AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Date d'inscription : 31/01/2018
Messages : 20
Avatar : Nancy McDonie
Crédits : Moony

Âge du perso : 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   12.02.18 21:25


Glacier contre Brasier


Late As Usual
D’une punition pouvait naitre des choses si belles, si intéressantes, que cette horrible corvée se transformait finalement en un magnifique moment. Pour ce qui était de la punition de la Princesse des Glaces, notre Joris préféré, il était peu probable qu’il apprécie de devoir se coltiner une ribambelle de gamin. Mais les gamins, eux, bon dieu, ce qu’ils aimaient ça. Merrick fût l’une des heureuses élues, l’un des outils pour que le jeune homme expie ses fautes. La cadette était carrément aux anges lorsqu’on lui proposa de s’entrainer auprès de ce dernier. En plus d’être reconnu comme un magicien extrêmement talentueux, une chose que l’enfant espérait devenir un jour elle aussi, il était également la source de tant de cancans, tant de lubies, tant de fous rires que Merrick ne pouvait que désirer sa compagnie. En tout et pour tout, elle n’avait eu l’occasion que de s’entrainer une petite fois avec Joris. Ce fût rude, bien plus rude que ce que l’imaginait, et le SeeD n’était clairement pas la définition d’avenant. Malgré tout cela, l’adolescente attendait avec impatience leur prochain rendez-vous, espérant trouver cette fois là le courage de lui poser toutes les questions qui la taraudaient. Elle comptait bien obtenir tous les secrets de ce bel homme.

9h du matin. Merrick, endormie, balbutiait sereinement au milieu du chantier qu’était sa chambre, dans un lit si encombré qu’on pouvait se demander comment elle parvenait à s’y installer confortablement. Elle s’était promise de se lever tôt et de s’entrainer toute la journée, mais un nouvel épisode de son feuilleton mélodramatique était sortis, et cette simple incartade avait conduit l’enfant jusqu’aux tréfonds d’un forum conspirationniste toute la nuit. Oh ce qu’elle était fatiguée, et rien au monde n’aurait pu la tirer de sa torpeur. Rien, pas même le son strident de son téléphone qui retentit deux fois à la suite sur sa table de chevet. Sa colocataire lui lança bien un regard, dépitée, mais la simple idée de réveiller Merrick lui donnait la nausée. Ce n’est que bien plus tard qu’on vint la tirer injustement de son sommeil. L’enfant ne sut jamais ce que ses voisins firent, bouger les meubles, faire des claquettes, se jeter contre les murs, mais ils se mirent à faire tant de bruit qu’ils réveillèrent le monstre du dortoir. Merrick déchaina alors ses plus beaux coups de balai contre la cloison, bien décidée à gagner cette puérile bataille, qui n’en était au fond pas vraiment une. Ce petit manège dura bien dix minutes avant que les deux camps ne se fatiguent. Au moins, Merrick était réveillée.

Habituellement, la cadette mettait extrêmement longtemps à émerger, préférant rouler pendant plusieurs longues minutes dans son lit avant d’oser s’en échapper. Mais cette fois là, elle était plus réveillée que jamais. Son premier réflexe fût ensuite de vérifier son téléphone, qui, malheureusement pour elle, lui réservait une mauvaise surprise. « Je ne peux pas aller entrainer le petit Branford, vas-y à ma place pour 10h30. Dans la même salle que d’habitude ». Simple et concis, le message de Joris allait droit au but, pas de fioriture, rien. Devoir s’entrainer avec quelqu’un d’autre pour rendre service à la Princesse n’avait rien de très désagréable. Ce qui était mauvais, dans cette surprise, c’est que cela faisait presque une heure que l’enfant avait reçu le texto, et elle n’avait plus que 30 minutes pour se préparer. Angoisse. Petit Branford. C’était donc un garçon. Un garçon qu’elle ne connaissait pas. Elle ne pouvait se permettre de débarquer ressemblant à un chihuahua mal-léché. Merrick se pensait dans mission impossible et pourtant, elle ne se rendait pas compte que le rythme qu’elle s’était imposée de suivre pour être à l’heure était lui-même si mou que cela en était risible. Il faut dire qu’elle prenait habituellement tant de temps à faire la moindre petite action qu’on pouvait quand même relever cette amélioration.

