AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
(Admin) ϟ SEED de rang 32, Spécialiste de l'espionnage et infiltration
avatar
Date d'inscription : 25/12/2015
Messages : 732
Avatar : Willa Holland
Crédits : Cranberries

Âge du perso : 23 ans (26 aout)
Activité : SEED spécialiste de l'espionnage et de l'infiltration
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■
resistance■■■
esquive■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t73-selena-daughter-of-the-m
MessageSujet: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   01.09.16 23:26



We never shoot to stun


Galbadia, il y a 7 ans

« Il joue avec toi. Il te ment et tu es trop aveuglée pour le voir. Crois moi je sais comment il fonctionne. Il t‘oubliera à la moindre contrariété. Il n’est pas du genre à tomber amoureux ni à se battre pour toi. Et je sais que c’est ce que tu veux. »

La gifle parti dès que Lachlan eu prononcé ces mots. Je le fixais avec des yeux brillants de colère.

« Je te prouverais le contraire ! »

Je quittais le terrain de sport de façon théâtrale, consciente des nombreux regards qui me suivaient tandis que ma queue de cheval claquait au vent.

Un peu plus tard dans l’après-midi, Mat et moi avions réquisitionné sa chambre. Mon compagnon avait veillé à chasser tout le monde. Il était très doué pour ça. Se faire obéir je veux dire. Oui, aussi étrange que cela puisse paraître c’était en grande partie son sale caractère qui m’avait séduite. Épargnez-moi toute analyse freudienne, merci. Une séance de câlins particulièrement passionnée me fit oublier pendant quelques temps ma dispute avec Lachlan.

Alors que Mat me promettait la lune, tout me revint en bloc et le poison du doute s’insinua en moi. C’était peut-être trop beau pour être vrai.  Non. J’allais prouver à Lachlan mais surtout à moi-même que je n’avais pas de raison de douter. Et si raison il y avait, il valait mieux que je le découvre maintenant plutôt que quand j’aurais définitivement perdu mon cœur. C’est ainsi que ma fierté et le défi que m’avait lancé Lachlan prirent le dessus. Après lui avoir annoncé que notre histoire n’était pour moi qu’une aventure, je m’attendais à ce qu’il me retienne. Je patientais même quelques instants, le laissant accuser le coup. Je ne pensais pas qu’il acquiescerait en me disant d’une voix égale que c’était bien le temps que cela avait duré. C’était trop pour moi. Après avoir claironné un ‘Parfait’ tonitruant, j’attrapais les premiers vêtements venus (à savoir ma jupe et un tee-shirt de Mat) avant de sortir en trombe de la pièce. Il ne tenta pas de me rattraper. Quelques heures plus tard, les rumeurs commencèrent.

~~~


J’avais pris place dans une des salles de cours d’entrainement au combat. Personne n’y était à cette heure ci et j’avais besoin d’évacuer ma frustration. Je m’étais encore disputée avec Zack, c’était pour une broutille que j’avais déjà oublié mais vu nos caractères, cela avait encore une fois viré au drame. Tout ça pour dire que j’étais sur les nerfs et donc par extension, j’avais besoin de tapper sur quelque chose. Kramer avait pourtant été très clair, je n’avais pas le droit à des partenaires d’entrainement lorsque j’étais dans cet état. Merci beaucoup Lucian. Traitre. Faux ami.

Enfin bref, c’est pour ça que je me retrouvai devant un sac de sable dans un ensemble mini short et brassière de sport. Mes cheveux étaient attachés, fait suffisamment rare depuis la fin de mon adolescence pour être noté. Cela faisait maintenant une heure que je pratiquais mes arts martiaux contre ce pauvre sac de sable. Du sang apparaissait déjà sur les bandes entourant mes phalanges et mes pieds mais je n’en avait rien à faire. En fait, ça me faisait même du bien.

Les endorphines me faisaient un bien fou. Enfin ça, c’était jusqu’à ce que j’entende une voix qui suffit à crisper tous les muscles de mon corps. Ce n’était vraiment pas le moment. Après avoir lancé un dernier coup de pied retourné contre mon adversaire imaginaire, je me retournais vivement.

© Field of Heroes

_________________
Everytime we say goodbye
I die a little. Everytime we say goodbye, I wonder why a little, Why the Gods above me, who must be in the know. Think so little of me, they allow you to go. ©️anaëlle.


• Award du personnage le plus astucieux •
• Award du meilleur RP •


Dernière édition par Selena L. Noctis le 14.09.16 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 277
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   02.09.16 22:50



We never shoot to stun


« D’accord. » C’est tout ce qu’il avait réussi à dire, d'accord pourtant il était loin de l’être. Assis sur son lit, coudes posés contre ses genoux et mains jointes, Mateusz refusait tout bonnement de croiser le regard de Selena. Il voulait qu’elle parte, qu’elle dégage au plus vite, qu’elle sorte de sa vie, rien de plus, rien de moins. « C’était sympa, pour le temps que ça aura duré. » Jouer l’indifférence, ne lui laisser aucun autre souvenir de sa part. Elle s’était foutu de lui, l’avait pris pour un imbécile, une de plus sur la liste à lui prouver qu’il était le roi des cons. Tomber fou amoureux de cette fille, qu’est-ce qu’il lui avait pris ? Qu’est-ce qu’il avait espéré ? Ce n’est pas comme si on ne l’avait pas mis en garde, ce n’est pas comme s’il n’était pas au courant de ces rumeurs qu’il avait faire taire une par une car il ne voulait pas y croire. Comment avait-elle pu finir dans ses bras ? C’était inespéré, et il avait été heureux, profondément heureux, autant qu’il était détruit aujourd’hui en comprenant que tout cela pour elle n’avait qu’été une vaste blague, une passion de passage, un jeu. Il y a quelques minutes encore il lui promettait la lune et le pire c’est qu’il se sentait encore capable de la décrocher pour elle. Il fallait à tout prix qu’elle sorte. « Parfait. » La porte claque. Immobile Mateusz accuse le coup, absent, avant de plonger son visage entre ses mains, silencieux. Il ne lui pardonnerait pas.

**

Il était presque déçu. Il ne s’était évidemment pas imaginé qu'un comité d’accueil viendrait célébrer en pompe son retour à la vie active, mais dans les scénarios qu’il avait eu le temps d’élaborer durant sa convalescence, ce moment si cruciale à ses yeux aurait dû avoir une autre saveur. Peut-être s’était-il attendu à soulever plus de compassion, obtenir le respect, voir une certaine forme d’admiration de la part de ses pairs. Rien de cela au final. Un élève blessé, c’était quelque chose de tristement banal au sein de l’établissement et personne ne faisait plus vraiment attention à cela. On s’était habitué à l’horreur, on s’était habitué à l’indicible, pourquoi s’émouvoir encore du sort d’un SEED, en particulier quand ce dernier n’avait pas respecté les ordres qu’on lui avait adressés ? On l’avait invité à passer à autre chose au plus vite, à avancer, une bien jolie philosophie sur laquelle il voulait vomir sa rage. Comment passer à autre chose quand tous les jours on croisait dans son miroir son visage défiguré par sa plus grande erreur ?

Il aurait pu s’en tirer plus mal. Est-ce que cela le consolait pour autant ? Mateusz ne pouvait pas imaginer pire, quand on lui avait annoncé qu’il avait échappé à un bien plus triste sort les contours de cette possibilité était resté flou. Pour l’heure il devait accepter sa condition, accepter qu’il avait perdu en mobilité, accepter, aussi, qu’il avait eu tort en agissant comme l’imbécile en manque de reconnaissance qu’il était. « T’as eu ce que t’as voulu même si t’as pas voulu ce que t’as eu. » lui avait glissé Georgia un jour. Cette phrase aujourd’hui, résonnait d’une nouvelle manière et depuis qu’il avait ouvert les yeux dans cette chambre à l’infirmerie, il y a de ça quelque mois maintenant, il n’avait cessé de l’entendre claironner ces quelques mots dans son esprit. Cela le rendait fou. Pour être sincère, tout ce qui se rattachait de près ou de loin à Georgia le rendait fou.

