AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   28.05.16 14:54

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


« Putain mais vous êtes vraiment sérieux alors ? » « Willys, vocabulaire. » Indifférent à la colère qui venait de saisir Willys, Ruben, chef de réseau résistant "Les renards de la forêt", continuait d’observer une carte l’air absent. La jeune femme exultait, non seulement elle travaillait avec des amateurs mais de toute évidence aussi des imbéciles. Le plan qu’on venait de lui soumettre présentait de nombreuses failles, pire, il était voué à l’échec, si bien qu’elle ne comprenait pas comment on avait pu le lui présenter sur cette forme en lui annonçant très sérieusement qu’il était officiel. « Mais… » Reprit-elle, atterré et tremblante, les yeux légèrement exorbités. « Vous avez quand même bien conscience que… Enfin réfléchissez ! C’est du sérieux ! Le réseau a peut-être jamais fait de coups aussi gros depuis des années et vous voulez faire ça ? » Tressaillement presque imperceptible de Ruben, Willys se tut. Elle savait bien que leur chef ne supportait pas qu’on lui rappelle les heures de gloire d’un réseau qui n’était plus que l’ombre de lui-même. Les renards de la forêt n’étaient plus vraiment actif depuis qu’un de leur membre fondateur avait été arrêté par Galbadia et conduit vers la prison du désert. La jeune femme ne l’avait jamais connu mais avait rapidement appris à ses dépens qu’il était le sujet tabou par excellence au sein du groupe. « Arrête tes grands discours Willys, dis juste que t’a la trouille. Depuis le début tu évites les missions dangereuses. » Gatiss. La visée se retourna vers le grand gaillard qui la toisait d’un air mauvais. Son sang ne fit qu’un tour. Effectivement jusqu’alors les missions qu’on lui avait attribuées étaient presque sans risques. Le réseau avait utilisé le fait qu’elle soit factrice pour lui confier la tâche de détourner les lettres de l’armée Galbadienne afin de découvrir des indices sur leurs plans dans leurs courries. Rien de bien intéressant la plupart du temps, des mots attribués à leurs proches, amis, famille, si bien qu’à part suivre les péripéties romantiques de certains et se moquer de quelques fautes d’orthographe ils n’étaient pour le moment jamais tombés sur une information importante. Jusqu’à quelques jours, ou un soldat inconscient avait laisser échapper un renseignement d’une importance cruciale.

« J’irais. C’est pas ça le problème. » Se contenta-t-elle de répondre en ravalant sa rage. Elle ne voulait pas que Gatiss la prenne pour une lâche et bien qu’elle ne supportait pas l’idée qu’il lui parle avec tant de dédains elle décida sur l’instant de ne pas lui répondre. « C’est juste que votre putain de plan est vraiment pourri. » « Willys, vocabulaire. »

***

Debout, frigorifiée, Willys patientait le cœur battant près du pub voisin du chemin de fer. Ce n’était pas vraiment le temps qui était coupable de son état mais bien l’appréhension qui gelait ses entrailles. Jamais on ne lui avait donné l’ordre d’aller au front et d’agir très directement, c’était une grande première à laquelle elle ne se sentait plus du tout préparé. Le plan était foireux, la résistante se persuadait que s’il avait été plus solide elle aurait eu plus de courage mais comme elle avait été incapable de proposer quelque chose de plus intelligent pour l’heure la jeune femme était condamnée à exécuté les ordres d’un chef qui de toute évidence n’avait plus toute sa tête. Willys n’avait jamais été une grande stratège et sûrement ne le serait-elle jamais, elle suivait souvent les directives et râlait beaucoup mais en retour elle se trouvait dans l’incapacité totale d’offrir une autre solution. Elle en souffrait, évidemment, quoi de pire que de se sentir inutile ? La jeune femme pensait qu’en rejoignant un réseau résistant elle allait grandir, s’enrichir mentalement, provoquer un grand bouleversement chez elle qui créerait un changement radical, mais pour l’heure elle restait la même gamine énervée incapable de faire autre chose que de montrer son mécontentement. C’était terriblement frustrant.

C’est alors qu’elle aperçut le prisonnier escorté d’un garçon de son âge, le membre du SOLDAT qui avait été chargé de le conduire à la prison du désert. Le visage du condamné lui était familier, elle avait pu avoir accès à des photos de l’homme quand le réseau l’avait mise sur le coup et bien que ses traits soient tirés et son air bien moins serein, il était reconnaissable entre milles. Elle ne pouvait plus reculer dorénavant, il n’avait à vrai dire jamais été question de le faire. Quand Willys s’engageait c’était pour réussir, la perspective de l’échec ne pouvait même pas être envisagée, aussi bringuebalant et mauvais soit leur plan il fallait qu’elle en sorte victorieuse pour ne pas essuyer la honte de revenir bredouille. N’écoutant que son courage, elle s’avança d’un pas assuré vers le mercenaire et, comme on lui avait appris, exécuta leur salut avant de se présenter. « Delilah Faraday, du Garden de Galbadia. »

Elle se sentait si stupide… Pourquoi donc l’avaient ils fourré dans une situation pareille ? Elle, la pire des personnes à sélectionner pour créer un premier contact ? Elle qui parlait à tort et à travers, laissait bien trop souvent les mots s’échapper sans réfléchir ? Voulaient-ils la tester ? L’humilier ? Il y avait bien trop à perdre, peut être lui faisaient ils juste confiance ? Ou bien étaient-ils de grands inconscients, c’était la plus probable des éventualités. En attendant il fallait prétendre être une autre et tenter avec la plus grande des adresses de convaincre son interlocuteur. « Veuillez me suivre, les ordres ont changé concernant le prisonnier n°714. » Peut-être avait-il reçu l’ordre de ne répondre à personne, peut être allait il l’ignorer froidement en continuant son chemin… Il était presque impossible en tout cas qu’il la suive sans poser de questions autant être réaliste. Quand Willys avait évoqué cette possibilité, cette certitude même, tous lui avaient rétorqué qu’elle trouverait bien un moyen pour le convaincre. Faux. Archi faux. S’ils s’engageaient dans une conversation ou elle se devrait d’improviser elle s’estimait foutu. Toujours est que personne n'était censé connaître la matricule du prisonnier ni savoir qu'il passerait par Timber aujourd'hui mais ne pas trop compter là dessus pour que le mercenaire la prenne au sérieux, on avait du l'avertir que des petits malins pouvaient très bien le découvrir d'une façon ou d'une autre. Pas de doutes, il allait la tester, et si elle saurait répondre à certaines questions grâce au réseau qui avait bien des informations autant dire que le moindre faux pas serait fatal à la mission. En attendant la balle était dans le camp adverse, un tas de scénarios gravitait de son esprit et le temps semblaient s’être allongé en attendant de savoir lequel s’avérerait exact.
© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   04.06.16 17:49



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


Cela faisait quelques semaines que Zack avait été briefé sur sa mission d’aujourd’hui qui n’était autrement que la continuité de la précédente. Sur le continent de Centra, semblant être abandonné de tous, subsistait une petite cellule de scientifique ayant élaboré une nouvelle invention technologique dans le domaine de la défense et l’armement. Malheureusement, un membre de la sécurité eut les yeux plus grands que le ventre et surtout été trop curieux car il eut vent de cette invention et se mit en tête de voler les plans de fabrication de cette dernière pour les vendre au plus offrant. Cela ne devait en aucun cas arriver car si ces plans se retrouvaient entre de mauvaises mains, cela pourrait causer potentiellement une guerre.

Le responsable de l’équipe scientifique avait donc fait appel à Kramer pour s’occuper de rattraper ce voleur malintentionné. Cette mission ayant été capitale, Papy Kramer n’avait pas hésité à l’assigner au SOLDAT. Zack était donc parti en binôme avec un autre membre du SOLDAT pour récupérer le criminel mais surtout les plans de la nouvelle trouvaille technologique. La plupart du temps, le jeune homme faisait équipe avec celui qui était devenu son meilleur ami à la BGU, Lucian Morgenstern mais ce dernier était occupé sur une autre affaire. Mission dont le niveau de dangerosité n'étaient sûrement pas très élevé car chacun des deux garçons savaient pourquoi leur tandem avait été établi par le directeur de  la BGU. Lucian semblaient de plus en plus enclin à prendre de gros risques sans forcément s'en rendre compte et sa complicité avec Zack, rare personne de son âge à qui il daignait porter de l'intérêt, faisait que Zack était le seul faisant parti du SOLDAT à gérer les « maladresses » de ce dernier mais surtout à veiller sur lui malgré tout comme un petit frère. Mais revenons-en à la mission.  Des pistes avaient été données aux deux membres du SOLDAT quant à la dernière apparition du criminel et après une enquête rapide mais approfondie, ils avaient fini par le retrouver et le faire prisonnier. Quant aux plans, Zack les avaient gardé précieusement et les avaient rendu à son supérieur à son retour. Les documents confidentiels se trouvaient aujourd'hui de nouveau entre les mains de Centra mais véritablement mieux cachés et sous clefs bien maîtrisées.

A l'heure d'aujourd'hui, le jeune homme devait escorter le prisonnier jusqu’à la prison du Désert à Galbadia et cela sans détour. Ce dernier était en attente de son prochain jugement et le seul endroit où on avait pensé le garder était cette fameuse prison.  Les deux individus arrivèrent à Timber en fin la matinée. Zack voulait réaliser la mission d’une traite pour pouvoir trainer un peu sur le retour à Timber mais son acolyte avait une dalle pas possible et insistait pour qu’ils s’arrêtent au pub Aphorora pour « casser la croûte ». Le jeune homme sentait que ce n’était pas une bonne idée mais si son coéquipier avait faim, le mieux était de le laisser se restaurer sinon il serait moins efficace en cas d’imprévus à gérer.

« Vas-y on t’attends dehors. Et prends moi une tranche de raptor fumé et du pain de maïs stp, merci. »

« Aaaaah tu vois que t’as faim toi aussi ! Ca marche. Et pour lui, on lui prend quelque chose ? »

Demanda son collègue d’un petit coup de tête en direction de leur prisonnier dont les mains étaient liées entre elles par une corde bien serrée.  Zack tourna la tête vers ce dernier et fit signe à son acolyte d’y aller. Ce n’était pas la peine, ils auraient qu’à partager un peu avec lui. De toute manière, il ne méritait pas qu’on s’inquiète pour son sort. Ils avaient quand même un peu galéré pour le retrouver ce satané voleur alors son estomac pouvait bien attendre d’arriver à la Prison du Désert. L’autre Soldat disparu dans le pub. Le jeune Leonhart le quitta donc des yeux pour jeter un coup d’oeil autour de lui. Non loin de là, se trouvait une jeune femme semblant craindre le froid. Comme si celle-ci sentait son regard, elle décida de le rejoindre.

Quoi ? A peine un regard et elle est déjà sous ton charme ? Tu les fais tomber comme des mouches depuis ta petite escapade dans le train dit donc...

Zack ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel en lâchant un sublime « No comment » sans pour autant desserrer les dents. Sérieux Bahamut, s’ils pouvaient éviter de reparler de cette histoire en de telles circonstances, le jeune Zack s’en porterait que plus belle. La jeune fille se pointa devant lui et exécuta le signe de reconnaissance du Seed :

« Delilah Faraday, du Garden de Galbadia. »

« Zack Leonhart, de Balamb.  »

Lui répondit-il avec un sourire discret. Zack repensait à la phrase de son « adorable » G-force et il ne pouvait pas croire que la raison de la venue de la jeune femme devant lui était en rapport avec son joli petit minois. Il l’avait à peine regarder deux secondes et malgré le succès qu’il pouvait avoir, il ne fallait pas pousser « mémé dans les orties » quand même. Que lui voulait-elle au juste ?

« Veuillez me suivre, les ordres ont changé concernant le prisonnier n°714. »

Aux dires de la jeune femme, les sourcils du jeune homme se froncèrent. Comment était-elle au courant que le prisonnier qu’il escortait avait le matricule n°714 d’attribué ? A part Kramer, son équipier, le responsable de la sécurité de la Prison du Désert et lui-même, personne n’était au courant. Cela faisait partie d’une procédure de transfert de prisonniers de hautes importance mise en place par les autorités des quatre continents il y a de cela des années. Kramer avait-il décidé à la dernière minute de leur assigner un compagnon de route natif de Galbadia pour les épauler dans leur tâche ? Il était vrai qu’avec une personne connaissant bien le pays, ils éviteraient les détours et iraient plus vite atteindre le but de leur venue. Mais cela était impossible. Comment prévoir que le trio s’arrêterait ici, à Timber ? Et puis le directeur Kramer l’aurait mis au courant dès le début de la mission et cela n’était naturellement pas le cas. Sans tarder, Zack retroussa la manche de son gant pour laisser apparaître une montre. Il pianauta dessus mais il n’avait apparemment reçu aucun message venant de son supérieur. Il cliqua de nouveau sur un bouton pour le contacter mais aucune réponse. Il ne pourrait pas vérifier les dires de la jeune fille pour le moment auprès de Kramer qui devait sûrement être très occupé. Le mercenaire quitta donc l’application, remit sa manche en place et reporta son attention sur la nouvelle arrivante :

« Que savez-vous de mon ordre de mission ? Et quels sont les changements ? »

Si elle voulait vraiment qu’ils la suivent, elle devrait d’abord donner davantage d’informations sur le revirement de la situation car il était hors de question que Zack change son plan sans être sûr que cela soit validé par son supérieur.  

© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   05.06.16 10:24

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


Les choses sérieuses pouvaient enfin commencer. Son cœur battait à tout rompre, elle était comme soudainement projetée à l’extérieur de la scène et n’ayant presque plus d’emprise sur ce qu’il se passait elle laissait tous ses mécanismes agir à sa place. C’était une sensation nouvelle et presque, elle peinait à le reconnaitre, euphorisante. Passé la peur il y avait de l’excitation, elle avait connu ça lors d’une mission stupide avec Gatiss mais ce n’était rien comparé à ce qu’il se passait aujourd’hui, il n’était plus question d’attaque de petite envergure mais d’un coup de maître. Si elle y réfléchissait sérieusement, sûrement aurait-elle été bien incapable de poursuivre quoi que ce soit tant la situation la dépassait, mais en elle il y avait une envie bien plus forte que les autres : celle de faire ses preuves. Borné qu’elle était Willys arrivait à effacer un temps le reste pour se concentrer sur cet objectif car il se pourrait qu’on arrête à l’issue de cette mission de lui coller sur le front l’étiquette d’éternelle inactive. Certes elle était celle qui se jugeait le plus sévèrement, elle voulait prouver aux autres qu’elle en était capable mais surtout elle voulait pouvoir se le prouver à elle-même. Pourtant, était-ce tout à fait idéal de commencer avec une presque mission suicide ? C’est vrai, tout ce plan reposait sur la chance, si elle en manquait l’espace de quelques secondes, elle était fichue. Et qu’est-ce qu’il adviendrait d’elle alors ? Quel sort lui réserverait les membres du SOLDAT ? La laisseraient ils filer, pris de pitié et hilare en apprenant ce qu’elle voulait entreprendre, ou au contraire finirait-elle comme le prisonnier 714, mains liées ? Ne pas y penser. Ne pas y penser.

Willys avait presque été surprise que le dénommé Zachary Leonhart réponde  naturellement à son salut, s’étant persuadé au préalable qu’elle se ferait pincer dès le début de la conversation elle ne savait pas bien si cela la déstabilisait ou au contraire, la poussait à aller encore plus loin. La jeune femme était en tous les cas, pour le moment, crédible dans son rôle, ce qui était rassurant. Après avoir annoncé qu’ils se devaient de la suivre, Willys s’attarda à détailler le visage de celui qui lui faisait face. De toute évidence l’information qu’elle venait de lui révéler le contrariait, quoi de plus étonnant. Ses sourcils bruns s’étaient froncés mais son regard était resté imperturbable, maintenant qu’il ne souriait plus ses traits s’étaient durcis et ses yeux brillaient d’une lueur inquiétante. Que pouvaient-ils bien expérimenter sur ces hommes et ces femmes pour que leurs iris prennent cette couleur aussi menaçante que fascinante ? Elle invoqua en tous les cas le souvenir du sourire discret, mais appréciable, qu’il lui avait adressé plus tôt pour se décontracter, cet homme-là pouvait être charmant quand il voulait, ne pas se laisser déstabiliser ni par son regard, ni par les doutes qui venaient de le saisir et pouvait mettre à mal son objectif. Continuer de jouer le jeu.

Quand elle le vit relever son gant et observer sa montre, l’angoisse la saisis tout entière. S’il entrait en communication avec Cid Kramer tout était fini, elle pouvait même dès à présent prendre ses jambes à son cou et espérer qu’on ne la rattrape pas. Willys ne croyait pas bien en grand-chose et pourtant à cet instant elle se surprit à fermer les yeux en priant un dieu inconnu pour que le directeur de la BGU ne réponde pas à son appel. Quelques secondes plus tard, Zachary relevait les yeux vers elle, sans retour de la part de celui qu’il essayait de joindre. Un miracle comme celui-ci ne se produirait pas deux fois mais elle pouvait à nouveau respirer correctement.

Le soldat lui posa alors les questions qu’elle attendait, c’était comme être interrogé par un professeur sur son sujet de prédilection lors d’un examen important, si la situation s’y prêtait elle aurait sauté de joie. Mais Willys ne laissa rien entrevoir de son soulagement, elle se contenta d’inspirer et relevant légèrement le menton elle récita, soudainement confiante. « Vous avez pour ordre de mission de conduire le prisonnier 714 à la Prison du désert. Je ne connais pas son délit ni son identité, mes supérieurs m’ont seulement ordonné de vous aider dans cette tache car il se pourrait que vous soyez découvert. » Marquant une pause, elle réalisa qu’elle n’avait pas donné tous les renseignements demandés et reprit alors de suite précipitamment sans laisser à l’autre le temps d’intervenir, comme l’aurait fait Willys Weiss et peut être pas Delilah Faraday. « Je connais la région et cette ville, je dois donc vous conduire à un établissement où vous pourrez patienter en attendant les prochains ordres, par mesure de sécurité vous ne pouvez en tous les cas pas prendre le train de 11h15 on pourrait vous tomber dessus. » Se pourrait-il que cela se passe aussi facilement… ? Si le mercenaire la suivait et qu'elle arrivait à les conduire tout droit dans le hangar ou les attendait les autres membres du réseau, c'était gagné. La suite de l'opération seraient dans les mains de ses compères, elle aurait en tout réussi la première partie du plan. Willys n’en croyait pas ses yeux, elle pensait déjà revenir victorieuse de sa première mission périlleuse et imaginait avant l’heure le sourire de Meera, le regard fier de Ruben et surtout la mine déconfite de Gatiss qui serait partagé entre le bonheur que les Renards reviennent sérieusement dans la course et la déception que cela soit grâce à elle. Elle ne devait pourtant pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, rester sur ses gardes et ne pas se laisser porter par ce sentiment de satisfaction malvenu. Elle d’accoutumer si méfiante et paranoïaque, il n’était pas normal qu’elle se sente aussi légère lors d’une situation qui nécessitait plus que jamais qu’elle garde les pieds sur terre. « Au fait, vous ne deviez pas être deux ? » Réalisa-t-elle en suivant le regard de Zachary alors qu’il tournait la tête vers l’Aphorora, oubliant toute vigilance et n’imaginant pas une seule seconde que, peut-être, le soldat pensait que de toute façon l’un des deux garderait un œil sur le prisonnier. Car s’ils avaient regardé dans l’autre direction, ils auraient réalisé sur le prisonnier 714 n’étaient déjà plus à leurs côtés…

© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   15.06.16 20:33



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


« Vous avez pour ordre de mission de conduire le prisonnier 714 à la Prison du désert. Je ne connais pas son délit ni son identité, mes supérieurs m’ont seulement ordonné de vous aider dans cette tache car il se pourrait que vous soyez découvert. Je connais la région et cette ville, je dois donc vous conduire à un établissement où vous pourrez patienter en attendant les prochains ordres, par mesure de sécurité vous ne pouvez en tous les cas pas prendre le train de 11h15 on pourrait vous tomber dessus.»

La lueur des yeux bleus de Zack s'intensifia de plus belle. Il était vraiment très contrarié qu'on lui change ses plans à cause de foutues parasites. Il n'avait vraiment pas besoin de ça. Sa nature méfiante lui incitait à ne faire confiance en personne, ainsi il eut un léger moment de recul lorsque la jeune femme lui proposait de les emmener dans un endroit « sûr ». Non, il ne voulait pas attendre. Il n'aimait pas ça de toute façon. La jeune femme avait beau paraître crédible, il sentait au fond de lui que cela ne sentait pas bon. Et l'autre abruti qui ne revenait toujours pas...

« Au fait, vous ne deviez pas être deux ? »

La miss Faraday avait raison. Son collègue prenait beaucoup trop de temps. Ce n'était pas normale. Il se risqua un coup d'oeil au niveau de la porte du pub l'air quelque peu inquiet. Il fallait qu'il aille voir et il était hors de question qu'il laisse le prisonnier avec la nouvelle. Envoyant sa main en arrière pour empoigner les liens de son captif, il se rendit compte bien vite de sa prise vide. Zack se retourna brusquement pour constater que le fugitif s'était enfui.

« Raaaah c'est pas vrai !! Ce salopard nous a filé entre les doigts !
Tu restes ici, je vais chercher Duke ! »

Le SOLDAT n'attendit pas la réponse de la jeune femme et parti au pas de course sans savoir si elle l'avait écouté ou l'avait suivi. A l'intérieur, aucune trace de son acolyte et personne n'avait l'air de s'y être intéressé ou ne voulait pas s'en mêler. Aaah ces Galbadiens... Mais au fond du pub, quelque chose attira son attention. Dans un coin... son partenaire gisait sur le sol... Zack se rua vers lui, prit son pouls et lâcha un soupir de soulagement. Duke était juste évanouie. Il remarqua néanmoins une trace rouge au coin de sa bouche, s'apparentant à du rouge à lèvres. Duke avait toujours été faible face à de jolies femmes bien gaulées. S'approchant de son visage, il cru déceler une odeur lui faisant penser à cette plante qui permettait de mettre KO n'importe quelle créature de grande envergure. Heureusement, les effets ne seraient que passager. A tous les coups, c'était une tentative de l'ennemi pour leur mettre des bâtons dans les roues et peut-être récupérer leur prisonnier. Mais si ça se trouve, cette fille était de mèche... Ou pas... Il commençait à devenir parano avec toute cette affaire...

Donnant une grande tape sur l'épaule de Duke, il l'adossa au mur et demanda à ce qu'on veille sur lui le temps qu'il reprenne connaissance. Le combattant n'avait pas de temps à perdre. Il devait retrouver son prisonnier sans faute. Il sorti donc en hâte et se retrouva nez à nez avec la Seed :

« Duke est hors-jeu. Il y a peut-être eu des fuites et nous avons peut-être été suivi. Il faut retrouver cet enfoiré avant eux. Amènes-toi ! De toute façon, il ne peut pas aller bien loin les mains enchainées... »

Le mercenaire commence à courir puis s’arrête quelques mètres plus loin. Il se retourne vers sa nouvelle partenaire et remarque qu’elle semble hésiter à le suivre. Zack l’a dévisage alors d’un air suspicieux. Et si ses doutes étaient fondés ? Et si, cette femme faisait partie également du manège et qu’elle tentait de le mener en bateau ? Elle ferait mieux de révéler sa vraie nature temps qu’il était encore temps car le jeune homme ne supportait pas vraiment qu’on se fiche de lui...

© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •


Dernière édition par Zachary I. Leonhart le 28.06.16 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   18.06.16 15:02

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


Willys n’avait jamais vraiment connu le goût de la victoire. On pouvait le mettre sur le compte de la malchance, du mauvais hasard, mais aussi, et finalement surtout, sur sa fâcheuse tendance à l’inaction. Comment se plaindre que rien n’arrive quand on ne cherchait jamais à déclencher quoi que ce soit ? Soit, la situation ainsi était confortable, mais ô combien frustrante puisque jamais la jeune femme n’avait la satisfaction d’avoir accompli quoi que ce soit. Les seules fois où elle avait cherché à provoquer le destin, ou la tête haute elle s’en était allé le cœur empli d’espoir quant à la suite, on l’avait gentiment inventé à retourner à sa place en lui priant de jouer le rôle qu’on lui avait distribué : celui de l’éternelle raté qui ne réussirait jamais à remplir ses objectifs. Il y avait de quoi être furieuse, mais au lieu de se débattre et de prouver au monde sa valeur, elle avait décidé que oui, effectivement, elle n’était de toute évidence pas spéciale. Le grand metteur en scène en avait décidé ainsi, elle n’aurait rien à défendre et devrait se résoudre à vivre une vie simple et sans embûche, se laisser porter là où le destin voulait qu’elle aille sans jamais vraiment résister. Pendant des années elle s’était convaincu de ces bêtises avant de se réveiller, de décider de reprendre son semblant de vie en main et surtout de faire ses preuves. Elle n’était toujours pas convaincue d’être spéciale, encore moins assuré d’avoir un quelconque talent, mais Willys voulait croire que quelque chose d’autre l’attendait et elle s’en était allé tordre le cou à toutes ces idées qui jusqu’alors l’avait convaincu qu’elle n’était bonne à rien. Du moins c’est ce qu’elle voulait dans la forme, dans les faits elle n’avait toujours pas prouvé sa valeur et on attendait encore de voir si elle le ferait un jour…

Le goût de la victoire, donc, lui était étranger. À cet instant pourtant elle était si proche de le connaitre enfin, si proche d’éprouver ce sentiment d’avoir réussi quelque chose de spéciale ! Zachary Leonhart avait beau joué au septique, ses yeux d’un bleu immaculé ne lui faisaient presque plus peur, elle arriverait à le convaincre de la suivre, elle allait réussir. Willys tachait en tout cas de s’en convaincre, bien décidée à obtenir sa victoire.

Il suffit d’une poignée de secondes pour que tout s’écroule. Le mercenaire cria de rage, elle pivota, remarqua l’absence du prisonnier… C’était fini. Défaite, abasourdie et choqué, Wilys fut incapable de réagir dans un premier temps. Ses yeux s’étaient agrandis de stupeur et pendant que le soldat lui hurlait de l’attendre ici, elle regarda autour d’elle d’un air hébété, comme si elle s’attendait à ce qu’à tout instant le prisonnier sorte de nulle part et leur dise qu’il leur avait fait une bonne blague. « C’est pas vrai… » murmura t’elle alors que son regard fou cherchait des indices. « C’est pas vrai… ! » Répéta-t-elle inlassablement alors qu’elle tentait désespérément de deviner où il avait pu aller. Pourquoi ne pas courir ? Devancer le soldat et continuer en solo ? Il n’avait pas pu aller bien loin ! Non, non ce n’était pas l’ordre. Elle devait ramener le prisonnier ET les soldats. Et puis les dits soldats seraient en plus bien plus apte qu’elle à retrouver la trace de l’homme s’ils partaient à sa recherche. Mais c’était prendre le risque de se faire démasquer, une simple question de temps, elle ne pourrait pas tenir de manière crédible son rôle éternellement. Que faire ? Ses mains tremblantes se glissèrent dans sa poche, elle extirpa avec la plus grande des difficultés son téléphone portable et regarda l’écran sans pour autant pouvoir faire quoi que ce soit. Joindre Ruben ? Lui envoyer leur code pour lui dire que tout était tombé à l’eau ? Demander de l’aide ? C’était toujours son premier réflexe, demandé l’avis d’un proche, de quelqu’un qui serait toujours plus doué qu’elle pour prendre une décision… Elle s’en remettait toujours entièrement aux autres mais elle avait bien trop honte maintenant d’évoquer la situation à son supérieur. Elle devait, pour une fois, gérer cela seule. C’était une question d’honneur.