10h37. Merrick était en retard. Fraichement lavée, les cheveux plus ou moins encore mouillés, mais dressés joliment autour de son visage de poupée, une fine couche de maquillage recouvrait habillement ses imperfections. Tout cela, elle le voyait dans la glace, prenant beaucoup trop de temps à s’admirer. 10h42. Bon sang. L’enfant se rua alors sur ses chaussures, tentant de les nouer puis pestant comme jamais sur ces dernières lorsqu’elles lui posèrent visiblement un infernal défi. Rien ne semblait aller en ce début de journée et pourtant, Merrick était très excitée à l’idée de rencontrer une nouvelle personne. Et un garçon de surcroît. 10h49. Ses chaussures étaient lacées, son uniforme était impeccable, ses cheveux avaient même eux le temps de finir de sécher. Parfaitement parfaite. Elle était jolie comme un cœur dans cette tenue-là. Oh bien sûr, elle s’était permise de relever secrètement sa jupe, espérant qu’un templier ne le découvrirait pas encore cette fois-là. Si Merrick crut se hâter jusqu’au point de rendez-vous, elle n’y arriva à vrai dire qu’après 11h. Devant la salle, personne, pas un chat. Etait-il entré ? Poussant la porte du pied avec vigueur, la cadette traversa l’encadrement de la porte, plus fière que jamais, poussant avec amusement ces quelques mots.

-Petit Branfoooooord ?


La guerre était lancée.

©️ Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Cadet
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 159
Avatar : Noah Schnapp
Crédits : Ilyria
Âge du perso : 16 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■
magie/aura■■■■
resistance■■
esquive

Equipement acheté:
Objets personnels:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   17.02.18 0:15


Glacier contre Brasier


La vie à la BGU était plutôt monotone. L’entrainement et les cours prenaient beaucoup de place et le couvre-feu ne laissait pas beaucoup de place à l’amusement. Comment s’étonner alors que la plupart des élèves se retrouvent de nuit dans la zone secrète de la serre de combat ? C’était là que j’avais passé une partie de ma soirée d’hier soir en compagnie de Red et d’autres représentants de notre promotion. Et bien sûr, il y avait Devin. A l’origine, je n’avais rien de particulier contre lui mais depuis que Red faisait une fixation sur cette touffe de cheveux ambulante, je l’avais pris en grippe.

J’avais donc quitté le groupe peut avant minuit, sans un mot. Red connaissait mon caractère et ne s’en était pas formalisée ce qui m’avait encore plus agacé. J’avais simplement reçu un SMS agrémenté de tout un tas d’émojis. Et comme j’étais incapable de lui en vouloir bien longtemps, évidemment je lui avais répondu. Je n’avais jamais eu besoin de beaucoup de sommeil. Les horaires de mes parents étant aléatoires, j’avais pris pour habitude de ne dormir que sur des périodes de quelques heures pour pouvoir profiter de leur présence.

C’est sans doute pour ça que je m’étais levé dès sept heures, me préparant sans beaucoup de considération pour mon colocataire qui me maudissait à qui mieux mieux caché sous sa couette. Abruti. Il devrait le savoir pourtant que le monde appartenait à ceux qui se levaient tôt. Les chiffes molles incapables de quitter leur matelas ne risquaient pas de progresser. Si la paramagie me venait naturellement, j’avais plus de mal sur le reste de la partie pratique de la formation. C’est pourquoi je profitais de mes matinées pour m’entrainer. Hors de question que je laisse Red me distancer, même si elle s’était entrainée pour tout ça depuis des années. Je voulais marcher à ses côtés, assurer ses arrières du mieux que je pourrais. Je ne voulais pas qu’elle se sente obligée de regarder par-dessus son épaule pour me trouver. Non, je ne l’avais pas suivi au bout du monde pour finir par le lui faire regretter.

Après avoir pratiqué mes attaques à l’aide de mes cartes sur des cibles et avoir frappé un punchingball jusqu’à en avoir les jointures abimées, je m’intéressais à l’heure qu’il était. 10h15. J’avais rendez-vous avec Wilder à 10h30. Pas que ces leçons m’enchantent mais je n’allais pas refuser une occasion de m’améliorer. Sans compter que c’était un ordre express de notre instructeur de paramagie. Franchement, au départ j’avais failli refuser. Devoir me retrouver en tête à tête à prendre des leçons avec la princesse des glaces de la BGU… Merci bien. Il avait une réputation exécrable parmi les autres SEEDs et la plupart des cadets n’avaient rien de très sympathique à dire à son sujet. Après quelques leçons, je m’étais vite rendu compte qu’il était très doué en paramagie… mais que la vie de mercenaire n’était clairement pas faite pour lui. C’était à se demander ce qu’il lui était passé par la tête quand il avait passé les portes de la BGU. J’avais cru comprendre qu’il était également mannequin. Peut-être aurait-il du se contenter de cette voix ? Mais, après tout, en dehors des leçons qu’il me donnait je ne savais rien de lui. Et il ne m’avait pas vraiment donné envie d’en apprendre plus pour l’instant. A part les leçons qu’il était déjà obligé de me donner, je ne voyais pas bien ce que je pourrais tirer de lui. Il n’y avait donc pas de raison que je fasse d’efforts particuliers.

