AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rage against the pills - Serenity&Mateusz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 267
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   11.09.16 17:27


Rage against the pills


   
Il la connaissait par cœur cette infirmerie. Des motifs peint sur le plafond au vieux tableau d’opticien dont il pouvait énumérer l’ordre des lettres en fermant les yeux, tout ici était devenu sinistrement familier. Mateusz avait passé des nuits à compter combien de fissures rayaient les murs de la chambre - douze – le nombre d’arbres que l’on apercevait de la fenêtre – cinq – pouvait révéler l’emploi du temps de chaque infirmière et citer les horaires de tous les médecins qui travaillaient ici sans faire la moindre faute. C’était assez désespérant de se rendre compte que de tout l’établissement, l’infirmerie était certainement la pièce qu’il aurait pu le plus habilement décrire. Assis devant le bureau, la semelle de sa chaussure frappait infatigablement le sol pendant qu’il triturait ses doigts en observant l’extérieur, ayant habilement tourné le fauteuil vers la fenêtre. Mateusz n’aimait pas les espaces clos, ou plutôt, corrigeons-nous rapidement, il n’aimait pas cet endroit. Il avait toujours, quand il avait rendez-vous ici, diriger son regard vers la cours. C’était son échappatoire, quelque part, il n’expliquait pas franchement pourquoi il avait pris cette habitude mais c’est un rituel auquel il n’échappait jamais.

Il avait dès son plus jeune âge été habitué aux salles d’attente des médecins, à ces espaces blancs dénuées d’identité, aseptisés. Papa et maman s’étaient toujours fait du souci pour lui. Quel était le problème docteur ? Notre fils ne répond définitivement pas à nos attentes. Un peu trop anxieux, définitivement trop violent, et trop peu intelligent. Il y avait dû y avoir erreur sur la marchandise, ce gamin là n’était pas un Prescott, ou alors on leur avait livré casser. Cassé, oui. Et il avait donc été question de le réparer, de confier l’enfant à la médecine et de le bourrer de médicaments pour qu’enfin ils répondent à leurs attentes. Malheureusement pour eux, Mateusz était resté un sale gosse, les pilules avaient calmé son tempérament colérique mais certainement pas son fond. Il avait fallu se résoudre à l’idée qu’il serait et resterait sans doute une déception.

Diazépam et rispéridone, le mélange extraordinaire pour faire de votre gamin un légume ! Vingt ans maintenant que Mateusz prenait ces cochonneries, ne sachant toujours qu’en penser. Est-ce que ce traitement lui sauvait la vie ou la détruisait ? Vingt ans qu’il n’avait pas obtenu de réponse, et vingt ans qu’il suivait donc les ordres. Parfois c’est vrai il avait voulu s’en débarrasser, s’autorisant à tester ses limites et décidant sur un coup de tête d’abandonner ses habitudes. Mauvaises idées. Était-il devenu dépendant de ces médicaments parce qu’il avait commencé un jour ce traitement ou parce que son corps ne pouvait fonctionner sans ? Poussant un soupir en relevant la tête vers le plafond, Mateusz étira sa jambe douloureuse avant que la porte ne s’ouvre. Elle était là.

Serenity Adams. Elle avait repris, depuis la rentrée, le poste de la médecin qui s’était occupé de lui depuis son arrivé à la BGU, aussi bien pour son traitement que pour sa période de convalescence, révolue depuis peu. Voilà qu’avait sonner l’heure de leur premier rendez-vous et Mateusz n’était pas franchement décidé à ce que cela soit agréable. « Tu as presque failli me faire attendre. » Annonça-t-il alors qu’elle prenait place en face de lui et qu’il pivotait son fauteuil vers elle, oubliant sa contemplation de l’extérieur. « Bon débarrassons-nous de ça rapidement, ce n’est pas comme si j’avais grand-chose à te dire de toute façon. » Annonça t’il en grattant son arcade sourcilière avant de croiser les bras. Il la tutoyait. Bien sûr qu’il la tutoyait ! Cette fille n’avait qu’un an de plus que lui et il était hors de question qu’il lui montre un quelconque signe de respect. Mateusz ne supportait pas l’idée de s’en remettre à une personne qui avait si peu de différence d’âge avec sa petite personne, c’était plus fort que lui, il n’y arrivait pas. En attendant, mieux valait être attentif pour surveiller ses faux pas et surtout avoir rapidement un avis sur le regard qu’elle portait à son dossier.
   
© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   15.09.16 0:59


Depuis début septembre, je travaillais officiellement en tant que médecin à la BGU. Je prenais la place d'une personne qui suivait des cas particuliers et dont je me retrouvais à charge. Ayant épluché la plupart des dossiers, je me rendais à l'infirmerie pour rencontrer Mateusz Prescott qui avait quelques problèmes au niveau du comportement et surtout physiquement suite à une mission qui aurait loupé.

Je portais un haut blanc à manche court et un pantalon noir qui se trouvait sous ma veste blanche pour le travail. Sous mon bras gauche se trouvaient les documents, tandis que mon autre main ouvrait la porte. J'apercevais l'homme et je m'en approchais pour lui faire face. Celui-ci était fort désagréable avec sa remarque au niveau de l'attente alors, que je me trouvais être à l'heure. Il n'aurait pas la chance de me voir répliquer lorsque je me trouvais à l'intérieur de l'établissement. J'étais bien trop sérieuse dans ce genre de moment et cela ne m'atteignait en aucun cas. Je prenais place sur mon fauteuil et je posais les papiers que je venais d'ouvrir pour relire sous ses yeux et voir s'il ne manquait rien du tout au moment ou je prendrais la parole.

La personne souhaitait en finir au plus vite, car il n'avait pas grand chose à dire. Vraiment ? Il s'en moquait de sa santé mentale et physique ou quoi ? Je n'en savais rien du tout et je n'avais pas à jugé. Surtout quand nous étions tous différents pour agir et penser. Je fermais le document et je croisais les jambes, mais aussi les bras. Je le regardais dans les yeux et je soupirais un instant. J'avais très bien remarqué le tutoiement et le non-respect envers un membre du personnel de la BGU.

- Il est vrai que vous n'avez pas grand chose à me dire comme j'ai le dossier sur mon bureau et que je l'ai regardé sous vos yeux. Bien évidemment, vous n'êtes pas censé le savoir que j'ai lu bien avant de venir et c'est pour cette raison que je le fais à nouveau sous les yeux de mes patients.

Je souriais très légèrement ! Je cherchais un peu la petite bête, car même si je me trouvais à mon travail... Il ne fallait quand même pas me chercher malgré tout.

- Vous avez des problèmes psychologiques depuis bien longtemps et vous suivez un traitement pour ça. Est-ce que vous les prenez convenablement pour maintenir votre état actuel ? De plus, vous avez été gravement blessé suite à une mission et vous êtes enfin sorti de convalescence depuis peu. Vous avez des anti-douleurs en cas de besoin, et vous faites encore de la rééducation. Cela indique qu'il y a des améliorations.

Pour partir à nouveau en mission et ne pas avoir trop de soucis, il était préférable de faire des séances de kiné ou de rééducation tout simplement. J'espérais sincèrement que mon patient puisse marché sans aucun problème. Heureusement que je voyais la personne directement pour le suivre même si cela pouvait déraper ou très bien se passer ! Je n'en avais aucune idée du comportement des personnes et cela m'était bien égale. Je resterais égale à moi-même peu importe les situations.

