AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I found a way | Zeit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
(Admin) ϟ Chanteuse
avatar
Date d'inscription : 18/10/2016
Messages : 174
Avatar : Amanda Seyfried
Crédits : Moony

Âge du perso : 26 ans (13 mars)
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■
resistance
esquive■■■

Equipement acheté:
Objets personnels:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: I found a way | Zeit   23.04.17 15:57


   
I found a way not to think about it


   
Je détestais cette Sorcière de pacotille. Non seulement elle ruinait mes plans et rendait les gens moins enclins à venir à mes concerts mais en plus avec sa nouvelle croisade contre les SEED, Kramer réquisitionnait de plus en plus souvent Mateusz. Apparemment, son rôle de garde du corps était une couverture parfaite pour arpenter le continent Galbadia à la recherche d’informations. Donc, je devais rester à l’hôtel pendant qu’il faisait Hyne sait quoi.

Sauf qu’aujourd’hui, je n’avais pas envie de l’écouter et de rester bien sagement à l’hôtel. Ce n’était pas dans mon tempérament et je l’avais laissé prendre bien trop d’ascendant sur moi ces dernières semaines. Il avait trouvé un moyen agaçant de faire taire mes revendications. On s’engueulait, on se réconciliait sur l’oreiller tout en se disant que ça ne devait pas se reproduire encore et encore. Mais en fait, c’était à croire qu’on était attiré comme des aimants. Et ça me terrifiait. Et comme chaque fois que j’étais terrorisée, je faisais quelque chose de stupide.

J’attachais donc mes cheveux en une queue de cheval très serrée avant d’enfiler une casquette et des lunettes de soleil. Certes on était en novembre mais bon… Je n’avais pas spécialement envie qu’on me reconnaisse. Etant donné la cible qu’Hunter avait dessiné sur ma tête auprès de ses sbires, j’étais consciente que c’était stupide mais, comme vous le savez, être rationnelle et logique n’avait jamais été envisageable pour moi. J’enfilais donc une tenue bien chaude et plus simple que mes habituels avant de fausser compagnie à la petite équipe de sécurité que mon charmant garde du corps avait constitué avant de partir (la confiance règne !). Dommage pour lui, j’étais plus maligne qu’eux et ma fuite ne fut pas si difficile.

Les rues de Timber étaient presque désertes tandis que je me dirigeais vers le quartier de la gare. Les gens ne restaient pas flâner comme à Deling. On sentait encore plus qu’il y a quelques mois la loi martiale sous laquelle le peuple vivait. Ils auraient bien besoin qu’on leur change les idées. Ca ne pourrait pas leur faire de mal. Personnellement, l’armée, les dirigeants, la dictature et tout ça, ça ne me faisait ni chaud ni froid. Des gens mourraient, certes, mais la mort avait toujours fait partie de ma vie. Mon père avait fauché de nombreuses vies et je ne le lui avais jamais reproché. J’avais pleuré toutes les larmes de mon corps à sa mort et je m’étais promis d’abattre de mes mains Hunter et son organisation pour ce qu’il avait fait. Vivre et mourir, les deux seuls achèvements qui comptaient vraiment.

Je marchais rapidement à la recherche d’un stand de tir. J’étais déjà passé à Timber dans le passé pour des concerts. Je savais donc où le trouver. Je marchais d’un pas vif à l’affut d’un éventuel tireur embusqué. Mais à force de chercher toute présence menaçante, je fini par percuter de plein fouet une masse de muscles qui se trouvait devant moi. Agacée, je relevais mes yeux (toujours masqués par mes lunettes) vers l’inconnu en uniforme. J’avais percuté un soldat galbadien. Formidable. Il ne manquerait plus qu’il décide de m’enfermer maintenant. J’avais bien besoin de ça… Dans le choc, mon sac à main m’avait échappé et était tombé au pieds de cet homme massif.

Je laissais échapper un soupir agacé.

« Ce n’est définitivement pas mon jour. »

M’excuser n’était pas mon genre. Je ne le faisais jamais. De toute façon ça ne servait à rien. Ce qui était fait était fait. Il allait juste falloir que je trouve comment me dépêtrer de cet encombrant inconnu.
© Field of Heroes

_________________

La reine de la repartie
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I found a way | Zeit   11.05.17 0:27


   
I found a way not to think about it


   
L'automne était là. Patrouiller toute une journée était devenu plus supportable pour Zeit, Ce n'était pas un frileux et le port de l'uniforme pouvait être facilement encombrant en plein soleil. Le tissu était résistant, et son fidèle ami à son flanc droit ou calé contre son torse augmentaient le poids qu'il devait transporter pendant des heures, en plus de son propre corps qui ne pouvait pas être répertorié dans la catégorie des gringalet. Il fallait profiter de ces rares jours où la combinaison de tous ces éléments était parfaite car l'hiver ne tarderait pas trop à s'annoncer et garder toutes ses facultés physiques et mentales quand le froid prend possession de vos membres n'était pas spécialement le plus confortable.

