurais jamais cru. Alors que j'étais plongé dans mes pensée, ma poche de glace tombait sur mes jambes. Je l'ai pris et la remettait à sa place. J'en avais besoin. Il me disait des choses, s'accaparant des choses, celle qui ne ferait qu'agrandir un trou béant de son cœur, perdu avec cette personne. Je lui dirai bien un truc, n'importe quoi. Mais quoi ? Je vais le laisser parler, puis après lui dire ce que je pouvais pour l'aider. Il parlait de cet être disparu. J'ai tenu mon sac de glaçon, le regardant. Beaucoup de tristesse, mais je ne le serai pas, laissant tout sortir. Il avait perdu quelqu'un de très proche.

« Si je comprends bien, c'était ton jumeau... tu es loin d'être un monstre, tu es quelqu'un qui est vraiment exceptionnel, je le pense. J'ai eu du mal à me faire à la disparation de ma sœur, Julia, elle m'as toujours protégé, criant sur les grands alors que j'étais petit, me prenant dans ses bras quand je me sentais seul. Me racontant sa journée avec bonne humeur... J'ai pleuré... Moi aussi... La mort nous as pris des personnes importante, et encore plus pour toi, un jumeau, c'est comme si on arrachait une partie de ton être... Je ne veux pas le remplacer, juste être une personne sur qui tu peux compter, pas seulement pour le calme et manger... Je ne connais pas ses choses qui m'arrive, mais ça ira. Je vais me renseigner. Garde ces moments agréables en mémoire, je vais tenter de sécher ses larmes, je suis têtu, n'est-il pas... »

Je venais essuyer ses yeux, me retenant de le serrer, je devais encore tenir ce fichu de glaçon, alors tu t'es juste contenté d'essuyer ses larmes, le touchant à peine. Il avait besoin de temps, de compréhension, je lui offrais ça. Mais encore ?
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   25.02.17 23:07


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
J'avais eu raison de me confier à Paul. Même si il restait encore pleins de choses dans mon cœur meurtri, c'était déjà la première fois que je m'ouvrais aussi loin à quelqu'un. Même lorsque j'avais pleuré devant Nathan, évoqué un amour perdu. Mais est ce que c'était vraiment simplement de l'amour ? A mon sens c'était bien au delà de ce simple sentiment. Tout comme le paysagiste avait pleuré sa sœur, je le faisais avec Cain. D'autant plus douloureux surement parce qu'on était jumeaux. La peine aurait elle été la même si il avait simplement été un grand frère ? Je l'ignorais. Une chose était sur, parler un peu m'avait fait du bien. Et me confortait dans l'idée que Paul était un type bien. Bizarre mais gentil. Je n'avais pas tout saisi sur ces choses qu'ils ne comprenaient pas et sur lesquelles il comptait se renseigner. Mais si il voulait en parler, j'étais là.

- Je ne veux pas le remplacer non plus...Je sais que je peux compter sur toi, même si je ne suis pas vraiment l'homme le plus démonstratif du monde sur ce point...


L'entendre parler de sa relation avec sa sœur m'avait fait remonter des vieux souvenirs. Durant ces quatre années je m'étais simplement focalisé sur sa mort et oublier le reste. Ces moments de bonheur entre nous, ou avec mon père. Un passé que j'avais surement tenté de mettre dans un placard pour ne pas souffrir en y repensant. Il me manquait déjà quand je ne le faisais pas alors imaginez si je laissai mon cerveau devenir nostalgique.

- Mon frère...il me protégeait aussi...il était le plus fort de nous deux...c'était lui qui était exceptionnel, pas moi...Il était aussi le seul qui me comprenait vraiment. Il n'avait jamais cherché à me pousser vers la vie sociale, parce qu'il savait que je n'en avais pas besoin...