Surtout qu’en plus, Monsieur était en retard. Super. Qu’est-ce qu’il s’imaginait que je n’avais pas mieux à faire moi aussi peut être ? 10h30, ça voulait dire arriver à 10h25. A 10h40, j’entrais dans la salle de classe bien décidé à commencer à m’entrainer tout seul, comme un grand. Une grosse balle fait un matériau spécial pour résister à tous les sorts magiques trônait au milieu de la pièce. Je lançais quelques brasiers dessus afin de passer le temps. Je commençais vraiment à m’énerver lorsqu’une tarée fini par débouler dans la salle en braillant mon nom. Mais qu’est-ce que c’était que ce délire ? Elle était flippante. La BGU recrutait des échappés de l’asile ? Je croyais qu’il y avait une sélection à l’entrée ? En tout cas, il était hors de question que je reste dans la même pièce que cette folle. Fuir. Il fallait que je me tire d’ici et vite. Feintant sur le côté avant de piquer vers la porte, je ne me doutais pas que la demoiselle avait d’autres plans pour moi.
©️ Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 31/01/2018
Messages : 20
Avatar : Nancy McDonie
Crédits : Moony

Âge du perso : 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   17.02.18 14:26


Glacier contre Brasier


Can't Keep My Hands To Myself
Merrick pensait déchaîner les foules en faisant une si belle entrée, pourtant, seul le silence vint à sa rencontre. Au milieu de la salle trônait un jeune homme, transpirant la fatigue et l’effort. Il avait du s’entrainer toute la matinée. La demoiselle  ne disposait pas de faculté d’analyse hors du commun, alors tout ceci, elle le survola. Ce qu’elle remarqua en revanche, c’était l’apparence du flambeur. Jamais auparavant la cadette ne s’était intéressée à lui. Pour dire vrai, elle ne se rappelait même pas l’avoir aperçu ne serait-ce qu’une fois. Après tout, Merrick préférait les hommes plus âgés, transpirant la sensualité et la virilité. Ace ne… représentait pas tout à fait ça. Même pas du tout. Mais elle ne pouvait s’empêcher de le trouver adorable. Branford n’était pas petit, loin de là, pourtant elle semblait comprendre désormais pourquoi Joris l’appelait ainsi. Ah. Alors que les deux jeunes gens se fixaient, l’une amusée, l’autre incrédule, Merrick ne put s’empêcher de lui offrir un sourire bienveillant. S’entrainer avec lui risquait d’être fort intéressant. Elle ne savait alors rien de sa personnalité, mais une bouille d’ange comme ça ne pouvait être associé qu’à une attitude droite et délicate. Non… ?

Merrick s’apprêtait à le rejoindre, détendue comme jamais, et puis là, le désastre, l’apocalypse. Ace ne lui accorda pas un seul autre instant de son temps, et commença à se diriger vers la porte de sortie. Pas un mot, rien. Le silence. Le froid. La jeune fille était sous le choc. Ca se voyait, d’ailleurs. Sa bouche était entrouverte bêtement, et la surprise se lisait sans aucun problème dans ses petits yeux. Mais c’était quoi son problème à lui ? La cadette se demanda d’abord si elle ne s’était pas trompée de salle, mais elle avait fait si attention cette fois que cela semblait peu probable. Petit Branford était peut-être partis depuis un moment, à cause de son retard, et c’était un horrible petit cancre qui était venu le remplacer dans la salle ? Merrick réfléchissait rarement aussi vite, mais quand on mettait en jeu un adorable jeune homme, elle devenait la plus brillante des demoiselles. Le problème, c’est que le temps ne s’arrêtait pas, et Ace avait presque atteint la sortie. Il était hors de question que tout cela se finisse ainsi. Ce dernier l’avait déjà dépassé, mais elle comptait bien prévenir sa fuite par n’importe quel moyen. Elle s’élança alors derrière lui, plus décidée que jamais.

-Non.

