AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Forever and Always | Hassen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
(Admin) ϟ Le Lys Rouge ϟ Général de l'armée galbadienne
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 57
Avatar : Marie Avgeropoulos
Crédits : Moony

Âge du perso : 27 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■■■
magie/aura
resistance■■■
esquive■■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Forever and Always | Hassen   28.04.17 18:58


   
Forever and Always


   
Depuis la tentative d’assassinat contre Cydaée, je répugnais à la laisser seule. C’était viscéral, je ressentais le besoin d’être là pour la protéger contre des ennemis de plus en plus nombreux. Mes amis de la Garde avaient beau me répéter qu’ils veilleraient au grain en mon absence, je n’étais pas tranquille. Je m’étais renseignée sur le compte des trois assaillants, ces SOLDAT aux yeux étranges. Savoir que les assassins du SEED en voulaient à la seule figure maternelle que j’ai connu depuis qu’ils avaient froidement exécuté mes parents m’inquiétait plus que de raison. C’était des machines à tuer, des bêtes sans foi ni loi et qui avaient en plus le toupet de se croire dans leur bon droit. Ils ne se battaient certainement pas pour la grandeur d’un pays, pour un idéal ou pour la justice. C’était des causes nobles que je pouvais comprendre. Eux se battaient pour l’argent, encore et toujours l’argent. Ils tuaient, massacraient et détruisaient des vies en échange d’une solde. C’était méprisable. Penser à eux me mettait toujours d’une humeur massacrante. Et j’y étais bien trop obligée ces derniers temps. Voilà pourquoi tout le monde avait jugé qu’un petit détour par Timber serait une bonne idée.

Surveiller les généraux de division était aussi un de mes devoirs. Et celui de Timber méritait particulièrement qu’on lui rappelle qu’il n’était pas une autorité toute puissante et qu’il avait des comptes à me rendre. C’est pourquoi, après avoir traversé à moto une bonne partie du continent, mon premier arrêt avait été pour lui. Histoire de lui faire comprendre que je pouvais me rappeler à son bon souvenir à tout moment et que son poste ne tenait qu’à sa bonne volonté. Le tout de façon toujours très courtoise. Je m’étais ensuite renseignée sur la localisation de mon ami Hassen. Il avait fallu quelques recherches à Joan pour me donner satisfaction. Ma requête l’avait presque autant surpris que de me voir arriver en civile. Il faut dire que la tenue de rigueur pour conduire un engin du calibre de ma moto n’était pas vraiment martiale. Mais elle en imposait, on ne pouvait lui enlever cela. Le Saboteur (ce crétin) passait son temps à affirmer qu’entre ma façon de donner des ordres, ma tenue de motarde en cuir et mon fouet, j’avais tout d’une dominatrice. Il rigolait beaucoup moins quand ledit fouet lui claquait à quelques millimètres de l’oreille ! Il était l’un des seuls à se permettre encore ce genre de plaisanteries. Devant moi en tout cas.

Mes obligations terminées, je reprenais ma moto afin de me diriger vers l’endroit où logeaient les soldats et plus précisément le soldat Nafissi. Il m’avait manqué. Depuis la fin de mes études, nous étions restés en contact par lettre, parfois par téléphone et quelques rares rencontres volées. Mais nous étions toujours aussi proches. Avec le coup d’état et mes nouvelles responsabilités, je n’avais pas encore eu l’occasion de le saluer depuis qu’il était en poste à Timber. C’était la principale raison de mon voyage. Notre amitié était comme le carburant dont j’avais besoin pour fonctionner. A croire qu’il savait comment me réparer. Il l’avait toujours su.

Je me garais tranquillement à l’extérieur, gardant mon casque à la main et rejetant ma crinière brune vers l’arrière d’un geste nerveux. Ma tenue n’était pas réellement adaptée à la proximité de soldats potentiellement en rut. Je le savais mais je pouvais très largement me défendre. Il n’empêche que les quelques sifflements graveleux qui m’accueillirent me donnèrent envie de flanquer quelques branlées. Il semblerait que ces jeunes idiots ne savaient pas du tout à qui ils avaient à faire. Voilà qui promettait d’être intéressant. Mais plus tard. Pour l’heure, je les ignorais superbement et continuait ma progression sous leur vigilante supervision. Ils comptaient réellement me filer comme ça ? Enfin bref, les indications de Joan étaient plutôt claires mais une fois arrivée au bon endroit, je ne trouvais pas sa chambre. Il ne me restait plus qu’à me tourner vers l’un des crétins.

« Vous savez ou je peux trouver la chambre du soldat Nafissi ? »

Il y eu comme un vague flottement ou ils se contentèrent de me dévisager, choqués. L’un d’eux tendit le doigt vers une porte que je m’empressais d’ouvrir. J’eu tout juste le temps d’entendre leurs messes basses. Apparemment ils essayaient de se convaincre que je devais surement être sa demi-sœur ou sa cousine. Car bien sûr, il était inenvisageable qu’il y ai quelque chose entre nous ? N’est-ce pas ? Ils étaient ridicules.

Mais je n’étais pas là pour eux. A peine entrée, je refermais la porte pour plus d’intimité. Hassen ne m’avait pas entendue, tout concentré qu’il était sur Hyne sait quel engin étrange. Reprenant une de mes vieilles habitudes, je l’enlaçais par derrière en une étreinte fraternelle.

« Je t’ai manqué ? »

Je n’avais pas besoin de plus de présentation. Il était comme mon frère après tout. Les différences de grades, n’avaient et n’auraient jamais de prises sur nous. Il resterait toujours cet adolescent qui était venu me demander comment je me sentais, réellement inquiet pour moi, alors que tous les autres m’évitaient comme la peste.
   
© Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Soldat Galbadien
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 35
Avatar : Riz Ahmed
Crédits : faust (avatar) Tumblr (gif) Beerus (sign)

Âge du perso : 30 ans
Activité : Soldat Galbadien
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■
magie/aura
resistance
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   01.05.17 14:57


   
Forever and Always


   
Ignorant l’appel bienveillant de timides rayons de soleil, un petit miracle pour un mois de décembre selon certain, Hassen Nafissi, penché sur ses travaux avait rabattu son store, préférant la lumière de sa lampe à celle du dehors. Sa platine vinyle crachait ce qu’il lui restait d’énergie pour restituer le son d’une ballade rock dynamique d’un autre temps pendant qu’il s’acheminait à remettre en ordre les veines en téflon d’un vieux poste radio à qui il voulait donner une deuxième vie. Se concentrer sur un travail manuel lui permettait d’ordonner ses pensées, elles ne risquaient ainsi de vagabonder dans des contrés trop obscures.