Il était en détachement avec Munley, un collègue plutôt silencieux, ce qui lui allait parfaitement. Chacun au sein de l'unité y allait de son commentaire sur la vague d'arrestations et patrouiller tranquillement sans l'avis de trop qui le ferait sortir de ses gonds. Mais son partenaire du jour semblait être un bon gars qui gardait son calme face aux regards noirs de la population et des quelques insultes qui fusaient par instant. Zeit préférait continuer à marcher au lieu de s'acharner à essayer de trouver les fauteurs de trouble dispersés dans la foule. Cependant son regards fut attiré par le comportement d'une civile, le visage entravé par d'énormes lunettes noires. Jusqu'ici c'était son droit le plus strict, le fait qu'il s'agisse de lunettes de soleil était déroutant au vu de la saison mais soit, il est n'était pas là pour juger. Mais c'était la combinaison de son déguisement et de sa démarche qui intriguait le lieutenant Riggs.

Son pas était vif, sûre de la route qu'elle devait parcourir mais malgré l'épaisseur des verres qui masquait ses yeux, il n'était pas difficile pour un homme entrainé comme Zeit de deviner la tension et le qui-vive qui animaient la jeune femme. Ses mouvements de tête étaient équivoques et il pouvait presque imaginer son regard aller d'un point à un autre rapidement. Elle était tellement préoccuper à chercher quelque chose qu'elle ne prenait même pas garde à ne pas se faire remarquer. Un signe de tête de son coéquipier lui signala qu'il avait lui aussi capté le manège de la civile qui se rapprochait d'eux.

Zeit indiqua silencieusement au soldat qu'il prenait les choses en main et Munley se détacha du lieutenant pour partir plus avant. Ils encadreraient ainsi la suspecte et d'éventuels complices en se couvrant mutuellement. Il pouvait s'agir d'une banale civile mais la vague d'arrestations était encore présente dans le cœur de la population et encore plus dans l'esprit des résistants fortement touchés ce jour là avec la mise en détention de certains d'entre eux. Ils n'étaient pas à l’abri d'un acte de représailles, surtout en ce lieu symbolique. Cela pouvait aussi être l'action isolée d'une personne instable ou qui n'avait plus rien à perdre. Pour la sécurité des habitants et la leur, ils ne devaient rien négliger, même si cela ne devait s'avérer qu'un simple contrôle de routine.

Il ralentit l'allure quand il se retrouva pratiquement à sa hauteur, préférant la laisser venir à lui pour éviter tout mouvement de foule si elle venait à fuir. Elle ne semblait pas décider à regarder devant elle et pour accentuer l'effet de surprise, Zeit décida de se poster en plein sur sa trajectoire. Cela ne manqua pas, il eu à peine le temps de se stopper qu'elle le percuta. Il ne bougea pas d'un pouce lors du choc mais il eu l'impression qu'il aurait pu casser la demoiselle en deux tellement elle était fragile. S'en était presque risible. Elle était si petite et menue comparé à lui. Riggs était reconnu pour sa grande taille et sa carrure travaillée mais avec son équipement militaire, il était encore plus impressionnant. La scène devait réellement être comique de l'extérieur. Cette tête blonde avait un aspect familier et mis à part un signe évident d'agacement suite à la chute de son sac, elle ne donna pas de signaux de réaction alarmante.

« Ca va M'dame ? Vous avez l'air perdu.»

« Ce n’est définitivement pas mon jour. »

Tout en continuant de la jauger du regard, Zeit se pencha pour ramasser le sac de la jeune femme. Bon il était ouvert mais son contenu ne s'était pas répandu, comportement louche ou pas, sa mère le tuerait s'il manquait à son devoir de gentleman. Et à bien y regarder, à part d'être apparemment d'une humeur peu matinale, il ne pouvait pas lui reprocher plus de chose que ça. Maintenant sa kalachnikov contre son torse d'une main, il lui tendit son sac, le tenant par une sangle ce qui le rendit un peu plus béant. Par instinct, ses yeux se posèrent sur le bric à brac féminin qui était apparent. La forme familière faillit lui faire faire un pas en arrière et crier « Arme ! » mais il se retint à temps. Un étui entourait le pistolet mais la menace pouvait ne pas être loin.