La porte du bar s’ouvrit et Willys sursauta alors que deux hommes quittaient de l'établissement, mais ce n’est pas eux qui attirèrent son attention, c’était cette femme, cette sublime femme qui se tenait derrière eux et qui paraissait alors aussi perdue qu’elle. Nul ne pouvait rester indifférent, malgré la discrétion dont elle faisait preuve on ne voyait qu'elle. La jeune résistante l’observa, toujours incapable d’agir, son téléphone toujours en main. L’inconnue releva la tête puis observa sa montre, s’arrêta un instant puis se dirigea vers la gare d'un pas décidé. Secouant violemment la tête comme pour retrouver la raison et se défaire de cette observation, Willys porta sa main à sa gorge et comme une enfant contrariée sentait déjà ses nerfs lâcher. Ce n’était pourtant pas le moment de se laisser aller non de dieu…

La porte s’ouvrit à nouveau précipitamment. Zachary en passa le cadre cette fois, l’informa qu’un certain Duke était hors-jeu et qu’il fallait partir à la recherche du prisonnier qui ne pouvait pas être allé bien loin. Aussi il y aurait eu des "fuites", ils seraient "suivis". Pauvre garçon, si il savait ! Mais ce n'était pas son réseau qui s'en était pris à Duke, encore moins eux qui s'étaient occupé de récupérer le prisonnier. Ce dernier s'était il enfuie sans plus réfléchir, saisissant une opportunité de pouvoir partir en cavale, ou quelqu'un était de mèche et il était prévu depuis bien longtemps qu'à cet endroit précis il se fasse la malle ? Déjà le garçon courrait vers la ville, Willys pourtant restait toujours planté près du bar, son portable dans une main, l'autre légèrement relevé comme si elle avait voulu le retenir. Elle repensa à la femme de tout à l’heure, à la gare, la gare qui était tout à côté. Un train pour Dollet allait partir dans une minute, et si…

« La gare, la gare ! »
Hurla-t-elle sans se justifier, courant à toute allure en dépassant le mercenaire. « Il va prendre un train ! » Continua-t-elle de brailler en prenant les devants. Sur quoi se basait-elle ? Une intuition ? Une pauvre intuition, un raisonnement bancal dont pourtant soudainement elle était certaine. Le prisonnier 714 ne pouvait pas courir dans la ville au hasard sous les yeux des patrouilles, Timber était une ville dangereuse pour lui et le seul moyen de quitter la ville sans premier contrôle, c’était de passer par la voie ferrée. Si elle se trompait, par contre, ils étaient fichus. Était-ce bien raisonnable de se baser sur une idée ? S’ils quittaient la ville et que le prisonnier était en fait toujours caché dans cette dernière ? Ils risquaient gros, lui comme elle, en s’engageant sur cette piste. Arrivée sur le quai, le sifflet retentit, Willys se retourna vers le soldat et complètement perdue le consulta du regard, attendant finalement à ce que ce soit lui qui prenne la décision. Monté ou non dans ce train ? Les portes allaient se refermer d'un instant à l'autre.

© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   28.06.16 21:17



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


« La gare, la gare ! Il va prendre un train ! »

Avait hurlé la jeune soit disant Seed alors que Zack s'était déjà élancé en direction de la ville. Elle le dépassa très vite et parti en direction de la gare. Le SOLDAT la rattrapa très rapidement et tandis qu'il courait à ses côtés, il apercevait déjà le train fumant dont les derniers passagers commençaient à entrer à l'intérieur. Arrivés sur le quai de la gare, le sifflet retentit marquant le départ imminant du train pour Dollet. Les deux jeunes gens échangèrent un regard et sans attendre, Zack fit signe à sa partenaire du jour de monter dans le train :

« Tu passes par l'intérieur. Si tu repères quelque chose de suspect, tu actionnes la manette d'arrêt d'urgence, okay ? On cassera l'effet de surprise mais tant pis, on ne peut pas prendre le risque de les perdre ! »

Zack ne voulait pas avouer que malgré l'entraînement que la jeune femme avait dû avoir, il n'avait pas entièrement confiance en ses capacités à combattre. En fait, il ne l'a connaissait pas et il ne pouvait pas s'empêcher de ressentir une certaine gêne en sa présence. Son instinct lui faisait rarement défaut. Ainsi, il ne voulait pas prendre le risque qu'elle se mette ou mettent les autres usagers en danger et savait qu'en cas d'alerte, il devrait la rejoindre immédiatement pour apprécier la situation dangereuse. Il espérait toutefois qu'en cas de rencontre avec le contrôleur, qu'elle soit discrète lorsqu'elle lui indiquerait qu'elle était du Seed car il ne voulait pas créer de mouvement de panique à l'intérieur du moyen de transport en commun.

Sans perdre une seconde et s'étant assuré qu'elle avait bien compris les directives, il sauta à l'arrière du train après elle alors que le train commençait à partir et grimpa sur le toit. Là, il couru en sautant de rame en rame. Son but était d'atteindre la tête du train et de le faire arrêter immédiatement. Par chance, la locomotive n'avait pas autant de wagons que d'habitude alors cela ne lui prendrait pas trop de temps.

Arrivé à destination, il fit une pirouette et s'inséra par une des fenêtres sous l'oeil abasourdi des  conducteurs du train. Zack mit le doigt devant sa bouche en leur faisant comprendre de ne pas signaler sa présence puis leur expliqua la situation d’une façon très brève :

« Vous devez arrêter ce train et le laisser à quai. Il semblerait qu’il y ait un colis suspect dans une des rames. Donnez moi une quinzaine de minute que mon équipe et moi jetions un coup d’oeil et vous repartirez sans encombres.  Prétextez ce que vous voulez mais n’alertez pas les usagers sinon cela créerait de la panique. »

Les conducteurs arrêtèrent la machine s’excusant auprès des usagers par avance car ils avaient subitement rencontré un problème technique qui se réglerait en une vingtaine de minutes. Puis ils donnèrent le feu vert à Zack pour sortir de la cabine. A peine eut-il posé le pied dans le premier wagon, qu’il entendit la sonnette d’alarme du train. Le jeune homme se retourna vivement vers les conducteurs :

« D’où ça vient ? »

Sans tarder, l’un des deux lui répondit que l’alarme avait été déclenchée dans le wagon numéro 4. L’information entendue, Zack se rua à travers les rangs dans le but de rejoindre la dite cabine. Il espérait vivement que la jeune Faraday arrive à se débrouiller le temps qu’il arrive à la rejoindre. Avait-elle trouvé le prisonnier ? Il y avait intérêt car il était formellement hors de question que celui-ci s’échappe...

© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   11.07.16 10:34

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


« Tu improvises. » Willys resta coite, aussi confuse que dépassé. Elle fixait Ruben dans l’espoir qu’il développe sa pensée bien que tout à fait incertaine qu’attendre quoi que ce soit de sérieux venant de sa part soit une bonne idée. « Avec ta trompette, si tu te manques, tu t’arrêtes pas à ce que je sache. Tu trouves un subterfuge, tu improvises pour que les gens n’y voient que du feu. » La jeune femme observa les mains du chef mimer son instrument de prédilection dans le vide avant de relever à nouveau des yeux fatigués vers lui. « Ruben, putain, ça n’a rien à voir. » « Improvise Willys, si une situation te dépasse fait croire que tu la maîtriser et les autres le penseront aussi. C’est tout. »

***

Improviser, donc. Alors qu’elle grimpait précipitamment dans la rame du train en compagnie du soldat, Willys maudit Ruben, sa philosophie et ses plans idiots. Elle aurait pu arrêter la mission là, planter Zachary et rentrer chez elle, se préparer un délicieux chocolat chaud et se glisser dans une couverture moelleuse en attendant mollement la suite. La confrontation avec son réseau serait inévitable, mais avec la plus grande des sincérités elle annoncerait que l’idée était vouée à l’échec et se ferait d’ailleurs un plaisir d’ajouter qu’elle l’avait prédit depuis le début. Si seulement Gatiss ne l’avait pas ouvert, titillant son orgueil et la forçant à foncer tête la première… Celle à maudire dans un premier temps finalement, c’était elle. Elle qui n’arrivait pas à accepter que son camarade puisse penser du mal d’elle, elle qui, en manque perpétuel de reconnaissance, était prête à s’engager dans les pires sottises pour attirer son attention et obtenir son respect. C’était stupide, pourquoi se battait-elle vraiment ? Pour lui ou pour sa cause ? Mince alors, elle était furieuse.

Furieuse mais aussi morte de trouille. Dans quel pétrin venait-elle de se fourrer ? Ils n’avaient pour l’heure aucune preuve que le prisonnier 714 s’était véritablement faufiler dans ce train aussi Willys ne savait pas bien ce qu’elle craignait le plus à cet instant : se rendre compte qu’elle avait tort ou s’être fourrer dans une situation qui pourrait rapidement la dépasser ? Son imagination débordante la poussait à songer au pire, combinant pour elle des scénarios plus fous les uns que les autres. Une vraie catastrophe pour les nerfs. Elle était persuadée en tout cas que complices dans l’affaire il y avait, le fait que le partenaire de Zachary soit éliminé de la partie prouvait en tout cas qu’ils n’étaient pas les seuls sur le coup. Il pouvait aussi s’agir de personnes voulant, tous comme les Renards de la forêt, mettre la main sur l’individus mais étrangement elle en doutait. Était-ce bien prudent de se fier à son intuition ? Ils allaient sous peu avoir une réponse claire sur la question.

Penaude, les yeux légèrement écarquillés et la mâchoire crispée, Willys dans un premier temps était resté planté dans le wagon sans trop savoir quoi faire. Elle espérait au fond que Zachary prenne les devants. Elle le talonnerait alors et ensemble, avec un peu de chance, il réussirait à mettre la main sur le fugitif. Quelle surprise alors que le jeune homme lui demande de passer par l’intérieur, sous-entendant qu’elle devrait dans un premier temps se débrouiller seule avant de la planter là sans plus de détails. « Intérieur. Suspect. Manette. Ok. Attend mais… ! » Commença la résistance alors que son compagnon d’infortune qui, après un regard entendu, avait déjà pris le sens inverse. Ou diable était-il parti et qu’est-ce que lui comptait faire ? « Mais merde alors ! » S’emporta-t-elle avant de souffler bruyamment, la gorge sèche et les poings tremblants. Comment allait elle gérer ça ? Si quelqu’un l’attaquait, car oui, elle pensait déjà à une armada de fous furieux s’en prenant à elle, elle n’avait aucun moyen de se défendre. Elle était solide, musclée et plutôt rapide, mais face à quelqu’un d’entraîné elle ne faisait pas le poids, clairement. Improvise Willys, improvise. Il lui fallait quelque chose pour avoir une certaine assurance, un semblant de force. Elle aurait très bien pu rester ici et prétendre, au retour de Zachary, qu’elle n’avait rien trouvé et ainsi ne prendre aucuns risques, mais dans sa volonté de se rendre utile, il était inenvisageable de rester inactive. Son regard affolé cherchait donc désespérément quelque chose, n’importe quoi, qui pourrait l’aider à avoir un quelconque poids dans le cas d’un affrontement. C’est alors que ses yeux s’arrêtèrent sur un extincteur. Elle ne se posa pas longtemps la question, décrocha l’objet et se dirigea vers le couloir du  wagon.

Elle ne savait pas bien de quoi elle avait l’air armé de son appareil, plus pâle que la mort, traversant l’allée border de portes en jetant des coups d’œil furtif autour d’elle. Comment se justifier si elle tombait sur un contrôleur ou un usager ? Oh, elle improviserait, n’est-ce pas ? Un rictus nerveux lui échappa. Ruben ne perdait rien pour attendre.

Que le prisonnier soit seul ou accompagné, l’avantage avec cet extincteur aussi lourd et encombrant soit il, c'est qu'elle pourrait déstabiliser un temps la ou les personnes en face d’elle si elle l'allumait. A priori elle aurait juste le temps ensuite de lancer l’alarme comme l’avait demandé Zachary. Sur papier, le plan paraissait bon, mais il ne fonctionnait que si elle arrivait à les surprendre, dans le cas contraire, tout tombait à l’eau. Willys déglutit avec difficulté et continua son ascension sans trop savoir comment faire. Ouvrir toutes les portes à la volée et s’excuser quand il ne s’agissait pas de la personne dont elle devait retrouver la trace ? Risqué, mais à ce niveau de l’histoire, envisageable. À vrai dire elle ne trouvait rien d’autre comme solution, les vitres des compartiments étaient teintées et plutôt solide, on n'entendait presque pas les conversations qui étaient échangé de l’autre côté du battant. Elle venait de l’apprendre en collant son oreille à l’une d’entre elle. Quelle catastrophe. Se redressant en rouspétant discrètement, elle souleva l’extincteur et reprit sa route.