C’est que ces dernières semaines avaient été pénibles, pour ne pas dire insoutenables. Mentir à Inez devenait fastidieux, ne jamais lui faire part de ses doutes, de sa mélancolie et de son mal certain du pays se révélait être un véritable exercice de style dans lequel pourtant il avait brillé jusqu’alors. Les lettres que le soldat adressait à sa grand-mère lui permettaient de coucher ce qu’il y avait de positif dans cette expérience, malheureusement, il lui manquait du contenu pour leur donner un véritable poids. Il fallait donc broder sur des petites choses pour faire illusion et continuer de la rassurer. De se rassurer. Se focaliser trop longtemps sur ses machines, c’était prendre le risque d’éveiller les soupçons de sa grand-mère sur sa solitude. Il était donc question de s’inventer des compagnons. Si on le saluait dans la journée, il pouvait transformer cet échange de civilités en un longue et intéressante conversation sur papier. Hassen avait toujours été pourvu de ce qu’on pouvait appeler une belle imagination.

Réflexe un peu absurde, il voulut ranger une mèche de cheveux derrière son oreille avant de se rappeler qu’il avait dû se défaire de sa tignasse éparse quelques jours auparavant. Passant rêveusement sa main sur l’arrière de sa nuque, là où elle avait été sèchement coupée, il songea un peu honteux de quoi il avait l’air aujourd’hui. Un gamin. Débarrassé de sa barbe et de son catogan, on lui donnait facilement dix ans de moins ce qui n’avait, dans le cadre dans lequel il évoluait, aucune sorte d’intérêt. Son entourage étant déjà amène à lui parler comme s’il était un enfant, il perdait toute crédibilité en leur donnant une sorte de preuve physique qu’ils pouvaient continuer à le traiter comme tel. Secouant légèrement la tête, il préféra se concentrer sur un vrai problème : tirer quelque chose du vieux poste radio qui continuait de lui résister.

Tout concentré qu’il était, Hassen ne réalisa pas qu’on venait d’ouvrir la porte de sa chambre. Inquiétant, puisqu’on attendait sans doute un peu plus d'instinct de la part d’un militaire. À sa décharge, la musique résonnait plus fort que jamais dans sa chambre et quiconque le connaissait savait qu’une fois occupé à bidouiller, réparer ou créer, il était injoignable. Il en fallait de la force pour le prier de rejoindre la planète terre, une embrassade cela dit, faisait l’affaire, c’est ce dont il eut droit. Lysandre. Si elle lui avait manqué ? Par Hyne, plus que de raison !

« C’est pas vrai ! Ce que je suis content de te voir ! »

S’exclama t’il en ne distinguant pourtant pour l’heure que les bras qu’elles avaient fraternellement passés autour de sa taille. À peine l’avait elle relâché qu’il se jeta à son cou, ne cherchant pas à brider le bonheur que lui inspirait la présence de son amie entre ces quatre murs. Le simple fait qu’elle se tienne devant lui balayait toute forme de mélancolie et lui permit à l’occasion de réaliser brutalement dans quelle sorte de dépotoir il évoluait depuis quelque temps. Sa chambre, pour la première fois, lui parut plus en désordre que jamais.

« Attends… ! »

S’excusa t’il en rangeant nerveusement quelques babioles pour sauver les meubles avec une rapidité déconcertante mais un manque flagrant de concentration. Ainsi des boulons se retrouvèrent ranger au fond d’une tasse de café dont le dernier passage sous un jet d’eau remontait à une date obscure et ses vêtements bazardés sans vraiment de logique dans les coins de la pièce. Concluant ce ménage abstrait, il tira sur la corde de son store pour faire bonne impression mais la lumière du dehors l’aveugla. Fallait-il qu’il soit resté dans le noir si longtemps ?

« Si tu veux on sort, il a l’air de faire beau dehors. »

Proposa-t-il à la seconde où il le découvrait.

« Tu n'imagines pas à quel point je suis heureux que tu sois là ! Dis moi tout, comment est ce que tu vas ? »

Il se calma, sur cette dernière intervention, tachant de laisser à son interlocutrice la possibilité de lui répondre et de profiter silencieusement du simple simple fait qu'elle se tenait debout devant lui pour la première fois depuis si longtemps.
   
© Field of Heroes

_________________

  ☆☆☆ Shoot for the moon even if you miss you'll land among the stars.


Dernière édition par Hassen M. Nafissi le 02.05.17 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Le Lys Rouge ϟ Général de l'armée galbadienne
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 57
Avatar : Marie Avgeropoulos
Crédits : Moony

Âge du perso : 27 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■■■
magie/aura
resistance■■■
esquive■■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   01.05.17 20:53


   
Forever and Always


   
Tout concentré qu’il était, Hassen ne m’avait pas entendue arriver. Rien de bien surprenant ceci dit, il avait toujours été comme ça. Le récupérer lorsqu’il partait dans son monde de rouages était très difficile. C’est pourquoi j’avais un beau jour fini par opter pour les câlins. Les contacts physiques ne le dérangeaient pas et puis au moins, il ne pouvait pas passer à côté. L’accueil qu’il me réserva fut aussi chaleureux que toujours. Ce que ça me faisait du bien de le voir. De le retrouver, loin des intrigues politiques, stratégies et complots qui étaient malheureusement devenu mon quotidien à Deling City. Et Hyne ce que je détestais ça. J’étais une idéaliste dans l’âme, je faisais tout ça car je croyais réellement au futur que Cydaée avait à nous offrir. J’aurais juste préférer que tout cela se fasse de façon plus apaisée. Mais évidemment, le SEED ne l’avait pas entendu de cette oreille. Il fallait toujours qu’ils gâchent tout. Mais j’étais là pour profiter de mon meilleur ami, pas pour ressasser.