Se remettre en selle avait été une mission bien plus difficile qu’il ne l’avait espérée. La rééducation s’était pourtant bien passée, Mateusz avait montré la motivation et la ténacité nécessaire pour que tout se déroule dans les meilleurs des conditions. L’entraînement, lui, s’était avéré être un exercice bien plus compliqué à reprendre. Le garçon manquait cruellement de concentration, il avait perdu en réflexe, perdu en souplesse, et surtout en inconscience. La sensation alors de dégringoler les échelons qu’il avait pris tant de temps à gravir le plongeait dans une rage sans nom. Tout en lui le dégoûtait, ce corps qui ne répondait plus à ces attentes, ce visage mutilé qui lui faisait honte, et ce moral en lambeau, comme une bombe dans son cerveau qui aurait détruit toutes les fondations qu’il s’était acheminé à construire pour se protéger. Au fond, il était terrifié.

Ses pas raisonnaient dans les couloirs vides de la BGU. Mateusz, comme quand il était jeune, s'était décidé à reprendre ses entraînements tôt dans la matinée et tard le soir, cachant ainsi au reste du monde ses prouesses plus que moyennes qu'il était loin d'assumer pour l'heure. Tant qu'il n'aurait pas récupérer un niveau qu'il jugeait acceptable, il était hors de question qu'il en sois autrement. Des bruits venant de la salle lui apprenait pourtant qu'il n'était visiblement pas le seul aujourd'hui à avoir eu cette idée et il était déjà agacé à l'idée de devoir faire demi tour.  Qui donc pouvait avoir une idée aussi saugrenue ? Il ne tarda pas à mettre un nom sur l'inconsciente et la surprise n'était pas pour lui déplaire. « Selena Noctis, mais c’est inespéré. » Plaisanta t’il en détaillant sans vergogne la silhouette de la jeune femme alors qu'il passait le cadre de la porte. Plus question de faire demi tour maintenant, il avait envie de s'amuser un peu. « Je crois que le destin se fou de nous, je ne sais pas ce que tu en penses. » Se débarrassant de son gilet, son regard fut attiré par ses cheveux retenus en une queue-de-cheval strict. Il ne l’avait pas vu coiffer de cette manière depuis des années, et il se désespérait de remarquer un détail aussi futile. L’expression farouche de sa camarade ne lui échappa pas et pendant qu’un sourire se dessinait à la commissure de ses lèvres, il siffla avant de croiser les bras en fronçant légèrement les sourcils, usant de ce ton moqueur détestable qu'on lui connaissait si bien. « Qu’est ce qui a bien pu te mettre en colère comme ça ? »

© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •


Dernière édition par Mateusz D. Prescott le 03.09.16 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 32, Spécialiste de l'espionnage et infiltration
avatar
Date d'inscription : 25/12/2015
Messages : 732
Avatar : Willa Holland
Crédits : Cranberries

Âge du perso : 23 ans (26 aout)
Activité : SEED spécialiste de l'espionnage et de l'infiltration
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■
resistance■■■
esquive■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t73-selena-daughter-of-the-m
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   03.09.16 16:01



We never shoot to stun


Je l’avais reconnu dès la première syllabe qu’il avait prononcé et, rien que cet état de fait m’agaçait prodigieusement. Il m’agaçait prodigieusement. Et ça m’agaçait encore plus qu’il soit toujours présent d’une façon ou d’une autre, soit dans mon champ de vision soit indirectement dans les murmures que j’entendais parfois lorsque je passais dans les couloirs. Si croiser mon ex, celui qui m’avait tant fait souffrir, était devenu une habitude, le fait, depuis un peu moins d’un mois de devoir en croiser deux me mettais les nerfs en pelote.

Maintenant que ça me revenait c’était ça la cause de ma prise de bec avec Zack. L’arrivée de Lachlan et de ses anecdotes débiles. Devoir supporter les piques de Mat c’était déjà une chose mais maintenant qu’ils étaient deux, je sentais bien que Zack le vivait assez mal. Et moi aussi par extension. Inespéré, ce n’est pas le mot que j’aurais employé pour décrire notre rencontre. Surtout vu mon état actuel. Tout ça combiné donnait plus de poids à ma déclaration.

« Le destin est une garce »

Et le voilà qui se déshabillait maintenant. Il ne comptait quand même pas s’installer ici ? J’avais pourtant cru que mon regard noir le dissuaderait d’entrer. Espoir stupide. Il ne faisait jamais ce qu’on attendait de lui. Il était beaucoup trop content de lui. Son petit sourire moqueur et son croisement de bras détestable me donnait envie de le mordre. Et pas de la bonne façon. Me demander ce qui me mettait en colère n’était certainement pas une bonne idée. J’allais l’envoyer paître quand la sonnerie de mon téléphone se mit à retentir. Une musique glauque, absolument pas encourageante résonna dans la salle vide. Je fis quelques pas en direction de la porte, vers mon petit sac de sport, posé dans un coin. Je savais déjà qui me téléphonait. J’avais choisi une sonnerie de circonstance. J’adaptais toujours mes sonneries aux personnes. C’était un de mes trucs et je le faisais depuis mon arrivée au G-Garden. On pouvait en apprendre beaucoup sur ce que je pensais d’une personne rien qu’en écoutant la sonnerie qui lui était associée.

D’un glissement de doigt rageur, je décrochais sans pour autant porter le téléphone à mon oreille. J’approchais le micro de ma bouche d’un mouvement brusque.

« Lâche-moi. Retourne à Galbadia ou mieux, va en Enfer ! »

Voilà, j’étais encore plus furieuse maintenant. Je ne savais même plus sur qui canaliser ma colère. Zack parce qu’il ne me faisait pas assez confiance. Lachlan pour être le pire connard que la terre ai jamais porté. Ou sur Mat parce qu’il était là et qu’il m’agaçait. Je jetais sans douceur mon téléphone dans mon sac. Mes vêtements amortirent néanmoins le choc.

S’il avait eu le malheur de croiser l’une des nouvelles recrues de la BGU, il aurait sa réponse. Mais vu son séjour forcé à l’infirmerie, il était bien possible qu’il ne se soit pas rendu compte de la présence de Lachlan à la BGU. S’il était curieux, il avait de toute façon eu le temps d’apercevoir son nom sur mon téléphone. Par pitié, qu’il ne pose pas de questions. Je n’étais pas d’humeur à faire l’historique de ma relation avec Lachlan. Je n’allais certainement pas lui donner du grain à moudre.

Je me retournais donc afin de lancer un dernier enchaînement rageur qui n’eut pas tout à fait l’effet escompté. En effet, la chaine reliant le sac au plafond venait de céder sous les assauts répétés des coups que je lui avais assénés depuis le début de la soirée. Je fusillais le sac du regard comme s’il était mon ennemi personnel. Quelle idée de céder aussi facilement. Je toucherais deux mots à Kramer su la vétusté de ses équipements.

« Il ne manquait plus que ça... »

Je soupirais de mécontentement, tout en gardant Mat dans mon champ de vision. Sur quoi allais-je bien pouvoir passer mes nerfs à présent ?

© Field of Heroes

_________________
Everytime we say goodbye
I die a little. Everytime we say goodbye, I wonder why a little, Why the Gods above me, who must be in the know. Think so little of me, they allow you to go. ©️anaëlle.