Un cri alors lui échappa, ou plutôt s’étouffa au creux d’un mouchoir qu’on venait de plaquer sur sa bouche alors qu’elle était tirée en arrière et bloqué contre le corps d’un individu qu’elle n’avait de toute évidence pas vu arriver. Avec horreur elle devina rapidement que le bout de tissu était imbibé d’un produit toxique et pris de panique, elle commença à tenter vainement de se défaire de l’emprise de son assaillant. Merde ! Non ! Ça ne pouvait pas se passer comme ça ! Une petite voix dans sa tête lui hurlait de ne plus respirer pour ne pas inhaler la substance mais impossible d’agir avec raison, elle déraillait complètement, horrifié et terrifié par la tournure des évènements. Elle allait mourir ? Aussi bêtement ? « Tu ne vas pas mourir, calme toi. » Lui susurra une voix féminine qui, comme si elle avait lu dans ses pensées, rassurait sa crainte principale. Pouvait on seulement faire confiance à une personne qui venait si sournoisement vous attaquer pour une raison obscure ? Son instinct de survie n’était pas prêt à rendre les armes, la poussant à trouver au plus vite une solution. Alors que Willys continuait de gesticuler en tout sens dans l'espoir de se défaire de l'emprise ferme de l'agresseur, le train freina brusquement et par miracle, la surprise l’emporta sur la maîtrise, les deux jeunes femmes se retrouvèrent projeté au sol, entraîné par le poids de l'extincteur que Willys avait taché de garder bien en main. Prenant de longue et bruyante bouffé d’air, la résistante rampa quelques mètres, sonné, avant de se retourner vers son assaillante, découvrant avec stupeur la femme en manteau blanc qu’elle avait repéré un peu plus tôt près du pub Aphorora. Sans plus réfléchir, alors que l’inconnue allait se jeter à nouveau sur elle, Willys, toujours à terre, brandit l’extincteur et l’aspergea de la substance épaisse que l’objet contenait. Le wagon se transforma rapidement en terrain de guerre, murs, sols et plafond se couvrirent de blanc alors que la résistante, ne sachant où viser dans ce marasme, dirigeait le tuyau dans tous les sens pour être certaine de repousser l’opposante. En fond sonore, une annonce polie qui priait les voyageurs d’excuser le dérangement occasionner se fit entendre. Le dit dérangement venait de lui sauver la vie, ils étaient tout excuser.

Impossible de discerner la femme qui l'avait agresser pour l'heure mais elle l'avait visiblement repoussé ou au moins déboussolé un temps car l'inconnue ne s'était plus manifesté. Étrangement personne n'était sortis de son compartiment, ou si c'était le cas elle ne le distinguait pas. Se redressant avec difficulté, ses doigts tâtèrent le mur jusqu’à trouver l’alarme et explosant le petit boîtier avec son coude, elle l’actionna dans l’espoir que Zachary la rejoigne au plus vite. De son côté, elle venait de vider l’extincteur et la brume se dissipait doucement. L'autre reviendrait à la charge d’un moment à l’autre et elle n'était aucunement assuré d'avoir le réflexe, cette fois, de se défendre. Le produit commençait à faire effet, lui donnant de violent vertiges. Pourvu que le soldat arrive à temps.

© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   17.07.16 21:06



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


L’alerte venait d’être donnée. C’était forcément Faraday qui venait de la déclencher. Zack conclut qu’elle devait être en mauvaise posture et devait la rejoindre au plus vite. Il fit un rapide signe de la main à l’un des conducteurs pour le remercier de l’information qu’il venait de lui donner et s’élança à travers les wagons en courant le plus rapidement qu’il le pouvait. Selon le conducteur, Faraday devait être dans la rame #4. Les secondes défilaient et Zack courait toujours, bousculant des usagers sur sa route en poussant à tout bout de champs des :

« Ecartez-vous !!  »

La rame #3 passée, il voyait la porte de la n°4 au loin. Encore quelques mètres et il serait là. Pourvu que Delilah aille bien et qu’elle ait eu le temps de s’occuper de quelques uns des complices du gars en fuite car il n’était forcément pas seul dans ce train ou tout du moins repérer « leur » prisonnier.
Une main sur la poignée de la porte, le jeune homme l’ouvrit à la volée et découvrit un wagon maculé de blanc. Mais qu’est-ce qui s’était passé ici ? Un rapide coup d’oeil en bas à sa gauche et il repéra la Seed adossée au mur et complètement dans les vapes. Pas d’hommes à l’horizon ni de prisonnier... S’étaient-ils enfuis ? Cela sentait pas bon du tout. Et son équipière qui n’était pas en mesure de lui expliquer la situation...

Une jolie femme en manteau blanc se releva à quelques mètres d’eux, l’air un peu sonnée. Elle jaugea Zack et le temps d’un instant, ce dernier vit les rides de son visage complètement se métamorphoser comme si celle-ci se sentait mal. Elle s’approcha de lui titubant et tomba dans ses bras :

« Juste ciel !
Je me sens si mal mais heureusement que vous êtes là mon mignon... »

Le jeune combattant ne l’avait pas identifié comme une ennemie et pensait que cette femme n’était autre qu’un dommage collatéral de la lutte qu’il y avait dû avoir lieu ici avec la jeune Delilah. L’aidant à se maintenir debout, Zack analysait le petit corridor espérant trouver des traces visuelles qui l’aiderait à reconstituer la scène. Les mains de la jeune femme se hissaient peu à peu le long de son cou, essayant d’attirer le regard vers elle tandis qu’elle se rapprochait dangereusement de son visage. Euh, elle jouait à quoi là ? Si c’était pour le remercier de l’avoir sauvée, elle n’était pas obligé hein ? Il n’avait rien fait à part ouvrir une porte close. Tout le mérite en revenait à son acolyte Faraday. La sulfureuse femme n’était plus qu’à quelques centimètres des lèvres du jeune Zack et une odeur familière lui vint aux narines. Il avait déjà senti ce parfum... Une senteur florale... Oui mais bien sûr, la plante servant à faire perdre conscience dont Duke avait été victime. Il lui en a fallut de peu mais Zack bouscula la jeune femme en arrière, lui faisant perdre l’équilibre.
Sur ses gardes, il se mit en position de défense, la main en arrière prête à dégainer son épée broyeuse. La diablesse montrait son vrai visage, un rictus sur les lèvres, elle sortit des poignards :

« C’est vraiment dommage de devoir me débarrasser de toi. Tu étais plutôt à mon goût... »

La grande blonde à la beauté volcanique lança ses poignards : un dans la direction de Zack et un autre dans celle de la jeune Faraday, inconsciente mais le combattant fut plus rapide. Sa grande épée en main, un coup bref et celle-ci arrêta les petites lames dans leur course qui tombèrent à ses pieds et ceux de son compagnon du jour. Le jeune brun s’élança vers elle et un combat débuta. La criminelle était peut-être bonne en art martiaux mais Zack était lui aussi très bon en combat rapproché et utilisant comme à son habitude sa grande rapidité d’action, il lui fit une clé de bras et celle-ci se retrouva à sa merci.

« Où est-il ? Je ne le répéterai pas deux fois...  »

La jeune femme refusa de lui répondre et devant tant de détermination, Zack l’assomma et la laissa tomber sur le sol. A cet instant, des hommes en noir surgirent de la cabine à côté d’eux, l’air menaçant. Zack ne les avait pas remarqué à l’intérieur, la teinte des vitres faisant très bien leur boulot et il faut dire que la jolie blonde l’avait bien occupé pendant un instant, le déconcentrant de sa mission première.

« Pour QUI travaillez-vous ?  »

En position de combat, Zack n’allait pas se défiler. S’il fallait qu’il combatte à lui seul contre ces hommes alors il le ferait. Il en avait la capacité. Mais bien heureusement, il ne serait pas seul car la jeune Seed commençait à reprendre conscience et celle-ci allait sûrement lui être d’une grande aide...


© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   19.07.16 22:42

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


À jouer l’héroïne qu’on n'était pas, on payait le prix de son arrogance. Elle n’avait jamais eu la prétention de croire une seule seconde s’en sortir par elle-même, seulement la bêtise de penser qu’elle pourrait gérer la situation un minimum. Le danger elle l’avait envisagé, elle le devinait, quel idiot à vrai dire ne l’aurait pas discerné ? Mais l’adrénaline ou la bêtise, au choix, lui avait fait penser qu’elle était effectivement cette SEED qu’elle prétendait être, qu’elle avait tout à fait les aptitudes pour mener à bien cette mission et que si elle était confrontée à l’ennemi, elle aurait les réflexes adéquats pour se défendre. Willys n’avait pas un ego énorme mais bien un orgueil disproportionné, si elle avait écouté cette petite voix qui l’avait invité un peu plus tôt à fuir, cette petite voix qu’elle avait fait taire parce que, merde alors, non, elle n’était pas du genre à se laisser démonter, peut être bien qu’elle n’en serait pas là à cet instant, gisant à moitié sur les sols et luttant contre un écrasant sommeil.

N’apprendrait-elle jamais de ses erreurs ? Toujours la même rengaine. Si Willys n’avait jamais aspiré à l’excellence, qu’elle s’était résigné à être moyenne, juste moyenne, il y avait toujours eu en elle une incapacité totale à résister au défi. Dieu sait qu’elle avait souvent regretté ensuite de s’être engagé dans un combat perdu d’avance, elle avait avec le temps réussi plus ou moins à dire non quand elle savait qu’elle s’y casserait les dents mais enfant impossible de ne pas relever les challenges de ses petits camarades qui s’amusaient souvent du spectacle. À vrai dire l’idée d’être une ratée la rendait folle, être une « nulle », celle qui faisait honte… Fut un temps elle voulait absolument prouver aux autres qu’elle valait mieux que l’image qu’ils avaient d’elle, si on soulignait un de ses défauts déplaisant elle voulait à tout prix faire ses preuves pour gagner l’estime de ses camarades. Aujourd’hui elle affirmait à voix haute qu’elle se moquait éperdument de l’avis des autres, ce n’était pas aussi vrai qu’elle l’assurait mais elle avait tout de même fait un bon bout de chemin. Oui elle ne serait jamais à la première place, cette dernière depuis son enfance avait toujours été monopoliser par sa grande sœur et très jeune elle avait compris qu’elle ne l’occuperait jamais, cela ne voulait pas pour autant dire qu’elle était condamnée à être la dernière, n’est-ce pas… ?

Entre rêve et délire, Willys, dont la tête oscillait dangereusement, se demandait bêtement pour la millième fois comment avait-elle pu en arriver là et comme si cela fut le moment, tachais d’être sa propre psychologue en orchestrant seule question et réponse. De toute évidence, son envie de faire ses preuves était la grande coupable de l’équation. On lui avait dit qu’elle ne pourrait pas le faire, alors elle se persuadait du contraire pour faire un pied de nez au seul qui avait douté. Gatiss, évidemment, dans le cas présent. Saleté d’orgueil, saleté de manie. On lui disait non elle disait oui, on lui disait oui elle répondait non, un maudit esprit de contradiction qui continuait et continuerait si elle ne mourait pas dans les minutes à venir à lui faire toujours défaut.

À peine si elle avait entendu Zachary intervenir, tout cela lui paraissait si loin. Était-ce seulement arrivé ? « C’est toi ? » Murmura t’elle, ou du moins cru t’elle murmurer. Tentant de réunir ses dernières forces la jeune femme chercha à se relever mais son corps refusait le moindre ordre. « Improvise… » Bredouilla t’elle de manière imperceptible. « Espèce de… Espèce d’enfoiré. Tu sais Ruben j'te respecte, vraiment, mais là, alors là...! Plus jamais ça t'entend? » Continua t’elle de baragouiner de manière imperfectible, comme si Ruben lui faisait face, amorphe, alors qu’elle luttait toujours contre l’effet puissant du produit. Pourtant, petit à petit, elle avait la sensation de revenir au présent, ses muscles se remettaient en marche, sa manifeste anesthésie s’atténuait et bientôt elle ouvrit à nouveau les yeux. Tout cela pour découvrir le corps de la femme en manteau blanc gisant à côté d’elle alors que Zachary faisait face à une bande de mercenaires qui, et c’était plus que limpide maintenant, n’était clairement pas des alliés.

Encore engourdis, Willys sentis son cœur assené de violents coup contre sa poitrine alors que la panique s’emparait à nouveau d’elle. Elle était foutue. Elle allait mourir. Elle allait mourir là, à cause d’une mission à la con, une mission à la con qu’elle savait suicidaire depuis le début. Ses yeux fous allaient du groupe ennemi au soldat qui lui tournait le dos, Zachary s’était muni d’une épée aux proportions gigantesque et il semblait de toute évidence prêt à s’en servir. Elle était tétanisée. Ils allaient vraiment se battre ? Ce dernier leur hurla de décliner l’identité de celui pour qui ils travaillaient et comme si cela fut le signale pour débuter les hostilités, la bande se lança dans le combat. Willys suffoquait, alors qu’elle avait voulu se redresser elle était retombée lamentablement face contre terre. Que faire ? Fuir. Elle n’avait pas le choix, il fallait qu’elle quitte ce wagon au plus vite. Ce n'était même pas de la lâcheté, c'était du bon sens. Que pouvait elle contre une bande de guerrier aguérris ? Rien. Autant être franche, rien du tout. Et même si elle n'était pas bien utile, elle le serait toujours plus vivante que morte, alors si elle pouvait sauver sa peau, elle tenterait le tout pour le tout. Mais Zachary ? Elle ne connaissait rien de ce type, ils avaient échangé quoi, quatre phrase, pour autant elle se sentait tout à fait misérable de l'abandonner. Elle ne pouvait juste pas le faire. Après tout c'était elle qui l'avait appelé et involontairement envoyé dans ce guet-apens. Même si il etait à prévoir que le prisonnier n'était pas loin - a priori on ne les attaquait pas gratuitement et ils devaient être sur sa piste, pas le temps pour autant de se réjouir d'avoir eu un bon instinct - et qu'ils auraient été un moment où l'autre confronter à cette bande...