« Tu m’as manqué aussi. »

Je le relâchais donc, juste le temps pour lui de se jeter dans mes bras tandis que j’éclatais d’un rire joyeux. Il n’y avait vraiment qu’en sa présence que j’arrivais encore à rire. Je le serrais donc bien fort entre mes bras – enfin pas trop quand même, le but n’était pas de lui briser les os. Il entreprit ensuite un nettoyage sommaire de sa chambre. Je me posais rapidement sur le lit, le laissant faire. Le désordre ne me dérangeait pas. Après sept années dans l’armée galbadienne, j’y étais plus qu’habituée. Lorsque la lumière fit brusquement son apparition dans la pièce, je ne pu m’empêcher de placer ma main devant mon visage pour faire écran. Et pourtant, j’étais dehors il y a quelques minutes à peine. Une fois mes yeux réhabitués, je remarquais de drôles d’ombres en bas de la porte. Ces derniers mois passés à protéger Cydaée m’avaient rodée. Je savais reconnaitre de sournois petits espions quand j’en croisais et ces quelques ombres ne faisaient que confirmer mon idée. Je me tournais vers Hassen, plaçant un doigt devant ma bouche dans un geste demandant le silence avant d’attraper une chaussure qui trainait par là et de la lancer brutalement vers la porte. Le bruit sourd de l’impact fus rapidement suivi par deux autres. Les espions devaient être tombés sur leurs postérieurs. Je m’approchais donc de la porte avant de leur crier.

« Un peu d’intimité c’est trop demander ? Si vous voulez vous rincer l’œil, vous avez une connexion internet ! »

Bon, j’entendis vaguement des bruits de pas s’éloigner avant de me retourner vers Hassen en haussant les épaules.

« Ils m’ont agacé. »

Retrouvant le sourire, je retournais au côté d’Hassen, prête à répondre à ses questions après cette interruption malvenue. Attrapant sa main, je l’invitais à s’assoir à côté de moi.

« Ça va. Enfin, pour être tout à fait honnête je suis épuisée. Être Général, ce n’est pas aussi intéressant qu’on pourrait le croire tu sais. Beaucoup de pression. Surtout quand on manque de légitimité comme moi. Mais et toi, comment ça se passe ici ? »

Je ne voulais pas l’inquiéter avec mes problèmes. Encore moins lui dire à quel point mes nuits étaient courtes et comme il était difficile de maintenir à flot un état militaire. A en croire l’attitude des débiles que j’avais croisé, il avait l’air d’avoir son propre lot de soucis.

« On ira se balader tout à l’heure. Le temps que les commères de la base passent à autre chose. Tu te rends compte qu’ils m’ont suivis jusqu’à ta porte ? S’ils savaient… »

Oui, s’ils savaient qu’ils avaient sifflé l’autorité suprême de l’armée, ils s’en mordraient les doigts. Mais il est vrai que j’avais moi-même du mal à me faire à ce nouveau statut.
   
© Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Soldat Galbadien
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 35
Avatar : Riz Ahmed
Crédits : faust (avatar) Tumblr (gif) Beerus (sign)

Âge du perso : 30 ans
Activité : Soldat Galbadien
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■
magie/aura
resistance
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   02.05.17 22:56


Forever and Always


   
Lysandra avait déboulé dans sa vie il y a de cela plus de dix ans aujourd’hui. Une amitié qui frappe à votre porte sans crier gare, qui en un rien de temps occupe une place des plus importantes dans votre cœur. Il avait déclenché les choses en allant lui parler ce jour-là mais sans jamais deviner cependant qu’il venait de rencontrer celle qui deviendrait sa plus fidèle alliée.

Le petit miracle de ce mois de décembre ce n’était pas tant le soleil, c’était cette surprise qu’elle lui faisait en débarquant à l’improviste dans ses appartements. La morosité avait été congédiée pour laisser place à une joie débordante et sans se défaire de son sourire, Hassen débarrassait sa chambre en vue de la rendre plus présentable. Il n’avait jamais été mal à l’aise avec le désordre, mais celui-ci était un peu particulier, il témoignait d’un certain laissé allé qui ne lui sied guère et dont il n’avait plus envie d’être spectateur. Ménage, plus que sommaire, effectué, il se tourna vers son amie qui s’était assise sur son lit mais lui intimait bientôt de se taire.

Fronçant les sourcils, Hassen posa ses mains sur ses hanches, l’observa attraper une chaussure qui traînait là et la lancer contre la porte. La caractéristique bruit d’une chute derrière le battant lui fit alors secouer la tête. Dix ans avaient peut-être passé mais il lui semblait bien pourtant en arrivant à Timber qu’il était, dans cette base, comme au Garden de Galbadia un étrange sujet d’étude pour ses camarades. Il regrettait celle qu’il avait abandonnée, contre toute attente, là-bas, on avait toléré ses extravagances sans trop sourciller, la bienveillance de ses collègues lui manquait amèrement. Alors que Lysandra s’époumonait en réclamant un peu plus d’intimité – il devenait incertain qu’ils l’obtiennent maintenant -, il rattrapa la chaussure, l’observa un instant en se demandant vaguement où se trouvait sa jumelle mais abandonna bientôt l’idée de la retrouver puisque la Générale avait saisis sa main. Il se laissa entrainé vers le lit sans résistance et pris place à côte d’elle.

Ils m’ont agacé. Hassen esquissa un sourire, relevant un sourcil amusé. Vraiment ? Cela se voyait à peine. Du Lysandra tout craché, aussi adorable qu’impulsive. Deux femmes habitaient dans ce corps là et il était heureux d’avoir eu l’honneur qu’elle lui dévoile une de ses facettes les plus secrètes.

Resserrant sa main dans la sienne quand elle évoqua son épuisement, il épia son visage sans l’interrompre. Hassen n’avait jamais pensé que le poste qu’elle occupait à ce jour puisse être intéressant, pour lui, il restait terrifiant et demandait une force de caractère dont il était dépourvu. Cherchait-elle à minimiser l’impact qu’avaient eu ses nouvelles responsabilités pour ne pas l’inquiéter ? Lysandra restait curieusement évasive, elle taisait la souffrance qui se cachait sous son titre, à peine avait-elle évoqué son poste qu’elle lui demandait déjà comment il allait lui.