• Award du personnage le plus astucieux •
• Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 277
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   03.09.16 21:02



We never shoot to stun


Depuis quand n’avaient-ils pas été seuls ? Juste eux, sans que ne soit impliqué ceux que Mateusz avait nommé avec médisance la garde rapprochée de la princesse. Il maudissait cette petite clique qui suivait sans cesse Selena, prêt à la défendre bec et ongles, fonçant droit sur lui dès qu’il avait le malheur de lui adresser la parole. C’était mettre beaucoup de mauvaise foi, il le concédait, il la cherchait, beaucoup, et rien d’étonnant au fait que ses amis – puisque c’était le terme le plus courant qu’on utilisait quand on était normaux – n’apprécient pas particulièrement son humour. Seulement il la savait capable de se défendre seule et quand l’un des membres de la garde s’en prenait à lui, il était profondément exaspéré. Alors oui, ça l’amusait beaucoup d’énerver ce petit monde, de parader au milieu de ses opposants, mais ce n’est pas eux qu’il voulait faire réagir, c’était elle. Aussi était-il ravi et plus que disposé à discuter avec Selena ce soir. C’était une chance d’être tombé sur elle et qu’ils aient enfin l’opportunité d’échanger sans qu’un tiers se mêle de leur histoire car ils étaient les seuls concernés par cette dernière, les autres avaient tendance à l’oublier. C’est vrai, un ami était censé faire des problèmes de ses proches ses propres propre problèmes mais il n’avait vraiment pas ce souci-là, Mateusz manquait bien trop d’empathie pour pouvoir s’intéresser aux peines des autres. Il devait déjà réglé les siennes, inutile de s’encombrer de celles qui ne le concernait pas.

Une sonnerie mortifère résonna dans la salle, il ne lui fallut pas longtemps avant de comprendre de quoi il en retournait. Mateusz se souvenait de ce rituel qui, à une époque, l’avait fait particulièrement rire. La jeune fille adaptait ses sonneries en fonction de ce qu’elle ressentait pour le contact, une après-midi alors qu’ils étaient dans sa chambre elle lui en avait fait écouter un certain nombre. Aujourd’hui il se demandait comment il avait pu trouver ça amusant, il mettait cela sur le compte de sa jeunesse et, bien à contre cœur, sur l’amour qu’il lui portait alors. Quoi qu’elle ait pu faire, il aurait sans doute trouvé ça merveilleux. Comme la plupart des souvenirs heureux qu’il avait partagés avec elle, Mateusz avait taché de le noircir avec soin. Il était bien plus facile d’arracher une page quand on éliminait de son esprit tout ce qui avait pu y avoir de beau dans une histoire. Il ne put tout même s’empêcher de se demander quel type de sonnerie on pouvait entendre si lui l’appelait.

Evidemment il ne s’interdit pas de jeter un coup d’œil à l’écran. Lachlan. Ce nom-là réanimait bien des souvenirs désagréables. Il fut tout de même étonné qu’elle lui attribuât une mélodie aussi sinistre, il les avait quittés inséparable, jamais l’un sans l’autre, et il fut bêtement satisfait de savoir que ce n’était manifestement plus d’actualité. Adossé contre le mur, Mateusez détailla le moindre de ses mouvements, son regard, ses gestes nerveux, elle était profondément en colère et il la savait redoutable dans ces moment-là. Alors qu’elle approchait le micro de sa bouche, elle envoya son correspondant en enfer avant de raccrocher avec une rage qui lui fit décrocher un rire impressionné. C’était un spectacle profondément jubilatoire, il ne regrettait pas d’être passé.

Sa camarade se déchaînait déjà contre le sac d’entraînement accroché au plafond, sac qui se décrocha de la poutre à laquelle il était relié dans un bruit fracassant. Hilare, Mateusz constatait les dégâts en secouant la tête, se rapprochant du ring et de son adversaire qui ne le quittait pas des yeux. « Mince alors, c’est pas que le destin qui est contre toi, c’est l’univers tout entier. » Donnant un violent coup de pied dans l’objet pour le dégager de la piste, le garçon offrit un sourire faux à son interlocutrice avant d’aller poser son sac sur un banc, sortant des bandages qu’il enroula méthodiquement autour de ses mains, sachant qu’elle allait s’en prendre à lui de manière imminente. « Lachlan, hein ? Eh ben. Je ne m’attendais pas à le voir rappliquer celui-là, mais parfait, on va s’amuser. » Comment en serait-il autrement ? Ce n’était certainement par le terme adéquat et Mateusz savait combien il ferait enrager Selena, il l’avait principalement choisi pour ce motif. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Lui qui te défendait contre toutes les vilaines réflexions de ce salaud de Prescott. C’est pas un peu ingrat de ta part de lui parler comme ça ? » S’enquit il en relevant légèrement les sourcils, adoptant un faux air concerné avant de se retourner vers elle, prêt à encaisser remarques, voir très certainement coups.

© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 32, Spécialiste de l'espionnage et infiltration
avatar
Date d'inscription : 25/12/2015
Messages : 732
Avatar : Willa Holland
Crédits : Cranberries

Âge du perso : 23 ans (26 aout)
Activité : SEED spécialiste de l'espionnage et de l'infiltration
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■
resistance■■■
esquive■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t73-selena-daughter-of-the-m
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   09.09.16 19:36



We never shoot to stun


Prescott. Mateusz. Ces mots résonnaient comme une incantation. A croire qu’il finissait toujours par me trouver quand je voulais être seule. Bouffer ma colère dans mon coin. Oublier. Mais non bien sûr, ils ne me laisseraient jamais oublier. Ni lui, ni Lachlan. Ils étaient toujours là, tapis dans l’ombre près à me dévorer. Dévorer le peu d’espoirs que mes parents m’avaient laissé. L’amour était une notion que j’avais du inventer, fantasmer. Mes parents ne m’en avait jamais donné. Oh, bien sûr ils s’étaient bien occupés de moi. Au début, j’étais un peu comme une nouvelle expérimentation. Un enfant, le mélange de leurs cellules. Ils étaient impatients de voir ce que donnerait la fusion de leurs deux êtres, eux qui se trouvaient si exceptionnels. Et puis il y a eu les tests. Remplis d’orgueil, à ce moment je suis devenu leur héritage. Je devais être le prolongement de leur être, perpétuer et améliorer leur œuvre. Un faire-valoir, un accessoire. Et puis j’ai développé mon libre arbitre et ce fut le début de la fin. Soit intelligente et fais ce qu’on te dit. C’est ce qu’ils voulaient que je fasse mais c’était incompatible. J’ai choisi ma voie, tracé mon destin et eux le leur. Ils ne l’ont jamais accepté, ils ne me l’ont jamais pardonné. Comme Mateusz. Comme Lachlan. Ca faisait d’autant plus mal que dans le cas de Mat, je n’avais pas réellement voulu partir. Un accessoire. Un faire-valoir. Qu’on jette et qu’on détruit après usage.

Apparemment, le fait que j’envoie au diable mon interlocuteur divertissait Mat. Tant mieux pour lui. Il n’avait sans doute pas eu beaucoup l’occasion de rire pendant sa rééducation. Ça ne m’empêchait tout de même pas de le trouver enquiquinant. Son éclat de rire tonitruant lorsque le sac de sable rendit l’âme me hérissa un peu plus. Oui effectivement, l’univers était contre moi. Et ça ne datait pas d’hier. La plupart du temps, j’avais appris à m’en accommoder. Après tout, les histoires trop simples ne sont pas dignes d’être racontées. Et je comptais bien inscrire la mienne dans le marbre. Je l’observais rejeter violemment le sac au loin. Il avait repris des forces. Bien. Si je devais le frapper au moins je ne me sentirais pas coupable. Je répondis à son sourire avec un sourire encore plus faux tandis que mes yeux tentaient de le carboniser sur place. Parfois j’aimerais vraiment être une de ces sorcières légendaires et pouvoir carboniser sur place tous ceux qui me déplaisent.