« Donnez-moi une bonne raison de ne pas lancer l'alerte. » dit-il les dents serrés, se rapprochant de la jeune femme pour ne pas ameuter les habitants de Timber qui vaguaient à leur routine désormais contrôlée.
© Field of Heroes
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Chanteuse
avatar
Date d'inscription : 18/10/2016
Messages : 174
Avatar : Amanda Seyfried
Crédits : Moony

Âge du perso : 26 ans (13 mars)
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■■
resistance
esquive■■■

Equipement acheté:
Objets personnels:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: I found a way | Zeit   18.05.17 23:11


   
I found a way not to think about it


   
L’apollon armé jusqu’aux dents qui me faisait face semblait avoir un sens de l’humour douteux. Est-ce que ça avait l’air d’aller ? Il s’était planté tout d’un coup devant moi dans un mouvement que je soupçonnais délibéré. Etait-ce un fan trop empressé ? Un tueur en série en uniforme ? Non. Cela sentait le militaire trop zélé à plein nez tout ça. Pourtant, il n’avait rien à craindre. On pouvait me considérer comme une menace, certes, mais pas pour Timber et sa relative tranquillité.

Rester à découvert comme ça au milieu de la rue ne me plaisait pas. D’instinct et du coin de l’œil, j’appliquais les leçons de mon père et repérait trois emplacements de tirs possibles pour m’atteindre. Je me décalais donc de quelques centimètres, de façon à ce que le colosse en face de moi face écran entre mon corps et ces zones dangereuses.

C’est ce moment qu’il choisit pour me tendre mon sac. Je me retenais tant bien que mal de rétorquer que je n’aimais pas qu’on touche à mes affaires. Comme tous les hommes avantagés par la nature, il réveillait tous mes mécanismes de défense. Leur simple présence me rendait méfiante. J’étais tel un chat, prêt à bondit toutes griffes dehors au moindre signe de danger. Et tout ça intérieurement, sans quitter mon masque de profonde lassitude.

Mais pour l’heure, l’homme s’était figé en apercevant mon arme. Voilà qui allait sans doute encore poser problème. Comme pour répondre à ma prophétie, la voix grave de l’homme me parvint à nouveau. Je laissais échapper un soupir résigné avant de répliquer, pleine de confiance en moi.

« Vous pourriez. Mais ce serait inutile et une perte de temps pour nous deux. Premièrement, j’ai un permis de port d’arme. Et deuxièmement, je doute que vos supérieurs me mettent aux arrêts après tout le mal qu’ils se sont donnés pour que j’accepte de venir. Sous Vinzer, au moins, on savait recevoir ! »

J’aurais sans doute pu m’abstenir de ce dernier commentaire, mais la politique et moi n’avions jamais été bon amis. J’avais toujours eu un faible pour les outsiders. Et donc, sur ces bonnes paroles, je remontais mes lunettes au dessus de mon front de façon à découvrir mon visage.

Satisfaite de mon petit effet, je fixais alors mon regard vert dans celui du soldat.

« Vous comptez toujours lancer l’alerte ou vous préférez m’escorter jusqu’au stand de tir ? »

L’intervention de ces charmants soldats avait un peu trop attiré l’attention. Pour ma propre survie, il valait mieux ne pas trop m’éloigner d’eux dans un premier temps sachant que j’étais venue là seule. Les hommes de man d’Hunter ne se permettraient pas de s’attaquer à l’armée. Ils avaient trop besoin de leur soutien et de leur indulgence. Surtout, Hunter avait trop de liens parmi les hautes sphères martiales pour faire quoi que ce soit qui risquerait de se les mettre à dos. Je commençais presque à regretter d’être sortie. Tout cela n’était plus du tout amusant et j’en venais à regretter de ne pas avoir suivi les directives de Mateusz. Un comble.
© Field of Heroes

_________________

La reine de la repartie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I found a way | Zeit   

Revenir en haut Aller en bas
 
I found a way | Zeit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» erreur lockon 1.1 not found
» Graphic device(s) not found in database
» Mahory, jeune panda feu : 12 pa, 1/2 cc
» [RESOLU] Installer opennab probleme
» Chocolate Doom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Have A Break :: Notre Histoire :: Chapitre 4 : Esthar et la tentative d'assassinat-