©Eikyuu
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 267
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   15.09.16 23:06


Rage against the pills


   
Silencieuse, Serenity s’assit en face de lui, tout en élégance dans un costume qui la mettait en valeur. Son choix fut donc de ne pas lui répondre et le garçon le respecta, croisant les bras en attendant qu’elle daigne relever la tête de son dossier et préférant donc observer à nouveau l’extérieur. Cette salle et tout ce qu’elle lui inspirait le rendait profondément nerveux malgré les airs qu’il voulait se donner, il n’aimait pas être ici et espérait pouvoir en sortir le plus rapidement possible. Qui avait-il à régler de toute manière, à part faire les présentations et qu’elle le prit de s'en aller en lui souhaitant bonne continuation ? Le traitement fonctionnait bien, les rééducateurs l’avaient félicité à de nombreuses reprises et on appréciait sa rigueur qui accélérait le processus de rétablissement. C’était un bon élève, prêt à faire les efforts nécessaires pour retourner au plus vite en mission. Mais comme toujours les barrières, ces médecins infernaux qui avaient décrété que ce n’était clairement pas le moment, que son état n’était pas encore stable et son mental encore fragile. Toujours ces personnes qui pensaient le connaitre mieux que lui, qui prétendaient savoir tout de ses pensées et qui se faisait un plaisir de le disséquer pour comprendre ce qu’il se passait "à l’intérieur". Tout ce qu’il espérait c’était que Serenity n’augmente pas sa dose, lors de leur dernier rendez-vous, son ancien médecin l’avait trouvé agité et nerveux et avait suggérer peut-être intéressant de doubler les anxiolytiques. Il en était tout bonnement hors de question.

La médecin reprenait déjà la parole et Mateusz fit de nouveau pivoter son fauteuil vers elle. Oui c’est bien elle avait lu son dossier… Voulait-elle qu’on la félicite pour ça ? C’était son foutu job. Le garçon se contenta donc de hausser doucement les épaules avec indifférence, fronçant légèrement les sourcils en attendant la suite et recalant correctement son dos contre le dossier de son fauteuil. Et autant dire qu’il avait bien fait d’être bien installé pour écouter la suite.

Ahuris, il dévisagea la jeune femme lui décrire à voix haute le problème, ses problèmes, et il sentit clairement honte et colère s’emparer de lui alors qu'avec le ton tout à fait détaché d’une secrétaire sous valyum elle continuait son exécrable compte rendu. Rester calme. S’énerver, c’était perdre le contrôle. Rester calme, non de dieu rester calme. « C’était nécessaire de me lire ce putain de dossier à voix haute ? Non vraiment je suis curieux, j’étais censé apprendre quelque chose ? Tu pouvais pas te contenter de me demander comment j’allais ? » Il était furieux, car encore une fois il sentait qu’on l’infantilisait. Lui rappeler ses problèmes psychologiques, appuyer sur le fait qu’il avait été gravement blessé, à quoi bon ? Il y avait d’autres manières de le dire, d’autre manière bien plus correcte à son goût. Poussant un profond soupir en faisant basculer sa tête en arrière, fermant un instant les yeux avant de se reconcentrer sur la médecin, Mateusz ravala sa rage et reprit, clairement agacé. « Je prends ce foutu traitement convenablement et la rééducation se passe à merveille. Est-ce que tu as besoin de savoir autre chose Serenity où je peux m’en aller maintenant ? »
   
© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   22.09.16 20:25


Je regardais Mateusz qui souhaitait savoir si c'était vraiment nécessaire de parler à voix haute pour son dossier. Ironique, il disait être curieux de savoir ce qu'il aurait pu apprendre de plus à son propos et que j'aurais pu tout simplement demander comment il allait. Seulement, il n'avait peut-être pas tort sur le dernier point et je m'en voulais un peu même si je ne le montrais pas du tout.

Il était totalement furieux après moi et je réfléchissais à un moyen pour calmer la situation. Seulement... Rien ne me venait en tête et nous étions de tête forte à mon avis. C'était mal parti entre nous deux pour s'entendre, bien que j'étais capable de faire des efforts. Le seed me disait prendre son traitement correctement et que la rééducation se passait à merveille. Est-ce que j'avais besoin de savoir autre chose ? Bien évidemment ! Je devais l'examiner et surtout au niveau de sa jambe pour savoir à quel moment celui-ci pourrait reprendre de l'activité !