Je fronçais les sourcils en le voyant enfiler ses bandages. Le sac de sable étant hors service, il ne restait que nous et le ring dans la salle. Cela ne présageait rien de bon. J’étais sensée être interdite de combat ! Refaire le portrait de Mateusz valait peut être le coup d’écoper d’un blâme à la réflexion… S’amuser ? Il se foutait de moi ? Oui, bien sûr. Evidemment. C’était Mateusz après tout. Inspire. Expire. Relâche tes poings.

Toute cette tension sexuelle latente entre vous… C’est vivifiant.

J’avais envie d’envoyer un uppercut à Shem maintenant. Mais cette dernière se situant dans ma tête, c’était un peu compliqué. Il fallait vraiment qu’elle arrête de raconter n’importe quoi. La remarque suivante de Mateusz fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Il avait beau être préparé, j’étais rapide, imprévisible et particulièrement en colère. Plutôt que de le frapper directement comme j’en avais initialement eu l’intention, je glissais derrière lui de façon à rapidement entourer sa gorge de mon bras droit. Je plaçais son cou dans le creux de mon coude sans serrer trop fort. Je le maintenais quelques instants dans cette position de soumission, collé contre moi, le temps de lui murmurer à l’oreille.

« T’es très certainement un beau salop mais lui, c’est le roi des connards et des hypocrites vu qu’il pense exactement la même chose que toi. »

En fait, il m’avait même balancé pire mais je n’allais pas m’épancher sur l’épaule de Mat tout de même. Je resserrais ma prise, appuyant sur sa carotide et attendant qu’il se libère (car il le ferait facilement, je n’avais aucun doute là-dessus). En cas de futurs problèmes vis-à-vis de Kramer, le fait qu’il lance les hostilités serait l’assurance dont j’avais besoin.

« C’est tout ce que tu as dans le ventre, Prescott ? »

Il n’était pas le seul à savoir jouer au petit jeu des provocations. Moi aussi je savais sur quels boutons appuyer pour le faire réagir. Je ne le faisais que rarement ceci dit. La plupart du temps, la présence de mes amis m’empêchait de me laisser pleinement aller. Et bien malgré moi, le fait de ne pas vouloir lui faire de mal. J’étais au-delà de ça ce soir.

© Field of Heroes

_________________
Everytime we say goodbye
I die a little. Everytime we say goodbye, I wonder why a little, Why the Gods above me, who must be in the know. Think so little of me, they allow you to go. ©️anaëlle.


• Award du personnage le plus astucieux •
• Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 277
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   10.09.16 14:29



We never shoot to stun


Jouer avec les nerfs du monde entier… À croire qu’il s’agissait de son passetemps favori. Mateusz ne pouvait pas s’en empêcher, il fallait toujours qu’il sorte son interlocuteur de sa zone de confort, toujours le titiller, l’attaquer, le bousculer, le faire réagir. Il s’amusait, il testait, comme si chacune des personnes qui se trouvait en face de lui était un cobaye sur lequel il pouvait mener à bien ses expériences. Les gens l’agaçaient autant qu’ils le fascinaient, il y avait tant de choses à dire sur leur manière de se défendre, de réagir, c’était aussi passionnant que profondément ennuyeux dans le fond tant peu d’entre eux assumaient ce qu’ils étaient réellement. Alors Mateusz cherchait toujours à les rendre fous pour que les autres lui révèlent leur vraie nature, juste pour avoir le plaisir de se dire qu’il avait raison et que le monde était bel et bien pétri dans la même matière infecte. Il n’était pas plus ignoble qu’un autre, il ne le cachait pas, elle était là la différence.

On ne pouvait faire confiance à personne. C’est un fait, qu’on ne cherche pas à l’en dissuader il en était profondément convaincu et aucun discours ne viendrait contredire cette idée. L’humain était mauvais, cupide et de nature profondément égoïste. On trompait le monde en créant des liens, en se fondant dans la masse et en étant polie parce qu’on était éduqué, mais Mateusz lui ne voulait pas franchement jouer aux règles de ce jeu-là. Tout le monde, à tous moment, pouvait le poignarder dans le dos. L’amitié et l’amour n’étaient qu’une illusion pour tromper la solitude, on s’entourait parce que quelque part, c’est vrai, on avait toujours besoin d’être soutenu, mais au fond… Seul on était et seul on resterait. Tenait-il déjà ce discours lorsque, adolsecent, il était tombé éperdument amoureux de la jeune femme qui lui faisait face aujourd’hui ? Mateusz avait toujours eu un tempérament misanthrope, posant un regard particulièrement acide sur le monde, mais il avait aimé, passionnément, il ne pouvait pas le nier. Selena lui avait pourtant sans surprise brisée le cœur et le garçon avait réalisé bien trop tardivement qu’il s’était berné d’illusion, qu’il avait voulu croire que cette histoire était faite pour durer et de cette manière il s’était fait avoir comme tant d’autre sur le sujet. Le SEED s’en mordait encore aujourd’hui les doigts, comme incapable de passer à autre chose tant l’erreur était immense, regrettant ce qu’il avait perdu après ce premier échec amoureux qui lui avait laissé bien plus de blessures à l’ego qu’il ne l’aurait souhaité. Qu’il le veuille ou non, Mateusz n’avait clairement pas fait un trait sur cette histoire. Il aurait été sûrement bien plus simple de l’oublier s’il s’était tenu loin d’elle, mais Selena continuait de le poursuivre, insolente, et ils étaient aujourd’hui condamnés à parcourir les mêmes couloirs jusqu'à la fin de leurs jours.

Parlant de traîtrise… Voilà que Selena, plus fourbe que jamais, s’était glissé derrière lui pour l’enserrer au niveau du cou. Il aurait dû l’anticiper, clairement, il avait cru qu’elle l’attaquerait de face et pourtant la jeune femme lui avait prouvé à de nombreuses reprises qu’elle n’était jamais là où on l’attendait. Attrapant de ses deux mains le poignet de la jeune fille après qu’elle ne lui eut confié que Lachlan était soi-disant le roi des connards, il l’entendit s’amuser alors qu’elle le provoquait avec assurance. « Vraiment ? On va jouer à ce jeu-là ? » Se dégageant en lui assénant un violent coup de coude dans le ventre, maintenant sa prise sur son bras en se retournant, il lui donna un autre coup de genou dans les côtes avant de la lâcher et de reculer. Elle ne voulait pas lui faire de mal, il l’avait bien senti, sa prise était ferme mais certainement pas aussi assurée qu’elle n’aurait dû l’être si elle avait voulu le blesser. Est-ce qu’elle avait peur pour lui ? Pensait-elle qu’il fallait le traiter avec ménagement ? Qu’elle se détrompe, il était presque furieux qu’elle ait songé à prendre ça à la légère. En même temps, cela lui donnait une sorte de nouvelle énergie, un intime besoin de lui prouver qu'il n'était pas sortie infirme de sa mission. « Tu peux me reprocher beaucoup de choses, mais certainement pas d’être hypocrite au moins. » Lança t’il en première fois en la toisant, se préparant déjà à la riposte. « Alors comme ça il pense la même chose que moi ? Et qu’est-ce que tu lui as fait à lui pour qu’il change d'avis sur ta petite personne ? Je suis curieux, vraiment. C'est pas comme si j'avais cru une seule seconde que ce type là était sincère, mais bon, vous faisiez la pair. »

© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 32, Spécialiste de l'espionnage et infiltration
avatar
Date d'inscription : 25/12/2015
Messages : 732
Avatar : Willa Holland
Crédits : Cranberries

Âge du perso : 23 ans (26 aout)
Activité : SEED spécialiste de l'espionnage et de l'infiltration
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■
resistance■■■
esquive■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t73-selena-daughter-of-the-m
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   10.09.16 23:27



We never shoot to stun


Les prises de soumission, lors d’un combat, c’était ce que je préférais. Faire en sorte que l’adversaire ne puisse pas bouger, qu’il soit totalement en mon pouvoir. J’aimais la sensation de puissance que cela apportait. Peut-être même un peu trop à en croire ce cher psychologue que l’on m’avait collé entre les pattes après mon retour de mission de Winhill. Il avait parlé de ‘besoin pathologique de tout contrôler’ et ‘d’incapacité chronique à faire confiance à autrui’. Enfin, il n’en avait pas vraiment parlé. J’avais fouiné dans ses notes quand il avait le dos tourné. Bref, passons. De toute façon c’était totalement faux ! Je faisais confiance à autrui ! Enfin pas à autrui. A Lucian. Mais uniquement lui. Il ne m’avait jamais déçu. C’était l’homme parfait. Le seul, l’unique… et c’était mon presque frère. Quelle tristesse ! J’aurais dû m’en tenir à nos fiançailles enfantines sur le quai de la gare de Timber. Cette promesse que je lui avais arrachée avant de monter dans le train me ramenant à Deling me paraissait si lointaine à présent. J’étais encore jeune et naïve. Avant le G-Garden. Avant Lachlan. Avant Mat.