Je soupirai, regardant Paul qui tenait toujours sa glace sur sa tête. Il s'était contenté d'essuyer légèrement mes larmes et je sentais que j'avais besoin de plus de réconfort. Je n'étais pas friand des contacts mais le paysagiste avait simplement cette étreinte rassurante qui avait marqué ma peau la première fois, dans le parc. Je me collai doucement contre lui, posant ma tête contre son épaule. Je remontais timidement mes mains sur son dos, fermant les yeux.

- Quand on s'est vraiment parlé au parc la première fois...je fêtais l'anniversaire de Cain et de moi, comme tous les ans...Parfois j'y arrive, d'autre fois non...


Soufflais je, en essayant de ne pas penser où je me trouvai en ce moment. Même si je dormais une fois sur deux dans ses bras, ce n'était pas la même chose en plein milieu du salon de son appartement. Et puis, mon sommeil était bien meilleur depuis que je passai mes nuits avec Paul. Même si il était naïf et ouvrirait sa porte à un voleur, il avait des bras rassurants.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   26.02.17 14:45

Je lui essuyais les joues, il parlait de cette personne, son jumeau. Difficile pour moi de voir Joris avec un être miroir. Mais il avait été là. Il le pleurait beaucoup. C'était qu'il comptait encore beaucoup pour cet homme. Il me dit des choses rassurantes, ça réchauffe mon corps d'une façon complètement inexplicable. Je lui souriais doucement. Il me parlait de ces choses, de ces moments où il avait été si heureux de l'avoir à ses côtés. Qu'il avait compté sur son frère, comme un rocher auquel il s'était accroché. Il n'était pas quelque de très tactile, je le savais. Alors quand il venait à moi pour des câlins. J'en étais heureux. Il en avait besoin d'une façon ou d'une autre. Ma main libre caressait doucement son dos. Il me parlait ensuite de nôtre première rencontre. Il avait fêté son anniversaire et celui de son jumeau. Cette personne dont je connaissais rien. Seulement ce qu'en disait Joris.

« C'est déjà très bien que tu arrives à le faire, même parfois. Ne te rabaisse pas face à lui. Tu es ce que tu es Joris. Tu n'es pas l'homme le plus social du monde, je suis un peu pareil. Je ne veux pas te forcer à changer. Juste d'essayer de panser cette blessure que tu portes. Ma porte sera toujours ouverte tant que tu le désires. Tu es quelqu'un de véritablement attachant, de sensible et d'un peu maladroit. »

Je serais un peu, laissant le loisir de s'en aller si besoin. Je n'avais pas la force de le retenir de toute manière. Il ferait son choix. Je finirai par m'endormir à force. Son contact avait un côté rassurant, je n'étais pas le seul à souffrir. Il avait mal et bien plus que je peux l'imaginer. Je tenterai encore de le consoler. Car ce sourire, je voulais le voir à nouveau, pas seulement dans une brève pensée de mon esprit. De quel droit avais-je cette image, je ne sais pas. C'était à mon tour de m'assoupir dans ces bras, d'habitude, c'était lui qui dormait le premier. Ma fatigue, mes douleurs, ce qui me passait par la tête, j'étais sur les coudes. Je sais qu'il pourrait partir, qu'il pouvait me laisser ou me réveiller en me traitant de pervers. J'avais cherché la définition dans un dictionnaire et j'en étais pas un. C'était plutôt les gars louches que j'avais du serrer pour qu'il aille mieux. Sans penser à leurs mains baladeuses... Brr, quel horreur.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   27.02.17 22:07