Un seul mot, simple, peu difficile à comprendre. Pourtant, intimement, Merrick savait d’ores et déjà que cela ne suffirait pas. Alors quand elle prononça impérieusement cette simple locution, la jeune fille attrapa sans aucune honte la main du cadet. Ce n’était pas ce genre d’étreinte froide et virile. Non. Elle laissa sa main glissée contre celle de son non-interlocuteur, l’agrippant ensuite avec fougue, cherchant à assurer comme elle le pouvait son emprise sur lui. La scène était… gênante. Dans la tête de Merrick, c’était le générique de son émission préférée qui se déroulait sous ses yeux. Des effets spéciaux bon marchés explosaient tout autour du jeune couple, une musique lancinante accompagnait tout cela. Les Feux de l’Amour. Bon sang. Alors qu’elle empoignait avec douceur (cherchez l’erreur) la pauvre paume du pauvre petit Branford, cette dernière tira un tout petit peu dessus, visant à le ramener face à elle. S’il souhaitait encore fuir, c’était son problème, mais il devait au moins le respect à sa camarade. Et s’il ne comptait pas le lui offrir, Merrick se donnerait un malin plaisir à le lui arracher. En regardant de plus près la situation, l’hilarité monta progressivement chez la demoiselle, pour culminer jusqu’en un fou rire, qui ne serait probablement pas partagé.

-Je suis Merrick, une autre élève de M. Wilder. Je suis ici pour le remplacer. C’est bien toi Branford hein ?

L’émotion, puis la raison. Oui, son plan était parfait, du moins elle le pensait. Après lui avoir fait ce qui semblait être les yeux doux, bien que ce n’était au fond que le comportement usuel de la jeune femme, l’attaquer avec des faits était la meilleure des idées. S’il souhaitait vraiment s’entrainer, il ne pouvait refuser la présence de Merrick. Enfin. Rien n’était vraiment sûr. La demoiselle en faisait trop, et le damoiseau en voulait peu. Leur partenariat était déjà voué à l’échec, pourtant, parfois il fallait s’extirper de la raison et essayer n’importe quoi. Elle ne savait vraiment pas à quoi s’attendre avec le jeune homme, mais ce qui était sûr, c’est qu’elle ne le laisserait pas partir. Toujours main dans la main, Merrick ne le lâcherait que s’il promettait de rester. En plus de tout cela, la cadette s’était activée juste pour le rejoindre, alors si maintenant il voulait partir, ce serait franchement incorrect. Non ? Entrainez-vous qu’il disait le Wilder. Faites la guerre oui plutôt !

©️ Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Cadet
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 159
Avatar : Noah Schnapp
Crédits : Ilyria
Âge du perso : 16 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■
magie/aura■■■■
resistance■■
esquive

Equipement acheté:
Objets personnels:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   17.02.18 16:36


Glacier contre Brasier


J’avais cru que ma sortie serait facile. Marcher d’un pas assuré vers la porte, pousser la poignée et fuir l’intrusion. C’était censé être simple comme bonjour. Sauf que non Madame La Folle avait décidé qu’il en serait autrement. S’il ne m’avait pas été difficile d’ignorer son Non. Je n’avais pas vu venir son attaque soudaine alors qu’elle se saisissait brusquement de ma main. C’était juste… incroyablement gênant. C’était quoi ça, une tentative d’approche de psychogirl ? Elle me faisait peur avec son regard de tarée. Mon regard dériva à nouveau vers la porte, puis vers les fenêtres, à la recherche d’une échappatoire. J’étais complètement bloqué tant la situation me paraissait absurde. Ubuesque même. Et voilà qu’elle m’attirait à elle maintenant. Je résistais mais c’est qu’elle avait de la force. Elle n’allait quand même pas faire… ça, quand même ? Non. Pitié dites-moi que non. La Folle fini par éclater de rire et j’en profitais pour m’arracher brusquement à sa poigne. Pourtant, elle tint bon. J’allais finir par en avoir des bleus. C’était complètement surréaliste.

« Ace. Pas Branford. Je devais le retrouver à 10h30. »

Mon regard se fit perçant. Si elle avait vraiment du le remplacer, elle aurait été là à l’heure non ? C’était un peu le principe quand on donnait cours. Et puis elle n’avait pas l’air beaucoup plus âgée que moi. Bonjour la crédibilité. Non, ça sentait le guet-apens à plein nez. Il valait mieux que je me barre d’ici et vite. Mais vu l’étrange animal, il fallait que je procède avec prudence. Ne pas la quitter des yeux et m’approcher en douceur de la porte. Déjà, dire être l’élève de Wilder était un abus de l’engage. Il supervisait certains de mes entrainements mais à ce que je savais il n’était pas instructeur. Je doutais d’ailleurs fortement qu’il le devienne un jour. Pas son genre.