Ca y est. Il se décidait enfin à réagir. Heureusement pour moi, j’avais anticipé son premier coup, contractant mes abdominaux en prévision de l’impact. Le second coup porta beaucoup plus ses fruits et me coupa la respiration pendant quelques secondes. Bien. Apparemment il était parfaitement en état de se battre. En plus, c’est lui qui avait amorcé les hostilités. Qu’il s’explique avec Kramer en cas de besoin. J’allais enfin pouvoir me battre.

Tandis qu’il reculait de quelques pas, je lui adressais un sourire insolent tout en le toisant. Serrant les poings en me préparant pour le prochain assaut.

« Hypocrite non. Mais pour le côté menteur, vous vous valez bien tous les deux. »

Tous les deux m’avaient menti sans vergogne. Me faisant croire que j’avais une place spéciale dans leur cœur. Dans les deux cas, le retour à la réalité avait été violent. Brutal. Rempli de larmes. Cette place que je cherchais toujours désespérément à me faire quelque part, encore aujourd’hui. C’était stupide et naïf de ma part je le savais bien.

La suite ne fit que confirmer ce que je pensais déjà. Un salop. Ce type était définitivement un salopard de la pire espèce. Parce qu’évidemment c’était forcément de ma faute. La vilaine sorcière Selena avait forcément fait quelque chose à ce cher Lachlan. J’en aurais presque hurlé de dépit. J’avais bien envie de le cramer sur place, là tout de suite en utilisant le sort brasier X que j’avais acquis il y a peu. Comme indépendamment de ma volonté, des flammes apparurent dans ma main droite, calcinant les bandes protégeant mon poing. Je les faisais disparaitre d’un mouvement agacé du poignet. J’allais lui refaire le portrait à l’ancienne, sans magie. Ce serait bien plus gratifiant. Il m’avait piqué au vif parce que si lui n’avait jamais cru Lachlan sincère, de mon côté j’avais cru en lui corps et âme.

Je me jetais sur lui, tournoyant comme un vautour et l’attaquant d’un violent coup de coude son côté droit et enchainant avec un coup de pieds placé derrière son genou gauche de façon à le faire ployer. C’était douloureux, je le savais. Tant pis pour lui.

A la vitesse de l’éclair, j’étais de nouveau face à Mat, poussant sur ses avants bras de façon à le faire tomber en arrière pour me placer à califourchon sur lui. Je savais que je ne le maintiendrais pas plaqué ainsi au sol très longtemps. Je sécurisais ma prise en serrant les cuisses et en appliquant une pression sur ses jambes avec mes mollets.

« Ce que je lui ai fait ? Renier mes sociopathes de parents et décider de partir pour Balamb. Oh ! Et refuser de rester quand il a sorti ses billets pour tarifer mes services bien sûr. Vu qu’au final je n’étais que ça pour lui. Pas une amie, juste une pute bon marché. Et lui juste un type comme les autres. »

Je me souvenais encore de l’uppercut qui avait suivi cette proposition indécente et du côté artistique et incongru de tous ces billets qui volaient à travers la pièce. Tandis que je m’éloignais valise à la main pour ne plus jamais le revoir. Jamais jusqu’à récemment en tout cas.

J’étais toujours perchée au-dessus de Prescott, le regard froid. Je n’avais plus une seule larme à verser sur mon ancienne amitié avec Lachlan. Elles s’étaient taries au fil des années pour ne laisser que la rage et l’amertume. Et un soupçon de regret. Si Mat malgré tous ses coups bas m’inspirait encore à mon corps défendant un tant soit peu d’affection, je n’étais pas sure de pouvoir en dire autant de Lachlan. N’empêche, la plaie était encore à vif car elle venait rouvrir d’anciennes blessures qui n’avaient pas eu le temps de cicatriser totalement, dont celle que Mateusz lui-même m’avait infligé.

© Field of Heroes

_________________
Everytime we say goodbye
I die a little. Everytime we say goodbye, I wonder why a little, Why the Gods above me, who must be in the know. Think so little of me, they allow you to go. ©️anaëlle.


• Award du personnage le plus astucieux •
• Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 277
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   11.09.16 14:50



We never shoot to stun


« Menteur ? » Est-ce qu’elle se moquait de lui ? Bien sûr, il ne brillait pas par son honnêteté, elle n’était pourtant pas en reste et que l’attaque vienne d’elle le faisait doucement rire. Devait-il lui rappeler les faits ou l’utilisation de G-Force avait altéré sa mémoire au point d’oublier ce qu’ils avaient partagé et ce qu’elle avait détruit en lui avouant que tout cela n’avait été pour elle qu’une vaste blague ? Il était bien trop orgueilleux cependant pour lui avouer que ses mensonges lui avaient brisé le cœur mais il avait beau joué l’indifférence, Mateusz c’était à de nombreuses reprise posé la question : l’avait-elle regretté ? Après tout c’est elle et sa réputation qu’il avait brisée par la suite, de la plus sinueuse des manières d'ailleurs, il n’avait pas eu à faire grand-chose au final… Laisser courir les rumeurs et leur donner raison. Etait-il en tort ? Non. Elle s’était moquée de lui, cela faisait de lui une victime après tout. Oh bien sûr, il n’allait pas reconnaître qu’il en avait souffert, non, il avait juste laissé entendre qu’elle s’était donné à lui comme la fille facile qu’elle était, qu’il n’était pas le premier et certainement pas le dernier. Vous voulez essayer ? Sincèrement, tout le monde à sa chance. Et voilà que les rumeurs circulent, que l’information se diffuse, plus rien à faire sinon d’attendre qu’elles atteignent leurs cibles. Avait-il pris du plaisir à commander tout cela ? Même pas. Il avait eu une sorte de satisfaction il n’allait pas mentir, mais cette dernière était totalement annihilée par la douleur de l’avoir perdu, la colère qu’elle se soit moqué de lui et le dégout, aussi, de lui-même. Mateusz avait bêtement cru être aimé, il avait vraiment pensé qu’enfin quelqu’un avait vu en lui quelque chose d’autre, quelque chose qu’on pouvait apprécier, et cette image qu’elle lui renvoyait de lui, elle lui plaisait. Mais tout cela n’avait été qu’un mensonge, elle avait pris du bon temps, c’est tout, et tout ce qu’il avait cru sincère n’était en fait que du vent. Pouvait-on se fourvoyer à ce point ? Ne pas voir une seule seconde que la personne se moquait de nous depuis le début ? C’était écœurant. Certainement n’avait-il voulu voir que ce qu’il avait envie de voir… C’était encore une preuve de son égoïsme, une pierre à rajouter sur l’édifice des preuves qu’il était un bel enfoiré. Ou un pauvre imbécile.