- Ma lecture à voix haute, c'était pour confirmer le dossier avec vous et je m'excuse de vous avoir offensé pour ça.

Je parlais sincèrement et ce n'était pas toujours le cas. Seulement, je reconnaissais mes torts comme actuellement. Je me levais et je m'approchais de lui tout en montrant la table pour que celui-ci puisse s'installer.

- Continuez à prendre le traitement et faire votre rééducation, cela semble à vu d'oeil s'améliorer. Néanmoins, j'aimerais pouvoir examiner votre jambe pour voir si c'est possible de reprendre bientôt vos entraînements, mais aussi vos missions. Sinon, vous allez bien ?

Je ne pouvais vraiment pas le tutoyer, même si l'envie se faisait de plus en plus grandissante. C'est vrai quoi ? Nous avions qu'un an d'écart, mais le boulot, c'était le boulot et je ne pouvais pas faire d’exception sauf avec mes amis et connaissances.

- Si jamais l'envie vous prend de m'engueuler, car je vous vouvoie et je préfère prévoir à l'avance ! Merci de prendre en considération que je suis au travail et que je ne peux absolument pas me permettre de vous tutoyer même si nous avons peu d'écart en âge. Si vous étiez une connaissance ou même un ami et j'en doute de toute manière que cela arrive. J'aurais pu faire un effort et tutoyer.

J'attendais que Mateusz se place pour tâter de plus prêt, mais fallait avouer que malgré nos différents... Il était vraiment pas mal dans son genre physiquement, mais je n'arriverais jamais à l'avoir dans mon lit. Surtout pas des personnes de la BGU de toute manière ou du moins à éviter le plus que possible.

©Eikyuu
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 267
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   23.09.16 21:27


Rage against the pills


   
Voilà qu’elle présentait ses excuses, comme si un simple mot pouvait effacer les faits. Il voulait bien croire qu’elle était désolée mais il s’en moquait profondément, on ne parlait pas pour retirer ensuite ce que l’on venait de dire à l’aide d’une habile formulation polie, c’était beaucoup trop simple, il préférait encore qu’on assume et détestait les personnes qui se reprenaient pour obtenir un pardon. La sincérité de ses propos n’y changerait rien, le mal était fait et elle ne s’en sortirait pas aussi facilement. Oh bien sûr, que lui puisse faire la morale avait quelque chose de risible, il n’était pas foncièrement connu pour être docile et encore moins délicat avec ses interlocuteurs. Mais il ne s’était jamais excusé pour un propos formulé à voix haute, selon certains cependant il n’y avait pas vraiment de quoi s’en vanter… Serenity s’était redressé et l’invitait à prendre place sur la table d’occultation. Il détestait ça mais le passage était obligatoire, il le savait. L’utilisation de sa G-force avait altéré bien des souvenirs, mais les impressions et sensations demeuraient, elles, intact. Aussi rattachait il toujours ce moment à quelque chose de particulièrement désagréable sans vraiment réussir à expliquer pourquoi mais persuadé que ses parents y étaient pour quelque chose. Il n’était pas difficile de rattacher la chose à eux qui ne se souciaient que de comprendre pourquoi leur fils ne fonctionnait pas comme ils l’auraient souhaité et qui l’avait envoyé voir tous les médecins de Dollet dans l’espoir de le réparer. En tous les cas, il était sûrement bon de s’être débarrassé d’une partie de sa mémoire à ce propos.