Willys voulait que ça s'arrête, croire qu'elle faisait un mauvais cauchemar, qu'elle ne s'était pas tout à fait réveillé finalement. Tout ça allait trop loin, trop vite. Il fallait qu'elle parte, qu'ils partent, bien, mais si on la rattrapait ? Elle n’avait rien pour se défendre ! Près d'elle, un petit poignard brillait, appartenant très certainement à son assaillante. Un éclair de lucidité la frappa alors, après s'être saisis de l'arme blanche qu'elle avait rangé de côté - elle se sentait incapable de l'utiliser alors si elle trouvait mieux... -, elle attrapa la femme au manteau et la traîna vers elle sans le moindre respect. Son esprit ne pensait plus qu’à une chose, survivre, au diable les bonnes manières. Au bord de l’asphyxie, Willys fouilla ses poches cherchant désespérément de quoi se défendre jusqu’à ce que ses doigts se referment sur ce qui s’apparentait à une petite arme à feu. « Bordel… » Souffla t’elle, les yeux exorbités. C’était la première fois qu’elle tenait entre ses mains une arme de ce calibre, un pouvoir qui la dépassait et la terrifiait au plus haut point. Tout devenait plus concret maintenant. Il n’avait jamais été question d’aller jusque-là, allait-elle vraiment devoir s’en servir ? Elle s'époumona avec difficulté. « Zachary ! Zachary je... Je ne sais pas... ! »

Hébétée, elle releva la tête à temps, laissant sa phrase en suspens. Un homme fonçait sur elle et sans plus réfléchir, elle tira. Une. Deux. Trois balles. Elle ne savait combien avait atteint leur cible mais le mercenaire hurla en même temps qu’elle avant de retomber, agonisant, se tenant une jambe alors que son visage se crispait de douleur. Elle recula sur ses coudes, interdite devant son geste, fixant sa victime qui l’injuriait maintenant alors qu’elle était incapable d’agir. Ce dernier reprit pourtant bien trop rapidement ses esprits et rampa furieusement vers elle, tendant une main vengeresse dans sa direction alors qu'elle continuait de pousser des cries apeuré. Elle donna un violent coup de pied au mercenaire avant de se relever et enfin sans plus réfléchir, quitta le wagon, pas loin de l'hystérie. Elle avait tiré sur un homme. Dans les jambes, certes. Mais elle avait tiré sur un homme. Elle avait tiré sur un homme bordel de merde ! Rejoignant un sas d’entrée, elle ouvrit la porte et sauta à terre, toujours groggy, mais assez lucide pour savoir ce qui était le mieux à faire. Il fallait qu’elle court, qu’elle quitte cette scène au plus vite, qu'elle s'éloigne le plus loin possible de cette folie. Rien de plus, rien de moins. Quelle surprise alors qu’un autre invité ait visiblement eu la même idée. La silhouette du prisonnier 714 s’en allait au loin, se dirigeant visiblement vers la forêt à toute vitesse. Il avait sûrement sauté par la fenêtre, suivant un ordre ou comme elle, la panique. Il etait en tout cas seul. Zachary avait-il massacré la bande ? Cette simple éventualité lui donnait la nausée. Avait-il remarqué le départ de leur cible ? Elle ne pouvait en tous les cas pas se permettre de retourner dans le train et lancer cette information à qui voulait l'entendre.

Elle ne sut pas vraiment pourquoi, mais au lieu de prendre la direction de Timber comme elle l’avait initialement prévu, Willys se lança dans la poursuite du fugitif, l’arme de la femme en manteau blanc bien en main et priant pour que Zachary soit à sa suite. Enfin de son point de vue de soldat elle avait lâchement abandonné le terrain, si il la rejoignait, c'était peut être lui qui allait l'achever.  C'était de la folie pure, mais c'était peut être sa dernière chance de revenir victorieuse. Si elle ne le faisait pas, elle ne se pardonnerait jamais de ne pas avoir tenté.


© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   24.07.16 13:18



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


La jeune Faraday semblait agitée dans son sommeil. Zack l’entendait à peine murmurer des choses qu’il ne comprenait pas, trop concentré sur ce qu’il se passait devant lui mais il sentait qu’elle avait du mal à récupérer ses esprits. En face de lui, les trois hommes étaient peu bavard et leur manque de coopération se solda par une offensive. Ils voulaient se battre ? Soit, ils allaient déguster de l’épée. Le guerrier  laissa venir à lui deux des hommes tandis que le dernier se dirigeait vers sa collègue et en trois ou quatre mouvements de bras, ainsi que quelques esquives, il les désarma. Ces hommes étaient plus des brutes épaisses que des combattants. Ils n’étaient franchement pas très bien entrainés.  Même la donzelle avait pu placé des mouvements de combat face à lui et avait été plus intéressante à affronter ; même si peu patient Zachary avait très vite mis fin au duel pour l’interroger sur son prisonnier qu’il devait absolument récupérer pour accomplir sa mission et là c’était mal barré. La voix de la miss Delilah parvint quand même jusqu’à lui :

« Zachary ! Zachary je... Je ne sais pas... ! »

Comment ça elle ne savait pas ? Elle ne savait pas quoi ? Mais qu’est-ce qu’elle attendait bon sang ?! Le mec allait littéralement s’en prendre à elle, elle devait réagir au plus vite et se défendre. Zack trouvait qu’elle manquait un peu de réactivité. Quoi qu’elle avait une excuse, elle semblait avoir été victime de la blondine infernale avec ses plantes aromatiques provoquant des pertes de conscience ou que savait-il encore d’autres, des hallucinations ? Enfin, la jeune femme réagissait. Celle-ci venait de prendre le flingue et de tirer à bout portant plusieurs balles sur son assaillant. Une balle partit dans le décor, une autre dans l’épaule du mec et la dernière dans sa jambe. Mais où avait-elle appris à tirer ? Les tirs avaient été trop aléatoire. C’était sûr, Zack allait devoir se plaindre à Kramer en rentrant. Delilah avait eu son examen dans une pochette surprise ou quoi ?

Tu es trop dur avec elle Zack. Peut-être que c’est une de ses premières missions sur le terrain, sois un peu plus compréhensif. Les gens ne sont pas tous dotés de tes capacités extraordinaires hahaha.

Zack leva les yeux aux ciel. Très drôle Bahamut mais cette fripouille n’avait peut-être pas tort. Delilah semblait quand même choquée d’avoir eu à faire feu sur l’un de leur adversaires, voire un peu trop choquée même car elle avait quand même dû être formée avant d’avoir son diplôme de Seed et là elle devenait presque hystérique mais il n’avait pas le temps de s’attarder sur ça, le mec blessé tentait de revenir à la charge sur elle. Elle le repoussa violemment d’un coup de pied et... parti du wagon en courant. PUTAIN elle était sérieuse en plus ? Ce retournement de situation l’avait complètement mis sur les nerfs et pour se venger, Zack avait mis toute sa patate dans un coup de poing envoyé dans la figure de l’estropié, lui faisant perdre connaissance pour une bonne heure au moins mais il n’avait pas vu que les deux hommes en avaient profité pour ramasser leurs armes, l’un partant à la poursuite de la jeune fuyarde et l’autre s’étant  rapprochés du SOLDAT et l’attaquait déjà par derrière en lui fourrant un coup de ses griffes de Mythril au niveau des côtes. Le jeune homme fit une volt de face, plié en deux et voyant qu’il perdait du sang, il se dit qu’il n’avait pas le choix et devait mettre son adversaire hors d’état de nuire avant qu’il ne se vide de son sang. Sans réfléchir mais avec une grimace de douleur, Zack saisit son ennemi et le jeta au sol en usant tout son poids et son adresse. Assis sur son torse, il attrapa son poignet et l’abaissa violemment sur son buste, plantant alors les griffes de Mythril de son gant dans son tronc.

« Retour au propriétaire...  »

Zack avait quand même prit soin d’épargner ses points vitaux mais l’homme devrait passer beaucoup de temps de convalescence suite à cette blessure, bien entendu si quelqu’un appelait les secours et qu’il ne se vidait pas de son sang avant...  C’était à charge de revanche. Bon ça en faisant deux de KO car ce dernier venait de perdre conscience. Crachant du sang par terre, Zack devait comprimer sa plaie avant de partir. Il entra dans la cabine d’où était sorti la bande auparavant, arracha un morceau de rideau d’un coup d’épée et s’entoura le torse avec. Il remarqua alors la fenêtre dont le verre avait été brisé et vit au loin le prisonnier fuir, talonné pas loin derrière par Delilah Faraday puis par le dernier des hommes en noir. Cette femme était tellement imprévisible. Zack secoua la tête d’un air résigné et sauta par la fenêtre également, partant à leur poursuite. Il avait mal à ses côtes droites mais il devait prendre sur lui, c’était encore supportable et au pire il lancerait le sort Soin + sur lui pour le soulager mais pour le moment, il devait les rattraper rapidement. Plus trop loin derrière, le jeune homme lança l’attaque Aero-frappe sur l’assaillant, une frappe d’air qui le dévia de sa route, laissant Delilah poursuivre tranquillement sa route derrière leur prisonnier mais surtout lui permettant d’arriver au niveau de leur ennemi qu’il rua de coup en intervertissant coup de poing et coup de pieds pour le finir par un coup de pied circulaire. Et de TROIS !! Il était temps de repartir car le prisonnier et Faraday avait pris de l’avance sur lui. Oh et puis zut, ils étaient lourd à la fin, Zack en avait marre de courir, il tapa violemment son épée broyeuse contre le sol, le faisant trembler légèrement, ce qui lui fut très utile. En effet, le fugitif et sa poursuivante furent ralentit dans leur vitesse de course grâce à l’attaque Réalité du jeune combattant, ce qui lui permit de les rejoindre rapidement et de se poster devant son satané prisonnier et de lui faire barrage. L’effet de son attaque se dissipa alors et les deux victimes purent récupérer leur vitesse d’action normale.

« Je peux savoir où tu allais comme ça toi ? »

Répondit-il en lui assénant un crochet du bras gauche qui lui fit perdre l’équilibre non sans le mettre KO mais avec ça, il ne tenterait plus de s’enfuir, trop occupé à chouiner qu’il avait mal. Zack se retourna vers son acolyte les bras croisés :

« Je peux savoir ce qu’il t’a prit ? Un Seed ne déserte pas un combat de cette façon. Je vais devoir faire état de ta conduite lors de mon rapport à mes supérieurs. Je te remercie pas pour ça... »

Poursuivit-il en montrant son flanc droit dont le linge l’entourant était déjà parsemé de couleur rouge sang...

© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   25.07.16 12:36

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


Et si le prisonnier avait d’autres complices, là-bas, dans la forêt, que cela devait être de toute façon le point de rendez-vous de la bande et qu’une armada de fou furieux les y attendaient ? Sans parler des monstres. Comment allait-elle gérer cela seule, sans Zachary ? Zachary. Est-ce que le soldat pouvait avoir laissé sa peau dans le wagon qu’elle venait de déserter honteusement ? Elle n’avait jusqu’alors pas osé une seconde évoquer cette possibilité, trop persuadé que le mercenaire ne pouvait que s’en sortir. Mais si ce n’était pas le cas ? Si sa lâcheté avait coûté la vie du garçon ? Si elle avait pu avoir un quelconque poids dans la balance avec son arme à feu et qu’elle aurait dû les tirer de là ? Merde. Merde. Merde ! Quelle conne ! Son souffle venait à manquer alors qu’elle continuait de poursuivre le prisonnier, assaillit par toutes ses pensées qu’elle aurait voulu arracher de son crâne une par une. Les situations de crises pareilles elle ne connaissait pas, d’habitude les scénarios terribles ne dépassaient jamais le cadre de son imagination. Un véritable cauchemar dont elle ne pouvait même pas se réveiller, dieu sait pourtant qu’elle aurait voulu effacer les dernières minutes de son existence et les réécrire au propre sans bavures.

Un bruit derrière elle l’alerta. Se retournant vivement, elle découvrit un des membres de la bande ennemi à ses trousses. Avait-elle cru un seul instant être tirée d’affaire ? La panique la fit haleter violement, en résultat une quinte de toux extraordinaire après avoir avalé un nuage de poussière qui venait de tapisser ses poumons déjà mis à rude épreuve. Acharnée pourtant elle continua sa course, elle était bien incapable de toute façon d’en faire autrement elle n’avait pas le moindre choix. Seulement elle ne pouvait pas nier qu’un type faisant le triple de son poids se rapprochait dangereusement du peloton de tête et que, si elle n’agissait pas, qui sait quel sort on lui réserverait. Dans sa main gauche brûlait toujours l’arme qu’elle avait substitué à la femme en manteau blanc, elle savait qu’elle pouvait s’en servir mais la peur qui avait découlé du premier essai l’avait glacé. La peur ? Plutôt la honte. Sa victime avait été chanceuse, chanceuse que sa maladresse ne lui ait pas causé plus de dommage car prise de terreur elle se savait maintenant capable d’abattre un homme. Ses pensées ankylosées, elle avait répondu bêtement à ses instincts les plus primaires, disparition totale de réflexion, de sang-froid, rien sinon la peur de mourir. Willys était encore sous le choc de cet effet monstre, sous le choc de ses propres actes, incertaine d’assumer ce côté de sa personnalité qui n’avait jamais eu l’occasion de se manifester jusqu’alors.