« Du coup, il se fait tard. J’ai autre chose de prévu donc… à une prochaine. »

Ou pas. Finissant enfin, au prix de marques à vif laissées par les ongles de la sorcière, par me dégager, je reculais vivement vers la porte. Je posais la main sur la poignée, sentant la liberté à proximité et bien décidé à m’envoler vers d’autres cieux. Pourtant le choc qui fit trembler la porte suivi d’une vive froideur qui me brûla la main. Outré, je me retournai vers la fameuse Merrick. Elle commençait franchement à m’agacer celle-là.

« Mais c’est quoi ton problème à la fin ? Qu’est-ce que tu crois, que je t’ai attendu pour m’entrainer ? Me coltiner Wilder c’est déjà une chose, j’ai pas signé pour ça. »

J’étais en colère, mais c’était surement parce que je détestais être pris au dépourvu. J’aimais mener la danse et avoir le contrôle sur mon environnement. Avec la Folle, cela semblait impossible. Je soupirais de dépit avant de canaliser ma rage de façon à lancer un brasier sur la porte, observant une énorme flaque d’eau se former petit à petit. Le sort était parfait. Une chance que le feu soit ma spécialité.
©️ Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 31/01/2018
Messages : 20
Avatar : Nancy McDonie
Crédits : Moony

Âge du perso : 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   17.02.18 18:21


Glacier contre Brasier


Hit Me With Your Best Shot
Résistant le petit. Ace se démenait comme il pouvait, cherchant désespérément à se défaire de l’étreinte de la demoiselle. Cette dernière ne pensait pas grand-chose de la situation. Elle lui avait attrapé la main dans l’espoir de le retenir, mais rien d’autre ne parcourait sa tête. Oui, le flambeur était mignon, mais en cet instant de lutte, Merrick pensait tout sauf à cela. Son interlocuteur, malheureusement, devait s’imaginer tout autre chose. Avec le gênant contact entre leurs corps, et le comportement de la jeune fille, nul doute qu’il devait méprendre ses intentions. Après tout, ils étaient si proches… Elle aurait pu tenter tout et n’importe quoi, pourtant, ce n’était clairement pas en accord avec son comportement, aussi étrange qu’il était. Malheureusement pour l’étudiant, quand elle se fixait des objectifs, elle ne s’arrêtait qu’après les avoir atteint. Tout dans son attitude semblait crier la mal-être, comment il fixait avec intensité les seules issues de la pièce, mais Merrick n’en démordait pas. Elle s’était levée pour s’entrainer et elle comptait bien obtenir gain de cause !

Ace. Ainsi son prénom n’était pas Petit. Petit Branford. Dommage. Il y avait tant de potentiels dans son adorable petit minois, alors s’appeler Ace était presque décevant. Sa manière de parler contrastait tant avec la personnalité de Merrick que cela en était hilarant. Il était calme, poli et allait droit au but. Deux étranges créatures se rencontraient, ainsi des étincelles ne pouvaient que venir illuminer les alentours. Ce que la cadette ne comprenait pas, c’est qu’elle manquait cruellement de crédibilité en cet instant. Si elle était venue calmement, en expliquant à son interlocuteur la raison de sa venue, ils seraient peut-être déjà en train de s’entrainer. Mais non, bien sûr, rien ne pouvait arrêter Mimi quand elle se lançait à l’attaque, et butait sur les étranges perceptions qui animaient son esprit. Il était de plus en plus clair que le jeune homme souhaitait partir, mais Merrick ne voulait pas tirer sa révérence. Il avait autre à faire hm ? Elle n’était pas dupe, elle voyait au travers de son mensonge plus que moyen, voir même carrément minable si Merrick elle-même était capable de le démasquer. La Force physique ne suffirait pas à le retenir. Si une chose devenait de plus en plus évidente, c’était bien cela. Une chance pour elle, la force physique n’était pas la seule arme dans son arsenal. Ils étaient là pour faire de la magie, non ? Pourquoi ne pas s’en servir alors ?