La suite serait intéressante car elle allait déterminer à quel moment il pourrait reprendre entrainements et missions. Mateusz ne jouerait pas les malins sur le sujet, il avait besoin d’activité, le terrain lui manquait et errer dans cet établissement le rendait fou. Le plus tôt serait le mieux, mais encore une fois il devait s’en remettre à ces foutus médecins qui pour l’heure étaient formels : il était hors de question de lui confier une mission. Soi-disant instable psychologiquement et loin de s’être rétablis physiquement, il serait inconscient de l’envoyer hors de la BGU. Alors qu’il s’en allait lui répondre, Serenity enchaînait sur le fait qu’elle le vouvoyait et qu’il pouvait bien le lui reprocher elle s’en moquait. « Vouvoie-moi si ça peut te faire plaisir ce n’est pas comme si j’en avais quelque chose à faire. » Soupira t’il en secouant la tête. Et puis qu’est-ce que venait faire cette réflexion sur le fait qu’ils pourraient être amis ? Non, qu’elle s’en tienne à ce son rôle de médecin et lui a celui bien plus ingrat de patient. Si elle sous-entendait qu’il était bien trop désagréable pour qu’elle puisse se lier d’une quelconque façon avec, grand bien lui fasse, il n’avait jamais compté sur le fait de devenir proche de son médecin c’était totalement exclus. Soupirant en retirant son pantalon qu’il balança quelques mètres plus loin, il s’allongea sur la table d’occultation en croisant ses mains derrière sa tête. « Ça va. » Mentit-il enfin, fixant le plafond. En réalité sa jambe continuait de lui mener la vie dure, si le fait qu’il marche à nouveau si vite relevait du miracle, il n’était pas rare que de vives douleurs se manifestent de temps à autre l’empêchant radicalement de bouger. Ce n’est certainement pas un détail dont profiterait Serenity. « Dis-moi juste que je pourrais repartir bientôt en mission et ça ira encore mieux. » Ajouta-t-il sans la regarder, pressé d’en terminer.
   
© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   03.10.16 16:00


Il en avait rien à faire d'être vouvoyé ? Très bien, c'était plus simple de cette manière même si l'envie me démangeait de le remettre à sa place de temps en temps avec son caractère de cochon et je savais très bien que si cela venait à arriver... Je risquerais de tutoyer sans même le vouloir. Il retirait son pantalon et il s'allongeait sur la table d'occultation. Je m'en approchais et je le regardais dans les yeux face à ses dires. Il voulait avoir une bonne nouvelle et cela pouvait se comprendre ! Je serais à sa place, j'en aurais marre d'être enfermé à la BGU ou à Balamb ne pouvant pas aller en mission.

D'ailleurs, ce serait bien d'avoir des Seeds qui seraient formés pour soigner les autres lors des missions. Ils apporteraient les premiers soins et sauveraient pas mal de vie jusqu'à leur arrivée à la BGU pour les emmener auprès des médecins ayant fait une formation plus longue... Honnêtement, je serais ravi de voir ce système être mis en place et pourtant, je sais que seule, je n'y arriverais sûrement pas. Il faudrait être à plusieurs pour proposer et avoir de bonnes raisons. Je soupirais tout en étant en train de tâter avec mes deux mains sa jambe et voir ses réactions. Je n'appuyais pas trop fort sur les endroits encore sensibles et je prenais ensuite un marteau exprès pour donner un coup sur son genou ! Savoir s'il avait des réflexes.

- Je sais que vous aimeriez retourner en mission et que vous ne tenez plus en place à la BGU. C'est tout à fait compréhensible et je pense que dans quelques semaines, si cela continue à s'améliorer ! Vous devriez avoir mon autorisation officiellement et ils ne pourront rien y faire comme je vous suis dès aujourd'hui. Néanmoins, il faut continuer le traitement et si les douleurs refont surface... Ce serait bien de m'en tenir informé.

Je prenais sa tension qui était correcte et je retournais derrière mon bureau pour noter quelques trucs. Je remplissais une ordonnance pour son traitement qui devait être continué.

- Continuez à faire de la rééducation pour votre jambe et le psychologue comme ce n'est pas moi qui juge pour ça en attendant !