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round
Paul, pas social ? Je me mordais la lèvre pour ne pas rire. Si il ne l'était pas, alors moi c'était encore pire. Il fallait tout de même l'être un minimum pour oser enlacer des inconnus. Par exemple, ce n'était pas du tout mon cas. D'ailleurs, je ne touchais quasiment personne tout simplement. C'était vraiment très rare que je quémande moi même un câlin à Paul ou à tout autre personne suffisamment proche, comme Nathan. Je n'étais pas encore habitué à tous ces nouveaux contacts dans ma vie. Quand le matin je me réveillais dans les bras du paysagiste, je me retrouvais gêné. Ce qui était assez drôle, en soi, puisque c'était moi même qui venait dormir dans son lit. Moi même je n'arrivais pas à comprendre toute ces contradictions. Il y avait d'autres choses étranges qui entraient dans ma vie depuis ma rencontre avec Paul. Il disait des trucs qui me faisait rougir et me rendait mal à l'aise. Comme exprimer son désir de panser ma blessure. Encore une phrase digne d'un film romantique. Mais surement parce qu'il était une personne sentimentale pouvait il sortir cela sans réfléchir. Je ne pouvais pas lui en vouloir, c'était une partie de son caractère qui le rendait attachant quelque part.

- J'ai les doubles des clés, tu ne pourra pas me mettre dehors à moins de changer la serrure...


Et encore, je pourrai toujours entrer par effraction comme la première fois. Il n'y avait que Paul pour penser que j'étais une personne sensible. Maladroit, je n'allai pas le nier vu le nombre de chutes que j'avais fait aujourd'hui.

- Pas mal de monde pourrait te démontrer le contraire...je suis l'être le plus insensible au monde

J'exagérais surement un peu mais à part pleurer la mort de mon frère, le reste je m'en moquais complètement. Je ne me préoccupais pas de mes camarades Seeds et de leurs problèmes. Mais ça, Paul ne pouvait pas le savoir étant donné qu'il ignorait ma réelle existence.
Perdu dans mes pensées je n'avais pas remarqué que le paysagiste s'était endormi. Ce n'était que lorsque je sentais son corps lourd contre le mien, et que je perdais l'équilibre finissant sur le canapé avec un poids sur moi. Sérieusement ?

- Euh...Paul...?


Chuchotais je en enfonçant mon doigt dans sa joue. Il devait vraiment être épuisé pour s'être mis K.O d'un coup. Je soupirai, le poussant doucement pour me dégager de lui en faisant attention de ne pas le faire tomber du canapé. Il n'y avait vraiment qu'avec Paul que je pouvais me retrouver dans une situation pareille. Je passai une main dans mes cheveux, maudissant ce paysagiste qui allait me rendre chèvre. Juste pour l'embêter je pourrai faire pleins de bruits afin de le réveiller. Mais il était si beau endormi que ça serait dommage. Je ramassai la poche de glace pour la ranger dans le congélateur et récupérai mon portable. Discrètement je photographiais mon bel hôte. Je souriais tout seul, bêtement sans m'en rendre compte. Je prenais nos dessins et m'installai à la table de la cuisine pour continuer le mien que j'avais interrompu tout à l'heure. Tout en griffonnant le portrait de Paul, je chantonnais les paroles d'une chanson que j'avais entendu hier soir en attendant dans l'appartement.

- To play, to play Kiss B. Like it, like this TP...So hot, so cool, so sweet, oh making in love...

Je répétais en boucle les mêmes choses, n'ayant retenu que cela de la chanson. Concentré sur mon dessin, je n'avais pas vu le temps passé. Peut être une demi-heure ou moins ? En tout les cas, je commençais à être fatigué. Ayant terminé le portrait, je poussai la feuille pour ne pas la froisser et enfouissais ma tête dans mes bras avant de fermer les yeux. C'était à mon tour de me faire attraper par les bras de Morphée.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   28.02.17 14:58