Merrick laissa glisser la main du flambeur d’entre ses doigts, baissant les armes une fraction de seconde pour en mobiliser des biens plus amusantes. Pointant l’un de ses ongles finement manucurés vers la poignée de la porte, la magicienne se concentra quelques instants, des énergies glacées venant la verrouiller solidement. Cet acte n’était pas tout à fait innocent. Oui, elle souhaitait le retenir ici, mais elle cherchait aussi à piquer son intérêt, lui montrer qu’il ne perdrait pas son temps en restant ici. Il ne fallait pas la sous-estimer, surtout quand il était question de magie. Malheureusement, dans tout cela, Merrick semblait seulement retarder l’inévitable. Ace était furieux, n’importe qui aurait pu comprendre, mais la cadette ne voulait pas faire l’effort. Elle ne comprenait pas l’attitude de son interlocuteur. Oh oui elle était peut-être un poil bizarre, même désagréable parfois, et la reine de la honte, mais elle lui offrait une opportunité. L’opportunité de s’entrainer, et Merrick était presque déçue qu’il ne morde pas à pleine dents cette possibilité. Ah… Il lui posait un véritable défi. Jamais la demoiselle n’avait peiné autant face à quelqu’un.

-Un problème ? La seule personne qui semble avoir un problème ici c’est toi. Je suis en retard, d’accooord. Mais quoi, tu t’es entrainé dix minutes ? Quinze ? Je te propose de te défoncer et toi tu fais quoi ? Tu t’envoles ? Tu as quoi de plus important à faire ? Si tu veux vraiiiiment partir je ne vais pas te retenir éternellement. Mais c’est bête. Pas toi. Enfin… Oui.

Merrick essayait comme elle le pouvait de donner envie à Ace de rester, quitte à être un poil méchante, mais sa stupidité ne pouvait jamais rester dans l’ombre trop longtemps. Elle espérait en tout cas que ces quelques mots suffiraient à le retenir. Au fond, si elle désirait tant sa présence, c’était surtout parce qu’elle ne voulait pas s’entrainer toute seule. C’était d’un ennui. Il fallait qu’elle essaie, jusqu’au bout. Baisser les bras ne résolvait jamais rien. Elle s’approcha alors de la porte, se glissant entre Ace et la seule issue, veillant à ne pas trop coller le jeune homme, de peur qu’il se méprenne à nouveau. Elle se colla alors comme une étoile de mer contre la porte, fronçant doucement les sourcils en le fixant. Bon dieu ce qu’il était près.

-Si tu veux vraiment passer, tu devras me passer sur le corps. Au moins j’aurais une petite idée de tes capacités avant que tu ne me fasses faux bond.


Merrick tirait la tête désormais, à mi-chemin entre le Royaume de la Honte et celui de Dame Vexée. Elle jouait à un jeu dangereux, très dangereux. Après tout, installée comme ça contre la porte, elle était sans aucune défense, et Ace était dans la possibilité de la malmener comme jamais. C’était presque ce qu’elle voulait, de toute façon. Pas se faire maltraiter non. Mais voir ce qu’il valait. Pitié. L’entrainement devait commencer.

©️ Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Cadet
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 159
Avatar : Noah Schnapp
Crédits : Ilyria
Âge du perso : 16 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■
magie/aura■■■■
resistance■■
esquive

Equipement acheté:
Objets personnels:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   Hier à 19:52


Glacier contre Brasier


L’attitude de mon interlocutrice était presque risible. M’entrainer 10-15 minutes ? Non mais qu’est-ce qu’elle s’imaginait ? Qu’on devenait mercenaire pour paresser au lit jusqu’à 10 heures et ne daigner s’entrainer qu’en fin de matinée ? Par pitié. Ca, ce n’était valable que pour ceux ayant des prédispositions innées. Ou qui avait commencé l’entrainement en même temps que la marche. En ce qui me concernait, j’avais du retard à rattraper et l’ambition d’être d’ici la fin de l’année scolaire parmi les meilleurs de ma promotion. Alors supporter les excentricités de cette nana, merci mais non merci. A part tout un tas d’ennuis, je ne voyais pas bien ce qu’elle pourrait m’apporter.

« J’ai commencé à m’entraîner il y a quatre heures. Comme apparemment sa majesté Wilder ne compte pas nous gracier de sa présence, je perds mon temps ici. »

Je ne mordais pas à l’hameçon, sentant bien que sa provocation avait pour but de me faire rester. On ne manipulait pas facilement un manipulateur, à moins qu’il ne le veuille bien. Alors que je faisais un pas vers la porte, la sournoise se faufila telle une anguille pour venir se coller à la porte. Heu… okay. Ca devenait de plus en plus bizarre. Et elle était toujours aussi près. Personne ne lui avait appris que chaque personne avait besoin de sa zone de confort ? Que s’approcher aussi près des gens c’était gênant et malpoli ? Et surtout franchement malsain ? Sans compter que sa dernière phrase était carrément tendancieuse. Mais cacher mes émotions pour mieux atteindre mes buts était ma spécialité. Je masquais donc tout ça pour apparaitre bien plus sur de moi que la situation n’aurait du me le permettre. Elle voulait jouer, on allait jouer. Un Branford ne perdait jamais.