©Eikyuu
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 267
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   04.10.16 12:32


Rage against the pills


   
Fixant le plafond pendant que Serenity l’auscultait, Mateusz s’occupa de la même manière que toutes les fois précédentes, comptant le nombre de fissures qui striaient les murs. Combien de taches, combien de marques... Tout ce qui était bon pour lui faire oublier cette salle et ce qu’elle sous-entendait. Il était malade. C’était peut-être idiot de se le rappeler, mais oui, être dans cet endroit signifiait qu’il l’était et c’est sûrement ce qui le rendait le plus dingue. Le problème étant qu’il ne s’était jamais éloigné de ce genre d’endroit, que les médecins continuaient de le poursuivre, de lui assener toutes leurs questions, vérifier son état physique, vérifier son état mental… Il n’y avait jamais eu d’amélioration, au final, puisqu'il avait toujours été amené à revenir à la "case départ". Était il condamné à faire du cabinet d’auscultation sa résidence secondaire et des médecins sa famille ? Car au final, il les voyait bien plus que les Prescott eux même, c’était navrant.

Les mains de la médecin tâtaient sa jambe douloureuse et il avait toutes les peines du monde à rester impassible. Quoi que beaucoup de progrès aient été faits, elle continuait insolemment de lui rappeler qu’il ne s’était pas pleinement remis de ses blessures et une douleur lancinante ne s’arrêtait jamais de maltraiter ses muscles. C’est simple, impossible de passer outre, elle était toujours là à le tourmenter. Le SEED avait l’impression de ne jamais avoir de moment de répit à bien y réfléchir, même si parfois il n’y faisait plus attention, sa jambe le tiraillait toujours. On s’habitue facilement des choses, même des plus terribles, parait-il, ou est ce qu’on tachait de s’en convaincre ? Serenity terminait son petit manège et reprit la parole alors qu’il se redressait. Floue, elle restait floue, comme tous les autres avant elle. Pour le moment pourtant Mateusz se garda bien de réagir, renfilant son pantalon alors que la médecin reprenait place derrière son bureau. Serenity ne faisait que de répéter ce qu’on lui avait déjà dit, persévérez, vous aurez bientôt mon autorisation. Bientôt. Il détestait ce mot. Bientôt… Ça le rendait fou. En restant évasif ils se donnaient une marge d’erreur, lui offraient un petit espoir de pauvre auquel il devait se raccrocher faute d’avoir mieux. Mais Mateusz réclamait du concret, des réponses et une date, comme son interlocutrice l’avait si bien dit il ne tenait plus en place à la BGU et s'ils voulaient tous, comme ils l’affirmaient, veiller au bien de sa santé mentale ils allaient devoir changer de comportement avec lui. « Quand précisément ? » Répondit-il enfin alors qu’il retournait près du bureau, posant ses mains à plat sur le meuble. « Quelques semaines ? Je m’en fous de ça, je veux savoir QUAND précisément. » Répéta t’il en appuyant chacun de ses mots, contenant au mieux sa colère. « Si il n'y a pas un de vous qui se décide à me donner cette foutu autorisation tous les autres continueront de mettre leur veto et ce n'est pas dans "quelques semaines" que je sortirais, vous trouverez bien d'autres excuses pour me retenir ici. » Il avait tenté au mieux d'adopter un ton détaché quoi qu'empreint de beaucoup de ressentiment. Fatigué par toutes ces démarches qui n'en finissaient plus, Mateusz avait fini par se persuader qu'on avait jugé préférable de le retenir pendant un temps mais qu'on avait décidé de le lui cacher. Bien sûr qu'il était souhaitable de le retenir, après tout il était encore instable psychologiquement, on ne mettait juste pas les mots sur les choses et on continuait de lui dire que ses efforts étaient exemplaires en évitant les problèmes qui se posaient et c'est bien ça qu'il pointait du doigt. Tant qu'à faire, qu'on arrête de lui donner des "quelques semaines" et qu'on lui dise clairement qu'il ne retournerait pas sur le terrain de si tôt. Ce n'était évidemment pas ce qu'il avait envie d'entendre, mais il réclamait toujours de l’honnêteté de la part de ses interlocuteurs. Serenity n'était pas la première, peut être était-elle sincère, peut être était-elle trop diplomate, à voir, en tous les cas il avait dit ce qu'il avait à dire.
   
© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   22.10.16 20:09


Mateusz me demandait un moment précis, mais je ne pouvais pas lui répondre. Il était clairement frustré d'être retenu à la BGU au vu de son comportement et de ses blessures, mais il n'avait pas à s'en prendre à moi. Je faisais mon travail et je souhaitais le revoir dans quelques semaines à peine pour voir de mes propres yeux les améliorations au niveau de son corps et de son fichu caractère à la noix de coco. Je n'avais aucune idée du pourquoi et du comment les autres souhaitaient le retenir, mais je comptais bien trouver des réponses. Il avait le droit de connaître les raisons et moi-même, je ne savais pas tout comme cela ne faisait pas longtemps que je me trouvais être officiellement médecin en ces lieux. Je n'étais pas au courant de tout ce qui pouvait se tramer ici, même si cela faisait un moment que je me trouvais parmi eux.

- J'aimerais vous revoir la première semaine du mois d'Octobre pour faire un deuxième bilan, car je souhaiterais voir de mes propres yeux l'évolution de votre état de santé.

Ma voix se faisait calme, mais plutôt tranchante. Je ne comptais pas me laisser faire, malgré mon envie de l'aider à sortir de la BGU pour aller faire des missions. Je croisais les bras et je le regardais droit dans les yeux, s'il souhaitait partir en mission... J'avais peut-être une idée, mais je n'étais clairement pas sûr que ce soit faisable avec son comportement.

- Je vais augmenter les doses, mais vous devez suivre le traitement convenablement. Je vous donne mon autorisation, mais à condition que vous soyez accompagné au départ afin d'éviter tout problèmes au niveau de votre jambe qui peut encore gêner. De plus, j'aimerais que ce ne soit pas des missions dangereuses pour commencer et que nous voyons ensemble au fil du temps pour ça. Votre corps doit s'habituer à nouveau et je n'aimerais pas vous voir blesser gravement par ma faute. Me suis-je bien fait comprendre Mr Prescott ?

Bonne solution ou mauvaise solution ? Je n'en avais aucune idée, mais je ne voyais que cette idée pour l'heure. Il tenait affreusement à sortir et l'avoir sur le dos pour une autorisation m'aurait plus ou moins gonfler de toute évidence. Je ne prenais pas ça à la légère néanmoins, je saurais si les conditions ne seraient pas tenues.

©Eikyuu
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SEED de rang 31
avatar
Date d'inscription : 28/08/2016
Messages : 267
Avatar : Miles Teller
Crédits : mourning dove (avatar) Moony. (crackship)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SEED
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■
esquive■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t293-mateusz-i-m-the-solitud
MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   22.10.16 22:31


Rage against the pills


   
Il aurait pu être amusant de noter que Serenity et lui faisaient tout pour garder leur calme mais qu’un geste, une expression ou un mot prononcé un peu plus virulemment qu’un autre, montraient qu’ils étaient tous les deux à cran. Par professionnalisme la médecin restait impassible, et pour ne pas risquer qu’on augmente la dose de ses médicaments, le SEED tentait de ne pas exploser de rage. Pourtant il perdait patience, sentait que le dialogue était impossible et qu’ils n’arriveraient pas à se comprendre, pas plus qu’avec les autres médecins qu’il avait pu consulter toutes ces années. Ignorant sa requête, Serenity lui annonça dans un premier temps qu’elle désirait le revoir la première semaine d’octobre afin de faire un bilan et qu’elle puisse jauger ses progrès. C’était une blague ? Allait-elle réellement passer outre sa requête et jouer au petit numéro de la sourde qui ne faisait fit que de ce qui l’intéressait ? Ses mains posées à plat contre le bureau se transformèrent en poings pendait qu’elle croisait les bras sans le quitter des yeux. Elle reprit alors, toujours aussi calme, en lui proposant d’augmenter la dose. Il suivit le reste avec grand peine tant cette phrase, cette simple phrase fut difficile à digérer. Mateusz baissa la tête alors que Serenity continuait son charabia, son chantage, attendant de lui qu’il avale un traitement plus lourd contre la possibilité de retourner au front. Le garçon eu un rictus nerveux alors qu’il secouait la tête, il détestait être pris au piège, or cette sensation, dans cette salle et en discutant avec la personne assise derrière ce bureau ne le quittait jamais vraiment. Quoi qu’il prétende, ils avaient toujours eu le contrôle sur lui.