Alors il avait attaqué. Les mots étaient bien plus violents que les coups parfois, et sûrement ses paroles cinglantes étaient-elles le pire des poisons. Mateusz avait vu le visage de Selena se défaire, observer son corps se crisper et bien sûr, comment éluder la vision de ces flammes qui s’échappant de sa main, venait de brûler les bandages qui l’entouraient. Bien, maintenant, il l’avait réveillé. Maintenant, les choses sérieuses allaient commencer. Il ne croyait pas si bien dire.

Avec une agilité effarante, Selena avait réussi à le mettre à terre en moins de deux. Il avait bien pu minimiser les dommages au niveau des côtes mais le coup au genou, lui, lui avait été fatale. Un détail cependant n’avait pas échappé à Mateusz, même pleine de rage elle ne s’en était pas pris à sa jambe défaillante. Hasard ou initiative toute calculée ? Ce n’était certainement pas le moment de se poser la question. Voilà qu’elle était déjà à califourchon sur lui, maintenant fermement sa prise, son visage à quelques centimètres du sien. Selena avait l’avantage physiquement, mais il pouvait aisément dire que moralement, il venait de lui infliger bien des dégâts et c’était jubilatoire de lire dans ses yeux un mélange de colère, de rage et de peine. Il ne pourrait jamais la laisser en paix, à croire qu’il ne pourrait jamais vraiment lui pardonner, que pour avoir eu l’audace de le blesser elle était condamnée à en subir les conséquences tant qu’il serait debout. Ainsi, il gardait une sorte d'emprise sur elle, un certain pouvoir. Elle ne pourrait pas l’oublier, et il était là, son but.

Et voilà qu’elle lui entrebâillait la porte de son cœur, laissant échapper quelques informations qui pourraient lui permettre de saisir un peu mieux la situation. Il ne supportait pas qu’elle ait le dessus mais quelque part il savait que ce n’était que dans cette position qu’elle se confierait. Alors Mateusz la laissait faire, bien trop curieux pour l’heure. « Il a osé ? » Il n’avait jamais porté, sans surprise, Lachlan dans son cœur. Ce type était un connard fini et il était satisfait dans un sens que Selena ait fini par s’en apercevoir. L’audace du garçon cependant était à applaudir, avait-il réellement eu la bêtise de proposer de l’argent à Selena l’indomptable ? Qu’avait-il espéré sinon la rendre folle ? C’était de la pure provocation ou avait-il réellement cru pouvait la faire changer d’avis ? Après tout il se souvenait d’un garçon particulièrement arrogant, pensant effectivement que son patrimoine familial lui permettait d’acquérir tout ce qu’il convoitait. Lachlan n’avait pas besoin de se battre, au final, tout lui tombait tout cuit dans la bouche. C’était sûrement une des raisons pour laquelle Mateusz l’avait tant méprisé, tout était si simple pour lui et savoir que Selena le trouvait intéressant le rendait dingue. Finalement, il n'y avait presque rien d'étonnant dans ce qu'elle venait de lui rapporter. « Pitié, ne me dit pas que c’est sérieux. Quel connard, il est pire que ce que je pensais. » Reprit-il en riant malgré lui. Mais Selena elle, n’avait clairement pas envie de s'en amuser. Relevant le menton avec son petit air suffisant insupportable, Mateusz finit par froncer les sourcils en reprenant doucement. « On t’aura bien fait souffrir hein, pauvre petite Selena. Tous ces hommes autour de toi, n’ayant aucun autre but que de manipuler ce joli petit corps entre leurs mains… »

Renversant brutalement les forces, il la fit basculer pour se retrouver sur elle, avec plus de difficultés d’ailleurs, qu’il ne l’imaginait. La colère lui donnait une tonicité incroyable, c'était plus qu'appréciable. « Tu peux jouer avec les autres mais les autres n’ont pas le droit de jouer avec toi alors, c’est ça ? » Continua t'il en bloquant ses bras au sol au dessus de sa tête. Non, ne pas laisser la rancœur prendre la parole, il ne fallait pas laisser Selena croire d'une quelconque manière qu'il pouvait être en colère. S’énerver c'était perdre le pouvoir, se répéta t'il inlassablement alors qu'il luttait pour la maintenir au sol. Une vraie furie cette fille.

© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 32, Spécialiste de l'espionnage et infiltration
avatar
Date d'inscription : 25/12/2015
Messages : 732
Avatar : Willa Holland
Crédits : Cranberries

Âge du perso : 23 ans (26 aout)
Activité : SEED spécialiste de l'espionnage et de l'infiltration
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■
resistance■■■
esquive■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t73-selena-daughter-of-the-m
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   12.09.16 14:58



We never shoot to stun


Il avait l’air sincèrement étonné que je le traite de menteur. Les séquelles de son expédition à Dollet devaient être plus marquées que ce que je croyais. Comment oublier sinon qu’il avait joué les beaux parleurs ? J’y avais cru bêtement jusqu’à ce qu’on me remette les pendules à l’heure. Il y a avait eu les paroles de Lachlan bien sûr mais il n’était pas le seul. Je ne les avais pas cru au début bien sûr, toute concentrée sur ma passion naissante. Mais une remarque, plus une autre, plus une autre… Et le bouquet final avec Lachlan, c’était trop. Ma nature méfiante que les douces promesses de Mateusz avait endormie s’était réveillée. Nature forgée par des années à lire la déception à la place de l’amour dans le regard de mes parents, la convoitise plutôt que l’affection. A l’époque, je ne pensais pas mériter d’être véritablement aimée. Au final, Kate, Lucian et Zack m’ont sauvé à bien des égards. Sauvé de moi-même et des tendances autodestructrices que Lachlan, lui, favorisait.

Car ils avaient raison n’est-ce pas ? Il n’y avait qu’à voir la facilité avec laquelle il avait accepté mon mensonge. Il avait été d’une froideur extrême, n’amorçant pas un seul geste pour me retenir. Si la situation avait été inversée, j’aurais piqué une colère, l’aurait obligé à rester et à réellement s’expliquer. Mais non, il n’en avait rien eu à faire. Pire que ça, il s’était amusé à me torturer après coup. Pas besoin de chercher très loin d’où pouvaient venir toutes ses rumeurs. Contrairement à ce que tout le monde pouvait croire, il n’y a avait que deux personnes au G-Garden à avoir réellement pu poser leurs mains sur moi. La deuxième étant (du moins à l’époque) mon meilleur ami, le coupable était tout trouvé. Et ça faisait mal. Bien plus mal que les rumeurs en elles-mêmes avec lesquels j’avais petit à petit appris à vivre. Et même au prix d’un gros effort, à m’en amuser. Ou tout du moins à en donner l’impression.

Evidemment, Mateusz était toujours aussi moqueur. S’il avait paru relativement impressionné de l’audace de Lachlan – je l’avais été aussi à l’époque croyez-moi – son air suffisant habituel avait rapidement repris place. Lachlan avait le même. A croire que c’était un truc de gosses de riches de Deling. Ma famille était aisée mais rien à voir avec celle de Lachlan. Pour Mat, j’étais mitigée, il ne m’en avait jamais parlé. Je n’avais jamais évoqué la mienne non plus avant ma sortie glorieuse de tout à l’heure ceci-dit. Et il riait de mes malheurs en plus ce mufle. Il n’y avait décidément rien à en tirer. Sa réplique suivante me fit plus de mal qu’elle n’aurait dû. Ma poigne faiblit quelques centièmes de seconde. Habile combattant, il en profita bien sûr pour renverser les forces. J’avais beau lutter, il se retrouva très vite au-dessus de moi. Je détestais me retrouver dans ce genre de position. Cela me faisait me sentir… faible ? Et je détestais cela.