Plissant les yeux avec arrogance, j’envahissais à mon tour le peu d’espace vital qu’il lui restait, avant de me pencher vers elle et de détourner la tête au dernier moment pour lui glisser à l’oreille :

« Alors comme ça tu voudrais que je te passe sur le corps pour tester mes capacités ? Ca ne manque pas d’audace, mais pourquoi pas après tout ? »

Avec ça, n’importe quelle inconnue normalement constituée prendrait ses jambes à son cou. Surtout que j’avais savamment placé mes bras de chaque côté de la jeune fille. Suffisamment prêt pour lui foutre la trouille, mais pas assez pour qu’elle ne puisse pas se baisser et passer en dessous pour fuir à l’autre bout de la pièce. Je n’aurais ensuite plus qu’à passer tranquillement la porte et retourner à ma petite vie en oubliant cette désagréable rencontre. Oui, ce plan était tout simplement parfait. Un brin mesquin et nécessitant le mensonge mais je n’étais pas à ça prêt. Savoir jouer la comédie et bluffer, cela me venait comme respirer. Et si tout cela ne suffisait pas, il me resterait à employer la force. J’avais toujours détesté la violence. Il y avait tant de moyens de parvenir à ses fins sans en passer par là. Je reconnaissais pourtant que c’était parfois un mal nécessaire.

Une vibration sourde. Mon smartphone dans ma poche arrière se rappelait à mon bon plaisir, indiquant un message entrant. Puis un autre. Et encore un autre. Cela ne pouvait être que Red. Il n’y avait qu’elle pour envoyer cinquante SMS d’affilé plutôt que de tout écrire d’un seul coup. Mais je ne pouvais pas quitter ma proie des yeux. Il fallait lui faire peur, c’était la seule solution.
©️ Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'inscription : 31/01/2018
Messages : 20
Avatar : Nancy McDonie
Crédits : Moony

Âge du perso : 17 ans
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   Hier à 22:06


Glacier contre Brasier


Love Me Love Me

Ace était vraiment l’antithèse de sa sotte d’interlocutrice. Merrick était plutôt flemmarde, aimait prendre son temps, et considérait que l’acharnement n’était qu’une horrible bêtise. Faire les choses bien, plutôt que les faire vite, c’était ainsi que la jeune femme pensait. Alors le cadet pouvait bien clamer tout ce qu’il voulait, il ne faisait que mettre en rogne cette peste de Merrick.  Tout dans son visage était signe de son agacement. Ses sourcils s’étaient doucement froncés, sa bouche s’était plissée avec suspicion et son regard, oh son fichu regard, lançait presque des éclairs. En déblatérant toutes ces inepties, Ace vexait la demoiselle. Il ne lui avait rien dirigé directement et pourtant, elle ne pouvait que se sentir visée par chacune de ses réflexions. Pour qui se prenait-il, à la prendre de haut comme ça ? Peut-être qu’elle n’était pas si sérieuse que ça. Ni même douée. Mais chacun avait bien le droit de suivre son entrainement de SeeD de la manière qu’il souhaitait. Et puis le pire dans tout ça, c’était que Mimi ne comprenait toujours pas ce qu’elle avait fait pour susciter une telle réaction. Elle trouvait tout cela injuste, et comptait bien le lui faire savoir !

-Que tu ais commencé à t’entraîner il y a quatre ou huit heures, ça je m’en fiche carrément. Je vois pas le rapport avec la situation actuelle. Ça fait dix ou quinze minutes que tu attends seul Joris, pas quatre heures. C’est de ça dont je parlais. Alors tes réflexions tu te les gardes pour toi. T’es vraiment pas cool.

Résultat des courses, Ace voulait toujours s’enfuir, et Merrick se sentait au bord de l’implosion. Elle se sentait rabaissée par ce malotru qu’elle n’avait jamais vu et ça, elle ne le tolérait vraiment pas. La jeune femme détestait ces moments où personne ne se comprenait, ou la tension se faisait croissante, mais surtout après lesquels Mimi pleurait toujours. Tout cela lui semblait si bête et si simple tout à la fois, pourtant son interlocuteur ne semblait pas vouloir adhérer à sa logique. Merrick ne s’était jamais vraiment rendue compte que sa vision de la vie était plus que particulière, et en ce instant, elle en faisait les frais. La journée s’annonçait pourtant radieuse, et voilà que la gamine s’apprêtait à être envoyé en Enfer par ce vilain chenapan. Elle ne lâcherait pas le morceau, il en était hors de question. Désormais face au jeune homme, gracieusement (non, bien sûr que non) collée contre la porte, Merrick attendait patiemment sa réaction.