« Augmenter la dose ne servira à rien. » Commença-t-il, les yeux toujours baissés, le regard vague. « Tu penses que de me droguer toujours un peu plus fera de moi un bon soldat ? Qu’est-ce que les putains de médicaments viennent faire dans la balance Serenity ? Ce n’est pas grâce à eux que je vais guérir, clairement. Parce que voilà ce qu’il va se passer, je vais en prendre plus, mon corps va s’habituer, et quand il sera question de baisser à nouveau la dose, qu’est-ce qu’il se passera alors, hein ? » Relevant son regard vers elle et la fixant un instant, il reprit, contenant toujours avec difficulté sa colère. « Corps, mental, tout ça va complément disjoncté. Je crois que je suis assez bousillé comme ça, pas vrai Serenity ? Donc non, on n'augmentera pas la dose, car augmenter la dose ne changera rien. » Répéta t’il en pointant son index sur son dossier que la médecin avait placé face à elle. « Et j’ajouterais que je n’imaginais pas une seconde accomplir une mission dangereuse dans une semaine, ce n’est pas ce que je demande, puis je me doute bien qu’on me flanquera quelqu’un quand je serais amené à sortir, de toute manière Kramer ne voudra plus jamais me laisser seul maintenant. » Poursuivit-il alors qu’un rire nerveux lui échappait. Passant une main sur le bas de son visage, il secoua la tête un instant avant de poursuivre. « Je suivrais vos conseils à la lettre, vos séances à la con avec régularité et sérieux, pas de problème, je suis prêt à beaucoup de choses mais pas à augmenter la dose de ce foutu traitement, compris ? » La fixant encore quelques instants, il finit par se redresser, il prit une longue respiration avant de passer une main dans ses cheveux. Étrangement serein, il pointa une dernière fois son index vers Serenity. « Ne me fais plus ce genre de chantage. » Et sans demander de reste, il passa le cadre de la porte. Il n’avait pas eu ses retours ? Tant pis. On ne tarderait pas à le contacter de toute manière. Le psy aurait de ses nouvelles, le kinésithérapeute aurait de ses nouvelles, tous lui ferait bien comprendre qu’il n’avait pas été correct, qu’ils œuvraient pour son bien, qu’il était sans doute temps qu’il s’en rende compte.

Mais en quoi augmenter la dose de son médicament pourrait l’aider ? Être aliéné toujours par cette substance censée le réparer, ne jurer que par elle et ne pouvoir vivre sans ? Il était déjà assez accro comme ça et ne voulait pas risquer en dépendre intégralement. C’était à vrai dire presque se mentir à sois même que de croire qu’il n’était pas déjà tout à fait soumis à ce traitement. Qui était-il réellement dans l’histoire ? Secouant la tête, il traversa les couloirs pour se rendre tout droit à son dortoir. Il avait besoin d’évacuer toute sa colère, oublier cette séance, oublier le deal. Passer à autre chose.

[Terminé pour Mateusz]
   
© Field of Heroes

_________________
Maybe I've just forgotten how to see that I'll never be the person that I thought I'd be — In my mind.


   
• Award du personnage le plus fourbe •
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rage against the pills - Serenity&Mateusz   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rage against the pills - Serenity&Mateusz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kenny - Arkna La rage du peuple
» SERENITY
» Rage: un clone de Borderlands?
» [MegaDrive] Streets of Rage 2
» Samurai Shodown 64 et Warriors Rage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Have A Break :: Notre Histoire :: Chapitre 3 : Timber, l'examen et le coup d'état-