« Oh… »

Souffla t’il en souriant, haussant vaguement les épaules pour signifier qu’il n’y avait pas de grands récits à tirer de son expérience sur cette base et surpris qu'on en vienne déjà à parler de lui. Ce qui l’inquiétait plutôt, c’était ses camarades qui d’après l’aveu de son amie, n’avaient pas été de plus corrects à son arrivée.

« Ils n'ont rien fait de préjudiciables au moins ? »

S’enquit-il en sondant le regard de Lysandra. Mais comme cette dernière lui donnait déjà à voir qu'ils ne lui avaient pas fait de mal, il reprit.

« Mes supérieurs se montrent... Patients. Oui, c'est le mot. Je leur en suis sincèrement reconnaissant. J'ai encore du mal à me faire à mes nouvelles responsabilités. Ce qui est particulièrement déplacé à dire devant toi. »

Sans se départir de sa bonne humeur, il secoua légèrement la tête avant de poursuivre.

« Je ne sais pas Lys, je n'avais jamais connu ça avant. J'avais presque oublié que j'étais un soldat là-bas, et ça m'arrangeait sans doute. »

Lâchant alors sa main, il se redressa et sans lien logique avec ce qu’il venait d’annoncer, attrapa avec une précotions toute particulière et caractéristique le poste sur lequel il travaillait tantôt avant de le poser là où il avait été assis quelques secondes auparavant.

« Mais regarde ! J'ai récupéré ça dans une boutique du centre-ville, quand je l'aurais réparé je pourrais à nouveau faire des cassettes. »

Une perspective que de toute évidence le mettait en joie. Un leurre comme un autre pour détourner la conversation ? Peut-être. L’esprit de Hassen semblait toujours l’inviter à ne jamais s’appesantir sur quelque chose qui le rendait malheureux et le chargeait immédiatement de se rabattre sur un sujet qui lui donnait le sourire. Couvant du regard sa dernière œuvre, il finit par se rasseoir, et, plus doucement, continuer sérieusement.

« Cette place, tu la mérite tu sais. Tu t'es battu pour ça. Je n'aime pas t'entendre dire que tu manques de légitimité, ne les laisse pas t'en convaincre. »

Car enfin, le talent n'attend pas les années, et si l'ascension de Lysandra pouvait faire pâlir certains envieux, elle ne l'avait pas obtenue pour rien.
   
© Field of Heroes

_________________

  ☆☆☆ Shoot for the moon even if you miss you'll land among the stars.
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Le Lys Rouge ϟ Général de l'armée galbadienne
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 57
Avatar : Marie Avgeropoulos
Crédits : Moony

Âge du perso : 27 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■■■
magie/aura
resistance■■■
esquive■■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   10.05.17 23:39


   
Forever and Always


   
Je me souviendrai toujours de ma première rencontre avec Hassen.

Je sortais à peine d’un entrainement particulièrement ardu avec mon tortionnaire personnel – j’ai nommé mon instructeur de combat – dont la lubie du jour consistait à nous faire combattre avec le minimum syndical de vêtement, comprendre dans mon cas une brassière et un mini-short de sport. Je détestais me sentir ainsi exposée, sans compter que je ne pouvais me cacher derrière mes ordinaires manches longues. A la fin de la séance, le groupe c’était vite rendu compte que tous nos vêtements avaient disparus. La suite était claire… il nous faudrait retourner ainsi à nos dortoirs. Quittant la salle d’entrainement, je m’adossais ensuite quelques secondes au mur pour laisser aux autres le temps de s’en aller. Personne ne m’adressait la parole lorsque ce n’était pas obligatoire et la façon dont il m’appelait ‘Di Alexandros’ avec un ton plein de dédain suffisait à ce que je veuille faire mon bonhomme de chemin sans m’occuper d’eux. Mes facilités au combat les empêchaient de trop me chercher mais cela restait oppressant. Comme souvent dans ces moments là, je fixais les cicatrices boursoufflées qui ornait verticalement mes poignets sur dix bons centimètres. C’est alors qu’un jeune homme m’avait saisi le bras et s’était inquiété de mon sort. Pour la première fois depuis Elinor. Ce n’était pas grand-chose, il voulait juste savoir si j’allais bien et nous avions ensuite discuté autour d’un chocolat chaud de la cafétéria. Cela n’a l’air de rien, mais, un tout petit geste comme celui-ci, lorsqu’on est désespérément seul, peut faire toute la différence.

Cydaée et Hassen avaient été mes différences. L’un comme l’autre pourrait me demander la lune que je tenterais de la leur décrocher. Mais Hassen, pour sa part n’avait jamais rien demandé d’autre que mon amitié. Je la lui offrais sans réserve. Peu de personnes me connaissaient réellement. Moi, Lysandra, derrière le titre de Général ou ce nom si lourd à porter. Rares étaient ceux qui, d’ailleurs, avaient cherché à aller plus loin.

Je n’avais jamais voulu de ce poste. En fait, la carrière de militaire n’était pas un choix de ma part. Cydaée m’avait demandé de rejoindre le G-Garden puis de gravir les échelons. C’est donc pour elle que j’avais fait tout cela. Je ne le regrettais pas. Je croyais que le but final qu’elle s’était fixé, créer un monde purgé de ceux qui le rendaient si violent, valait quelques sacrifices. Mais, plus les mesures qu’elle imposait se durcissaient et plus une petite voix persistante et sinueuse me demandait si tout cela était réellement la seule solution. Je la chassais toujours car j’avais une confiance absolue en notre dirigeante mais cela ne m’empêchait pas de questionner ses choix. Particulièrement ici, à Timber ou quelques semaines plus tôt à Deling. Personne, pas même un SEED ne méritait ça.

Je préférais donc que la conversation se reporte sur les aventures de mon ami. Mais ce dernier n’avait pas grand-chose à me dire sur sa vie ici et se contenta d’un vague haussement d’épaule. Il préféra rebondit sur ma remarque concernant ses collègues. Je souris pour le rassurer.

« Rien de grave, rassure-toi. Les sifflements et regards appuyés habituels. Après sept ans dans des bases, j’ai l’habitude. Même si le seul avantage de vivre au Palais, c’est bien d’éviter ça. »

Le machisme des soldats galbadiens n’était plus à démontrer et, bien que j’ai mis un point d’honneur à éviter toute relation avec des membres de l’armée, mon histoire – peut-on réellement parler d’histoire pour une nuit dont je me souvenais à peine ? – avec Djian semblait me suivre à chacune de mes mutations. A croire que colporter cette histoire mettait cet abruti en joie.