Pourquoi il me disait qu'il avait les double, alors que c'était moi qui lui avait dit qu'il pouvait le faire. Vraiment bizarre. Je n'étais pas celui qui disait un truc puis son inverse, juste pour prouver que je suis le meilleur, je suis très loin de ça. Joris devrait le savoir. Les autres c'était eux, moi, bah je voyais les choses selon mon angle de vue. Je n'avais pas eu l'envie qu'on prenne ma place. Mais je m'étais endormi, laissant ça en pause le temps que je me repose à nouveau. J'en avais eu besoin. Je sortais de mon sommeil un moment après. Je regardait autour de moi, Joris dormait sur le plan de travail. Les bras formant un abri. Je me relevais progressivement, avant de me retrouver complètement debout. J'avais un peu mal, mais ce n'était pas insurmontable. J'ai laissé la bouilloire faire son travail alors que je prenais dans un silence assez relatif les sachet de thé. Je regardais l'heure. J'avais encore le temps avant de devoir préparer à manger. C'est à ce moment que je voyais son dessin, il m'avait dessiné endormi. Il dessinait bien, je n'étais pas le meilleur modèle du monde. Mais il avait réussi à me rendre assez joli. Je m'asseyais sur le canapé et regardais le garçon. Je me levais et allais mettre une couverture sur ses épaules. Il avait aussi besoin de repos, alors j'ai pris un livre au hasard et j'ai commencé à le lire. Sauf que ça m'ennuyais un peu. J'étais toujours à la même page depuis tout à l'heure. Je n'allais pas le réveiller, ni sortir, je lui avait promis. Quelque chose à faire. Le repas, ça m'occuperai tiens. Même si sa tête dérangerai, et que mes actions pouvaient le réveiller. je ferai le plus possible ailleurs. Près des casseroles. Au-dessus de l'évier.

J'ai commencé à prendre les ingrédients, en faisant régulièrement des pauses pour mon corps. Regardant si Joris dormait toujours. Ce n'était jamais discret de cuisiner. Je savais qu'il finirait par s'éveiller, reste à savoir quand. Je devais faire le repas. C'était ça ou une partie de jeu vidéo 2d. Comme je jouais la majeure partie avec du son, ce n'était pas une bonne idée. Je massais mes muscles doucement, ne pas trop m'épuiser. Faire le repas, voilà deux choses qui semblaient incompatibles. Pourtant je continuais. J'étais en bon chemin pour finir ce repas. J'étais assez content. Il y avait pire et mieux. Je faisais un truc assez simple, parce que je n'avais pas la foi d'en faire des tonnes. Puis, je devais penser au bruit que ça ferait. Cuire à feu doux, couper en douceur. Ne jetant que peu du reste des aliments. Je n'aimais pas le gaspillage.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   04.03.17 22:19


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round

Ce n'était pas la position la plus confortable du monde mais il fallait croire que mon esprit était tellement fatigué qu'il avait trouvé la voie du sommeil sans aucun soucis. Et puis un canapé ce n'était pas vraiment fait pour dormir à deux dessus. J'avais préféré le laisser à Paul plutôt que de le réveiller après qu'il se soit subitement endormi dans mes bras. Fait qui était assez gênant et en même temps assez vexant, vu qu'on était en train de parler. Je ruminais tout seul dans ma tête, mon subconscient travaillant d'arrache pied pour me fournir des nouveaux rêves ou des cauchemar. Bien loin de se préoccuper de mon envie de dormir. Le paysagiste pouvait donc autant de bruit qu'il voudrait en s'activant dans la cuisine, je n'allai pas l'entendre.