Un vent chaud souffla dans son dos, soulevant un épais nuage de terre, par réflexe idiot elle rentra sa tête dans les épaules en hurlant, ne connaissant pas la nature de cette manifestation et prête maintenant à envisager toujours plus loin le pire. Mais en se retournant, elle constata que son assaillant ne la suivait plus. L’homme était tombé à terre et un autre le rejoignait déjà. Elle reconnut sans peine la sature de Zachary et, profondément rassurée, un rire nerveux lui échappa alors qu’elle puisait dans ses ultimes forces pour la dernière ligne droite. Le prisonnier était si proche maintenant, elle se persuadait qu’il allait rendre les armes avant elle, encore un petit effort, un tout petit effort ! Elle tendit sa main et…

La terre trembla, le temps s’étira, sa main resta suspendue devant elle sans qu’elle ne puisse atteindre le prisonnier. Ce dernier tout autant qu’elle semblait frapper par la même bizarrerie. Leur course poursuite devint anormalement longue, ridiculement complexe et en apercevant Zachary les rattraper sans peine à une vitesse qu’on pouvait aisément qualifier de normal, elle comprit qu’ils étaient tous deux sous l’emprise d’un sort. Ce dernier finit par se dissiper quand le soldat arriva à leur hauteur et à peine avaient ils retrouvé leur rythme qu’il asséna un violent coup de poing au détenu qui retomba dans un bruit mat au sol. Willys, essoufflé, les cheveux en bataille et le visage crispé, s’autorisa enfin à relâcher la pression. Un râle bruyant et douloureux lui échappa, lui donnant des airs d’animal blessé. Elle posa ses poings sur ses cuisses, penchant la tête vers le sol alors que des gouttes de sueur dégoulinaient le long de ses tempes et tacha de retrouver une respiration correcte. C’était fini. Ça y est. Enfin.

Ses habits imbibés par sa transpiration collaient désagréablement sa peau mais elle s’en moquait bien à cet instant, tout ce qui la préoccupait c’était qu’ils avaient réussi. Ou presque. Car elle, elle n’avait pas atteint son but. Pire, elle s’en était éloigné. Zachary pris alors la parole d’une manière si nonchalante que s’en était indécent. Comment pouvait-il être aussi calme ? Comment osait il trouver le temps de lui faire la morale maintenant ? Passant son avant-bras sur son front, plaquant son autre main sur ses côtés après avoir glisser l'arme dans sa ceinture, Willys se redressa dans le plus piteux des états.  Ce n’est qu’à cet instant qu’elle constata que le mercenaire était blessé, le sang imbibé sur le tissu de fortune qu’il avait accroché autour de son flanc la refroidit instantanément. Elle ne supportait pas la vue des blessures et si celle-ci, manifestement, ne coûtait pas trop à l’homme qui lui faisait face au vue de son attitude, l’image avait suffi à l’impressionner vivement.  

« Écoute… » Commença t’elle à bout de nerfs, sentant que ses efforts seraient bientôt anéantis à zéro. Elle n’avait plus la force de jouer, plus la force de continuer cette mission, pourtant, comme une automate, elle était prête à s’enfoncer encore plus loin dans son mensonge et elle se persuadait qu’elle devait encore tenir le choc. Juste le temps qu’ils rentrent à Timber. Ensuite, et seulement à cet instant, ce serait terminé. « Je crois que t’oublies que c’est grâce à moi qu’on est allez dans ce train ? Si je t’avais écouté mon gars, on serait encore en train de faire le tour de la ville, et lui, lui là, on l’aurait jamais retrouvé ! T’as conscience de ça j’espère ? Alors oui, bah écoutes oui, oui j’ai craqué parce que… Parce que je suis humaine bordel ! J’ai eu peur, voilà ! Va donc faire ton rapport si ça peut te faire plaisir ou… Ou alléger ta conscience ou je ne sais quoi ! Parce que olalah oui, hein, voilà ! D'ailleurs t'oubliera pas de noter que comme il a été aussi lâche que moi, on a retrouvé sa piste qu'on avait failli reperdre ! » Osa t'elle éhontément répondre. Willys détestait qu'on lui fasse un reproche, qu'on la pique là où ça faisait mal. Or, Zachary, pourtant en droit de lui en vouloir, venait de blesser l'orgueil de la jeune femme. Pour se tirer d'affaire, apprenez donc qu'elle pouvait faire preuve d'une sacré mauvaise foi, tout cela pour se dédouaner de toute responsabilité, pour ne pas se sentir coupable trop longtemps parce qu'elle ne supportait pas cela. Qu'on puisse lui en vouloir la rendait malade et elle voulait toujours prouver qu'elle était dans le juste pour éviter les courroux. « Pour ça… »Poursuit elle en reprenant enfin son souffle, désignant sa blessure. « Je suis désolé. Une fois à Timber on te soignera, je te le promets. » Elle ne mentait pas. Elle voulait être certaine que les renards de la forêt traite de manière admirable ce type qui avait acquis toute son admiration. Reniflant bruyamment en se détournant du soldat, elle aperçut au loin la silhouette immobile de son assaillant de tantôt. Il ne bougeait plus. « Il… » Reprit elle sans laisser le temps au soldat de réagir. « Il est mort ? » Se l’entendre dire, rien que de se l’entendre dire, ce fut terrible. Sa mâchoire trembla, elle allait perdre le contrôle, encore. Des larmes coulèrent le long de ses joues et finalement, elle explosa en sanglot, surpassé par toutes les émotions qui venaient de la terrasser depuis quelques minutes.

Elle détestait pleurer, et cela arrivait à son grand damne bien trop fréquemment. Quand elle était contrariée, triste, malade, depuis petite fille sa première réaction avait souvent été les larmes. Aujourd’hui elle canalisait tant bien que mal, quand elle sentait ses yeux s’embuer elle cherchait à se reprendre le plus rapidement possible. Impossible pourtant de se contrôler à cet instant précis. Elle était à bout de nerf, épuisé, choqué. Déçu par ce qu’elle avait appris d’elle, par son comportement lâche. Elle n’avait pensé qu’à elle, avait mis en danger la vie d’un compagnon et avait fait preuve d’un égoïsme dont elle ne se pensait pas capable. Tout ça parce qu’elle avait eu peur, que la mort lui avait semblé si proche qu’elle avait fait fit de tout le reste, quelle honte. Et maintenant, peut être bien que ce type, là bas, avait été tué. Qu'il les ait attaqué plus tôt ne changeait rien, le fait que Zachary ait pu lui donner la mort la rendait malade. Alors qu’elle laissait libre court à son chagrin de s’exprimer, oubliant encore qu’elle n’était pas seule et qu'un mercenaire et un prisonnier était témoin de son craquage, elle n’entendit pas tout de suite la sonnerie de la montre du soldat. Quand le petit bruit strident cependant ne lui échappa plus au milieu de son flot de larmes, elle se redressa instantanément, les yeux exorbités, réalisant ce qui allait arriver. La BGU qu'il avait essayé de joindre tantôt avait du enfin répondre à son appel. « Non attend ! » Scanda t’elle entre deux sanglot alors que Zachary attrapait l’objet. « Laisse-moi t'expliquer ! » Continua t’elle en essuyant grossièrement ses joues avec la manche de son pull.

Il était hors de question qu’il apprenne de quelqu’un d’autre qu’aucune seed n’avait été mise à sa disposition pour cette mission. Mais déjà le soldat consultait l’écran. Elle était foutue. Foutue.



© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   04.08.16 0:27



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


Le Soldat laissa la "dégonflée" qui lui faisait office d'alliée reprendre son souffle. Décidément il était vraiment trop bon parfois. Son père serait même fier de lui qu'il ne cède pas à l'agressivité dont il avait souvent eu tendance à laisser éclater lorsqu'il était beaucoup plus jeune. Merci qui ? Merci Selena. Au fil des années, le jeune Zack n'avait même plus eu à se canaliser, Selena le faisait pour lui. Elle était devenue son amulette même si tout avait mal commencé au début...

Zack profita de ce moment de répit pour se laisser également aller tout en menaçant du doigt le prisonnier que s'il bougeait, il en serait fini de lui. Il se plia en deux, la main droite sur les côtes et laissant un juron sortir de sa bouche. Son pansement de fortune ne suffisait pas et celui-ci était déjà saturé de son sang. Le salaud lui avait planté ses gants de Mythril plus profondément qu'il ne le pensait. L'adrénaline lui avait sûrement donné des ailes pour ne pas autant ressentir la douleur jusqu’à présent.

« Écoutes... Je crois que t’oublies que c’est grâce à moi qu’on est allé dans ce train. Si je t’avais écouté mon gars, on serait encore en train de faire le tour de la ville, et lui, lui là, on l’aurait jamais retrouvé ! T’as conscience de ça j’espère ? Alors oui, bah écoutes oui, oui j’ai craqué parce que… Parce que je suis humaine bordel ! J’ai eu peur, voilà ! Va donc faire ton rapport si ça peut te faire plaisir ou… Ou alléger ta conscience ou je ne sais quoi ! Parce que olalah oui, hein, voilà ! D'ailleurs t'oubliera pas de noter que comme il a été aussi lâche que moi, on a retrouvé sa piste qu'on avait failli reperdre ! »

C'est pas vrai mais cette nana était-elle sérieuse dans ses propos ? Elle se foutait royalement de lui là. Maintenant elle voulait récupérer les lauriers pour avoir eu l'instinct de suivre la piste du train et au lieu d'assumer sa peur en fermant sa grande bouche, elle continuait de la ramener. Si Zack n'avait pas si mal à cet instant présent, il lui mettrait bien une raclée pour la faire descendre de son nuage d'orgueil. C'est alors que plissant les yeux, il mit un genoux à terre et comme si son interlocutrice s'en inquiétait, elle poursuivi :

« Pour ça... Je suis désolée. Une fois à Timber on te soignera, je te le promets. »

Non c'était maintenant qu'il fallait le faire. Ses forces semblaient se vider, il fallait qu'il se soigne immédiatement mais n'écoutant que son courage, il tenta de se relever sans grand succès. Cette fois-ci c’étaient les deux genoux qui tombèrent à terre, laissant un Zack mal en point. Il ne pourrait pas attendre d'aller à Timber pour se soigner. Il fallait au moins qu'il reprenne des forces avant de poursuivre.

« Jette moi le sort Soin Max ou Soin + si tu le peux.
La blessure est trop ouverte. »

Lâcha-t-il dans un grand soupir de souffrance. Ne voyant pas la fille réagir, il leva la tête vers elle pour y voir une réaction et ce n'était vraisemblablement pas celle qu'il voulait y voir. Celle-ci le dévisageait presque prise de panique.

« Allez magne-toi ! Même un simple soin fera l'affaire... »

Mais pourquoi elle ne réagissait pas ? Tout Seed savait au moins les bases non ? Même si elle venait de Galbadia pas réputée pour donner des cours de magie, elle avait été à Balamb pour passer son diplôme de Seed et il y avait des épreuves en magie. Pff bon puisqu'il fallait tout faire soi-même, Zack puisa dans le peu de force qui lui restait et lança sur lui Soin +. Il n’avait vraiment plus d’énergie pour lancer le Soin Max et à peu de choses près, il perdait connaissance mais il avait eu plutôt de la chance sur ce coup-là ou alors une incroyable envie de survivre. A cet instant, un grand halo de lumière blanche fit son apparition et environna le guerrier lui prodiguant une grande partie des soins nécessaires pour guérir sa blessure. Il se sentait tout de suite bien mieux même s’il irait quand même faire un tour à l’infirmerie en retournant à la Balamb Garden University pour faire un check-up.

« Il... Il est mort ? »

Delilah semblait presque s’inquiéter de l’état de son poursuivant. Mais oui, elle s’inquiétait vraiment pour lui ! C’était le monde à l’envers ça ! Pendant que lui agonisait tantôt, lui qui était du côté des gentils, elle, elle s’inquiétait d’un gros bras qui aurait été capable de mettre fin à sa propre vie... Et voilà maintenant qu’elle se mettait à pleurer... Au secours mais qu’est-ce qu’il foutait là sérieusement ? Qu’est-ce que Zack avait fait à la grande Cosmos pour mériter ça ? Devait-il être punis pour avoir fait tourner en bourrique la jeune Blackstone lors de l’affaire de la serre en folie ou était-ce parce qu’il n’avait toujours pas rendu à son ami Lucian le tee-shirt qu’il lui avait emprunté il y a quelque temps ? Le punissait-on pour cela ?

Levant les yeux vers le ciel tout en s’approchant plus près de la jeune femme, il ouvrit les bras pour l’entourer et l’accompagner dans cette épreuve. C’était bien évidemment la pression qui avait besoin de s’extirper de son corps et tant qu’elle ne serait pas évacuée, la situation ne s’arrangerait pas...

« Il est juste assommé ce tocard... Pourquoi tu t’en fais pour si peu ? Tu en as sûrement vu d’autre non ? A moins que cela soit ta première mission ? »

Oui c’est maintenant que Zack repensait à l’intervention de sa Guardian Force, Bahamut. Il avait peut-être raison au final. Si cela était vrai alors son baptême aura été très éprouvant pour elle. Zack allait en avoir justement le coeur net car sa montre sonnait à l’instant même. Cid Kramer le rappelait après tout ce temps. Tsss, il aurait pu toujours attendre ces consignes hein.