Hassen se mit alors à parler de sa vie ici et de ses supérieurs. Bien sûr, d’un point de vue pratique, je savais qu’il n’était pas le soldat parfait. N’ayant jamais été affectée au même endroit je ne l’avais jamais vu à l’œuvre. Mais c’était un mécanicien de génie et rien que ça, c’était un atout pour l’armée. Il ne fallait pas l’oublier. Je fis un rapide petit signe de tête pour lui faire comprendre qu’il n’y avait pas de mal, au contraire, je ne pouvais que comprendre sa difficulté à se faire au changement. Tout comme je comprenais parfaitement qu’on puisse vouloir oublier tout ça.

« Je te comprends. Moi aussi j’aimerai oublier parfois. »

J’avais dit cette dernière phrase un ton plus bas tandis que mon ami s’était déjà levé pour me montrer sa nouvelle invention. L’instant émotion était dernière nous et je retrouvais le sourire.

« Wahou. Je ne sais vraiment pas comment tu fais. Ca m’a toujours impressionnée. »

Et c’était vrai. Ayant deux mains gauches lorsqu’il s’agissait de bricolage, j’étais admirative. Jamais je n’aurais réussi à réparer quoi que ce soit. Plutôt à l’abimer encore plus en tapant dessus de frustration. Tandis que mon fidèle compagnon en revenait à des sujets plus sérieux, je le fixais d’un air grave. Sa confiance me faisait chaud au coeur mais si mes promotions précédentes étaient justifiées, il était clair que je ne devais celle ci qu'à Cydaée.

« Disons que beaucoup ont du mal à accepter que la fille d’un traitre qui en plus a activement participé à un coup d’Etat se retrouve Général d’armée. Surtout si tu ajoutes à cela mon âge et que je suis une femme. Ils ne s’en sont pas remis. Surtout ton général de division d’ailleurs. Je reviens de chez lui. »

C’était Vinzer Deling qui avait engagé le SEED pour tuer mes parents. Il avait commencé par saisir nos biens afin de donner l’illusion d’être clément puis avait posé un contrat sur leur tête auprès de la BGU. Voilà pourquoi la mort de cet homme ne m’avait pas émue. Bien au contraire.

Mais le moment n’était pas aux pensées moroses mais plutôt aux retrouvailles. Il était peut-être temps d’aller faire un tour dehors à présent.

« Et si on regardait si la voie est libre ? »

J’adressais à mon ami un sourire sincère. Depuis combien de temps ne m’étais-je pas sentie aussi bien ?
   
© Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Soldat Galbadien
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 35
Avatar : Riz Ahmed
Crédits : faust (avatar) Tumblr (gif) Beerus (sign)

Âge du perso : 30 ans
Activité : Soldat Galbadien
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■
magie/aura
resistance
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   16.05.17 1:28


Forever and Always


   
Comment diable s’étaient-ils retrouvés dans cette galère ? Ni l’un ni l’autre, plus jeune, ne s’était rêvé soldat. Jamais Hassen n’avait voulu embrasser une carrière militaire, il n’avait ni les carrures, ni les aptitudes et encore moins le cœur à endosser le costume de la fonction. Quand il s’inspectait dans la glace, il se trouvait toujours un peu ridicule, ayant la fâcheuse impression d’avoir revêtu un déguisement trop large, nullement taillé pour lui. Il en venait à se questionner sur ce qu’il était censé être et quelle impression cela se devait de renvoyer. À Timber, il l’avait découvert à ses dépens. Ici, le costume Galbadien effrayait les civils, quand il arpentait timidement les rues on détournait le regard et s’il avait besoin de demander un renseignement on le lui livrait d’une voix qui oscillait entre la colère et la crainte. Nul besoin ici de préciser combien cela le mettait profondément mal à l’aise et malgré ses bien maladroites tentatives pour rassurer les quelques personnes à qui il avait adressé la parole depuis son arrivé dans la ville des rebelles, il n’était plus un homme mais un monstre à qui on était peu décidé de donner la moindre chance. Non, décidemment il ne s’en remettait pas et plus que jamais il n’assumait en rien de porter ces vêtements-là. Impossible d’oublier qui ils étaient et ce qu’ils étaient censés être, tous les regards inquiets qui se posaient sur eux le leur rappelait.

Distraitement il couvait du regard l’engin à qui il tentait de donner une deuxième vie, Lysandra s’extasiait déjà sur ses talents de bricoleur et il esquissa un sourire rêveur en déplaçant l’objet. Il aurait pu faire ça, de sa vie. Ouvrir une boutique où il s’amuserait à rafistoler les babioles cassées, c’était plutôt doux à imaginer et il visualisait assez clairement à quoi cela aurait pu ressembler. Seulement il n’avait jamais été question de parier sur un pareil commerce, il fallait quelque chose de sérieux, de solide, et quoi de plus sérieux et solide qu’une carrière militaire ?

« Grâce à beaucoup de patience et un peu trop de temps à tuer, j’imagine. »

Glissa-t-il pour se justifier. En réalité il n’aurait su dire comment il faisait, il faisait, c’est tout, sans marche à suivre. Avide de découverte, autodidacte passionné, incapable de s’expliquer, ces corps tout en rouages et en fil d’étain n’avaient plus de secrets pour lui. C’était une science, une drôle de science avec ses codes qu’il avait pris le temps d’assimiler alors que tant d’autres, familiers à la plupart de ses confrères, lui échappaient malgré ses trente printemps.

Il avait tenté une opération, emprunté un virage pour revenir vers une conversation sérieuse et à en juger le regard grave que lui adressait Lysandra, la manœuvre avait réussi. Hassen la détailla un instant avant de détourner le sien, préoccupé, mais incapable pour l’heure de correctement formuler les choses qui lui pesaient sur le cœur. Alors il attendait que les mots viennent à lui, écoutait son amie qui évoquait amèrement les problèmes qu’avait soulevé sa nomination en tant que générale de l’armée jusqu’à ce qu’elle évoque celui qui, en tête, avait été dérangé de la trouver là, son propre général de division. Tout incapable qu’il était de dire de mal de ceux qui se trouvait au-dessus de lui, le garçon afficha un air contrit avant de secouer légèrement la tête.