Et là, le choc. Une fois encore. Ace agissait étrangement, et la cadette l’avait remarqué sans trop de difficulté. Alors qu’il semblait hors de lui quelques instants auparavant, maintenant il s’approchait avec amusement de la pauvre enfant. Merrick n’aurait su dire s’il jouait un rôle ou s’il se sentait soudainement d’humeur taquine, mais dans tous les cas, elle se sentait extrêmement mal à l’aise. Mais qui était-elle pour juger, Madame aux mille personnalités ? Prise au piège entre la porte et le corps du garnement, le rouge monta en un battement de cil jusqu’aux joues de la magicienne. Elle sentait le souffle chaud de son interlocuteur s’approcher, l’enivrant sans trop qu’elle puisse y faire quoi que ce soit. Son cœur s’arrêta de battre un instant, rendue folle par la si brusque action du cadet. Merrick se croyait désormais dans l’un de ses feuilletons préférés, et c’était drôlement amusant. Malheureusement, une chose résonnait dans son esprit, dissimulé parmi l’extase qui prenait le contrôle de son corps. Ce n’est pas possible. Ce n’est pas possible. Oui. Cette situation était impossible.

Merrick croyait au coup de foudre. A l’amour violent et passionné. Tout ce qui touchait à l’amour et au désir, de près ou de loin, la jeune femme y croyait. Pourtant, elle ne manquait pas de sens commun, et le comportement d’Ace avait changé si brusquement qu’elle était incapable de vraiment y croire. La Merrick franchement débile était morte le jour ou son ancien crush l’avait perdu en forêt. Oh oui naïve elle le restait. Mais là, en cet instant, c’était beaucoup trop gros. Des papillons dévoraient ses entrailles, son cœur battait la chamade, ses yeux prenaient une teinte presque violacée, pourtant, elle avait pour obligation de se contrôler. Rien de tout cela n’était vrai. Il se moquait. Il ne pouvait que se moquer non ? Merrick était aux prises avec ses pires démons, son manque de confiance elle, sa peur des garçons, tout. Ace avait essayé de prendre l’avantage, mais en réveillant les craintes de la demoiselle, il s’était mis encore plus dans l’embarras. L’idée qu’on puisse se moquer d’elle et la manipuler la terrorisait. Aussi chamboulée qu’elle était par ce retournement de situation, la magicienne ne souhaitait pas quitter cet horrible jeu. S’il voulait danser, ils danseraient.

Si son corps tremblait délicatement et que ses joues restaient rouges écarlates, Merrick puisa au plus profond de son cœur, cherchant une once de courage pour mener à bien son plan. Il le fallait. Le choc se mua en un intérêt certain. Ou du moins c'est ce qu'elle laissait croire. L’enfant souriait, amusée. Elle se redressa, reprenant petit à petit le contrôle de sa maudite carcasse. Sa main vint alors effleurer le flanc du jeune homme, du bout des doigts seulement, rentrant complètement dans le jeu du garçon. Heureusement qu’elle ne pouvait pas descendre plus bas, puisqu’en cet instant, elle se trouvait lamentable. Alors que sa main restait sur le pauvre magicien, Merrick se rapprocha dangereusement, son visage à quelques centimètres seulement de celui de son interlocuteur. Son cœur était à deux doigts d’exploser, pourtant elle essayait de soutenir son regard. Elle avait peur, drôlement peur. Etait-il acceptable de jouer ainsi à charge de revanche ? Elle qui plaçait l’amour sur un piédestal, elle se sentait horriblement mal.

-Tu es un professionnel en langues étrangères toi, non ?

C’était le mot de trop, la phrase de trop. Pourtant, elle savait que c’était l’unique moyen de continuer ce jeu. Merrick ne comprenait vraiment pas comment ils en étaient arrivés là. Ace s’était joué des nombreux sous-entendus dissimulés dans les tirades de la magicienne, mais le problème dans tout ça, c’était que la gamine avait dit plus qu’innocemment toutes ces choses-là. Le jeune homme s’en était peut-être rendu compte, mais il avait décidé d’emprunter ce chemin. Il avait intérêt à assumer.

©️ Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford   

Revenir en haut Aller en bas
 
Glacier contre Brasier ☼ Ace S. Branford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Balamb Garden University :: Premier Etage :: Salles de Classe-