« Non attend ! Laisse-moi t'expliquer ! »

Aux mots de son binôme,  Zack n’eut pas le temps de prendre l’appel. La jeune Faraday avait assez retenue son attention pour le rater mais la montre émit un petit son lui faisant comprendre qu’il avait un nouveau message vocal. Sans plus attendre, il actionna un bouton et le message se délivra :

« BIP. Zachary, c’est Cid. Pourquoi le prisonnier n’est toujours pas à la Prison du Désert ? Je viens d’apprendre que vous n’avez pas pris le train de 11h15 et que vous êtes introuvable. Sans parler de Duke qui est dans un piteux état. Qu’est-ce que c’est que cette histoire bon sang ? Tout va bien ? Je n’aurais pas dû t’y envoyer seul avec lui si j’avais su... C’était beaucoup trop risqué. Rappelle-moi dès que tu as mon message qu’on fasse un point sur la situation. BIP. »

Les yeux du SOLDAT quittèrent immédiatement l’écran pour se poser sur la femme devant lui. Elle avait elle aussi très bien entendu le message :  il avait toujours été seulement en binôme avec Duke et une aide extérieure n’avait jamais été envoyée pour leur prêter main forte et les guider. Donc une explication s’imposait d’elle-même et Zack était franchement agacé...

« Alors ? Je t’écoutes. A moins que tu veuilles que je le rappelle tout de suite ?! »

© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •


Dernière édition par Zachary I. Leonhart le 20.08.16 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   07.08.16 13:07

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


Le piège se refermait à toute allure. Comment tenir plus longtemps le mensonge ? Alors que Zachary lui demandait d’utiliser la magie pour le soigner et que son état se détériorait à vue d’œil, les mains tremblantes de Willys s’agitaient dans l’espoir vain de trouver une solution. Comment faire ? Elle n’y connaissait évidemment rien en matière de soin, n’avait jamais été témoin de l’utilisation d’un quelconque sort avant aujourd’hui, alors comment pourrait-elle d’une manière ou d’une autre apaiser les douleurs du soldat ? Son regard se porta sur le prisonnier, espérant presque que ce dernier se manifeste et qu’il s’écrit fièrement que lui pouvait le faire, ce qui était évidemment idiot et impossible. Ce dernier soutint son regard, elle crut même le voir froncer légèrement les sourcils et dans un élan de paranoïa elle fut persuadée alors qu’il récolait mentalement toutes les pièces du puzzle, qu’il avait lui deviné qu’elle n’était pas celle qu’elle prétendait être et qu’elle se trouverait incapable de soigner le grand gaillard qui les escortait. Évidement qu’il allait le laisser mourir, il s’agissait du seul obstacle qui se présentait à lui, sans Zachary dans les parages il était assuré de s’enfuir sans crainte, elle ne représentait plus aucun danger à ses yeux alors que lui… Et si elle le menaçait avec son arme ? Si elle jouait à nouveau avec le feu en lui assurant qu’elle était capable de tirer si il ne soignait pas le garçon ? Sans avoir la moindre preuve qu’il pouvait le faire… Willys aurait juré voir le prisonnier sourire et elle détourna vivement le regard, le cœur au bord des lèvres. C'est alors qu'une aura blanche entoura le mercenaire, impressionné par le phénomène, elle l’observa les yeux légèrement écarquillé pendant qu’il se dégageait du halo de lumière une douceur incomparable. Manifestement requinqué, Zachary s’était redressé et pour éviter tous représailles, toutes nouvelles réflexions qui auraient pu mettre à mal son identité, elle s’en détourna. La magie de l’instant s’était rapidement estompée et ses peurs l’avaient bien vite rattrapé, il lui paraissait presque impossible de rejoindre Timber sans subir le plus sévère des interrogatoires. Si tel était le cas il ne faudrait pas se laisser emporter comme elle l’avait fait précédemment. Ce n’était pas la prétendue Delilah Faraday qui avait pris tantôt la parole, c’était bien l’orgueilleuse Willys Weiss qui avait un temps manifestement oublié qu’il valait mieux se faire discrète si elle voulait encore espérer sortir victorieuse de cette interminable mission.

En cherchant à fuir le regard de Zachary, le sien s’était posé sur la silhouette immobile de leur assaillant qui se trouvaient à quelques mètres d’eux et le pensant déjà mort, sans qu’elle ne puisse plus longtemps se contrôler, elle avait craqué. Abandonnant tout contrôle, toute emprise sur ses émotions, ses larmes inondaient son visage poupin alors que son corps était secoué par de violents sanglots. Épuisée mentalement et physiquement, Willys ne se sentait plus capable de rien. Elle était vidée et aurait très bien pu s’écrouler là sans demander de reste. La résistante voulait que ça s’arrête et comme une enfant capricieuse incapable de supporter plus longtemps cette pression monstrueuse, les larmes avaient fini par remplacer les mots.

Des bras l’enserrèrent alors et elle sursauta, peu habitué à laisser quiconque se rapprocher d’elle de cette façon. Willys ne supportait pas vraiment qu’on la touche, non pas qu’elle dépréciait la chaleur qu’un contact pouvait provoquer, mais à cause du malaise que cela entraînait chez elle. Elle ne savait jamais comment réagir, comment répondre, se trouvait toujours empêtré dans la gêne quand cela survenait. Si en plus, il s’agissait d’un homme… À cet instant pourtant l’étreinte était la bienvenue et bien qu’elle ait quelques réticences à se laisser aller dans les bras du garçon, elle était bien trop exténuée pour reconstruire les barrières qu’elle s’efforçait toujours de maintenir entre elle et les autres. Zachary lui assurait qu’il était assommé, pas mort et doucement alors Willys se calma. Il s’enquit de son état, invoquant le fait que ce ne devait pas être la première fois qu’elle était confrontée à ce genre de situation, à moins qu’il ne s’agisse de sa première mission ?

Il ne serait pas difficile de mentir sur la chose. Oui, il s’agissait de sa première mission. Pas en tant que SEED, certes, mais jamais on ne l’avait chargé d’une tache aussi importante dans la résistance. Elle se demandait encore pourquoi on lui avait attribué ce rôle, s’interrogeant plus que jamais sur les motivations du réseau. La pensait-on réellement capable de réussir un tel coup ? Si tel était le cas on la surestimait grandement et ce n’était flatteur en rien, car elle allait décevoir, encore et encore, et sûrement donc ne lui ferait-on pas aussi confiance quand elle reviendrait bredouille au repère. Aurait-elle d’ailleurs le culot d’y retourner ? À cet instant, elle se sentait capable de faire une croix sur tous ses grands rêves d’indépendance de Timber, elle n’avait jamais d’ailleurs été sûr que cela soit vraiment les siens.

Ses pensées en désordre furent interrompues par le signal de la montre de Zachary, impossible de l’en détourner, elle avait beau eu lui dire d’attendre il était évident qu’il allait consulter son message et déjà son visage se penchait vers l’objet. Tout s’accéléra à nouveau brutalement, le piège s’était définitivement refermé sur elle. Le fameux point de non-retour. C’est fini, tout le monde descend ! Immobile, elle avait attendu le verdict.

Elle avait si froid tout d’un coup, elle souhaitait que Zachary n’ait jamais desserré son étreinte. Cela aurait au moins signifié qu’elle était encore en sécurité. Maintenant, elle était seule face à ses mensonges, seule face à ce regard froid qui la toisait en attente de réponses. Elle remonta sa manche vers son visage, effaçant trace de larmes et morves sans se soucier des bonnes manières. Son corps était encore secoué de spasmes mais elle ne pleurait plus maintenant. Inutile et impossible de mentir plus longtemps. Doucement, elle abandonnait. « Je ne suis pas SEED. » Bredouilla-t-elle d’une voix presque inaudible. « Mais je ne suis pas votre ennemie, loin de là, je t’assure Zachary. » Se rattrapa-t-elle vainement. « J’ai été chargée d’une mission, toi d’une autre et… Et voilà. Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Je… » Incapable de finir ses phrases, Willys ferma les yeux en fronçant les sourcils, coinçant l’arrête de son nez entre son pouce et son index, rassemblant le peu de forces qui lui restait pour tenter de trouver une solution qui lui permettrait de sortir indemne de cette altercation. Elle finit par soupirer longuement, le temps lui manquait, inutile de chercher d’en gagner. Une boule se forma dans sa gorge, l’empêchant d’articuler convenablement. « Et maintenant ? » Un rictus nerveux lui échappa alors qu’elle croisait les bras en secouant la tête d'un air abattu, le cou légèrement rentré dans ses épaules. « C'est pas comme si je pouvais faire grand chose. » Conclut-elle, sachant que la parole devait lui revenir, qu'il avait l'intégralité du pouvoir sur la situation entres ses mains et qu'elle ne pourrait tenter quoi que ce soit. Autant être sincère, elle l'avait vu en action, quoi qu'elle fasse ce serait absurde elle n'avait ni l’expérience, ni les réflexes adéquat. Elle avait une arme, c'est vrai, et peut être qu'elle s'en servirait bien qu'elle n'en ait aucune envie. Willys voulait croire, naïvement, que Zachary pouvait la laisser partir sans demander de reste. Qu'il la devine sincère et inexpérimenté, comme si cela pouvait suffit pour le toucher... C'était inespéré et risible mais souvent elle éspérait que ses rêves les plus fou puissent se concrétiser seulement parce qu'elle les avaient souhaité.


© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   20.08.16 17:25



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


« Je ne suis pas SEED. Mais je ne suis pas ton ennemie, loin de là, je t’assure Zachary. J’ai été chargée d’une mission, toi d’une autre et… Et voilà. Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Je… »

Le jeune SOLDAT essayait de comprendre pendant que la jeune inconnue devant lui tentait tant bien que mal de s’exprimer. S’appelait-elle réellement Delilah Faraday ou lui avait-elle sorti une fausse identité ? Elle venait d’affirmer qu’elle n’était pas Seed après tout alors elle aurait très bien pu mentir sur tout depuis le début. Elle avançait également ne pas être son ennemie mais comment pouvait-il la croire ? Elle et ceux pour qui elle travaillait en avait en tout cas après son prisonnier. Mais que leur voulait-ils ? Et qui étaient-ils surtout ? Il y avait trop de questions qui se bousculaient dans la tête du garçon et son interlocutrice n’y répondait pas du tout et se contentait de rester vague.

« Et maintenant ? C'est pas comme si je pouvais faire grand chose. »

Et voilà qu’elle riait nerveusement. La situation était risible en un point car Zack avait à plusieurs reprises été méfiant vis-à-vis d’elle et pourtant il lui avait donné sa chance, la possibilité de briller et de l’aider à assurer sa mission. Il est clair qu’elle était inexpérimentée dans le métier et il comprenait maintenant les réactions qu’elle avait eu car elle n’était vraisemblablement qu’une civile. Une civile mais à la solde d’un plus grand groupe car il était étonnant qu’elle ait pu être au courant de la mission qui avait été assignée au SOLDAT.

« Commence par décliner ta vraie identité et ton ordre de mission. Pour QUI tu travaille et surtout comment cela se fait que tu ais été mise au courant de notre expédition ? »

Avait-il  répondu d’un ton presque sec en ne l’a lâchant pas des yeux. Son agacement était à son comble et palpable. Zack ne comptait pas la laisser partir sans qu’elle ait répondu à ses questions et sa main qui glissait déjà doucement vers son dos sur la crosse de son épée en disait déjà long sur ses intentions. Bien sûr, il ne voulait pas lui faire du mal mais juste l’effrayer un peu avant que sa langue se délie un peu plus et il espérait qu’elle parlerait et qu’il ne soit pas obligé de faire usage de son arme. Bluffer c’est bien mais quand ça marche. Dans le cas contraire, il devrait être plus persuasif...

A côté d’eux, le prisonnier commençait doucement à se remettre mais ne semblait toujours pas abandonner l’idée de s’enfuir car il commençait déjà à reculer doucement. Comme pour démontrer à Willys que Zack n’était pas du genre à blaguer et se donner de la contenance, il abattit la lame de son épée en un coup transversal à 1 mm de l’oreille du prisonnier et en fit tomber une grosse mèche de cheveux sur le sol, ce qui acheva l’idée de s’enfuir du gaillard qui comprit définitivement à qui il avait affaire. Ce n’était pas parce que Zack semblait occupé ailleurs qu’il ne voyait pas ce qu’il se passait à côté. Le prisonnier les avait eu une fois, il était hors de question que cela recommence. Zack était maintenant beaucoup plus vigilant.

« Alors ça vient ces réponses ? »

Avait-il répondu en reportant son attention sur la Jane Doe devant lui d’un air impatient. C’est que l’heure tournait et il devait finir ce pour quoi il était venu faire ici et rappeler son boss.

© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •


Dernière édition par Zachary I. Leonhart le 23.08.16 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ Résistante de Timber
avatar
Date d'inscription : 11/05/2016
Messages : 1301
Avatar : Brie Larson
Crédits : DΛNDELION (avatar) ultraviolences (crackship) anaelle (sign)

Âge du perso : 24 ans
Activité : Professoresse de solfège
Feuille de personnage
stat :
stat points
force
magie/aura■■■
resistance
esquive

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t184-willys-how-do-you-prove
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   22.08.16 13:45

Le prisonnier 714
Zachary & Willys


Ne pas craquer. C’était le mot d’ordre, sa nouvelle mission. Willys avait parfaitement conscience que le moindre des faux pas lui seraient sans doute fatale pourtant elle n’osait mesurer la véritable dangerosité de la situation, se préservant quelque part et gardant espoir de pouvoir s’en tirer indemne, comme si son esprit refusait encore une fois d’accepter la réalité. Elle luttait contre les pensées qui l’assaillaient et surtout contre la peur, prête à la saisir à la gorge, qui pouvait, et elle le savait que trop bien, la pousser à commettre des actes stupides et irréparables. Elle ne voulait pas avoir recours à l’arme coincée dans sa ceinture, elle savait pertinemment qu’elle perdrait le contrôle d’elle-même, qu’elle viendrait à regretter d’avoir voulu se défendre par ce biais si elle la saisissait. La jeune femme était tout bonnement terrifiée à l’idée de l’avoir à nouveau entre les mains mais aussi effrayé du fait qu’une petite voix l’invita à le faire au plus vite si elle voulait avoir une chance de survivre à cette conversation.