« Ils se rendront bien compte que tu es quelqu’un de douée et de censée. Fait juste attention à toi. »

Car évidemment, il n’était pas tranquille de la savoir en train d’évoluer dans les hautes sphères, ni à l’aise avec l’idée qu’il se faisait des gens qu’elle se devait de côtoyer. Nul doute qu’il était en plus bien loin du compte et que ce que devait endurer Lysandra était bien pire que ce qu’il était en mesure d’imaginer. Mais son amie ne semblait vouloir s’appesantir sur des sujets trop sérieux, elle lui adressait déjà le lumineux des sourires en lui proposant de vérifier que la voie était libre et il s’en voulait déjà de vouloir la ramener vers des terrains qu’elle semblait vouloir fuir. Il répondit pourtant à son sourire, fit un signe de tête positif et se redressa.

« Rien à signaler. Tu leur as fait peur. »

S’amusa t’il en ouvrant la porte. Le bâtiment était étrangement calme, il était sans doute l’un des derniers idiots à ne pas s’être précipité dehors pour profiter des timides mais chauds rayons de soleil mais ils s’en allaient ensemble réparer cette erreur et après avoir refermé le battant derrière eux, ils empruntèrent le chemin de la sortie.

« Lys… Cette femme… Je l’ai très vite reconnu. J’ai compris. »

Il était lancé et comme si l’un est l’autre s’était mis d’accord sur le fait qu’il n’était pas prudent d’évoquer la suite à l’intérieur de l’établissement, il ne reprit la parole que plus tard, une fois dehors où il espérait se tenir loin de tout curieux cherchant à capter quelques-unes de leurs confidences.

« Qu’est-ce qu’elle cherche ? Elle pourrait faire de grandes choses, ce monde meilleur, pacifié qu’elle a évoqué à Deling City, on voudrait tout y croire mais… »

Marquant une pause alors qu’ils croisaient deux soldats qui rentraient à la base, Hassen contempla le sol comme si le reste de son discours se trouvait là et, assuré d’être à nouveaux seuls, il ferma un bref instant les yeux avant de reprendre d’une voix éteinte.

« Quelques jours après mon arrivé ici, j’ai assisté à une opération. Les soldats devaient embarquer des civils, au hasard, pour l’exemple. Ce jour là j’ai été incapable de faire du bon boulot, mes supérieurs l’ont justifié par mon incompétence mais Lys, je crois qu’inconsciemment je voulais saboter leur plan. J’étais prêt à en subir les conséquences, je le suis encore aujourd’hui. »

Ici il lui jeta un regard désolé, presque honteux mais soulagé de s’être débarrassé de ce fardeau.

« Ça aurait pu se passer autrement. Ça aurait dû se passer autrement. Je sais… Je sais qu’avant c’était déjà comme ça, mais justement, c’était avant, pourquoi poursuivre l’œuvre de Vinzer Deling ? Les gens sont terrifiés Lys. Je sais ce qu’elle représente pour toi, tu la connais mieux que personne alors je voudrais juste... J'en sais rien, comprendre. »

Finit il par conclure avant de lui laisser la parole. Il était un terrible soldat, l'un comme l'autre le savait depuis bien longtemps maintenant. Naïf en plus de cela, et bien trop humaniste pour son bien. Seulement malgré l'éclairage qu'elle s'en allait lui donner, il doutait de pouvoir réellement comprendre comme il l'avait réclamé. Peut être avait il juste besoin de l'entendre parler de la sorcière, de saisir les motivations qui animait son amie et, à défaut d'épouser l'angle duquel elle voyait les choses, s'y glisser un instant pour tenter de les dicerner tel qu'elle les dicernaient.
   
© Field of Heroes

_________________

  ☆☆☆ Shoot for the moon even if you miss you'll land among the stars.
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Le Lys Rouge ϟ Général de l'armée galbadienne
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 57
Avatar : Marie Avgeropoulos
Crédits : Moony

Âge du perso : 27 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■■■
magie/aura
resistance■■■
esquive■■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   16.05.17 23:01


   
Forever and Always


   
Du temps à tuer… J’aimerais tellement pouvoir en dire autant. Depuis le coup d’état, ma vie était devenue un tourbillon constant. Il fallait manœuvrer parmi les imbroglios politique, protéger Cydaée, gérer es troupes tout en maintenant l’armée debout. Mon rôle de Général était souvent plus logistique que décisionnel. Il n’y avait pas vraiment de bataille. En tout cas pas pour le moment et les décisions politiques étaient du ressort de Cydaée. En fait, en l’état actuel des choses, je ne servais qu’à tempérer les ardeurs de gradés ambitieux et capricieux et à jouer mon rôle de protectrice. Les événements qui avaient eu lieu suite à la tentative d’assassinat m’avaient perturbée. Les SEED me perturbaient toujours. Je les haïssais. Je devais les haïr. Toute ma vie j’avais cultivé ce culte de la dualité bien et mal. Cydaée m’y avait par la suite encouragée. Elle avait tellement plus de haine que moi dans le cœur. Je savais pourquoi. Même si elle n’en avait jamais parlé qu’à demi-mots. Mais jamais, jusqu’à ces derniers mois, elle n’avait semblé aussi intraitable.

Je ne voulais pas y penser. Y penser pouvait faire douter et ma foi inébranlable en Cydaée, c’était tout ce qui m’avait maintenu debout. Je rejetais donc tout ça dans un coin de mon esprit. A côté des raisons qui m’avaient poussée à ne plus m’intéresser à ce que les gens pensaient sur mon compte. Le coin des pensées trop douloureuses pour être affrontées.

Hassen parti ensuite inspecter l’extérieur. Les gêneurs avaient décampé. Tant mieux. Je souris à la réponse de mon ami.