Mon visage caché dans mes bras, je fronçais les sourcils de temps à autres face aux différents films que m'envoyait mon cerveau. Parfois il s'agissait de souvenirs d'enfances mélangés avec mon père et mon frère. Un prologue de ce qui m'attendait réellement. Des craintes inavoués j'en avais des centaines. Perdre mon père par exemple, même si on avait pas l'une des meilleures relation au monde, il était le dernier membre de ma famille. Il y avait aussi les deux-trois personnes à qui je tenais. Seeds ou non, on vivait dans un monde où la mort pouvait frapper à chaque porte. Et puis l'inconnu. Cet univers dans lequel j'avais plongé et avançait aveuglément en essayant de retrouver les pas que Cain avait laissé derrière lui. Toutes ces ombres autour de moi, ces mots qui m'arrivait et ces mains qui me touchaient. Debout dans ce noir, seul. Même si j'étais encerclé je sentais la solitude m'envahir. On me pointait du doigt, on riait. Ils parlaient tous en même temps et je n'arrivais à discerner que quelques phrases. On m'accusait d'avoir tuer mon frère. Je plaquais mes mains sur mes oreilles. On m'insultait, on me disait de disparaître. Les visages se rapprochaient et il me semblait en reconnaître quelques uns dans mon esprit fou. Et il y avait celui de cet homme. Celui qui m'avait pris pour une fille et m'avait touché. Comme si il n'y avait plus que lui, et que c'était une vérité, il annonça que j'étais une femme. Je tentais de répondre, mais aucun son ne sortait de ma bouche. Sous mon regard effaré, je sentais mon corps changer. Mes cheveux avaient poussés jusqu'au bas de mon dos et j'avais des seins. Je portais à présent une robe rouge écarlate. C'était un cauchemar. Je me mettais à pleurer, essayant d'éviter toutes ces mains qui voulaient me toucher. Je fermai les yeux et me mettais à hurler sans un son.

Assis sur ma chaise, je me redressai brusquement, faisant tomber la couverture que Paul m'avait posé sur mes épaules. Le regard paniqué, je tâtais mon corps, mes cheveux tout en regardant autour de moi. J'étais plus pâle que d'habitude et en sueur. Je ne voyais même pas Paul. Tout était flou. Je ne savais plus où j'étais ni qui j'étais. Il n'y avait plus que la peur et le dégoût.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise



Dernière édition par Joris Wilder le 09.03.17 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   07.03.17 18:11

J'avais presque fini, j'y étais à quelques arrangement, mais je crois que faire à manger n'était pas un si bon plan. Car je pouvais sentir ses sentiments. Ceux qui traversaient son esprit alors qu'il était endormi sur la table. De la peur, mais aussi autre chose. Un tas de sentiments qui rendait la situation dangereuse. J'étais véritablement inquiet. J'ai abandonné mon repas pour aller à ses côté. Il se relevait doucement. Son air paniqué confirmait mes doutes, son songe n'avait pas été du genre tout joli, bien du contraire. Quand ce garçon aurait-il la paix ? Je ne sais pas. J'espère assez tôt. Je le regarde. Je n'ose pas trop le toucher. Je peux ressentir son dégoût. Étais-ce de ma faute. Ce que j'ai dit était si gênant. Je ne sais pas trop comment prendre mon attachement pour lui. Je sais qu'il est là. Quand sans lui, je serai pas ,apte à lui dire qu'il comptait pour moi.

« Joris ? »

Ma voix est hésitante. Je m'installe sur une chaise, ne pouvant déjà plus tenir debout. Je n'étais pas près de lui, mais pas trop loin, à une bonne distance pour qu'il se sente à l'aise. Amlgré qu'il ne semblait pas toujours contre mes câlins. Ce qui me ravissait. Je le regardais, avec un air qui se voulait rassurant. Je disais doucement les choses, pour le rassurer.

« Ce n'est qu'un mauvais rêve, tu n'es pas un monstre. Tu as faim ? J'ai préparé à mangé... J'ai pensé que ça pourrait nous faire du bien, à nous deux. Prends ton temps, je vais mettre de côté pour toi si tu veux... »

Je ne voulais en aucun cas le froisser. Je devais pour ça, faire en sorte d'y aller avec beaucoup de douceur. Exit le moi un peu en colère. Il n'avait pas besoin de ce côté-là de ma personnalité. Je ne devais pas trop forcer. Je me servais avant de mettre une bonne part dans une assiette pour lui. Mais comme il était sur la table. Je m'installais sur le canapé. Mon assiette tenant en équilibre sur mes genoux. Je n'aime as trop faire comme ça. Mais je vais me contenter de ça, pour cette fois. Joris avait besoin de temps pour s'adapter de son réveil un peu spécial. Préoccupé par ce qui se passait. Je penchais un peu la tête. Me demandant ce que je faisais était vraiment bien.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   09.03.17 19:47