Zachary venait de l’apostropher, la priant de décliner son identité et ses intentions. Elle ne pouvait pas le faire, clairement. C’était risquer de mettre en lumière tout un réseau, son réseau, qui serait par sa faute en danger. Elle n’osait imaginer les conséquences de ses révélations. Oh, bien sûr, elle pouvait dans un élan de mauvaise foi affirmer qu’ils n’avaient eu que ce qu’ils méritaient, qu’en l’envoyant elle, seule, régler cette affaire ô combien risqué, ils avaient signé comme des grands la mort de leur petit groupe résistant. Mais non, aussi orgueilleuse soit-elle, elle était loyale et avait un minimum de valeurs, aussi était-elle prête un instant à endosser la responsabilité de ce qu’il venait d’advenir. Elle se demanda pourtant honteusement si cette droiture avait des limites…

Car elle y était, à cet instant qu’elle redoutait tant. On lui avait souvent parlé de ces résistants qui s’étaient eux même donner la mort plutôt que de révéler l’existence de leur réseau ou de leurs plans. Mourir plutôt que trahir. Elle admirait ces personnes là, plus que tout, et bien sur elle s’était interrogée… Serait-elle prête à le faire si la situation se présentait à elle ? La réponse avait été claire et déshonorante : non. Elle s’en sentait parfaitement incapable. La mort, ce qu’elle représentait, la terrorisait au plus haut point et si bien sur elle s’était donné le luxe de changer d’avis un jour, quand elle serait peut-être plus mature et expérimentée, au fond elle restait persuadée qu’elle serait à jamais inapte de le faire. Evidemment elle n’avait évoqué ce sujet avec personne, Willys avait enterrer ces pensées qui lui faisaient honte et s’était persuadée qu’elle n’aurait jamais à faire face à ce genre de dilemme. C’était bien plus commode comme ça, toujours éloigner ce qui nous effrayait, ne jamais y faire vraiment face… Pourtant voilà qu’aujourd’hui on lui demandait de trahir. Mourir n’était pourtant pas une alternative qu’elle envisageait, mentir, encore un peu par contre, lui paraissait plus convenable. Après tout Zachary avait cru à ses premiers mensonges et…

Un cri strident lui échappa alors que le SOLDAT venait d’abattre son épée broyante sur le prisonnier. Tétanisée, elle n’avait eu le temps d’avoir autre réaction et son regard fou faisaient maintenant des aller-retour entre le visage de Zachary et celui du détenu, blême, qui s’était instantanément immobilisé. À quelque millimètre prêt, c’en était fait de lui. Avec grand peine Willys repris son souffle et alors que le SOLDAT la hâtait de répondre et qu’elle sentait à nouveau les larmes lui monter aux yeux, elle réagit avec hargne. « Mais oui ça vient, tu crois que c’est simple merde ?! » Reculant inconsciemment de quelques pas elle poursuit sans maîtriser les tremblements dans sa voix. « C’est pas vrai… » Bredouilla t’elle en glissant rageusement sa main sur son visage, peinant à rassembler ses esprits et perdant définitivement la faculté de s’exprimer convenablement. Elle ne voulait pas parler, pas devant le prisonnier, ce dernier avait l'air d'avoir une belle armadas de tarés en guise de soutient et il était hors de question qu'on lui tombe dessus un jour parce que, d'une manière ou d'une autre, le type aurait réussi à donner des informations la concernant à ses proches. C'était aller loin, très loin, sachant que le détenu s'en allait rejoindre une cellule dans la plus surveillé des prisons du continent. Pour autant Willys n'était pas tranquille, dieu sait qu'elle recherche pourrait être fait sur son compte. Il fallait qu'elle soit la plus flou mais la plus crédible possible. Misère.


Bien. Il fallait qu’elle se calme. Qu’elle trouve une solution au plus vite. Mentir donc, reprenons là. Elle pouvait être douée dans la matière, il fallait juste qu’elle se tire d’affaire sans s’enfoncer un peu plus sous terre. On la prenait pour quelqu’un de stupide, et bien elle jouerait cette carte jusqu’au bout. « Tu veux la vérité? J’ai agi seule. Pas de mission, pas de collègue, rien, nada. Il n'y a qu'une personne qui était au courant de se que j'allais faire et qui a bien essayé de m'en dissuader. » Confia t’elle en relevant à peine les yeux vers Zachary. « Je voulais rejoindre un réseau résistant de Timber et j’ai… Enfin bref, j’ai intercepté un courrier de l’armée Galbadienne donnant des information sur le prisonier 714, j’ai voulu les prévenir mais personne ne m’a prise au sérieux. Je veux dire, c’est un peu invraisemblable de base, pas vrai ? Je débarque comme ça de nulle part en leur disant oui bonjour des soldats et le type le plus recherché du continent vont passer par là… ! Autant dire que j’avais peu de chance qu’on me croit mais résultat je me suis dit que… Que si j’arrivais, moi, à leur ramener ce prisonnier, là, ils auraient été obligés de m’accepter. Je veux dire, ça aurait été un coup énorme. » Willys esquissa une grimace avant de hausser les épaules, son état fébrile jouait en sa faveur, donnant un certain poids à son histoire qui mélangeait vrai et faux avec habilité. Elle avait eu une bonne professeur pour lui enseigner cet "art" et si sa nervosité la trahissait bien trop souvent, aujourd’hui, elle était un atout. « J’ai cru que c’était possible. Ça avait l’air tellement dérisoire comme protection, juste toi et ton collègue, mince alors je veux dire c’est... J’ai cru qu’il était excellent, mon plan, je pensais que je pourrais le faire, que je pourrais vous le subtiliser et enfin faire mes preuves. J'avais juste pas prévu qu’on serait plusieurs sur le coup. » Ajouta t’elle le plus sérieusement du monde. Son regard s'était durcit, comme si son mensonge lui avait redonné des forces pour continuer et ses yeux semblaient dire à son interlocuteur que si il n'était pas convaincu, ce serait pourtant la seule explication qu'elle lui livrerait. Il fallait pourtant une autre preuve, quelque chose pour gagner complètement sa confiance, quelque chose qui prouve qu'elle était inexpérimentée et innocente. « Laisse-moi partir maintenant, tu peux même reprendre ça si tu veux, j’ai compris la leçon. » Conclut-elle en décrochant l’arme qu’elle avait volé à la femme en manteau blanc, tremblant un peu quand elle la tendit vers lui. « Peut-être que la BGU pourra l’analyser et trouver à qui il appartient, j’en sais rien je sais pas comment ça marche… » Marmonna-t-elle plus que pressé d’en finir et priant pour que son histoire, et surtout ce dernier geste, prouvent au SOLDAT sa bonne foi.


© Field of Heroes

_________________

your mess
is mine

• Award du personnage miss Castrophe •
   • Award du membre en or •
   • Award du meilleur RP •
Revenir en haut Aller en bas
(Admin) ϟ SOLDAT
avatar
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 1064
Avatar : Josh Hutcherson
Crédits : Shiya (avatar) ; Tumblr (gif)

Âge du perso : 25 ans
Activité : SOLDAT
Feuille de personnage
stat :
stat points
force■■■■
magie/aura■■■
resistance■■■■
esquive■■■

Magies maîtrisées :
Objets:
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/t89-zachary-leonhart-soldier
MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   21.09.16 12:35



Le Prisonnier #714 ϟ Willys & Zachary


L'abattament de son épée eut apparemment l'effet escompté. Du moins, c'est ce que la réaction de la jeune femme semblait faire croire à Zack à l'instant où son épée s'était activée près du prisonnier pour lui arracher non pas un morceau d'oreille comme il aurait pu le faire mais simplement une mèche de cheveux. S'il avait su qu'elle continuerait de lui mentir, il aurait découpé les deux oreilles du gaillard...

Cette gamine ne me dit rien qui vaille petit et cache plus que ce qu'elle dit... Mais laisse tomber. La mission est remplie et si vraiment son groupe est une menace, elle sera de nouveau confrontée au Seed.

Même Bahamut se méfiait d'elle mais bon en même temps, il faisait confiance à peu d'êtres humains... Zack eut l'air absent pendant un instant comme s'il réfléchissait à ce que lui disait son comparse mais il était bien là et c'est alors qu'il stoppa la femme devant lui dans sa stupeur et la pressa de répondre à ses questions, déclanchant une vive réaction chez elle :

« Mais oui ça vient, tu crois que c’est simple merde ?! C'est pas vrai... »

Les yeux de Faraday faisaient trop de va et vient entre lui et le prisonnier et elle perdait de plus en plus son sang-froid. Si c'était le brigand qui gênait ce n'était pas un soucis. Zack se tourna vers lui et malgré le regard apeuré qu'il lui jeta, l'assoma d'un grand coup de crosse sur la tête. Un coup bien sûr maîtrisé pour ne pas le tuer mais juste le faire ronfler le temps d'échanger avec sa partenaire de la journée, voire pourquoi pas aussi pendant le trajet ? Ce serait pas mal aussi. Okay ca n'avait pas eu l'air de l'a rassurer en tout cas.

« Tu veux la vérité? J’ai agi seule. Pas de mission, pas de collègue, rien, nada. Il n'y a qu'une personne qui était au courant de ce que j'allais faire et qui a bien essayé de m'en dissuader. Je voulais rejoindre un réseau résistant de Timber et j’ai… Enfin bref, j’ai intercepté un courrier de l’armée Galbadienne donnant des information sur le prisonier 714, j’ai voulu les prévenir mais personne ne m’a prise au sérieux. Je veux dire, c’est un peu invraisemblable de base, pas vrai ? Je débarque comme ça de nulle part en leur disant oui bonjour des soldats et le type le plus recherché du continent vont passer par là… ! Autant dire que j’avais peu de chance qu’on me croit mais résultat je me suis dit que… Que si j’arrivais, moi, à leur ramener ce prisonnier, là, ils auraient été obligés de m’accepter. Je veux dire, ça aurait été un coup énorme. J’ai cru que c’était possible. Ça avait l’air tellement dérisoire comme protection, juste toi et ton collègue, mince alors je veux dire c’est... J’ai cru qu’il était excellent, mon plan, je pensais que je pourrais le faire, que je pourrais vous le subtiliser et enfin faire mes preuves. J'avais juste pas prévu qu’on serait plusieurs sur le coup. »

Zack regardait son interlocutrice d'un air sceptique. Si elle mentait, elle était vraiment très douée. Alterner entre état d'hystérie et de fébrilité, c'était vraiment un art mais ce qu'elle disait était tout à fait probable. Tant d'erreurs et de maladresses avaient été commises de sa part. Quelqu'un de formé aurait agit autrement. Et il était clair que les salopards sur lesquels ils étaient tombés étaient des professionnels. Le jeune Soldat tiqua sur la fin de son intervention. Elle pensait vraiment que deux membres du Soldat étaient une protection dérisoire ? Cette jeune femme voulait vraiment une nouvelle coupe de cheveux... Quoi qu'il en soit, il savait rien qu'en lisant dans ses yeux qu'il ne pourrait rien tirer de bon d'elle.

« Mouais... Tu me prends vraiment pour un con hein. »

Le jeune homme rangea son épée dans son fourreau derrière son dos en soupirant. Il considèrerais que l'inconnue s'appelait Delilah Faraday alors. Elle avait docilement fait passer sa question à la trappe mais de toute manière, il avait enregistré son visage et il avait une très bonne mémoire visuelle. Il l'a retrouverait s'il le fallait. A moins qu'elle revienne à lui ? Faraday lui tendit contre toute attente, l'arme qu'elle avait réussi à dérober à la combattante ennemie :

« Laisse-moi partir maintenant, tu peux même reprendre ça si tu veux, j’ai compris la leçon. Peut-être que la BGU pourra l’analyser et trouver à qui il appartient, j’en sais rien je sais pas comment ça marche… »
 

Zack prit le pistolet qu'elle lui tendait d'un air étonné et la rangea dans sa ceinture dans un emplacement fait pour cela. L'idéaliste était-elle décidée à optempérer finalement ? Elle n'avait peut-être pas un si mauvais fond en fait. Derrière sa nervosité et son impulsivité mal placée se cachait quelqu'un de réfléchi ? Il jeta un oeil à son prisonnier puis à sa montre. Il était temps d'y aller. Son regard se reporta sur la Jane Doe :

« Je te fais une fleur. Je te laisse filer mais tu rentres dans ta petite maison bien rangée et tu restes tranquille. La résistance c'est pas pour les filles comme toi... Que je ne te revois pas sur mon passage sinon tu le regretteras amèrement et mes supérieurs seront moins tendre que moi... J'espère que je me suis bien fait comprendre ! »

Le jeune brun attendit une réponse positive de la jeune femme et une fois obtenue, il lui fit une révérence en lui faisant place. Tout cela était ironique bien sûr. Se tournant vers le prisonnier, il vit qu'il était toujours assoupis alors Zack décida de le porter sur ses épaules. Un dernier regard vers la jeune inconsciente, plus dur qu'il ne le voulait et le voilà qui reprenait sa route. Il espérait vraiment ne pas être amené à la revoir car cela voudrait dire qu'il n'aurait pas été assez clair et si cela devait arriver, il devrait vraiment être plus persuasif...

Fin du RP

© Field of Heroes ; tumblr

_________________
• Award du personnage le plus courageux •
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prisonier 714 # Zachary & Willys [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» Lily Evans [Terminée]
» Hydre Ent. vous présente « sauvez Willys, 1,2, 3 …4 ???? comment ça 4 ?????? »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Field of Heroes :: Have A Break :: Notre Histoire :: Chapitre 1 : La panne de courant-