« Je suis terrifiante. Tout le monde te le dira. Tu es juste privilégié d’avoir droit à mes bons jours. »

Accrochée au bras d’Hassen, comme lorsque nous étions encore deux adolescents, je le laissais m’entrainer où bon lui semblait. J’avais laissé mon casque dans sa chambre, une excuse comme une autre pour prolonger le plus possible mon séjour. J’étais tout sourire jusqu’à ce que mon ami se remette à parler. Bon, autant pour mettre mes soucis de côté… Agitée, je restais murée dans le silence jusqu’à ce qu’on atteigne la sortie. Evoquer mes liens avec notre dirigeante dans la base me paraissait dangereux.

Et soudain, une fois dehors, on ne l’arrêtait plus. Je me figeais, crispée, face aux interrogations de mon meilleur ami. Ces mêmes questionnements que je me refusais à avoir.

« Eli... Cydaée, plus que quiconque connait les ravages de la guerre. Elle a connu la Guerre Occulte, tu sais. Elle a souffert plus qu’une personne devrait être autorisée à souffrir. Elle veut la paix. Mais avant ça, elle veut mettre hors d’état de nuire ceux qui pourraient la mettre en péril. Tout idéal nécessite des sacrifices. »

Je soupirais, car j’essayais autant de me convaincre moi-même que de convaincre Hassen.

« Pour ce qui est de la rafle… C’est moi qui ai transmis l’ordre à ton Général de division. C’était l’une des directives les plus dures à suivre de ma vie. Mais les habitants de Timber sont presque tous mêlés à la résistance d’une façon ou d’une autre. Je ne peux pas t’en dire plus mais… avec ce qui se prépare, on ne peut pas se permettre d’être sur plusieurs fronts à la fois. Le but, c’était de tuer toute volonté d’insurrection dans l’œuf. »

En parler était dur et je butais sur certains mots. Symptôme de trouble qui ne m’était pas coutumier. J’étais plutôt du genre à ne pas tergiverser et à être sure de mes choix. Dernièrement, c’était devenu plus compliqué et je détestais ça. Je portais mes doigts à mes tempes, un mal de crâne me guettant.

« La peur c’était le but. C’est plus dur de se battre quand on sait qu’on a quelque chose à perdre. Alors oui, c’était méprisable mais… une fois la réelle menace éliminée, ils pourront retourner chez eux. »

Hassen était peut-être trop doux pour comprendre tout ça. Les manigances politiques étaient fatigantes. Rien de tout ça n’était facile, même pour moi qui avais la vengeance dans le sang. Je comprenais la nécessité de ce que nous faisions. Mais il m’était de plus en plus difficile de suivre ma ligne directrice de foi inébranlable. Et ça me faisait peur.
   
© Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Soldat Galbadien
avatar
Date d'inscription : 23/04/2017
Messages : 35
Avatar : Riz Ahmed
Crédits : faust (avatar) Tumblr (gif) Beerus (sign)

Âge du perso : 30 ans
Activité : Soldat Galbadien
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■
magie/aura
resistance
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   31.05.17 11:12


Forever and Always


   
« Et j’en suis honoré ! »

Déclara-t-il de bonne humeur en refermant la porte. À peine étaient-ils sortis de sa chambre exiguë que Lysandra s’était accroché à son bras, Hassen accueillit ce geste tendre avec un large sourire, mesurant combien ce simple contact qui le renvoyait quelques années en arrière lui avait manqué. Avec insouciance ils s’éloignèrent donc des dortoirs et tandis qu’elle se serait contre lui, il l’épia avec bienveillance, ne se défaisant pas de son sourire un peu imbécile mais touchant. Terrifiante qu’elle disait. Oui, sans doute avait-il eu un traitement de faveur, après tout il n’était pas sans ignorer les capacités extraordinaires de sa meilleure amie. Aussi impitoyable que robuste, elle imposait le respect et nul n’avait vraiment envie de la mettre en colère. Alors oui, être honoré qu’elle lui ait fait confiance n’était pas peu dire, il tenait à leur alliance aussi improbable qu’extraordinaire et considérait leur amitié comme un véritable trésor. Celui sans doute qu’il avait de plus précieux.

Il était pourtant temps de troquer l’ambiance légère de leur retrouvaille contre quelques explications qui le torturait depuis bien trop longtemps. S’il culpabilisait d’en venir si vite au fait, il savait qu’il devait le lui en toucher deux mots au plus vite et qu’il n’aurait pas été honnête de sa part de prétendre plus longtemps que tout allait pour le mieux. Cydaée, ce monde tout entier qui empruntait le plus terrifiant des virages et ces hommes et ces femmes qui sous couvert d'agir en faveur de la paix commettait l’irréparable… Il fallait qu’il les évoque, qu’il mette des mots sur ses craintes les plus profondes. Avant d’être la plus gradée de ses supérieurs, Lysandra était son amie et il espérait s’entretenir avec elle en faisant fi de l’uniforme qui lui faisait aujourd’hui honte.

Alors il lui laissa la parole, continua d’avancer loin de la cours de la base millitaire jusqu’à trouver refuge sous les branches d’un grand chêne. Là, il s’adossa contre son tronc, croisa ses bras et fixa obstinément le sol alors que la générale poursuivait son discours. C’était sa grande habitude quand il était attentif mais inquiet, son regard se détournait de celui de son interlocuteur mais on le savait présent, du moins, Lysandra en aurait parfaitement conscience, il existait peu de personnes en ce bas monde qui le connaisse mieux qu’elle ne le connaissait.

Des sacrifices… À ce mot, Hassen releva les yeux, vérifiant qu’elle l’avait avancé sans sourciller et qu’elle était convaincue du discours qu’elle était en train de lui tenir. Quelque chose se comprima en lui quand elle confirma qu’elle avait été celle qui avait lancé l’ordre, avançant qu’il avait été un de ceux qu’elle avait eu le plus de mal à donner. Sur le sujet, elle manquait sensiblement d’assurance, ses mots étaient hésitants, son attitude quoi que droite, un peu plus fuyante et cela ne relevait certainement pas que du fait qu’il avait planté son regard dans le sien cette fois-ci, bien qu’il fût certainement plus dur de mentir à un interlocuteur qui vous fixat intensément.

« Les SEEDs, donc. »

La menace. Du moins, la menace selon Cydaée, la menace selon ce régime. Il détourna à nouveau le regard, inspira une grande bouffée d’air et prit quelques secondes pour emmagasiner tout ce qu’elle venait de lui apprendre. C’était parfois un brin déstabilisant, Hassen n’avait pas peur du silence et s’il avait besoin de se recueillir, il le faisait sans trop s’embarrasser de la gêne de ceux qui pouvaient lui faire face.