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round

Même réveillé, le cauchemar était ancré dans mon esprit. J'avais l'impression de sentir encore toutes ses mains sur moi. Je me sentais très sale bien que tout cela n'était que dans ma tête. Personne ne m'avait touché, il n'y avait que Paul et moi dans cet appartement. Je devais me reprendre. Encore tremblant, je fermai les yeux pour me calmer. Penser à la neige, aux montagnes enneigés de Trabia. Je commençais à reprendre le peu de couleur que j'avais à la base. Savoir Paul juste à côté était aussi une présence rassurante. Ce dernier essayait de me rassurer, certifiant que je n'étais pas un monstre. Mais était ce vrai ? Je ne savais plus quoi penser avec toutes ses voix dans ma tête.
Me rasseyant sur ma chaise, je regardais le paysagiste me servir une bonne assiette avant de partir s'installer sur le canapé. Je fixai mon assiette, n'ayant pas vraiment très faim actuellement. J'avais encore la gorge serré et était incapable d'avaler quoique se soit. D'autant plus que le fait que Paul ne se soit pas installé avec moi à la table me faisait de la peine. Est ce qu'il me fuyait ? Avais je fait ou dit quelque chose de mal durant mon sommeil ? M'en voulait il de l'avoir laissé dormir sur le canapé ?

Je repoussai mon repas qui allait finir par me faire vomir rien qu'à l'odeur - pas que cela sentait mauvais mais je ne me sentais pas vraiment très bien depuis mon réveil. Je me levai, marchant d'un pas hésitant vers le canapé où était assis Paul avec son assiette sur ses genoux.

- Paul...

L'appelais je en me postant debout devant lui. Je triturais nerveusement mes doigts, ne sachant pas si je désirai vraiment ce que je m'apprêtait à lui demander ou même si j'étais en droit de le faire étant donné que pour une raison Y il s'était éloigné de moi. Mais toutes ses nuits passés dans ses bras et ses étreintes qu'il me volait, m'avait prouvé que quand il s'agissait de lui je n'étais pas dégoûté. Dès notre première fois à vrai dire, j'avais trouvé du réconfort dans ses bras.

- Est ce que...est ce que tu peux mettre de côté ton mécontentement envers moi et me serrer dans tes bras...? Je ne me sens pas très bien, j'ai l'impression que des millions de personnes m'ont touchés...

Rien que d'en parler j'en avais des frissons et la nausée. Les images me revenait en tête. C'était la première fois que je faisais ce genre de cauchemar. D'habitude, c'était exclusivement de la mort de mon frère même si depuis que je connaissais Paul, c'était de plus en plus rare. Soit je faisais des rêves agréables remplies de souvenirs et neiges, soit je ne me rappelais de rien en me réveillant. Toujours était il, que d'une façon ou d'autre, le paysagiste avait contribué à mon amélioration du sommeil.
De mon côté, je ne voyais pas vraiment ce que j'apportais de bien dans sa vie. Hormis un coussin humain à domicile et un être intelligent. Je ne me qualifiais pas non plus comme étant une personne invivable, Aiden m'avait supporté très bien pendant un an. Mais Paul était tellement gentil, qu'il serait surement incapable de me mettre dehors si j'avais fait quelque chose de mal. En fait, il serait du genre à s'éloigner pour aller manger tout seul sur son canapé. Je ne savais pas vraiment quoi faire pour me racheter ou améliorer notre relation. Relation qui n'avait pas de nom. Etions nous amis ? Colocataires ? Des connaissances ?

- Comment tu me vois Paul...? Qu'est ce que je suis pour toi...?