Arrête de faire ta mijaurée, c’est pas comme si tu avais toujours détesté ça !

Mais elle allait la fermer celle-là ! Ce n’était vraiment pas le moment pour les remarques toujours aussi déplacées de Shemhazai. Tomber sur une G-Force symbolisant la traitrise, la luxure et la destruction… C’était bien de moi ça. C’était pourtant pour mon ambition qu’elle m’avait choisi parait-il, mon besoin de faire mes preuves. Apparemment c’était ça le vrai motif de sa traitrise.

Distillant un peu plus son venin, Mat plaqua mes deux bras au sol. Mes jambes étaient coincées sous les siennes, mes poings hors d’usage. J’étais furieuse. Je me débattais comme une diablesse mais il était fort.

Il ne me restait qu’une solution pour reprendre l’avantage. Remerciant mes séances d’abdos, je courbais le dos de façon à prendre de l’élan et projetais férocement ma tête vers l’avant. Je n’avais pas cherché à me protéger, mon front entra donc brutalement en contact avec le sien. Bien que voyant trente-six chandelles, je profitais du moment de déconcertation qui suivi pour nous faire rouler sur le côté. Voilà qui était mieux. Bon, les premières secondes j’étais plus affalée sur lui qu’autre chose (le coup avait sans doute été un peu trop violent) mais je rétablissais rapidement ma prise. Cette fois, c’était mon tour de plaquer ses bras au sol.

« Je commence à en avoir ma claque que toi et les autres me preniez pour une fille facile. »

Comme si, pendant mes études, éviter soigneusement les avances des crétins tout en faisant en sorte qu’ils ne s’énervent pas n’était pas assez compliqué. Heureusement que j’avais un don naturel pour le flirt sans conséquences et de très bonnes capacités de combat pour les plus insistants. Je n’avais pas pu empêcher les vantards de s’inventer des nuits torrides avec moi mais ils faisaient moins les malins quand je leur explosais le nez.


« Trois. Vous avez été trois à ‘manipuler ce joli petit corps’, espèce de sombre abruti ! Deux pendant toute la durée de ma scolarité pendant qu’on me traitait comme une salope donc, merci, tu me lâches avec ça. Je couche pas avec n’importe qui sans… »

Sentiments. Je m’étais arrêtée à temps. Bloquant les mots dans ma bouche en me mordant presque les lèvres pour les empêcher de sortir. J’étais furieuse après moi-même. Il n’avait clairement pas besoin de savoir qu’il m’avait fait souffrir et qu’il m’avait brisé le cœur. J’avais aimé Lachlan comme un ami, quelqu’un en qui j’avais suffisamment confiance pour explorer certaines choses, Mateusz comme un premier amour qui s’était fini dans la douleur et les larmes et Zack… Zack… C’était autre chose, quelque chose d’indéfinissable, immensément compliqué, fragile aussi mais surtout très beau.
© Field of Heroes

_________________
Everytime we say goodbye
I die a little. Everytime we say goodbye, I wonder why a little, Why the Gods above me, who must be in the know. Think so little of me, they allow you to go. ©️anaëlle.


• Award du personnage le plus astucieux •
• Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 277
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   13.09.16 11:08



We never shoot to stun


Il ne savait pas bien ce qu’il cherchait en réalité. À lui faire du mal ? À obtenir des excuses ? Mateusz voulait passer à autre chose, évidemment qu’il l’aurait souhaité, et pourtant la peur d’oublier, la peur d’être oublié, contrôlait le moindre de ses gestes. Il était hors de question de négliger la colère de cet adolescent qu’il avait été, de passer sous silence la cruauté d’une gamine qui avait joué avec ses sentiments, qui lui avait laisser entendre qu’elle l’aimait pour mieux l’humilier quelque temps plus tard. Passer à autre chose, on lui avait toujours demandé de passer à autre chose, mais pour lui il en avait toujours été hors de question. Au contraire, se souvenir de tout, nourrir l’amertume et surtout ne jamais oublier qui nous avait trahis. Ce que ça lui apportait ? Rien, très certainement rien, sinon un peu plus de souffrance mais qu’importe. Mateusz savait pertinemment que l’impétueuse Selena ne s’excuserait jamais, elle ne l’avait jamais fait et semblait avoir totalement oublié le fond de l’histoire. Eh bien pas lui, et c’est ce qui le rendait encore plus acide. Ça n’avait donc vraiment été qu’un pauvre passetemps pour elle ? Au point de ne pas se souvenir des détails ? Combien d’histoires avaient elle eut pour ne plus se rappeler de celle-ci ? Alors que pour lui, ça avait sa première fois, son premier amour, son premier chagrin aussi, et il avait été assurer par la suite qu’il ne pourrait jamais plus aimer avec autant de passion.

Avec hargne Mateusz resserra inconsciemment sa prise, luttant contre les ressentiments qui l’assaillait. Il entendait Nosferatu jubiler de le voir perdre le contrôle, voilà qu’il se réveillait… Il aurait voulu la frapper, frapper ce beau visage jusqu’à ce que plus personne n’en veule et ça le rendait fou d’avoir ce genre de pensées. Il luttait contre elle, mais encore plus contre lui à cet instant. Bien trop occupé alors à calmer ses visions délirantes, il n’anticipa absolument pas la suite. Selena venait radicalement d’exploser son front contre le sien et l’espace d’un instant il vit plus rien sinon la lumière soudainement aveuglante de la salle. Et pour cause… Elle était à nouveau sur lui. Ou plutôt affalé sur lui. Poussant un juron avant de serrer les dents, peinant sincèrement à rétablir le contact avec la réalité, Mateusz ne chercha même plus à se dégager dans un premier temps. Il était assommé, complétement déconnecté, Selena pouvait faire ce qu’elle voulait de lui et elle en profita d’ailleurs pour plaquer ses bras au sol. Réussissant à entrouvrir un premier œil alors qu’une douleur lancinante continuait de se diffuser dans son crâne, la suite lui parvint mais avec bien des difficultés. Ce qui ne pouvait pas lui échapper en tous les cas, c’était la fureur de son adversaire, elle était hors d’elle, comme s’il venait d’avancer le plus grand des affronts. « Mais qu’est-ce que… » Mais Mateusz grimaçait déjà, fermant un instant à nouveau les yeux pour reprendre ses esprits.

Trois ? C’est une blague. Trois ? Le garçon se força à observer cette fois son visage. Elle mentait, combien ils avaient été au Garden de Galbadia à lui dire qu’ils l’avaient essayé. Ça l’avait d’ailleurs rendu fou. Cela avait donné raison à toutes les rumeurs, si elles avaient été infondées, elles n’auraient pas autant duré dans le temps n’est-ce pas ? Ils targuaient tous dans les dortoirs d’être passés sur elle, et lui devait jouer le jeu, s’en amuser et dire qu’effectivement ça valait le coup. Mais c’était pire que tout, il bouillonnait, voulait tous les faire taire et leur faire regretter de lui avoir rapporté leurs petites aventures. Il avait maudit cette fille en réalisant qu’il n’avait certainement pas été plus important qu’un autre. Alors qu’elle n’ait pas l’affront de se foutre un peu plus de lui, elle l’avait détruit une première fois, ça ne lui suffisait pas ? Je couche pas avec n’importe qui sans… ? Sans quoi ? Elle n’allait quand même pas dire sentiments ? Elle avait été incapable elle même de poursuivre, sûrement trouvait elle elle même qu'elle allait trop loin dans son affabulation. Cela lui donna la force de résister un peu plus, en vain, cependant, car s'il avait réussi à la secouer il ne s’était certainement pas défait de son emprise. « Sans quoi, Selena ? Mais vas-y je t’en prie, va au bout de ton mensonge, fou toi un peu plus de moi. Tu ne te feras pas passer pour la victime, pas après ce que tu m’as fait. »

Paré pour riposter, un bruit métallique couvrit leur conversation. On venait d’entrer. Penchant la tête vers les nouveaux arrivant visiblement halluciné de les trouver là haletants, couverts de sueur et dans une position quelque peu compromettante, il soupira bruyamment avant de profiter du malaise pour dégager sa partenaire violemment. Titubant en essuyant avec le haut de sa main la sueur qui perlait ses lèvres, il était impossible de calmer les tremblements qui parcouraient son corps. Mateusz maudit les mercenaires en leur adressant un regard noir mais les remerciait au fond d’être arrivés au bon moment. Il aurait pu parler, dire des choses qu’il aurait certainement été amené à regretter ensuite. C’était mieux comme ça. Se débarrassant de ses bandages qu’il rangea hargneusement dans son sac, il aperçut au fond de ce dernier une boite de pilules qu’il aurait été certainement sage de consommer au plus vite. Mais non, pas devant eux, il fallait avant tout qu’il quitte cette salle au plus vite.

© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 32, Spécialiste de l'espionnage et infiltration
avatar
Date d'inscription : 25/12/2015
Messages : 732
Avatar : Willa Holland
Crédits : Cranberries

Âge du perso : 23 ans (26 aout)
Activité : SEED spécialiste de l'espionnage et de l'infiltration
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■
resistance■■■
esquive■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t73-selena-daughter-of-the-m
MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   14.09.16 0:07



We never shoot to stun


J’avais tapé un peu trop fort. J’avais du mal à me remettre de l’impact mais je tenais bon. Je sentais une bosse de la taille d’un œuf se développer sur mon front. Il allait être bien difficile d’expliquer ça demain matin mais bon. Ce petit crétin l’avait mérité. Et s’il continuait à me provoquer ce n’est pas seulement d’une petite bosse qu’il écoperait. Rien qu’à voir la façon dont il me regardait c’était évident qu’il ne croyait pas un mot de ce que je disais. Après tout c’était bien de lui qu’étaient parties les rumeurs comme quoi j’étais la salope du campus. On m’avait rapporté ses propos. « Essayez la, vous ne serez pas déçu » ou encore « Avec elle tout le monde à sa chance ». Encore aujourd’hui ça me faisait mal d’y repenser. Sans Lachlan et les courriers de Lucian, j’aurais sans doute sombré dans la dépression. Déjà que je forçais beaucoup trop sur l’alcool le week-end lors des soirées galbadiennes. Cela avait sans doute contribué au mythe. La vérité c’est que j’essayais d’oublier ma déception. Mais même alcoolisée les hommes me donnaient juste envie de vomir. Le seul qui trouvait grâce à mes yeux c’était Lachlan. Mon ami. Il me protégeait et j’avais confiance en lui. C’était mon pilier.

Ces dernières années, il m’était souvent arrivé de me demander s’il n’avait pas en définitive profité de la situation. Je préférais mettre cette pensée dérangeante dans un coin de mon cerveau. J’avais essayé de lui trouver des excuses. La colère face à mon départ précipité. La crainte de l’abandon. Aucune de ses explications n’était réellement crédible ou ne le dédouanait. Il s’était foutu de moi et je devais l’admettre. Ils s’étaient tous les deux foutus de moi.

Et voilà qu’il recommençait. Mettre en doute ce que je disais. Me traiter comme une moins que rien. Sept ans et on en était toujours là ? J’essayais tant bien que mal de masquer la peine dans mon regard mais c’était peine perdue. C’est pour ça que je ne voulais pas me retrouver seule en sa compagnie. Il me rendait faible. Car malgré tout, ce qu’il pensait de moi continuait à compter. Et ça me rendait folle parce que de toute façon, il ne pensait que du mal. Il n’avait jamais pensé que du mal malgré tous ses beaux discours creux et vides de sens.

« Ce que J’AI fait ? Dire tout haut ce que tu pensais tout bas, tu veux dire ? »

Qu’il arrête de se foutre de moi. Même si ma confiance dans tous les propos qu’avait pu me tenir Lachlan était fortement ébranlée, concernant Prescott, il y avait eu des précédents. Ses compagnons de dortoirs m’avaient prévenu qu’il se foutait de moi. Que j’étais juste un bon coup qu’il brandissait comme trophée lors de leurs grandes conversations-pseudo viriles. Une remarque de ce genre, plus une autre et encore une autre. Et moi, stupide, j’avais mis ça sur le compte de la jalousie. On était heureux et ça leur déplaisait. Et puis il y avait eu Lachlan. Lui qui n’avait que mes meilleurs intérêts à cœur n’est-ce pas ? J’avais espéré que ce soit faux vraiment. Prononcer ces fameuses paroles, condamner notre relation avait été un des moments les plus durs de ma vie. Avec la découverte des expérimentations tordues de mes parents. J’étais restée, plantée devant lui comme l’idiote que j’étais. Attendant qu’il sauve notre relation. Qu’il dise non. Qu’il montre tenir à moi comme il le prétendait. Et rien. Le monde s’était écroulé sur moi tandis qu’il ne me regardait même pas.

Avant que je ne craque complètement, la porte s’ouvrit afin de laisser place à un groupe de cadets. En tout cas ils avaient l’air de cadets – j’étais mauvaise pour juger des âges des gens. Le couvre-feu ils ne connaissaient pas ? Et pourquoi est-ce qu’ils nous regardaient avec cet air de merlan frit ? Je les fusillais du regard.

« QUOI ?-AIE ! »

Profitant de mon inattention, ce butor de Mateusz m’avait dégagé violemment et je retombais de façon fort peu élégante sur mon postérieur. Je restais là, prostrée à fixer obstinément un coin abimé du tapis. La vérité c’est que j’avais les larmes aux yeux et que je ne voulais surtout pas que l’autre abruti s’en aperçoive.

Alors que j’entendais les pas de Prescott s’éloigner, mes épaules se mirent à trembler convulsivement. Les nerfs sans doute. Un des nouveaux arrivants posa la main sur mon épaule. Je relevais mon visage ruisselant vers lui. Tandis qu’il fixait ma bosse les sourcils froncés avant de baisser le regard vers les contusions sur mes cotes que ma brassière de sport laissait visibles.

« Ca va aller ? Vous voulez qu’on vous laisse la salle ? »

Son ton compatissant me fit reprendre mes esprits. J’effaçais mes larmes d’un poing rageur en assurant que tout allait bien. Je me demandais bien quelle version de cette histoire filtrerait dès demain. Moi affalée sur Mat à être la garce que tout le monde me suspectait d’être ou mon pétage de plomb et crise de larmes dans la salle d’entrainement. Je ne savais décidément pas qu’elle version me déplaisait le plus. Heureusement, je partais dès demain en mission et Kramer m’avait prévenu que plusieurs autres suivraient. Je n’aurais pas à faire face à tout cela dans l’immédiat.

Forte de cette résolution, je me décidais à quitter la salle à mon tour, mon sac sous le bras non sans avoir saluer les mercenaires.

© Field of Heroes

_________________
Everytime we say goodbye
I die a little. Everytime we say goodbye, I wonder why a little, Why the Gods above me, who must be in the know. Think so little of me, they allow you to go. ©️anaëlle.


• Award du personnage le plus astucieux •
• Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fini] We never shoot to stun ~ PV Mat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» [Sony PS2] Le 60 Hz et les shoot'em up 2D / Arcade
» MVS : Shoot Vertical?
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Les plus beaux jeux de shoot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Have A Break :: Notre Histoire :: Chapitre 3 : Timber, l'examen et le coup d'état-