« Je reste convaincu que les choses auraient pu se dérouler autrement. »

Répéta-t-il, moins en colère qu’affecté par un procédé qui ne lui convenait guère. Conscient de sa naïveté, de son incapacité à mener à bien un projet aussi lourd, il était dans l’incapacité la plus totale de proposer une alternative, du moins une qui ne manquerait pas de déclencher un fou rire à ses supérieurs.

« Ils se pensent invincible maintenant. Ils se croient tout permis. »

Poursuivit-il en relevant les yeux vers la base, songeant aux méfaits dont certains de ses collègues se vantait. De petit vandalisme à l’abus écœurant de pouvoir, d’aucuns pensaient qu’être sous la coupe d’une sorcière leur donnait tous les droits.

« On leur a donné les pleins pouvoirs et ils en abusent, pas au nom de la paix Lys. Ce n'est pas ce qui est en train de se passer ici. Cydaée a voulu imposer son régime par la violence et je crains que le coût de la paix sous laquelle elle se drape dans ses discours, c'est la terreur. J'éspère me tromper tu sais. J'éspère sincèrement me tromper. »

Conclut il en appuyant fermement sa dernière phrase en plantant son regard désolé dans celui de sa meilleure amie.
   
© Field of Heroes

_________________

  ☆☆☆ Shoot for the moon even if you miss you'll land among the stars.
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Le Lys Rouge ϟ Général de l'armée galbadienne
avatar
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 57
Avatar : Marie Avgeropoulos
Crédits : Moony

Âge du perso : 27 ans
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■■■
magie/aura
resistance■■■
esquive■■■■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   11.06.17 23:18


   
Forever and Always


   
Parler de tout cela avec Hassen était terriblement difficile. Avec lui, je n’étais pas le Lys Rouge, la Générale impitoyable. J’étais juste Lysandra. La fille paumée à qui il avait offert son amitié. Celle qu’il avait tenu à bout de bras sans même s’en rendre compte. Encore plus après l’épisode Djian. Il avait toujours été mon pilier. Le seul qui savait à quel point les conflits me répugnaient en vérité. C’était déjà le cas à l’époque, c’était toujours le cas aujourd’hui. Cependant, malgré tout j’étais faite pour ça. La guerre, nous avions ça dans le sang dans la famille. Mes parents étaient des marchands de guerre et de mon côté j’étais une stratège née dotée d’une machine à tuer. Je m’étais entrainée au combat depuis mes dix ans sous la houlette de Cydaée. C’était un mentor on ne peut plus dur et acharné. Mais elle savait aussi faire preuve de tendresse parfois. Au milieu des entrainements et de tous ses projets, j’avais de très bons souvenirs. Quand elle oubliait d’être Cydaée pour redevenir Elinor. Ces moments c’était fait de plus en plus rares ces derniers mois. Jusqu’à progressivement disparaitre. Elle était montée sur ressorts depuis la tentative d’assassinat. Les armes qu’on avait retrouvé sur les SEED l’avait mise dans tous ses états. Elle était persuadée qu’elles provenaient d’Esthar et la flamme qui s’était allumée dans ses yeux m’avait presque effrayée.

« Les SEED sont des criminels, mais ils ne sont qu’une petite facette de la menace. Crois-moi, ce qui couve est bien plus grave. Et je ne sais pas si on est prêt à y faire face. »

Je portais de nouveau mes index vers mes tempes.

« Mais je t’en ai déjà beaucoup trop dit. »

Tout cela, c’était du secret défense et même si je n’avais pas vraiment communiqué d’informations, Hassen était suffisamment intelligent pour comprendre que bientôt, tout allait s’accélérer. Quand, je ne le savait pas encore. Mais les récents événements nous avait prouvé qu’on était au bord du précipice.

« Tout peut toujours se passer autrement. Il suffit d’un tout petit grain de sable pour que tout parte en vrille. Donc oui, la situation aurait pu être mieux gérée j’en suis sûre. Mais tout aurait pu être encore pire. »

Hassen continua, les informations qu’il me révélait me faisant froncer les sourcils.

« Qu’est-ce qu’ils ont fait ? »

Mon ton était devenu polaire. Si Cydaée ne rechignait pas à instaurer la peur, elle n’était pas favorable aux violences gratuites pour autant. La rafle avait été un cas de force majeure pour forcer une population rebelle à se mettre au pas. La présence militaire était un mal nécessaire, mais si ceux-ci abusaient de leurs pouvoirs, elle tiendrait à en être informée.

« Elle n’est pas le tyran sans pitié que beaucoup voient en elle tu sais. Elle sait ce que coute une guerre et les limites à ne pas franchir. Elle n’était qu’une enfant quand un groupe de soldats d’Esthar a brulé et pillé son village à la recherche d’un successeur pour Adel. Ils ont éventré, mutilé tous les habitants, violé les femmes et les enfants. Leur but c’était de forcer la Sorcière à utiliser ses pouvoirs. Sauf que la Sorcière, la sœur de Cydaée n’utilisait ses pouvoirs que pour soigner. Ils sont partis en les laissant pour mortes, comme le reste des habitants une fois persuadés que plus aucune Sorcière ne vivait là. Sa petite sœur est morte dans ses bras tandis qu’elle procédait à l’incarnation. Ce qu’elle souhaite, c’est éviter que cela se reproduise. »

Et oui, elle était prête à tout pour ça, j’en étais très consciente. Mais jusqu’ou était-il légitime de troquer sa liberté contre la sécurité ? C’était une question à laquelle il appartenait à chacun de répondre. Je m’en voulais un peu car il ne m’appartenait pas de raconter cette histoire mais, hassen et Cydaée était les deux êtres en qui je tenais le plus au monde et je ne voulais pas qu’il la juge sans connaître le pourquoi du comment.
   
© Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Forever and Always | Hassen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Forever and Always | Hassen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mario Forever
» Fortress Forever
» Duke Nukem Forever
» Duke Nukem Forever, on me voit, on me voit plus...
» Premier aperçu du multi de Duke Nukem Forever par jv.com

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Reste du monde :: Continent de Galbadia :: Ville de Timber-