Finissais je par demander, en ayant assez de me poser tout seul des questions auxquelles je n'aurais jamais de réponse si je ne les partageaient. Je me rongeais tellement le cerveau avec tout cela, que ca devenait fatiguant. Ma vie était beaucoup plus simple avant de me mettre à vouloir comprendre comment fonctionnait le monde.
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Paysagiste
avatar
Date d'inscription : 22/11/2016
Messages : 99
Avatar : Yunho (DBSK)
Crédits : Bazzart

Âge du perso : 25
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   09.03.17 20:36

Je mangeais mon repas avec plus ou moins d'enthousiasme. Les sentiments que je pouvais sentir à travers lui. Tout ça n'était pas bon, ni pour moi, ni pour ce garçon. Il m'appelait, j'arrêtais de manger. Me demandant ce qu'il me voulait. Je penche la tête en pose ma fourchette sur l'accoudoir. Il me parlait, il m'accordait des sentiments que je n'avais pas. Me demandant avec hésitation un de mes étreintes. Il expliquait qu'il était pas en forme. Je n'ai pas hésité une seconde à le serrer contre moi. Sa chaleur me manquait beaucoup. Alors la retrouver était véritable plaisir que je ne pouvais pas longtemps boudé. Je lui souriais doucement, tentant de le rassurer avec des gestes lents, des caresses légères. Mes bras le serrant contre moi.

« Je n'ai pas de rancœur envers toi, j'ai juste senti des sentiments qui me disaient clairement que te toucher ne pouvait pas être une bonne option. À croire que je me suis trompé. Je ne sais pas ce que nous sommes l'un pour l'autre. Je n'ai pas les mots pour décrire ce que je ressens à ton propos. Sans ça, je crois que je ne pourrai pas avancer. Je tiens à toi, beaucoup. Te voir souvent ,n'as fait que renforcer mon besoin de te revoir par après plus fort. Je sais, on connaît pas grand chose de l'autre. Je n'ai pas posé des questions parce que j'avais peur, pas de toi, mais de faire remonter ces choses qui te font du mal. Traites-moi de fou, mais je ne veux pas que tu t'en ailles, oui, j'ai été blessé par certaines de tes paroles, mais je te blesse aussi sans le faire exprès. Ce n'est pas mon but. Non, celui-ci est de te rendre heureux. Avec ou sans moi. Même si je préfère la première option... »

Je cachais un peu mes joues qui s'étaient mises à chauffer comme une marmite sur une cuisinière. Je me demande comment je peux expliquer ce que nous sommes, pas vraiment des amis, des connaissances, ça oui. Mais de simples personnes qui se connaissaient ne dormaient pas ensemble. Il me pose une question à laquelle je ne peux répondre. Mon niveau social frise le zéro absolu. Ce mot était pourtant existant, j'en suis sûr, celui qui serait parfait pour expliquer mes sentiments envers lui. Tout ça était trop flou pour moi. Je n'arrivais pas à comprendre ces concepts si flou que même en plissant mes yeux, je ne voyais rien, absolument rien. Je devais trouver la solution d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
SEED de rang 33, Spécialiste de la flemme
avatar
Date d'inscription : 15/10/2016
Messages : 318
Avatar : Kim JaeJoong
Crédits : moony

Âge du perso : 24 ans ( 31 octobre)
Activité : Seed spécialisé en magie/ Mannequin
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■■
resistance
esquive■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t391-joris-quelque-chose-en-
MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   10.03.17 22:47


Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse


avec Paul ♥ 3ème round

Comme je l'avais pensé, me retrouver enfermé entre ses bras me faisait du bien. Je me sentais étrangement en sécurité comme si plus personne ne pouvait me toucher. Ce qui en soit était ridicule. Paul n'était qu'un simple paysagiste et c'était moi le mercenaire dans l'histoire. Il ne me croirait même pas si je lui disait ma véritable identité. Quel genre de Seed se mettait à pleurer comme une fille ? Ou à paniquer à la proximité d'un corps nu. Pour l'image de la BGU mieux valait donc que je reste un simple mannequin pour mon camarade. Ce dernier me raconta qu'il n'avait rien contre moi. Il avait juste pensé que c'était mieux de me laisser seul au vu des émotions qu'il avait senti. Je levais les yeux au ciel. Me demandait si Paul comptait continuer de vivre par rapport à son empathie ou juste avec. J'avais donc bien fait de venir de mon propre chef. Au moins j'avais pu éclaircir un point. Cela de notre relation semblait rester encore obscur. Mais bon, ce n'était pas vraiment important de mettre une étiquette pour l'instant sur nous deux. On s'appréciait suffisamment pour cohabiter, c'était l'essentiel.

- Ce n'est pas grave...je ne sais pas pourquoi j'ai pris la manie de vouloir mettre un nom sur tout...

Le rassurais je avec un petit sourire. Ce n'était pas moi qui allait l'aider à trouver ce qu'il ressentait. Je peine moi même à le faire de mon côté. J'aimais bien Paul, c'était tout ce que je savais. Je tenais à lui, comme lui tenais à moi. Sa confession me touchait et on était deux à être rouge comme une tomate. C'était bien la première fois que l'on me disait ce genre de chose. Gêné, je cachais ma tête dans le cou de Paul.

- Je tiens à toi aussi...énormément je crois...


Soufflais je avant de sortir mon visage de sa cachette. Qu'il soit rassuré je n'avais aucune envie de partir de cet appartement. Déjà parce que c'était un vrai paradis de calme et aussi bien sur pour le propriétaire. Ce dernier ne voulait que mon bonheur. Mais ce mot me paraissait tellement lointain et irréel depuis quelques années. A vrai dire, je n'inspirait pas moi même à être heureux. Sans Cain, je ne pouvais pas l'être, c'était ce que j'avais décrété tout seul.

- Tu n'es pas fou Paul...Je n'ai pas non plus envie de me séparer de toi...Si tu ne voudrais plus de moi je me sentirai mal...je me suis habitué à toi et à tes câlins. D'une certaine manière, tu t'es ancré à ma vie et elle serait encore plus morne si soudainement tu n'en faisais plus partie...

M'imaginer retourner à la vie de Seed normal et de cette chambre avec ses fous, rien que d'y songer j'en avais aucune envie. Bien sur, je ne dormais pas tous les jours chez Paul. Je devais tout de même montrer un minimum de présence nocturne et journalière pour ne pas me faire disputer. Ironiquement, on allait me reprocher d'être devenu social alors qu'on me faisait suer pour que je le sois plus.

- C'est bizarre, parce que comme tu l'a dis...on ne se connait pas vraiment. Mais peut être que dans une autre vie c'était différent ? Quelque chose comme le destin...hum...si tu veux je pourrais t'emmener chez moi...là où j'ai grandis avec...Cain


Proposais je rapidement en me rendant compte que je commençais à partir dans mes délires. Si ce n'était pas un secret que j'étais utopique, après tout je ne cachais pas le fait que je désirais un monde de paix plutôt que de devoir subir une guerre entre stupides humains. Il était très loin le fait que j'étais aussi intéressé par l'avant. Avant d'être ce que l'on était. Etions nous quelqu'un d'autre ? Dans une autre vie, j'avais osé penser pendant un moment que Cain et moi n'étions pas frères. Mais des sortes d'amants. Sinon comment aurais je pu expliquer autrement ce fort sentiment étrange que j'avais envers lui ?
© Field of Heroes

_________________
SNOWHITE ✽ PRINCESS

I'm your paradise

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin, elle se casse
» hmmm... C'est embêtant ... HELP ME EIRIIIIIIIIN !!
» Tant de fois s'appointer...Par Grendif
» BIG JIM Nous t'avons tant aimé !!!
» Pas de catégorie "musiques" ? Bon, bah tant pis ! ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Have A Break :: Notre Histoire :: Chapitre 4 : Esthar et la tentative d'assassinat-